Sunday - October 12, 2003

Big fat warm heart of Malawi

So many slaves, so little time
Le gros coeur battant du Malawi - Tellement d'esclaves qu'on ne s'en sort plus


Malawi is known as the "Warm Heart Of Africa" and we believe it.

The GPA here is $180 US per year, and most of this income is made through agriculture - mainly tobacco. Malawi has the greatest disparity between rich and poor than any other country in the world, and less than 10% of all young adults entering the job market are employed. There are 11 million people in Malawi.


Like many countries in Africa, Malawi has a painful history of slavery. During it's hey day, the European colonizers came and influenced certain tribes to raid other tribes to acquire more slaves. Sometimes the chiefs would even trade and pillage their own people. I feel like the US did this with their soldiers in Iraq. If the oil wasn't there, we would not have gone to war. Bleeding fact.


Malawi had one of the busiest slave routes in the 19th century. Slaves were marched for hundreds of miles to the coast, where they were sold off, and packed lying horizontally, usually over 4 stories in the hull of a boat. The excrement from the top slaves would fall to the others below, but no one could move until the end of the journey which could take several days. Its estimated that 2 out of every 3 slaves died who were shipped in these boats. Imagine one day your life being erased in this way....unfathomable. 30-50 million slaves were shipped to America alone.

Why can't human beings seem to stop this yogi business? Throw into this historical soirée the Jews, Native Americans, East Timorians, Palestinians and countless other tribes to see how genocide and ignorance prevails in our intelligent species. We are 30,000 + years old. Ok maybe even 45,000. What are we doing? We still hate, kill, rape each-other, and smoke Lucky Strikes. Yuk

*** "Mr. Livingstone I presume..." Livingstone, the famous explorer and missionary, worked tirelessly to stop the slave trade and we saw his face and memoirs all throughout Malawi and Zambia where he did most of his work. There is still a mission that bears his name today.


Le Malawi est connu comme le "Coeur Battant de l'Afrique" et on veut bien le croire.

Le PNB par habitant ici est de 180 dollars par an, et la plupart vient de l'agriculture - essentiellement le tabac. Le Malawi a une des plus grandes disparités au monde entre riches et pauvres, et moins de 10% des jeunes qui entrent sur le marché du travail trouvent un emploi. Il y a 11 millions d'habitants au Malawi.


Comme beaucoup de pays en Afrique, le Malawi connu les temps douloureux de l'esclavage. Au sommet de cette période, les colons européens venaient inciter certaines tribus à faire des raids sur d'autres tribus pour capturer plus d'esclaves. Quelquefois, les chefs allaient même jusqu'à piller et vendre leur propre peuple. Il me semble que c'est ce qu'ont fait les US avec leurs soldats en Iraq. S'il n'y avait pas de pétrole là-bas, nous ne serions pas partis en guerre. C'est la vérité sanglante.


Le Malawi avait l'une des principales routes de l'esclavage au 19ème siècle. Les esclaves étaient ramenés en marche forcée sur des centaines de kilomètres jusqu'à la côte où ils étaient vendus et entassés étendus à plat sur 4 étages dans la soute d'un bateau. Les excréments des esclaves du haut tombaient sur ceux du dessous, mais personne ne pouvait bouger jusqu'à la fin du voyage qui pouvait durer des jours. On estime que les 2 tiers des esclaves mourraient sur ces bateaux. Imagine un jour ta vie balayée de cette manière... Impossible de se rendre compte. 30 à 50 millions d'esclaves ont été envoyés vers l'Amérique seulement.

Pourquoi les êtres humains semblent-ils ne jamais pouvoir arrêter ces absurdités? Organisez une soirée historique avec les Juifs, les Indiens d'Amérique, ceux d'Est-Timor, les Palestiniens et d'innombrables autres tribus et voyez comme le génocide et l'ignorance prévalent chez notre espèce intelligente. Nous avons bien 30.000 ans. D'accord peut-être 45.000. Qu'est-ce que nous faisons? Nous continuons à se haïr, se tuer, se violer les uns les autres, et à fumer des Lucky Strikes. Beurk.

Livingstone ("Mr Livingstone, je présume..."), le fameux explorateur et missionnaire, travailla sans relâche pour arrêter le commerce des esclaves et nous avons vu son visage et ses mémoires partout à travers le Malawi et la Zambie où il fit la plupart de son travail. Il y a encore une mission qui porte son nom de nos jours.


To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici

Wednesday - October 15, 2003

Little green men

Poor white men are from another planet
Les petits hommes vert - Les pauvres Blancs sont d'une autre planète

Crossing the border into Malawi was everlasting, but easy, and a very typical scene swirled around me the entire time. An overloaded wagon full of chickens and large black women; a semi-truck packed full with millions of loose sardines; scads of loitering boys on bicycles; the kingly-posturing of the military officers. At the border I have a funny and queer conversation with a man. We have been talking for some time when he asks where I am from. Upon hearing "I'm American", he claims, "I would LOVE to come to America where everything is easy". The picture he paints is of one who has watched too many DALLAS episodes. He says Americans and white people are lucky. I tell him that with his good health, youth, family and farm that he is far, far more fortunate than many Americans ever will be. He looked completely confused and seemed not to know what to say. I tell him that 'in the city of New York there are thousands of people who live in cardboard boxes, and for food they collect refuse out of trash-cans, and that many of these homeless people even live underground. Every year, hundreds of people die on the street from starvation, sickness or freezing to death, and no one knows who some of these people are because their family has left them. Many of these people are even white people'. This really muddles him. "White people?! NO way. White people don't beg". Oh man, yes, yes they do. When I drive home from work in California, white people come and tap on my windshield and hold out their hand for money". "No. I can't believe you. White people have money, they aren't poor. Especially in America". He was a bright, articulate guy, but he couldn't fathom a poor, white person. He had never seen one.

Pierre and I soon find that Malawi is the first country since Tunisia where people do not ask us consistently to buy stuff. Our initial arms-length, apprehensive response towards people approaching us during the first few days, shows me how conditioned we've become to expecting this. It is very apparent, very quickly that the people of Malawi just want to talk, or just walk with us. Here also, they wave and smile as we ride by, which we have loved in every country. Even upon entering the country, I feel something different about Malawi. The landscape here is lush and green. The people are everywhere in the streets and the water licks along the roads.

One day while driving we see several green plants walking down the road. When we stop, they run at us and start grunting and howling. Their costumes are made from huge banana leaves, burlap sacks, tin cans and other findings. They carry sticks and wands that have skewered mice on them. Pierre and I try to get them to talk but it only makes them dance and howl more, and we laugh trying to get them to hold still so we can photograph them. Their characters are so strong I am sure they are in a trance or at least working up to it. We offer them some small change for the pleasure of their primal screams and they take off down the road yowling even louder.

Anyone we pass on the street, we can stop and talk to. Maybe not in the same language, but like that matters. I love that this continent lives outdoors and interacts with nature and all things wild. Its beautiful and one day, it won't be like this anymore. Ways of life, languages and religions are dying out and becoming less and less in number as civilized countries bring their "bigger, better, more-improved" namby-pamby ways to less developed countries. Also along our journey we've learned about the fascinating burial rituals of several tribes, like the tiny village we stopped at in the middle of no where. Again, only one kid could speak English (it is a bizarre phenomenon how often this happens), and we walk to the graveyard of the villagers where I see a huge white cow. It is where the chief is buried, and perhaps his cows are buried there with him. This grave made me almost want to be buried instead of cremated until I remembered the embalming part. When we stop at the small villages, the men always come close but the women stay several feet or more away. We always try to wave to them, at which point their faces light up and they all wave, waiting for the men to return and tell them who about the strange looking strangers.

We take off and drive hours along the lake to the small town of Nkata Bay. The town sits right on Lake Malawi which is the main excitement we've had about coming to Malawi. The lake is 310mi/500km long and is the country's main attraction. 75% of ALL fresh water fish species swim here. Nkata Bay has only windy dirt paths, huts, outdoor markets, and the local boys play continuous games of soccer with their bare feet. There is no email, post office, bank, or other frivolous stuff here. Perfect. It's a cool town and Pierre and I rent a large cottage that sits in the woods, and opens right onto the magnificent lake.

The villagers walk and talk with us and teach us some local language. One day we notice that the loose running dogs continuously follow us and only later realize it is because we are white skinned. As soon as they see another white person, they take off and follow those people. This was hilarious and we figure that their owner must be white and so they relate to us by this. woof.

During the long walk home tonight we saw the villagers making bricks for their houses and shops. Huge outdoor, brick ovens sit next to the road with enormous fires burning inside them. Clay is dug from the earth, mixed with water and other delights, smoked and burned for a few days, and presto - a bona fide brick. The labor and intense heat are incredible for something we take so for granted. These fires burned for days...


Le franchissement de la frontière pour entrer au Malawi était interminable mais facile, et une scène bien typique se déroula autour de moi pendant tout ce temps. Un camion surchargé plein de poulets et de grosses mammas noires; un semi-remorque rempli à ras-bord de millions de sardines en vrac; des troupes de gamins errant sur leurs vélos; les poses royales des officiers militaires. J'ai une conversation étrange et amusante avec un homme. Ça fait un moment que nous parlons quand il me demande d'où je suis. Quand je lui réponds "je suis Américaine", il s'exclame "Oh que j'adorerais aller en Amérique, où tout est si facile". Le tableau qu'il me décrit est celui de quelqu'un qui a regardé trop d'épisodes de "Dallas". Il ajoute que les Américains et les Blancs ont bien de la chance. Je lui dit qu'avec sa bonne santé, sa jeunesse, sa famille et sa ferme, il est vraiment bien bien plus chanceux que bon nombre d'Américains ne le seront jamais. Il a l'air complètement confus et semble ne pas savoir que dire. Je lui apprends que dans la ville de New York il y a des milliers de gens qui vivent dans des boites en carton et font les poubelles pour se nourrir, et que beaucoup de ces sans-domicile vivent même sous terre. Chaque année des centaines de personnes meurent dans la rue de froid, de faim ou de maladie, et que pour certains personne ne sait qui ils sont parce que leur famille les a abandonnés. Ça le stupéfait. "Des Blancs?! Pas possible. Les Blancs ne mendient pas". "Mais bien sûr que oui, ils mendient. Quand je rentre chez moi en voiture en Californie, des Blancs viennent taper sur le pare-brise et tendent la main pour de l'argent". "Non, je ne vous crois pas. Les Blancs ont de l'argent, ils ne sont pas pauvres. Surtout en Amérique". C'était un type intelligent et articulé mais ils ne pouvait pas imaginer une personne qui serait à la fois blanche et pauvre. Il n'en avait jamais vu.

Pierre et moi nous rendons vite compte que le Malawi est le premier pays depuis la Tunisie où les gens ne nous demandent pas continuellement d'acheter des trucs. Notre réponse initiale, tendue et distante, envers ceux qui nous approchent les premiers jours, me montre comme nous avons été conditionnés à attendre ce genre de comportement. Il est très apparent, très vite que les gens au Malawi veulent juste parler, ou marcher avec nous. Ici aussi, ils saluent ou sourient alors que nous passons en moto, ce que nous avons adoré dans tous les pays. Dès l'entrée même au Malawi, je sens quelque chose de différent à propos du pays. Les paysages sont riches et verts. Les gens sont partout dans les rues et l'eau affleure au bord des routes.

Un jour alors que nous conduisons, nous voyons plusieurs plantes vertes en train de marcher le long de la route. Quand nous nous arrêtons, elles se précipitent vers nous et commencent à grogner et hurler. Leurs costumes sont fait d'énormes feuilles de bananes, de sacs de jute, de boites de conserves et d'autres récupérations. Ils portent des bâtons et des baguettes où sont enfilées des souris comme sur des brochettes. Pierre et moi essayons de les faire parler mais ça ne fait que les pousser à danser et hurler de plus belle, et nous rigolons à essayer de les faire tenir tranquille pour pouvoir les prendre en photo. Leurs personnages sont si forts, je suis sûre qu'ils étaient en transe ou au moins en train de s'y préparer. Nous leur offrons un peu de monnaie en échange du plaisir de leurs cris primitifs et ils continuent leur route en hurlant encore plus fort.

A chaque fois que nous dépassons quelqu'un sur la route, nous pouvons nous arrêter et parler. Peut-être pas le même langage, mais ce n'est pas ce qui importe. J'adore le fait que ce continent vive dehors et interagisse avec la nature et toutes choses sauvages. C'est magnifique, et un jour ce ne sera plus jamais comme ça. Des manières de vivre, des langues, des religions sont en train de mourir et de se réduire en nombre de plus en plus alors que les pays civilisés apportent leurs visions insipides du "plus gros, plus mieux, et encore plus mieux" au pays moins développés. Le long de notre voyage, nous avons découvert les fascinants rituels funéraires de plusieurs tribus, comme dans ce petit village où nous nous sommes arrêtés au milieu de nulle part. Une fois de plus, un seul gosse sait parler anglais (c'est curieux de voir comme cela se reproduit souvent), et nous marchons vers le cimetière du village où je vois une énorme vache blanche. C'est là qu'est enterré le chef, et peut-être que ses vaches sont enterrées avec lui. Cette tombe me donne presque envie d'être enterrée plutôt qu'incinérée, jusqu'à ce que je me rappelle la partie concernant l'embaumement. Quand nous nous arrêtons dans des petits villages, les hommes s'approchent toujours mais les femmes restent au moins à plusieurs mètres de distance. Nous essayons toujours de leur faire des signes, auquel point leurs visages s'éclairent et elles saluent toutes, en attendant que les hommes reviennent et leur racontent tout sur ces drôles d'étrangers.

Nous continuons et conduisons des heures le long du lac jusqu'à la petite ville de Nkhata Bay. Le village est juste sur le Lac Malawi, qui la raison principale pour laquelle nous sommes venus au Malawi. Le lac fait 500km de long est constitue l'attraction principale du pays. 75% de tous les poissons d'eau douce s'y trouvent. Nkhata Bay n'a que des petits chemins tortueux en terre, des huttes, des marché de plein-air, et les garçons du coin jouent continuellement au foot avec leurs pieds nus. Il n'y a pas d'email, de poste, de banque, ou d'autres choses superflues ici. Parfait. C'est une village sympa et Pierre et moi louons un grand chalet situés dans les arbres et qui ouvre droit sur le superbe lac.

Les villageois nous parlent et marchent avec nous et nous apprennent un peu la langue locale. Un jour nous remarquons que les chiens abandonnés nous suivent continuellement et ce n'est que plus tard que nous réalisons que c'est parce que nous avons la peau blanche. Aussitôt qu'ils voient un autre Blanc, ils s'en vont et le suivent. C'est vraiment marrant, et nous imaginons que leur propriétaire doit être blanc et donc se lient à nous pour ça. Ouaf.

Pendant notre longue marche pour rentrer à la maison ce soir, nous voyons les villageois faire des briques pour leurs maisons et leurs magasins. Un gigantesque four à brique se tient en plein-air le long de la route avec d'énormes feu brûlant à l'intérieur. L'argile est creusée dans le sol, mélangée à de l'eau et autres délices, fumée et brûlée pendant plusieurs jours, et hop - un bonne brique prête à l'emploi. Le labeur et la chaleur intense sont incroyables pour quelque chose que nous prenons tellement pour acquis. Ces feux brûlent pendant des jours...


To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici

Monday - October 20, 2003

Eat me Mommy fish

Pierre and I get A+ in school
Bouffe-moi Maman-poisson - Pierre et moi faisons 20 sur 20 en classe

As for the real reason we love it here, we are spending the week getting our SCUBA certification from Scuba Africa. We suit up everyday at 9am and again at 3pm for an hour of vertigo. It's so amazing to swim with the fish 1/2 mile down in the water. It reminds me of a womb I used to know. The lake has 75% of the fresh water fish species in the world! My favorite fish is a Cichlids fish, aka. The Mommy fish. When threatened, the Mommy fish opens her mouth and all of her babies swim inside her. There are 50 or so babies, and they all are able to fit in her jaws as she swims aggressively around the threatening intruder. We watch her one afternoon, and when she feels safe, ploof! all the babies get spit back out.



We love and admire our instructor, Ian. He is so cool and informed, and Pierre and I have him all to ourselves for an entire week. The communication we have with one another underwater is perfect. I love the language of scuba: everything is done with hand signals and one only uses words that are necessary. Nothing more. I have never experienced this type of communication and it gives a lot of thought to my nights.
* Ian is the one responsible for making me swear off fish (my favoritefood) for good. Except maybe my obsessive-compulsive fits of Sushi.


Ian specializes in sharks, and although sharks have survived 4 global mass extinctions, in 10 years he has learned there will be no more sharks left if killing continues as it is done today.
They are being killed at a rate of 200+ million per year just for their fins alone (Shark fin soup, which the Chinese can't get enough of). He was so passionate about his work. His desire and way of sharing his experience will change many minds and actions I think. His impact on me has already saved many a finy friend.

When I am under the water for long periods it is like existing in another universe, and though this saying is over-used, there's nothing more poetic or better I can think of to describe it. Floating around in limbo, and hanging out with my eyeballs only inches away from magnificent creatures of all colors and weirdnesses. Pierre gives in his blog a beautiful description of what it's like and he tells you much more about the Mommy Fish too.


After two weeks, we decide to leave the bay and the fish because it is getting hot like a McDonald's freedom fry (hahaha what hypocrisy). We ride and wind our bikes through paths, mountains and small villages hidden in the large palm-leafed trees. We slowly creep back into 'civilization' where I learn that my fellow citizens have elected the Republicanator as the Governator of CA. Mickey Mouse in Florida, Dopey in Texas, and a robot in California. My God. It is Disney World. Where's the Gnomes? Where's Waldo?.




La raison pour laquelle nous nous plaisons tellement ici, c'est que nous passons la semaines à obtenir notre brevet de plongée sous-marine chez Aqua-Africa. Nous enfilons nos combinaisons tous les jours à 9 heures du matin et à nouveau à 3 heures l'après-midi pour une heure de vertige. C'est tellement génial de nager avec les poissons loin dans l'eau à 1km des côtes. Ça me rappelle un certain utérus que j'ai bien connu. Le lac a 75% des espèces de poissons d'eau douce dans le monde! Mon préféré est un poisson de la variété des cichlides appelé Mommy Fish ("Maman Poisson"). Quand elle se sent attaquée, la Mommy Fish ouvre la bouche et tous ses bébés viennent s'y réfugier. Il y en a une cinquantaine et ils peuvent tous trouver place entre ses mâchoires alors qu'elle nage vigoureusement autour de l'intrus menaçant. Nous la regardons un après-midi, et dès qu'elle se sent en sécurité, plouf!, tous les bébés se font recracher dehors.



Nous adorons et admirons notre instructeur, Ian. Il est vraiment sympa et compétent, et Pierre et moi l'avons pour nous seuls pendant toute une semaine. La communication que nous avons sous l'eau est parfaite. J'aime bien le langage de la plongée: tout est fait par signes de la main et on n'utilise que des mots qui sont nécessaires. Rien de plus. Je n'ai jamais connu ce genre de communication et ça me donne plein de choses à réfléchir pendant mes nuits.
* Ian est responsable de m'avoir fait jurer de ne plus toucher du tou au poisson (ma nourriture préférée). Sauf peut-être pendant mes accès obsessifs-compulsifs de sushi.


Ian est spécialise des requins, et même si les requins ont survécus 4 vagues d'extinction massives sur Terre, il a appris que dans 10 ans il n'y aurait plus de requins du tout si le massacre continue comme aujourd'hui.

Ils sont exterminés au rythme de plus de 200 millions par an juste pour leurs ailerons (pour la soupe au ailerons de requins dont les Chinois ne peuvent se passer). Il est tellement passionné par son boulot. Son désir et sa manière de partager son expérience changeront pas mal d'esprits et d'actions, je pense. Son impact sur moi a déjà sauvé pas mal d'amis à nageoires.

Quand je me trouve dans l'eau pour de longues périodes, c'est comme vivre dans un autre univers, et même si c'est classique de dire ça, il n'y a rien de plus poétique ou de plus exact pour le décrire. Flotter entre deux eaux, et me promener avec mes yeux à quelques centimètres de créatures magnifiques de toutes les couleurs et les plus bizarres qui soient. Pierre donne dans son blog une bien belle description de ce à quoi ça ressemble, et il vous fournit aussi bien plus de détails sur la Mommy Fish.


Après deux semaines, nous décidons de quitter la baie et les poissons parce qu'il commence à faire chaud comme une Freedom Fry de McDonald's (ouaf ouaf, quelle hypocrisie). Nous nous en allons et faufilons nos motos à travers chemins, montagnes et petits villages cachés parmi des arbres aux énormes feuilles en forme de palmes. Nous remontons lentement vers la "civilisation" où j'apprends que mes concitoyens ont élu le Républicanator comme Gouvernator de Californie. Mickey Mouse en Floride, Droopy au Texas, et un robot en Californie. Mon Dieu. C'est Disney World. Où sont les nains? Où est Waldo?





To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici

Thursday - October 23, 2003

I have 4 husbands!

and other true stories
J'ai 4 maris! - et autres histoires vraies

One day, I am waiting for Pierre outside a building with our bikes and I strike up a conversation with several fine, strapping male youths, 15-23 yrs. old. Eventually, after beating around the bush, they ask me flat out, "How can I get me a white girlfriend?" We talk about this problem for awhile, and finally I get around to telling them that I don't think they would like it in my country. "Why?" they plea ready to argue any point. I tell "because of our customs", and that "Where I come from, I already have 4 husbands who cook and clean for me and take care of my children to my liking, so I don't need any more husbands right now, thanks". They can't understand this, and ask silly questions like, "Where are they now?". The funny thing is, they don't bother to ask me where or what my country is. Eventually Pierre comes out and we ride off - me never correcting my story in hopes that it starts a long myth of 'the land where women have many husbands'.

Siagara gani ngwaula.
Thats goodbye in Malawi's Yoa language.



Un jour, je suis en train d'attendre Pierre devant un immeuble avec nos motos et je démarre une conversation avec plusieurs jeunes gars sympas et costauds, de 15 à 23 ans. Au bout d'un moment, après avoir battu le terrain, ils me demandent de but en blanc "Comment est-ce que je peux faire pour me trouver une copine blanche?". Nous parlons un peu du problème, et finalement j'en arrive à leur dire que je ne pense pas qu'ils aimeraient vivre dans mon pays. "Pourquoi?" plaident-ils, prêts à discuter chaque point. Je leur dit "à cause de nos tradition", et que "là d'où je viens, j'ai déjà 4 maris qui cuisinent et font le ménage pour moi et prennent soin de mes enfants tout comme je le veux, donc je n'ai pas besoin d'avoir plus de maris en ce moment, merci". Ils n'arrivent pas à comprendre et posent des questions stupides comme "Où sont-ils maintenant?". Le plus drôle c'est qu'il ne se donnent même pas la peine de me demander quel est mon pays, où est-ce qu'il se trouve. A la fin, Pierre ressort et nous nous en allons - moi n'ayant jamais corrigé mon histoire dans l'espoir qu'elle démarre un long mythe de ce "pays où les femmes ont plusieurs maris".

Siagara gani ngwaula.
Ça veut dire au-revoir dans la langue Yoa au Malawi.

To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici

Monday - October 27, 2003

Zambia, the Real Africa

The Lion King and the Virgin Queen
Zambie, la Véritable Afrique - Le Roi Lion et la Reine Vierge

Pierre and I have just rode 800 miles through Zambia, and are going to see Victoria Falls today. Zimbabwe is the superior side to view them from, but because of Mugabe's continued corrupt and oppressive rule that asks us $100 for a one-day visit, we've chosen not to go. Inflation in Zimbabwe is now 1000%, the GDP collapsed by 30% in 4 years, unemployment is over 70%, and there is complete censorship to all forms of media. Political dissent will land you in jail for an unforetold time. The last elections were stolen (just like Bush) and thus "president" Mugabe continues his 25 year rule with each year growing worse. The worst of tensions were manufactured between the white farmers and native blacks. Many farmers were ran off their land or killed, but then the majority of the local black community had no idea how to sustain and run the farms, which caused even further starvation and poverty. The country is in turmoil, any money entering the country can be suspect of furthering even more corruption, and so, though the country was once an economic role-model and one of the most highly desired destinations of Africa, we passed on Zimbabwe, and the possibility of our tourist dollars finding their way into Mugabe's grubby, nubby fingers.

We instead stayed in Zambia and experienced what for some is the "Real Africa". In a region of Africa that is so influenced by the west, Zambia has remained for the most part, unmodernized. In the past, Zambia has been regarded as a place to 'get through' or avoid, but it is changing rapidly and drawing more and more tourists for the same reason it used to repel them.

There are only 9.6 million people in Zambia. One US$1 is worth 4,700 Zambian Kwachas! Like so many countries in Africa, the colonizers came and depleted so much of the country's natural resources (in this case, copper) that Zambia is still suffering from the loss today. Most of Zambia's income is from agriculture. Still, in the 1990s, 90% of the population still lived in poverty (the highest percentage in the world for the countries that publish this statistic). Inflation was at 80% until 2000 when it finally dropped below 20%.


Pierre's Grandfather Paul, traveled to Zambia in the 1920's and he and his family lived here for 30 years. Even though he did not have a formal training in theology, he became a missionary and built the first industrialized school in Senanga (a remote village). The people here were the Lozi people, and Paul taught them construction, wood-working and mechanics. His first students became teachers themselves. Pierre's mom, Françoise, spent her first 14 yrs. of life in the middle of this far-off and tiny village. In most places people had never seen a white person, and Françoise was the only white girl in more than 3 days around. I wonder how growing up in this landscape and culture effected who she's become as an adult...

Walking in the center of town today, we notice two very nice BMW bikes (they stick out here). We stop to talk with the guy standing next to them and when he eventually introduces himself as Helge Pedersen, mine and Pierre's mouths drop to the ground. Helge is the Norwegian guy who rode his motorcycle solo, all-over-and-around the world over a course of 10 years (Alaska, Russia, Japan, The Darien Gap in Columbia, everywhere) He's crazy. He published a coffee table book "10 Years on 2 Wheels". A book of great story-telling and photography that I recommend to everyone. I even bought a copy for my dad for Christmas. Before leaving on our journey, Helge's stories inspired a great deal of our anticipation. I would lay in bed and yell at Pierre, "My God, Helge pulled 73 leeches off himself today." Now he has a few more years and he's leading other motorcyclists on tours all over the world. We are having dinner with him and his girlfriend Karen (who we also know from his book) tonight. I look so forward to this for my own reasons, but also because it has been Pierre's long hope to be able to work with him one day.


Africa is a huge continent but a small world. We constantly hook up with and meet the motorcyclists that other motorcyclists tell us about. For one example, we meet Nick in Chad, then months later meet 2 riders who also have met him on their way. Then one day we are eating dinner in Tanzania and who do we see walk by? Nick! We learn that he has also met still other bikers that we have met along the way. Everyone is constantly hearing about one another and it's too peculiar and strange the frequency with which this happens. Its like a psychic network with everyone talking and learning about eachother through everyone else.

One morning in Livingstone, we are making breakfast in the kitchen and a woman comes yelling through the door, "Don't drink the water ... dry your dishes, don't eat fruit. There's been an outbreak of Typhoid!" Pierre and I are vaccinated, but what what does this mean for all the children and their parents who can't afford or don't have access to treatments? Those who are going to die from yet another outbreak? Accept it? God's will? "Accepting God's Will" is what they must keep telling themselves.... And more and more I understand that Africa perseveres and maintains hope based on its devotion and unquestioning faith.


What could be more difficult to judge and decide the winner of than Miss Virginity 2003? I don't know how they do it, nor what questions they ask, I don't even know what they do (or don't do), but it sure seems a little creepy to me... Welcome everyone to Miss Abstinence 2003. A pretty dress, a female gender, and um...some other stuff is all you need.


Everywhere in Zambia we see virginity and condom ads. With the rise of AIDS I was grateful to see a community openly participating in the education of it's people. I was heavily questioning the very somber and aging man-model for this billboard, but then Pierre informed me that this man is the almighty Ancestral Lion King Chief of the province. "Just doin' my job"



The virgins were another story. Pink hearts and yellow moons, green clovers and purple virginity. It is the height of the Aids campaign, and support, funding, and outreach programs are so great to see. If virgin-flower-power slogans and bad color schemes are what drops the figures on AIDS related deaths, I am all for it.
* By 2010, the total number of children orphaned by AIDS is expected to nearly double, to 25 million.

And in regards to the millions in Aids funding Bush promised to Africa during his 5 day photo op,... I mean African victory lap .... President Bush recently cut funding from AIDS relief in Africa, even despite his promise in the State of the Union address. Perhaps Miss Virginity 2003 isn't such a bad idea after all.






Pierre et moi venons de parcourir 1200 kilomètres à travers la Zambie, et nous allons voir les Chutes Victoria aujourd'hui. Le Zimbabwe est le meilleur endroit pour les découvrir, mais à cause du régime corrompu et oppressif de Mugabe qui nous demande 100 dollars pour une seule journée de visite, nous avons choisi de ne pas y aller. L'inflation au Zimbabwe est de 1000%, le PNB s'est écroulé de 30% en 4 ans, le chômage dépasse les 70%, et il y a une complète censure de toutes les formes de médias. La dissidence politique t'expédie en prison pour une durée indéterminée. Les dernières élections furent volées (exactement comme Bush) et donc le "président" Mugabe pousuit son régime vieux de 25 ans qui empire chaque année. Les pires tensions furent fabriquées entre fermiers blancs et autochtones noirs. De nombreux fermiers furent chassés de leurs terres ou tués, mais ensuite la majorité de la communauté locale noire n'avait aucune idée de comment maintenir et faire tourner les fermes, ce qui mena à encore plus de misère et de famine. Le pays est en ébullition, toute forme d'argent qui y entre peut être suspectée de pousser encore plus à la corruption, et donc, même si le pays fut un temps un modèle économique ainsi qu'une des destinations les plus prisées en Afrique, nous avons donc évité le Zimbabwe, et la possibilité que nos dollars de touristes ne trouvent leur chemin vers les doigts crochus et avaricieux de Mugabe.

A la place, nous sommes restés en Zambia et découvert ce qui pour certains est la "Véritable Afrique". Dans une région de l'Afrique qui est tellement influencée par l'Ouest, la Zambie est restée pour la plupart intouchée. Par le passé, la Zambie était vue comme un endroit juste "à traverser" ou à éviter, mais le pays change rapidement et attire de plus en plus de touristes pour la même raison qui traditionnellement les repoussait.

Il y a 9,6 millions d'habitants en Zambie. Un dollar américain vaut 4700 Kwachas zambiennes! Comme dans tant de pays en Afrique, les colonisateurs sont venus et ont pillé la plupart des ressources naturelles (ici, le cuivre) et la Zambie en souffre toujours aujourd'hui. La plupart des revenus du pays vient de l'agriculture. Dans les années 90, 90% de la population vivait sous le seuil de pauvreté (le taux le plus élevé du monde parmi les pays qui publient cette statistique). L'inflation était à 80% jusqu'à l'an 2000 quand elle est finalement tombée à 20%.


Le grand-père de Pierre, Paul, a rejoint la Zambie dans les années 1920 et y a habité avec sa famille pendant 30 ans. Même s'il n'avait pas de véritable formation en théologie, il devint un missionnaire et bâtit la première école industrielle à Senanga (un village isolé). Les gens là-bas s'appelaient les Lozi, et Paul leur enseigna la construction, le travail du bois et la mécanique. Ses premiers étudiants devinrent enseignants à leur tour. La maman de Pierre, Françoise, a passé les 14 premières années de sa vie au milieu de se petit village reculé. Dans la plupart des endroits, les gens n'avaient jamais vu de blancs, et Françoise était la seule fille blanche à 3 jours de route. Je me demande comment avoir grandi dans ce paysage et cette culture a pu affecter la personne qu'elle est devenue une fois adulte.

En marchant dans le centre-ville aujourd'hui, nous remarquons deux superbes motos BMW (elles sont faciles à voir ici). Nous nous arrêtons pour parler avec le type qui se tient à côté et quand il finit par se présenter comme Helge Pedersen, nos deux mâchoires à Pierre et moi tombent par terre. Helge est le Norvégien qui a chevauché sa moto tout seul tout autour du monde pendant 10 ans (Alaska, Russie, Japon, le Darien Gap en Colombie, partout). Il est cinglé. Il a publié un grand livre de photos "10 Years on Two Wheels" ("10 Ans sur Deux Roues"). Un bouquin avec de superbes histoires et photos que je recommende à tout le monde. J'ai même acheté une copie pour mon papa pour Noël. Avant d'entamer notre périple, les histoire d'Helge ont inspiré une bonne partie de notre anticipation. Je pouvais être allongée sur le lit et crier à Pierre, "Bon sang, Helge s'est retiré 73 sangsues aujourd'hui". Maintenant, il a quelques années de plus et il conduit d'autres motards en voyage partout à travers le monde. Ce soir, nous allons dîner avec lui et sa copine Karen (que nous connaissons aussi par le livre). Je me réjouis à l'avance pour mes propres raisons, mais aussi parce que Pierre espère depuis longtemps pouvoir travailler avec lui un jour.



L'Afrique est un immense continent mais un petit monde. Nous rencontrons constamment les motards dont d'autres motards nous ont parlé. Par exemple, nous rencontrons Nick au Tchad et plusieurs mois plus tard nous rencontrons 2 motards qui l'ont aussi aussi vu sur leur route. Puis un jour alors que nous sommes en train de dîner en Tanzanie, qui voyons-nous marcher par là? Nick! Nous apprenons que lui aussi a rencontré d'autres personnes que nous avons vues. Tout le monde entend parler de tout le monde d'autre, et c'est vraiment trop bizarre la fréquence à laquelle ça se produit. C'est comme un réseau psychique où tout le monde se parle et entend parler des autres par l'intermédiaire de chacun.

Un matin à Livingstone alors que nous sommes en train de préparer le petit-déjeuner dans la cuisine, une dame arrive et hurle sur le pas de la porte "Ne buvez pas l'eau... séchez vos plats, ne mangez pas de fruits, il y a une épidémie de typhoïde!". Pierre et moi sommes vaccinés, mais qu'est-ce que ça signifie pour tous les enfants et leurs parents qui ne peuvent pas se payer ou n'ont pas accès aux traitements? Ceux qui vont mourir d'une épidémie de plus? L'accepter? La volonté divine? "Accepter la Volonté de Dieu", c'est ce qu'ils doivent se dire... Et de plus en plus, je comprends que l'Afrique ne s'accroche et ne maintient l'espoir que grâce à sa dévotion et à sa foi inconditionnelle.



Y a-t'il une chose plus difficile à juger, et de vainqueur à déterminer, que Miss Virginité 2003? Je ne sais pas comment ils se débrouillent, ni les questions qu'ils posent, je ne sais même pas ce qu'elles font (ou ne font pas), mais tout ça me semble un peu louche... Bienvenue tout le monde à Miss Abstinence 2003. Une jolie robe, être de sexe féminin, et euh... quelque chose d'autre et c'est tout ce dont vous avez besoin.


Partout en Zambie, nous voyons des publicités encourageant la virginité et les préservatifs. Avec la monté du sida, j'étais reconnaissante de voir une communauté participer ouvertement à l'éducation de son peuple. Je me posait de sérieuses questions à propos du type un peu sombre et âgé qui posait comme modèle pour cette affiche, mais Pierre m'a alors appris que l'homme se trouve être le tout-puissant Roi Lion ancestral, chef de la province. "J'fais juste mon boulot".


Les vierges, c'était une autre histoire. Coeurs pastels et papillons, la virginité en rose. C'est le summum de la campagne anti-sida, et c'est chouette de voir des programmes de support, de financement et d'entraide. Si des slogans de vierges "flower-power" et des combinaisons de couleurs criardes sont ce qu'il faut pour faire tomber les chiffres des morts du sida, je suis toute pour.
* D'ici 2010, le nombre d'orphelins du sida devrait doubler pour atteindre les 25 millions.

Et quant aux millions pour le financement anti-sida que Bush a promis pendant sa tournée publicitaire de 5 jours... son tour victorieux de l'Afrique, je veux dire... Le président Bush a récemment coupé les financements d'aide contre le sida en Afrique, en dépit même de sa promesse lors du discours sur l'État de l'Union. Peut-être que Miss Virginité 2003 n'est pas une si mauvaise idée après tout.







To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici

Sunday - November 02, 2003

B-O-T-S-W-A-N-A

Who said I can't spel?
Qui a dit que j'sais pas épeuler?

B: is for Border crossing

...And being welcomed into Botswana. In the local language of Tswana, "Hello" is "Dumela mma". If you are standing on your doorstep though, you must say "Ko Ko!". If you really want something, say "Tsweetswee" and you'll certainly get it.



O: Is for Oil pollution

We exit Zambia and arrive at the border on one of only two main routes leading into Botswana. I see premonitions that a very sparse and simple country lay ahead of us. A ferry that can only carry 5 automobiles at one time must float us over to the Botswana side of the river, and so we wait for it to arrive under a tree, talking to the locals. Finally as we board, we notice the ferry is leaking oil into the river like mad and we can see it pool and coagulate on the surface. Just 50 feet away from us, people are washing their clothes, and next to them young boys fish for fish. They do not see the connectedness of what's happening in their river. The famous painter of Zambia, Stephen Kappata, did a painting entitled, "The people of Zambia swim, wash clothes, fish, boat, water their animals from the same river". Our ferry finally begins it's journey and spews out smoke, spits some crud, and chugs off in effort to take us across the river and into Botswana. I love ferries.



T: is for Ticks

This evening we stay at a creepy, desolate campsite in the middle of no where. We are the only ones here, and after dinner at the restaurant, we walk back to the creepy campsite to discover Insect Mania!!! Bats flying overhead, screaming crickets, and a fireworks of indecipherable bugs flying all around. First, we find 2 huge beetles mating. While the male sits like a cherry on the female's back - conducting his manly duty - she continues to run around devouring smaller, less swift insects. Sex must make beetles hungry. There are also scorpions. They put the tip of their tail just outside their hole, and when a beetle comes by, they sting the hell out of it. Pierre became upset when I started playing with the scorpions, so all the fun ended and we went to bed.

The next day while driving on the road, there are 1000's of millipedes for miles and miles covering the asphalt. Some small like worms, some humongous like a snake (12" long) . We constantly swerve to miss the big ones, but they cover the road. It was Millipede Migration 2003. This landscape of worms lasted for at least 2 hours. They finally cleared up, and after several hours of driving, we both start getting bit by something. Arms, chest, neck. It takes us all day to figure out that the camp ground we slept at last night was infested with ticks, and they are in all of our clothes! Yuuuuk. When we stop for the evening we drown them all, and have arguments over who has the best technique for death.

If you love bugs, you will looove Africa. I can even make you a cricket stew if you ask.


S is for the San People

I never was able to read as much as I wanted to about Botswana, but I did find out about the San people. They have inhabited this part of Africa for at least 30,000 years and have a fascinating story. They were nomadic tribes people following the seasons and animals. They had no appointed leaders or chiefs, possessed no land, no animals, crops, nor personal effects. They survived like this for thousands of years. It's a world impossible for any of us to imagine. John Lennon tried to sing about it though. Their traditional existence has been wiped out by "civilization" with it's private property, reserves, tourism, and so on, and now they live what seems a rather bleak life on reserves. It reminds me tremendously of the American Indians.


W : is for big fat Wallet

Botswana is one actual African country that received independence before European colonizers discovered and extorted all it's natural resources. Botswana discovered 3 of the world's largest diamond formations and the resulting money seems to be being used for social programs and improvements to the country. Botswana is expensive as hell though, and after a few days in the country, Pierre and I opted to save our shrinking wallet and to run away from the 100+ heat. So, we drive quickly through Botswana on it's oh so few roads in 4 days total, and head East towards Namibia.

* I had the best, deepest sleep of the entire trip in Botswana. Why? Were the stars aligned just so? Was my head at perfect north? Interest in my dreams and the manipulation of them grows.



A: is for AIDS

Aides is probably the greatest problem Africa has ever faced. It's been the leading cause of death in the continent since 1990. Over the next few years its predicted that over 60% of children in Botswana will die from AIDS. In South Africa 1500 people become infected everyday. On average people hear once per week that an acquaintance, friend, or family member has died from AIDS. What effect does this have on a people's moral? Years of such indiscriminate death and loss must effect the collective conscious in extremely deep ways.

However, Botswana shows one of the world's highest economic growth rates, and seemed a role model to many other Africa countries. It is a peaceful country, and thats the best thing one can be.

Pierre and I find Botswana extremely modern, but too slow and it feels too safe. We have just come from countries where outbreaks of shootings and attacks occurred on a somewhat regular basis, and we're just not getting that rush!



N: is for in the middle of Nowhere

My best friend Ian and I use the word Botswana in our conversations from time to time to refer to something that is "empty, nowhere, barren", but I barely knew where it was on a map, nor realized how empty, middle-of-nowhere it really is. Flat, dust, bush, brown. That's it for 100's of miles and kilometers. Goats are everywhere as we drive along the roads and we are in constant awe that they aren't jumping in front of us. Eat goat 7 days a week, 3x's a day. You are what you eat. Everyone here is a goat.



A is for Acute Heat

The
Arrival of the sun is
Absolutely
Awful here
and one cannot
Avoid it.
As soon as I
Awake it
Attacks me. Its
Acute rays
Assault me,
as it
Acts to
Agitate my skin
and gives me yucky
Acne. The heat causes my bad
Attitude too, turning my
Adolescent tendencies into
Arguments and
Abuses on poor Pierre, my
Amor. The more I
Absorb heat, the more we
Argue in
Absentminded ways.
Attacks by the sun on me are
Acidic but never
Arbitrary.
Awareness does me no good,
and I can only
Await the night when I can fall
Asleep and know the sun is
Away. Someone should
Arrest its
Army of heat-sinking
Air and turn it into an
Air-conditioner.

hallelujah, amen



PS: B is also for Baby Elephant

Driving from Kasane to Nata we see several elephants. One had been hit by a truck and lay next to the road. We stop to look at the accident, and notice the 5 or 6 vultures waiting in nearby tree skeletons for us to leave. He was a baby and I wondered how long his mother stayed with him and mourned his death. Is her loss similar to what we experience? Can she eventually forget?

"Tsamayo sentle" Boatswana.



B comme "Border crossing" (franchir la frontière)

...Et se faire accueillir au Botswana. Dans la langue locale du Tswana, "Bonjour" c'est "Dumela mma". Mais si tu tiens sur le pas de la porte, tu dois dire "Ko Ko!". Si tu veux vraiment obtenir quelque chose, dit "Tsweetswee" et tu l'obtiendras certainement.




O comme "Oil pollution" (pollution au pétrole)

Nous sortons de la Zambie et arrivons à la frontière sur l'une des deux routes principales qui mène au Botswana. J'ai des prémonitions qu'un pays très simple et clairsemé s'ouvre devant nous. Un ferry qui ne peut transporter que 5 voitures à la fois doit nous faire passer de l'autre côté du fleuve au Botswana, et donc nous attendons sous un arbre qu'il arrive, et parlons avec les gens du coin. Finalement alors que nous embarquons, nous remarquons que le ferry perd du pétrole comme pas permis et nous voyons former une flaque qui coagule à la surface. À peine à 15 mètres de là, des gens lavent leur linge, et juste à côté, des jeunes garçons pêchent des poissons. Le peintre Zambien bien connu, Stephen Kapppata a fait une toile intitulée "Les Zambiens nagent, lavent leur linge, pêchent, font du bateau et abreuvent leurs animaux dans la même rivière". Notre ferry commence finalement sa rotation et crache sa fumée, décharge quelques saletés, et pétarade sous l'effort en nous traînant à travers la rivière vers le Botswana. J'adore les ferries.



T comme Tiques

Ce soir nous sommes installés dans un camping louche et désolé au milieu de nulle part. Nous sommes les seuls ici, et après un dîner au restaurant, nous revenons vers le camping pour découvrir l'Attaque des Insectes!!! Des chauve-souris au ras des têtes, des crickets hurlants et des feux d'artifice d'insectes indéchiffrables volant partout autour. Nous trouvons d'abord deux énormes scarabées en train de copuler. Alors que le mâle s'assied comme une cerise sur le dos de la femelle - occupé à ses affaires viriles - elle continue à courir aux alentours pour dévorer des insectes plus petits et un peu moins vifs. Le sexe donne faim aux scarabées. Il y a aussi les scorpions. Ils laissent le bout de leur queue pointer hors du trou et quand un scarabée passe par là, ils te le harponnent un bon coup. Pierre s'est énervé quand j'ai commencé à jouer avec les scorpions, donc la rigolade s'est terminée et nous sommes allés au lit.

Le jour suivant alors que nous conduisons sur route, il y a des milliers de mille-pattes sur des kilomètres et des kilomètres couvrant l'asphalte. Certains petits comme des vers, d'autres énormes comme des serpents (plus de 30 centimètres de long). Nous sommes constamment en train de faire des écarts pour les éviter, mais ils couvrent la route. C'est la Migration des Mille-pattes 2003. Ce paysage de vers a duré pendant au moins 2 heures. Ils ont fini par se disperser, et après quelques heures de conduite, nous commençons tous les deux à nous faire bouffer par quelque chose. Les bras, la poitrine, le cou. Ça nous prend la journée pour réaliser que le camping où nous sommes restés la nuit dernière était infecté de tiques, et qu'ils sont sur toutes nos fringues! Beuurk. Quand nous nous arrêtons le soir, nous les noyons tous, et nous nous disputons pour savoir qui a la meilleure technique pour les mettre à mort.

Si vous aimez les insectes, vous allez adooorer l'Afrique. Je peux même vous préparer un ragoût de sauterelles si vous voulez.


S comme le peuple San

Je n'ai pas pu lire tout ce que je voulais sur le Botswana, mais au moins j'ai pu apprendre quelque chose sur le peuple San. Ils ont vécu dans cette partie de l'Afrique pendant au moins 30.000 ans et ont une histoire fascinante. Ils étaient en tribus nomades qui suivaient les saisons et les animaux. Ils n'avaient pas de dirigeants ni de chefs, ne possédaient pas de terres, pas d'animaux, pas de récoltes ni de biens personnels. Ils ont survécu comme ça pendant des milliers d'années. C'est un monde pour nous impossible à imaginer. John Lennon a essayé d'en faire une chanson. Leur existence traditionnelle a été balayée par la "civilisation" et sa propriété privée, ses réserves, son tourisme, et tout le reste, et maintenant ils vivent ce qui semble être une bien triste vie dans des réserves. Ça me rappelle effroyablement les Indiens d'Amérique.


W comme "big fat Wallet" (gros porte-monnaie bien garni)

Le Botswana est un des rares pays africains qui ait reçu l'indépendance avant que les colons européens n'aient trouvé et pillé toutes ses ressources naturelles. Le Botswana a découvert 3 des plus grandes mines de diamants du monde et l'argent qui en découle semble être utilisé pour des programmes sociaux et l'amélioration du pays. Mais le Botswana est vachement cher, et après quelques jours dans le pays, nous décidons avec Pierre d'économiser notre porte-monnaie qui se rétrécit et d'échapper aux températures de 37 degrés et plus. Donc nous conduisons en vitesse à travers le Botswana et ses quelques rares routes en 4 jours total, et nous dirigeons droit à l'est vers la Namibie.

* J'ai eu le meilleur, le plus profond sommeil de tout le voyage au Botswana. Pourquoi? Est-ce que les étoiles étaient alignées? Est-ce que ma tête était droit au nord? Je m'intéresse de plus en plus en mes rêves et en leur manipulation.




- Merde. J'ai oublié l'Afrique.
A comme "AIDS" (sida)

Le sida est probablement le plus gros problème que l'Afrique ait jamais eu à affronter. C'est la première cause de mortalité du continent depuis 1990. On prévoit que dans les quelques années à venir, plus de 60% des enfants du Botswana vont mourir du sida. En Afrique du Sud, 1500 personnes se font infecter tous les jours. En moyenne, les gens apprennent une fois par semaine qu'une connaissance, un ami ou un membre de la famille est mort du sida. Quel effet cela a-t'il sur le moral des gens? Des années de mort et de pertes sans discrimination, ça doit affecter la conscience collective de manière extrêmement profonde.

Le Botswana affiche quand-même une des croissances économiques les plus élevées au monde, et semble être un modèle pour beaucoup d'autres pays africains. C'est un pays paisible, et c'est la meilleure chose qui puisse arriver.

Pierre et moi trouvons le Botswana extrêmement moderne, mais trop lent et on s'y sent trop en sécurité. Nous venons tout juste de pays où des tirs et des attaques sporadiques se produisait de manière régulière, et nous n'avons tout simplement plus ce rush!



N comme le milieu de Nulle part

Mon meilleur ami Ian et moi utilisons de temps en temps le mot Botswana dans nos conversations pour désigner quelque chose qui se trouve être "vide, paumé, dénudé", mais je savais à peine où ça se trouvait sur la carte, et ne réalisais pas combien c'est en fait vide et perdu au milieu de nulle part. Plat, poussière, arbustes, brun. C'est tout pour des centaines de kilomètres. Les chèvres sont partout alors que nous conduisons le long des routes et nous sommes toujours aussi étonnés qu'elles ne sautent pas devant nos roues. Mangez de la chèvre 7 jours par semaine, 3 fois par jour. Tu es ce que tu manges. Tout le monde ici est chèvre.



A comme "Acute heat" (chaleur perçante)

L'Arrivée du soleil est
Absolument
Affreuse ici et on ne peut y échapper.
Aussitôt que je me réveille, il m'
Attaque. Ses rayons perçants m'
Assaillent et il s'
Active pour
Agiter ma peau et me donner un
Acné dégueu. La chaleur me donne aussi une mauvaise
Attitude, transformant mes tendances
Adolescentes en
Arguments et
Abus envers ce pauvre Pierre mon
Amour. Le plus j'
Absorbe la chaleur, le plus je me dispute sans raison. Les
Attaques du soleil sur moi sont
Acides mais jamais
Arbitraires. La conscience ne change rien et je ne peux qu'
Attendre la nuit quand je m'endors et sais que le soleil est
Absent. Quelqu'un devrait
Arrêter son
Armée d'
Air brûlant et le transformer en une installation d'
Air-conditionné.

hallelujah, amen




PS: B est aussi comme Bébé Eléphant

Alors que nous conduisons de Kasane à Nata, nous voyons plusieurs éléphants. L'un a été renversé par un camion et gît sur le côté de la route. Nous nous arrêtons pour regarder les traces de l'accident et remarquons les 5 ou 6 vautours qui attendent dans des squelettes d'arbres à proximité que nous nous en allions. C'était un bébé et je me suis demandé combien de temps sa maman est restée avec lui pour pleurer sa mort. Est-ce que sa perte est quelque chose similaire à ce que nous connaissons? Est-ce qu'elle peut finir par oublier?

"Tsamayo sentle" Boatswana.


To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici

Warthogs are grey

It's what you get when you mix black and white
Les phacochères sont gris - C'est ce que tu obtiens quand tu mélanges blanc et noir

Pierre and I just crossed into Namibia, and with each country, new "modernities" grow. The landscape is green and hilly with Warthog crossing signs every few miles. We see them gathering their babies, sticking their tails high and very stiff into the air, and bolting into the bush whenever they hear the unfamiliar sounds of our motorcycles. When we see them feeding, they crawl around on their knees rooting with their snouts for grass, roots, tree bark, and dead animal snacks - a square meal with all 4 food groups. They remind me of a medieval spell gone awry.

Namibia is the first country in the world to incorporate the protection of the environment into its constitution, with some 14% of the land being protected. Life expectancy of humans is 43 yrs. of age, largely due to the rampant spread of Aids which infects 23% of the adult population, compared to 0.6% in the US.

At the border a young, abled guy and I are talking while Pierre is doing our visas, and he comments to me on how whites have it so good. I tell him that every race has their hardships - the homeless, pimped street kids, chronic illnesses and much worse within every race. But I know this isn't what he is talking about. I also know until I have experienced what it is to be of black skin, my responses count for little no matter how empathetic I am. He is very troubled and very hung up on white/black. I remind him that there are yellow and red, and brown, etc, and that elsewhere, the Japanese look down on the Taiwanese, the Europeans think the Arabs are filthy, and that black and white is only a piece of the big, ugly puzzle. He quickly becomes distracted and starts asking questions about Pierre and whether or not we are married. I explain him that 'yes, we are' in order to keep things ....simple. "Well", he says, "I want to know how I can have a white woman". I will spare you my response to this, but something I said made him exclaim, "Jesus was white", and I smiled so big. "Jesus wasn't white! He was from the middle east." "Really?" "Yea, maybe he was even Chinese or a midget. No one ever wrote about it or took pictures. No one knows. It's most probable he was brown though." The boy's mind moved so fast from one topic to another, just like a kid. It was impressive. After several other jumps, he came full-circle to return to his original premise of blacks having it hard, so I leaned very close to him to kindly say, "You want me to tell you who I think has it hard?! Women. Women have it hard. Many men such as yourself, won't let them into churches or make community decisions, they are raped and then blamed for it, you deny them the right to vote, and you treat them too often like a sad donkey. Yes, you have it hard until you look at your women, so if you want a good understanding of hardship, go talk to them." This was very cathartic for me as you can guess. After all this he shockingly tells me "I like you, you speak the truth". This made me laugh. He was so funny in a queer way. He really wanted to talk and listen and understand and share. Never defensive, or angry, just interested in ideas and sharing. I was all interested as to why he was so curious. Most people are brought up to believe certain ways about, well, almost everything, - but many times there exists no information or conversations within the community to challenge these learned ideas. So many people grow up believing the same thing, but with a feeling there is something missing or wrong. When they finally get to share their ideas amongst others with different views and concerns, many Africans we have met seem to soak it up and enjoy the dialog (with exception of strict Arab Muslims (for me)).

Other than this, I haven't spent much time with locals. I'm pretty sure it's because I am starting to miss having a home, doing art, friends and family, and having the rare commodity of solitude and real privacy when I need it. But most of all, having a home. Maybe it is reaching the end of a continent, or a phase, or the heat, or, or, or... the mind turns and turns.


Pierre et moi venons d'entrer en Namibie et avec chaque nouveau pays, les "modernités" se multiplient. C'est un paysage de collines vertes avec des panneaux "Attention Croisement de Phacochères" tous les quelques kilomètres. Nous les voyons rassembler leurs petits, planter leurs queues toutes droites haut dans l'air, et déguerpir dans les fourrés dès qu'ils entendent le son inhabituel de nos motos. Quand nous les voyons en train de manger, ils se traînent sur les genoux déracinant du museau racines, écorces de bois et cadavres d'animaux - un bon repas bien équilibré. Ils me font penser à un sortilège médiéval qui aurait mal tourné.

La Namibie est le premier pays au monde à avoir inclus la protection de l'environnement dans sa constitution, et environ 14% du territoire sont protégés. L'espérance de vie est de 43 ans, surtout à cause de l'épidémie rampante du sida qui a touché 23% de la population adulte, à comparer avec 0.6% aux Etats-Unis.

A la frontière, je parle avec un jeune type costaud pendant que Pierre va faire les visas, et il me confie combien tout est si facile pour les Blancs. Je lui dis que toutes les races ont leur fardeau - les sans-abris, les gamins prostitués dans la rue, les maladies chroniques et bien pire dans chacune des races. Mais je sais que ce n'est pas ce dont il parle. Je sais aussi que tant que je n'aurais pas connu ce que c'est que de porter une peau noire, mes réponses - quelle que soit ma compassion - ne pèseront pas lourd. Il demeure très confus et accroché au côté blanc/noir. Je lui rappelle qu'il y a des jaunes, des rouges, des bruns, etc, et qu'ailleurs les Japonais méprisent les Taïwanais, les Européens pensent que les Arabes sont sales, et que le noir-et-blanc n'est qu'une pièce de l'énorme et affreux puzzle. Il devient rapidement distrait puis commence à poser des questions sur Pierre et si nous sommes mariés. Je lui explique que "oui, nous sommes mariés" pour garder les choses... simples. "Bien", il fait, "Je voudrais savoir comment je peux faire pour avoir une femme blanche". Je vous épargne ma réponse, mais quelque chose lui fait s'exclamer "Jésus était blanc", et j'esquisse un grand sourire "Jésus n'était pas blanc, il était du Moyen-Orient". "Vraiment?". "Ouais, peut-être qu'il était Chinois ou nabot. Personne n'en a jamais rien écrit ou pris de photos. Personne ne sait. Il est quand-même très probable qu'il fut bronzé". L'esprit du type passe tellement vite d'un sujet à l'autre, comme un gamin. C'est impressionnant. Après quelques autres sauts, il revient au point de départ et son affirmation que tout est tellement plus dur pour les Noirs, donc je me penche tout près de lui et dit gentiment "Tu veux que je te dise qui c'est qui en bave vraiment selon moi?! Les femmes. Les femmes en bavent. Plein d'hommes comme toi ne les laissent pas entrer dans les églises ou prendre des décisions pour la communauté, elles sont violées et on dit que c'est leur faute, vous leur déniez même le droit de vote, et vous les traitez bien trop souvent comme des ânes battus. Oui, vous en bavez jusqu'à ce que vous regardiez vos femmes, donc si vous voulez une bonne compréhension de ce que c'est que d'en baver, allez leur parler". C'était très cathartique pour moi comme vous pouvez deviner. Après tout ça, il me dit de manière étonnante "Je t'aime bien, tu dis la vérité". Ça me fait rire. Il est vraiment drôle, dans un style bizarre. Il voulait vraiment parler et écouter et apprendre et partager. Jamais défensif ou en colère, juste intéressé dans l'échange d'idées. Je voulais vraiment savoir pourquoi il était si curieux. La plupart des gens sont éduqués de manière à croire certaines choses sur, euh, à peu près tout - mais très souvent il n'y a ni information ni conversations dans la communauté pour contester ces idées reçues. Tellement de gens grandissent croyant la même chose, mais avec le pressentiment que quelque chose cloche ou manque. Quand finalement ils arrivent à partager leurs idées avec d'autres personnes qui ont des opinions ou des problèmes différents, beaucoup d'Africains que nous avons rencontrés semblaient tout absorber et apprécier le dialogue (avec l'exception des Arabes Musulmans les plus stricts (pour moi)).

A part ça, je n'ai pas beaucoup passé de temps avec les autochtones. Je suis à peu près sûre que c'est parce que je commence à me languir d'avoir une maison, pratiquer une forme d'art, les amis et la famille, et avoir le bien précieux de la solitude et une réelle vie privée quand j'en ai besoin. Mais par-dessus tout, avoir une maison. Peut-être que c'est l'approche de la fin d'un continent, ou une phase, ou la chaleur, ou, ou, ou... l'esprit tourne et tourne.


To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici

Monday - November 10, 2003

Swakopmund

Welwitschia and Weinerschnitzel
Welwitschia et Weinerschnitzel



What a freaky little town. I feel like I am in Walt Disney World's Celebration where one reviewer asserts, "Whatever we know of reality, it is a product of our cultural conditioning. Disney is the promotion of cultural purity - fascism - the power of unculture" .

The town is painted a myriad of colors, and each building is built in strict geometrics with obscure angles occurring all about. Everything is painted happy-happy in Oranges, Yellows, Blue and Greens! There are enormously wide roads on which almost no traffic exists, and intersections take 30 sec. to drive across. Everything closes at 7 p.m. No cops, no sirens, or loud noise. It's all so calm and peaceful, like everyone OD'd on valium and decided to build a town. Welcome to the land of Swakupmund. Almost entirely white and German, and where you get the sense that the real world is in another dimension. Today, the front page news carried headlines that, "Quads may be causing damage in the dunes". No crime, no problems, just beer, weinerschnitzel, and nap-time for these lucky folk. The town sits right on the ocean and is serene and beautiful. I am so grateful to find such comfort and solace after our long journey south, however, its the kind of town where one might go insane and not even realize it.

While here, I visit the Snake Farm at feeding time and see an 11 ft. Python swallow a live rabbit (amongst other similar, happy-family attractions that need no further detail). Pierre and I then hook up and we visit the crystal museum and see a 14 TON quartz crystal! and get to learn about several new minerals that are indigenous to Africa. We then pad over to the fish aquarium to spy on the miniature sharks and yellow sea turtles. Here, we find even more information on how our oceans everywhere are being fished to death and driving many species to extinction.

We leave the aquarium and lull along in the freezing cold air of the beach which is covered with kelp and shells. We notice several black kids swimming happily in the water but have no idea how they can withstand the sub-zero temperature? To me, it's nothing more than the floating ice box, but to them its a fantasmo playground. I've notice the obvious and blatant segregation here in Namibia, and I wonder what post-apartheid South Africa will be like. This kind of atmosphere hasn't existed in any other part of Africa that we've visited, and it makes us uncomfortable.



The next morning, we take a day-trip on our motorbikes up the winding mountain pistes to visit the Moon Valley, where the landscape looks like... The Moon. We also come across perhaps the strangest and most sickly looking plant in the world: the mysterious Welwitschia plant which grows exclusively in the central part of the Namib desert. It can live up to 2000 years in age and has remarkably bizarre habits which allows it to survive in very harsh localities where the annual rainfall is often less that 25 mm. The roots of Welwitschia can grow up to 30 meters deep. The 'living fossil' was discovered by the Austrian botanist Dr. Welwitsch in 1859 and hence named after him. We found boy ones and girl ones, and then we tried to find our way back home but got lost, then it got dark, and we barely made it through the desert, and back home in time for weinerschnitzel.




Quelle bizarre petite ville. Je me sens comme dans une Célébration de Disney World où un critique affirme "Quoi que nous connaissions de la réalité, c'est un produit de notre conditionnement culturel. Disney est la promotion de la pureté culturelle - le fascisme - la force de l'inculture".

La ville est peinte de myriades de couleurs, et chaque immeuble est construit en géométriques strictes avec partout des angles obscurs. Tout est peint joyeux-joyeux en Oranges, Jaunes, Bleus et Verts! Il y a des avenues incroyablement larges où n'existe presque aucun trafic, et ça prend 30 secondes pour franchir une intersection. Tout ferme à 7 heures le soir. Pas de flics, pas de sirènes, ou de bruits forts. C'est tout tellement calme et paisible, comme si tout le monde avait fait une overdose de valium et décidé de construire une ville. Bienvenue au pays de Swakopmund. Presque entièrement blanche et allemande, et où vous avez le sentiment que le monde réel est dans une autre dimension. Aujourd'hui, la première page du journal fait des titres sur "Les véhicules 4x4 peuvent causer des dommages aux dunes". Pas de crime, pas de problèmes, juste de la bière et des weinerschnitzel (des saucisses viennoises), et c'est l'heure de se coucher pour ces heureux lurons. La ville se trouve juste sur l'océan, sereine et belle. Je suis très reconnaissante de trouver un tel confort et réconfort après notre long voyage, mais c'est le genre de ville où l'on peut devenir fou sans même s'en rendre compte.

Pendant notre séjour, je visite la Ferme des Serpents à l'heure du repas et je vois un python de 3 mètres avaler un lapin vivant (entre autre similaires attractions familiales qui ne nécessitent pas de détails). Pierre et moi nous retrouvons ensuite pour visiter le musée des cristaux, avec un cristal de quartz de 14 tonnes! et nous apprenons des choses sur différents minéraux qu'on ne trouve qu'en Afrique. Puis nous marchons vers l'aquarium pour mater les requins miniatures et les tortues marines jaunes. Enfin, nous recueillons encore plus d'informations sur comment nos océans partout sont pêchés à mort avec plein d'espèces poussées à l'extinction.

Nous quittons l'aquarium et nous baladons dans l'air gelé sur la plage couverte de kelp et de coquillages. Nous remarquons plusieurs gamins noirs nageant et s'amusant dans l'eau, mais nous n'avons aucune idée de comment ils supportent la température glaciale. Pour moi, ce n'est rien d'autre qu'une glacière flottante mais pour eux c'est un fantasme de terrain de jeu. J'ai remarqué la ségrégation évidente et éclatante ici en Namibie, et je me demande de quoi aura l'air l'Afrique du Sud de l'après-apartheid. Ce genre d'atmosphère n'existait dans aucun des autres endroits que nous avons visités en Afrique, et ça nous rend mal à l'aise.



Le matin suivant, nous faisons une virée d'une journée sur nos motos le long de pistes sinueuses dans les montagnes pour visiter la Vallée de la Lune, où le paysage ressemble à... la lune. Nous tombons aussi sur ce qui est peut-être la plante la plus étrange et à l'aspect le plus tordu du monde: la mystérieuse Welwitschia qui ne pousse que dans la zone centrale du désert du Namib. Elle peut vivre jusqu'à 2000 ans et a des habitudes remarquablement bizarres qui lui permettent de survivre dans des endroits extrêmement rudes où la pluviométrie annuelle est souvent en-dessous de 25mm. Les racines de la Welwitschia peuvent pousser jusqu'à 30 mètres de profondeur. Ce "fossile vivant" a été découvert par le botaniste autrichien Dr Welwitsch en 1859 et baptisée d'après lui. Nous en avons trouvé des exemplaires mâles et des femelles, puis nous avons essayer de rentrer à la maison mais nous nous sommes perdus, le soir commençait à tomber, et nous sommes arrivés à la maison juste à temps pour les weinerschnitzels.


To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici

Friday - November 14, 2003

Solo mio

Let me chant the Buddha
Laissez-moi chanter le Bouddha

A concern that comes more and more to a head with me is my need to travel on my own for awhile. It is not to get away from Pierre or anything else, it is simply to just be alone, get perspective and reflect on our trip, my life, and so on with no real external influences. In San Francisco I used to ride my bike for hours and disappear into book stores, coffee shops, galleries and then come home and paint for hours while listening to music, drinking red wine, with my dog's head in my lap. Cell phone off, door latched, and a sense of peace that can only come from uninterrupted solitude/personal space which I desperately need at intervals.

The other reason I need to travel solo is to make mistakes on my own and learn from them. I need to know that I can cross borders, have conflicts, and make difficult decisions in far off lands without always knowing Pierre is there to help me. (Pierre is much better traveled than I). I always have a crutch to fall back on with Pierre, an all too good one sometimes - to which I am ever grateful. He knows what it is to travel alone, and with another, but I do not, and I need to know what it feels like to do these things completely on my own.

One morning we take the decision to split-up for the day, to take two separate paths, and meet up that night. This is perfect timing because the rear shock on my motorcycle has just gone out which means I can only drive on asphalt, and because Pierre and I were in an argument anyway, so it all worked out for all. So, this morning we leave Swakopmund after 10 days and head separately towards Rehoboth (probably not on your map...). It was hot, barren, and so insanely strange to be alone after almost a year. Really. I was simultaneously much more relaxed, and more nervous. My brain lit a fire and so much chaos and voices and images flooded it for hours upon hour. Like it had all been waiting to get out. It didn't go out though, it circled in my brain-pan and made me crazy. I drove at what ever speed I wanted, stopped on whims to walk around, and found the whole experience exhilarating. I thought about the women in places like Yemen and Iran who have probably never been alone outside in their lives, which to me there is no quicker way to insanity.

I arrived before Pierre at our campsite and started pitching the tent during a wind and dust storm. I tried to chant the Buddha, relax and persevere the experience, but enough is enough, and after 30 minutes of frustration I started yelling *!^%$#x*?!s and had a tantrum. Just then who should pull up but my French hero. Hahahaha oh the irony.

We decide to split up again the next day and find our separate ways to the campsite in Maltahohe. The grounds are ran by an intense German man who looks like a 6 ft tall gnome, and is the top dog and patriarch of 7 Chihuahuas. From here we continue towards Sossusvlei where the world's tallest dunes live. Our ride takes us through amazing countryside and landscapes. We see birds building nests that look more like 600-pounds bee-hives, and colors you will never find in a paint tube.



We find a Spotted Owl lying in the middle of the road. He has been hit by a car and his wing is broken, so we stop and sit next to him for awhile. Pierre talks to him and takes him gently up in his hands. The owl is calm and he stares at us with his huge, wise old eyes. He's more intelligent looking than anyone I've seen in awhile. He stares from Pierre to me, and we walk with him to the shade and set him under a tree which he lets us know he likes much better than the hot sun. I say, "We have to kill him, but I can't do it." And as I am away looking for a stone I hear an the sound of one smashing and I understand that Pierre has killed the owl so I wouldn't see. He said the owl had been so calm, "but as soon as he saw me lift the stone, his eyes went full of fear and he screamed at me". It affected Pierre deeply, and when we got back on our bikes I couldn't stop crying. I wish we had put a cloth over the owl's eyes, and I wonder too, if what we did was right. We have tried to save or help many animals along our path and more times than not, I think we made things worse.




Un souci qui me vient de plus en plus souvent à l'esprit, c'est mon besoin de voyager par moi-même pendant un moment. Ce n'est pas pour m'éloigner de Pierre ou quoi que ce soit, c'est simplement pour être seule, avoir de la perspective et réfléchir au voyage, à ma vie et tout le reste sans vraies influences extérieures. A San Francisco, j'avais l'habitude de chevaucher mon vélo pendant des heures et disparaître dans les bibliothèques, les cafés, les galeries et rentrer à la maison et peindre pendant des heures en écoutant de la musique, buvant du vin rouge, avec la tête de mon chien sur mes genoux. Le portable débranché, la porte fermée, et un sentiment de paix qui ne peut venir que d'un sentiment d'espace personnel dont j'ai désespérément besoin de temps à autres.

L'autre raison pour laquelle j'ai besoin de voyager seule, c'est de faire mes propres erreurs et d'en tirer quelque chose. J'ai besoin de savoir que je peux franchir des frontières, entrer en conflit, et prendre des décisions difficiles dans des contrées lointaines sans toujours savoir que Pierre est là pour m'aider (Pierre a voyagé bien plus que moi). Avec lui, j'ai toujours une béquille où m'appuyer, une bien trop bonne quelquefois - pour laquelle je suis toujours reconnaissante. Il sait ce que c'est que de voyager seul, et avec un autre, mais pas moi, et j'ai besoin de savoir que je peux faire ces choses complètement par moi-même.

Un matin, nous prenons la décision de se séparer pour la journée, de prendre deux chemins différents, et de se retrouver le soir. Ça tombe parfaitement parce que l'amortisseur de ma moto a rendu l'âme ce qui veut dire que je ne peux conduire que sur l'asphalte, et comme Pierre et moi venions de nous disputer de toute manière, ça marche de tous les côtés. Donc ce matin nous quittons Swakopmund après 10 jours et nous dirigeons séparément vers Rehoboth (probablement pas sur votre carte...). Il faisait chaud, c'était désert, et incroyablement étrange d'être seule. Vraiment. J'étais simultanément bien plus détendue et plus nerveuse. Ma cervelle s'est mise en feu et tellement de chaos et de voix et d'images l'ont inondée pendant des heures et des heures. Comme si tout ça avait attendu d'en sortir. Mais ce n'en est pas sorti, ça me tournait dans la calebasse et me rendait folle. Je conduisais à l'allure que je voulais, m'arrêtais sur un coup de tête pour marcher un peu, et trouvais l'expérience étourdissante. Je pensais aux femmes dans des endroits comme le Yemen ou l'Iran qui ne sont probablement jamais sorties seules de leur vie, ce qui pour moi ne serait rien d'autre que le chemin le plus rapide vers la folie.

Je suis arrivée avant Pierre au camping et je commence à planter la tente dans une tempête de vent et de poussière. J'essaie de chanter le Bouddha, me détendre et continuer l'expérience, mais assez est assez, et après 30 minutes de frustration, je commence à hurler des *!^%$#x*?!s et faire une crise. Juste au moment qui c'est qui arrive, mon héros français. Ah ah ah oh, l'ironie.

Nous décidons de nous séparer à nouveau le jour suivant et arrivons par différents chemins au camping de Maltahohe. L'endroit est tenu par un Allemand intense qui a l'air d'un gnome d'1m 80, qui se trouve être le chef de meute et le patriarche de 7 chihuahuas. D'ici nous continuons vers Sossusvlei où vivent les plus hautes dunes du monde. Notre virée nous emmène à travers des paysages étonnants. Nous voyons des oiseaux construire des nids qui ressemblent à des ruches de 300 kilos, et des couleurs que vous ne trouveriez jamais dans un tube de peinture.



Nous trouvons un Hibou Tacheté étendu au milieu de la route. Il a été touché par une voiture et son aile est cassée, donc nous nous arrêtons et nous asseyons à côté de lui pendant un petit moment. Pierre lui parle et le prend gentiment dans les mains. Le hibou est calme et nous regarde avec ses grands yeux de vieux sage. Il a l'air plus intelligent que quiconque j'ai vu ces derniers temps. Son regard va de Pierre à moi, nous marchons pour le mettre à l'ombre et l'installons sous un arbre où il nous fait savoir qu'il est bien mieux que sous le soleil brûlant. Je dis "Nous devons le tuer mais je ne peux pas le faire". Et alors que je suis à l'écart pour trouver une pierre, j'en entend une s'écraser et je comprends que Pierre a tué le hibou de manière à ce que je ne puisse voir. Il dit que le hibou était vraiment calme "mais dès qu'il m'a vu lever la pierre, ses yeux se sont remplis de peur et il m'a crié dessus". Ça a affecté Pierre profondément et quand nous sommes remontés sur la moto, je ne pouvais pas m'arrêter de pleurer. J'aurais souhaité avoir un morceau de tissu pour couvrir les yeux du hibou, et je me suis aussi demandé si ce que nous avions fait était la chose à faire. Nous avons essayé de sauver ou d'aider de nombreux animaux sur notre route mais la plupart du temps, je pense, nous n'avons fait qu'empirer les choses.


To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici

Saturday - November 15, 2003

Go Yankees!

Delicatessen in red-necks town
Allez les Bleus! - Délicatessen chez les péquenots

The dunes are intensely orange, immortally wild, and ever-changing. They're shaped like a woman and can reach 1,000 feet high. They are older than all the people living on earth combined, and they beg to be climbed with bare feet. Pierre and I, along with a French guy we met, decide to climb to the very top of a huge one early one morning. This turned out to be smart because by 8 a.m. the wind became so strong no one else could see or make it up. While climbing, we have to travel along the spine of the dune. When I bend down on the left side of the dune, it is violently windy but on the immediate other side, it becomes completely quiet and still. 20 minutes into our climb and 1/2 way up the dune, I jump off the side and run all the way to the bottom and then start my climb all over again. Pierre says, "Honey, you are so crazy". I waited until that night to tell him,... that I had dropped the camera lens and it rolled all the way to the bottom.
What a dork.

After a few days with the dunes, we load our life onto the bikes and anxiously go toward the south where cooler weather awaits us. Today while driving to Karasburg we encounter red-neck town. Sheeps stuffed in cars, and people who assume just because we are white, we think like them and so they blab to us about how the blacks don't appreciate all the whites have done for them. In the evening we spoke to a few of the town folk who run the local hotel. Nice, kind people (if you're white), but because of their on-going racist talk, ear-deafening TV, and scary meat locker, there is always that tinge of doubt I feel on the back of my neck telling me they are going to hack me up and do bad things with my pieces. So, I keep my mouth shut except to randomly blurt out, "Go Yankees" ever-so-often so as to insure our safe nights sleep.

We quickly leave the next day and travel over flat, barren landscapes of desert and brush. There are violent twisters reaching easily one mile high into the sky. They form and disappear right in front of us, both in our periphery, and far in the distance. Today I count 50 of these sand tornadoes. They are scary and seem to have a conscious intent. Sometimes they give birth to themselves 50 feet away from us as we drive, at other times we see them a mile off racing for the road, and us.

We sweep out of Namibia on November 17th after nearly 3 weeks.


Les dunes sont intensément oranges, immortellement sauvages et toujours changeantes. Elles ont les formes d'une femme et peuvent atteindre 400 mètres de haut. Elles sont plus vieilles que tous les gens vivant sur terre ensemble, et elles supplient qu'on les grimpe pieds-nus. Pierre et moi, avec un Français que nous avons rencontré, décidons d'en gravir une énorme jusqu'au sommet tôt le matin. C'était une bonne idée parce qu'à 8 heures le matin, le vent est devenu tellement fort que personne ne pouvait voir quoique ce soit et rejoindre le sommet. Pour grimper, nous devons marcher le long de l'épine dorsale de la dune. Quand je me penche du côté gauche de la dune, il y a un vent violent mais juste de l'autre côté, tout est complètement calme et immobile. Après 20 minutes de grimpe et seulement à mi-hauteur, je saute sur le côté et cours tout en bas et recommence à grimper. Pierre me dit "T'es cinglée, chérie". J'ai attendu le soir pour lui dire, quelle idiote..., que j'avais laissé échapper la lentille de l'appareil-photo et qu'elle avait roulé tout en bas.

Après quelques jours avec les dunes, nous rechargeons notre vie sur les motos et nous dirigeons avec impatience vers le sud où nous attend un climat moins torride. Aujourd'hui alors que nous roulons vers Karasburg, nous tombons sur la ville des péquenots. Les moutons entassés dans les voitures, et le gens qui assument que juste parce que nous sommes blancs, nous pensons comme eux et donc ils nous rabâchent combien les noirs n'ont pas reconnaissance pour tout ce que les blancs ont fait pour eux. Le soir, nous parlons avec quelques uns des villageois qui tiennent l'hôtel du coin. Des gens sympa et gentils (si vous êtes blancs), mais à cause de leur discours continuellement raciste, de leur télé à éclater les tympans, et de leur horrible frigo à viande, il y a toujours cette once de doute que j'ai derrière la tête me disant qu'ils vont me tailler en tranches et faire un triste sort à mes morceaux. Donc je me ferme le clapet sauf pour laisser échapper au hasard un "Allez les Bleus" de temps en temps de manière à nous assurer une nuit de sommeil en toute sécurité.

Nous partons rapidement le jour suivant et traversons des paysages nus et plats de désert et de broussaille. Il y a de violentes tornades atteignant facilement plus d'un kilomètre dans les airs. Elles se forment et disparaissent devant nous, dans notre périphérie et au loin. Aujourd'hui j'ai compté 50 de ces tornades de sable. Elles font peur et semblent être malintentionnées. Quelquefois elles semblent se donner naissance à 20 mètres devant nous alors que nous conduisons, et d'autres fois nous les voyons à un kilomètre de distance foncer vers la route, et vers nous.

Nous quittons la Namibie le 17 novembre après presque 3 semaines.


To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici

Monday - November 17, 2003

Give the chimp a banana

...and a bowl of corn flakes
Donnez une banane au chimpanzé... et un bol de corn-flakes

Our trip across Africa came at a great time - A time when my country had just been hijacked by Bush Jr.
As one man puts it: "I think Bush has run the country into the ground economically, and he comes out with these crazy ideas like going to Mars and going to the moon," said Richard Bidlack, a 78-year-old retiree from Boonton, N.J., who says he voted for Bush in 2000. "I'm so upset at Bush, I'll vote for a chimpanzee before I would vote for him."

Many people perhaps would not realize that most papers around the world, and from all political sectors, carry a great deal of news about what the US is doing and how it's decisions effect the world, especially in the poorer countries. Consistently I hear and see how people's views of the US turn from believing it was the greatest place on Earth, to being that of a bully. The "You are with us or against us" mentality is the most undemocratic thing to their ears, and when you are smaller, shorter, and poorer than the one saying this, it only breeds resentment. I love my country and want to tell people where I am from with joy. I can't and it affects me more than I ever suspected.

It's sometimes harder to be elsewhere in the world, and read in the papers everyday how your beloved country is "affecting" the world in adverse ways. For me its even more sad. I want to be able to say 'I love my country' (which I do), that 'I am so glad to be a citizen' (which I am), but I can't. I never knew how much it effected me until the night I watched the State of the Union Bush address. I actually cried afterwards and felt helpless. I heard lie after lie, and even after he practiced for 3 months, I saw his monkey brains trying to read the words crossing the tele-prompter that had been written for him. He'd been rehearsing for months! A puppet more than a man. Here is a picture of how the rest of the world feels about our marionette.

Another form of telling people what they want to hear and then not delivering it, on a much smaller scale, happens to us all the time throughout our local travels...

Here is a typical scenario in our daily epicurean quest:

One morning at breakfast, we view the posted menu, and say, "We'll have boiled eggs, a tomato, toast, jam and coffee".
Local woman says, "Ok, but no coffee, only tea".
"Hmmm. ok, tea".
20 minutes later breakfast arrives and we notice some unsatisfaction, so I go up to the counter
"Ummm, this is just white bread, we ordered toast and jam"
"No oven. Broke. Sorry".
"Uh, ok. We were also supposed to get tomatoes"
"No tomato. Tomorrow we have tomatoes."
"Well, I need something. How about one of those bananas?" I say pointing to a box full of bananas.
"No. Bananas for corn flakes."
"Yea, but we are the last ones to eat today, you have a ton of them, just give me one."
"No. Banana goes in corn-flakes only.....
and so on and on.
There is always only one woman who makes and serves breakfast so she knows what she has, but instead of telling us when we order, she lets us wait and then just brings us a slice of white bread and an egg. We laughed when another guy walked in and ordered the same thing.


Notre voyage à travers l'Afrique est arrivé à un super moment. A un moment où mon pays vient juste de se faire braquer par Bush Junior. Comme un type l'a décrit: "Je pense que Bush a envoyé le pays à terre économiquement, et il ressort avec ces idées cinglées comme aller sur Mars ou sur la lune", dit Richard Bidlack, un retraité de 78 and de Bootoon, New Jersey, qui confie qu'il a voté pour Bush en l'an 2000. "Je suis tellement furieux contre Bush que je voterais pour un chimpanzé avant de voter pour lui".

Beaucoup de gens ne veulent pas réaliser que la plupart des journaux à travers le monde, et de tous horizons politiques, diffusent un bon paquet de nouvelles sur ce que les US sont en train de faire et comment leurs décisions affectent le monde, surtout dans les pays les plus pauvres. Constamment j'entends et je vois comment les opinions que les gens ont des US peuvent changer de croire qu'il s'agit du meilleur endroit sur Terre, à penser que ce n'est qu'un despote. La mentalité du "Vous êtes avec nous ou contre nous" est la chose la plus anti-démocratique à leur yeux, et quand vous êtes plus petit, plus faible ou plus pauvre que celui qui le dit, ça ne fait que nourrir le ressentiment. J'adore mon pays et je veux pouvoir dire d'où je viens avec joie. Je ne le peux pas et ça me touche plus que je ne l'aurais jamais suspecté.

Il est parfois difficile de se trouver dans un autre endroit du monde et de lire dans les journaux partout que votre pays chéri et en train "d'affecter" le monde de manières adverses. Pour moi, c'est encore plus triste. Je veux pouvoir dire "j'aime mon pays" (ce qui est vrai) mais je ne peux pas. Je n'ai jamais su combien cela me touchait jusqu'au soir où j'ai regardé le discours de Bush sur l'Etat de l'Union. J'en ai pleuré après coup, et me suis sentie démunie. J'ai entendu mensonge après mensonge et même s'il s'était entraîné pendant 3 mois, je voyais sa cervelle de singe essayant de lire les mots traversant le téléprompteur qui avaient été écrits pour lui. Il avait répété pendant des mois! Une marionnette plus qu'un homme. Voici une photo de ce que le reste du monde ressent à propos de notre marionnette.

Une autre forme de dire aux gens ce qu'ils veulent entendre et ensuite de ne pas tenir parole, sur une bien plus petite échelle, nous arrive tout le temps le long de nos voyages...

Voici un scénario typique de notre quête épicurienne quotidienne...

Nous consultons le menu qui est affiché, et commandons "Nous prendrons des oeufs avec tomate, toast, confiture et café".
La dame du coin dit "Ok, pas de café, seulement du thé."
- "Hmm, ok, du thé."
20 minutes plus tard, le petit-déjeuner arrive et prenons note de quelque insatisfaction, donc de vais au comptoir.
- "Hmm, c'est juste du pain de mie, nous avons commandé des toasts et de la confiture."
- "Pas de four. Cassé. Désolé."
- "Euh, ok. Nous étions aussi supposés avoir des tomates."
- "Pas de tomates. Demain nous aurons des tomates."
- "Bien, mais il me faut quelque chose. Pourquoi pas une de ces bananes?" Je dis en montrant une caisse pleine de bananes.
- "Non, les bananes, c'est pour les corn-flakes."
- "Ouais, mais nous sommes les seuls à manger, vous en avez plein, vous pouvez m'en donner juste une."
- "Non, les bananes, c'est seulement pour les corn-flakes."
Et ainsi de suite...
Il n'y a toujours qu'une seule dame qui prépare et sert le petit-déjeuner donc elle sait ce qu'elle a, mais au lieu de nous dire, elle nous fait attendre et ensuite ne nous apporte que du pain de mie et un oeuf. Nous nous sommes marrés quand un autre type est entré et a commandé la même chose.


To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici

Tuesday - November 18, 2003

Apart

In life as in death
Séparés - Dans la vie comme dans la mort

* South Africa has 11 official languages, including Afrikaans, English, Ndebele, Pedi, Sotho, Swazi, Tsonga, Tswana, Venda, Xhosa, and Zulu.

Crossing the border into South Africa is easy. Easy as cake, and it's another indication that Pierre and I are returning to more developed areas. The barren landscapes turn immediately to rolling hills and lush mountains, but the people landscape changes just as fast - in the opposite way. A despicable way one might say. After the border crossing we ride for an hour and finally stop for a break and to talk. We both pull our helmets off with our mouths hanging open, because neither one could believe what we were seeing. The remains of Apartheid.

Town after town had the exact, identical layout. Each town is partitioned off into 3 sections like one would imagine in the military. In the section furthest from the town's center is the shanty area where every house is made in corrugated sheets of metal, rusted iron, and cardboard. All have dirt floors and dusty streets; there is no electricity (except for one, 100 ft high mono light like you see at a baseball game) to light the entire area, and during day light, everyone bakes in the open sun. This of course is where the black man lives. His shanty village continues like this, right up to a road where it abruptly ends. Across this road, the housing changes drastically. This is the "brown people section". The - 'not white', 'not black', 'didn't know what to do with' - people. So they were given concrete fabricated housing. An entire neighborhood of identical, small, concrete boxes. Not so bad though when you see how your black neighbor across the street has it. These fabricated boxes with their dusty yards are also strictly kept in one section and continue right up to a road where they abruptly end. Across this road, we finally make it to Whitey-ville. Nice houses of wood and stone. They are all painted and even have little cars parked out front in the driveways. The real luxuries of Whiteyville however, are asphalt and shade. Trees are everywhere in this section of town, while everyone else bakes in the sun. Sidewalks keep you safely off the street, and grass covers that otherwise icky dirt. Stores, air-con, and family pets all exist for one another in this bubble built by other's misery.

Everyone knows free labor builds amazing things, and South Africa is a pristine testament. Even the graveyards are separated by color. Whitey on the right, and the other ones to the left. Pierre and I were laughing. It looks like a scary movie set. We've heard about it, read about it, but to actually see it is something else and we can't believe this still exists today. The "Today" 1,000 years ago felt modern to those people, and the 'today' on this December 17th, 2003 might feel modern to us, but we are far from any such thing.

In regard to people, I realize epiphanies are a rare thing and change occurs slowly. And although my mouth is agape, I do believe overall that things are happening for the good in Africa. I can't wait to get to villages and cities to talk with others about their perceptions and this post-Apartheid Africa.


* L'Afrique du Sud a 11 langues officielles: Afrikaans, Anglais, Ndebele, Pedi, Sotho, Swazi, Tsonga, Tswana, Venda, Xhosa, et Zulu.

Il est facile de franchir la frontière pour entrer en Afrique du Sud. Vraiment du gâteau, et c'est une indication de plus que Pierre et moi revenons dans des zones plus développées. Les paysages dénudés tournent immédiatement en riches collines et montagnes vertes, mais le paysage humain change tout aussi vite - de la manière inverse. D'une manière ignoble, on pourrait dire. Après la frontière, nous conduisons pendant une heure et nous arrêtons finalement pour faire une pause et parler. Nous retirons tous les deux nos casques et restons bouche-bée, parce que ni l'un ni l'autre ne peut croire ce que nous voyons. Les restes de l'Apartheid.

Ville après ville, c'est le même schéma à l'identique. Chaque agglomération est divisée en 3 sections comme on pourrait l'imaginer dans l'armée. Dans la section la plus éloignée du centre-ville, c'est la zone de bidonvilles où chaque maison est faite de plaques de tôle ondulée, de fer rouillé et de carton. Partout les sols et les rues en terre; il n'y a pas l'électricité (sauf pour les projecteurs sur un unique pylône de 30 mètres de haut comme vous voyez dans un stade de foot), et tout le monde cuit en plein soleil. Ceci est bien sûr l'endroit où vit le Noir. Son bidonville continue comme ça, jusqu'à une route où il s'arrête brusquement. De l'autre côté de cette route, les maisons changent radicalement. C'est la "section des bronzés". Les "pas-blancs pas-noirs on-sait-pas-quoi-faire-avec". Donc on leur a donné des maisons en préfabriqué. Pas mal quand-même quand tu vois ce qu'a reçu ton voisin noir. Les boites en préfabriqué avec leurs jardins de poussière sont aussi strictement gardées en une seule section et s'étendent jusqu'à une route où elles s'arrêtent brusquement. De l'autre côté de cette route, on arrive finalement à Blanc-Ville. Jolies maison de pierre et de bois. Elles sont toutes peintes et ont même des petites voitures parquées sur les allées. Mais les vrais luxes de Blanc-Ville, ce sont l'asphalte et l'ombre. Les arbres sont partout dans cette section de la ville, alors que tous les autres cuisent au soleil. Les trottoirs te gardent précieusement hors de la rue, et le gazon recouvre ce qui ne serait autrement que de la poussière dégueu. Les magasins, l'air conditionné, et les animaux de compagnie sont tous à la disposition des uns et des autres dans cette bulle construite par la misère des autres.

Tout le monde sait que la main d'oeuvre gratuite permet de construire des choses étonnantes, et l'Afrique du Sud en est un testament éclatant. Même les cimetières sont séparés par couleur. Le Blanc à droite, et les autres à gauche. Pierre et moi rigolons. On dirait un décor de film d'horreur. Nous en avions entendu parler, nous l'avions lu, mais c'est quelque chose d'autre que de le voir et nous n'arrivons pas à croire que ça existe encore de nos jours. Le "de nos jours" d'il y a 1000 ans semblait moderne aux gens d'alors, et le aujourd'hui en ce 17 décembre 2003 peut nous sembler tout aussi moderne, mais nous en sommes bien loin.

En ce qui concerne les gens, je réalise que les épiphanies sont une chose rare et que le changement n'arrive que lentement. Et même si j'en reste baba, je crois qu'au total les choses évoluent pour le mieux en Afrique. Je suis impatiente d'aller dans les villes et villages et parler avec d'autres de leur perceptions et de l'Afrique de l'après-Apartheid.


To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici

Thursday - November 20, 2003

The Owl House

A sister for me in South Africa
La Maison du Hibou - Ma soeur jumelle en Afrique du Sud

We are visiting the Valley of Desolation in Graaff-Reinet today. We drive our bikes up the steep switch-backs of the mountains and after a long while finally reach the top of the valley. There are no people here today which makes us happy. The Valley of Desolation is filled with the remains of old volcanic chimneys. The pillars look so frail and brittle like a gust of wind could bring them down. They are 100 yards in height and most were completely fractured top to bottom. Birds nest in every crevice and when their eerie calls bounce and echo through the valley, we could believe it was the wailing of the old chimneys.

On the way down, Pierre spots two turtles speeding across the road. We, like always, can't help ourselves and jump off our bikes to try and catch them. They are strong like bulldozers and crash through thorny bushes and cactus to get away from us. They are so uncooperative and fast we have to hold onto them, which results in my favorite picture of Pierre ever!


The next day we go back into the mountains, but much farther and deeper. We are on old pistes that take us past sheep farms, abandoned churches, and to the town where Helen Martins used to live. She was an eccentric artist and spent her later life creating the Owl House. A house that is completely covered inside and out, and ceiling to floor with her creations of stone and concrete sculptures and glass mosaics. She was eccentric to the town folk because of how introverted she was, and her insistence to spend every cent she could acquire on her art materials (even at the cost of her health). Also, because as a single woman she employed a local black man to help her with the more difficult chores like pouring concrete. In her 70s, she committed suicide due to severe arthritis and because her poor eye-sight made it impossible for her to work. Suspicious rumors and misunderstanding surrounded her. I wondered around her house alone for an hour. Her clothing, bedspreads, dishes and artist materials all still exactly where she had laid them. Pierre noticed that not one thing at her estate possessed male energy, which was absolutely true.


Every surface in her house was covered in glass of some form. Camels and owls were obviously her favorite beings, and she herself embodied many of their characteristics. Almost every sculpture was reaching out or up to the sky. Like a self portrait of her wanting to reach out, but too wary and reluctant to be able to. The entire yard looked like it was calling to God. She spent 30 years creating her Owl House, and a lifetime being alienated by the town folk. It's funny that the younger generations of the same town folk who ostracized her, are now making quite a trade off her.

It began to rain so we took coffee at a farm cottage owned by an old woman and a beautiful Border Collie who was full of love - but a little stinky from the rain. The woman and her husband had been educated throughout the world, but somehow wound up here in the tiny village of Nieu Bethesda. It's surprising the engrossing, almost eccentric people you can find in the most remote areas. Sometimes the most interesting people of all...

We rode home through the mountains in the rain. Treading up steep hills of slippery mud completely nerve racks my nubby nerves, but the dark, rolling clouds and intense colors of the stormy landscape made it more than worth any discomfort I could feel.



Aujourd'hui nous sommes à Graaf-Reinet pour visiter la Vallée de la Désolation. Nous chevauchons nos bécanes à travers les montagnes et les épingles-à-cheveux bien raides pour finalement arriver à la vallée. Il n'y personne ici aujourd'hui, ce qui nous plaît bien. La Vallée de la Désolation est remplie des restes de vieilles cheminées volcaniques. Les piliers ont l'air si frêles et cassants qu'un coup de vent pourrait les faire tomber. Ils font 100 mètres de haut et la majorité sont complètement fracturés de haut en bas. Les oiseaux font leurs nids dans chaque crevasse et quand leurs cris inquiétants rebondissent et résonnent à travers la vallée, nous pourrions croire que ce sont les vieilles cheminées qui gémissent.

Sur la redescente, Pierre remarque deux tortues qui traversent la route à toute vitesse. Comme toujours, nous ne pouvons pas nous empêcher de sauter de nos motos pour essayer de les attraper. Elles sont costaudes comme des bulldozers et creusent à travers les épineux et les cactus pour nous échapper. Elles ne sont pas très coopératives et nous devons les tenir bien serrées, ce qui résulte en cette photo de Pierre, ma préférée de toutes!


Le jour suivant, nous retournons dans les montagnes mais beaucoup plus loin et plus profondément. Nous sommes sur de vieilles pistes qui nous conduisent à travers des élevages de moutons et des églises abandonnées, jusqu'au village où vivait Helen Martins. Elle était une artiste excentrique et a passé la dernière partie de sa vie à créer la Maison du Hibou. Une maison qui est presque entièrement couverte dedans comme dehors, et du sol au plafond, de ses créations, sculptures de pierre et de béton et mosaïques de verre. Elle semblait excentrique pour les gens du coin parce qu'elle était tellement introvertie, et insistait pour dépenser chaque centime qu'elle possédait en matériaux pour son art (même au prix de sa santé). En plus, parce qu'elle était seule, elle avait embauché un gars noir du coin pour l'aider avec les taches les plus difficiles comme la préparation du béton. A 70 ans passés, elle s'est suicidée parce qu'une sévère arthrite et une faible vue l'empêchait de continuer à travailler. Elle était enveloppée d'incompréhension et de rumeurs suspectes. Je me suis promenée seule dans sa maison pendant une heure. Ses habits, les couvre-lits, les plats et le matériel d'artiste étaient tous exactement où elles les avait laissés. Pierre a remarqué que pas une seule chose sur la propriété ne possédait d'énergie mâle.


Chaque surface de sa maison était couverte de verre sous une forme ou une autre. Les chameaux et les hiboux étaient à l'évidence ses êtres préférés, et elle personnalisait elle-même bon nombre de leurs caractéristiques. Presque toutes les sculptures étendait les bras au ciel. Comme un portrait d'elle qui voulait communiquer, mais était trop peu disposée ou trop méfiante pour en être capable. Le jardin entier semblait implorer Dieu. Elle a passé 30 ans à créer sa Maison du Hibou et une vie entière à être rejetée par les gens du coin. C'est marrant de voir comme les plus jeunes générations de ces mêmes gens du coin qui l'avaient bannie sont maintenant en train de faire de bonnes affaires sur son dos.

Il a commencé à pleuvoir donc nous sommes allés prendre le café dans un joli cottage appartenant à une vieille dame et son superbe Border Colley plein d'amour, mais qui puait un peu à cause de la pluie. Elle et son mari ont étudié à travers le monde, mais ont fini dans le petit village de Nieu Bethesda. C'est étonnant comme on peut rencontrer des gens fascinants, presque excentriques, dans les endroits reculés. Quelquefois les gens les plus intéressants de tous...

Nous sommes rentrés à la maison à travers les montagnes et sous la pluie. Avancer sur des côtes bien raides couvertes de boue glissante m'a mis les nerfs à vif, mais les gros nuages noirs et les couleurs intenses du paysage sous l'orage valaient bien le manque de confort.

To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici

Saturday - November 22, 2003

A long diagonal

White bishops and black pawns
Une longue diagonale - Fous blancs et pions noirs

We are driving lickety-split in a diagonal across South Africa to Port Elizabeth through landscapes that are so diverse and ever-changing. On our way, we take breaks in several cities and towns and witness everyone of every color dutifully fulfilling their roles.
* Who works at the gas station, sweeps off the streets, and works in the fields? ....
* Who works in the banks, behind the cash registers and drives the cars waiting for gas at the gas station?....
(answers at the end of this section)

So, as we drive the breadth of South Africa from Prieska to Port Elizabeth, another aspect of this blatant division of race is that no blacks come up to us to talk. It is the first country in all of Africa in which this happens, and we miss it. When we finally begin approaching and trying to talk with black locals, it is usually several minutes of discomfort before they begin to trust the interaction. In many cases it seems a huge relief for them to hear whites condemning racism and Apartheid.

As for a few of the many conversations I had with the privileged class, it went like this [sic]:

* After small talk with a woman in a convenient store, she began a 15 minute diatribe insisting, "The blacks - they don't work. We give them money and they pour it down their throats! We came and built them a great country and now they want us out. But I swear, come back in 10 years and they will have ruined it all and come cry to us to come back and save them." I think I looked like a zombie staring at her. I didn't even speak I was so dumbfounded. "Ok, thanks for the Wonderbread", was about it as I went out the door.
A few days later at a grocery, another woman yammers, "We came here and built all the schools, the roads, the farms, and made this country what it is. Now they want to take it all for themselves..." Mmmmm, Hhmmm, I'm beginning to see her point. Yea. Pierre and I have been counting the number of blacks driving on the roads over several days and find that about 1 in 100 people on the road are black drivers. Thanks for the roads whitey! I think what this woman was trying to say is that, 'the whites built all the roads with the free-labor of the black man, and then through further oppression, made sure that he was unable to use those same roads... which is true for the better schools and health care facilities too'... She just got her words mixed up.

The whites came to South Africa, enslaved the native people, and then took up the full-time, hyper benefit-packed job of occupiers. All this hate comes from fear of having to relinquish power, especially to a people you've oppressed for centuries. Oh man, I'd be bloody scared too. Maybe we should turn the whole world over to Canada, and maybe Sweden. They don't mess with anyone and no one messes with them. What are they doing up there?
Remember the song that was up for a Oscar in the U.S. a few years ago?
"Blame It On The Canadians!?!"

Nous conduisons à toute allure le long d'une diagonale à travers l'Afrique du Sud jusqu'à Port Elizabeth à travers des paysages tellement divers et qui n'arrêtent pas de changer. Sur notre route, nous faisons des pauses dans plusieurs villes et villages et constatons que tout le monde dans chaque couleur remplit parfaitement son rôle.
* Qui travaille à la station-service, balaye les rues, et travaille dans les champs? ...
* Qui se trouve dans les banques, derrière les guichets, et dans les voitures à la station=service? ...
(les réponses à la fin du chapitre)

Donc, alors que nous conduisons sur toute la largeur de l'Afrique du Sud de Prieska à Port Elizabeth, un autre aspect de cette flagrante divisions des races, c'est qu'aucun noir ne vient nous parler. C'est le premier pays d'Afrique où cela arrive, et ça nous manque. Finalement quand nous commençons à approcher et essayer de parler avec les noirs du coin, c'est d'habitude plusieurs minutes de mal-à-l'aise avant qu'ils ne commencent à avoir confiance dans l'interaction. Dans beaucoup de cas, ça semble être un immense soulagement pour eux d'entendre des blancs condamner le racisme et l'apartheid.

Concernant quelques unes des nombreuses conversations que j'ai eues avec la classe privilégiée, ça s'est passé comme cela (sic):

* Après quelques bavardages avec une dame dans une épicerie, elle commence un sermon de 15 minutes en insistant: "Les Noirs - ils ne travaillent pas. Nous leur donnons de l'argent et ils se l'envoient derrière le collet! Nous sommes venus et leur avons construit un pays magnifique et maintenant ils nous veulent dehors. Mais je promets, revenez dans 10 ans et ils l'auront fichu en ruines et viendront pleurer pour que nous revenions les tirer de là". Je pense que j'ai du avoir l'air d'une zombie en la regardant. Je n'ai même pas prononcé une parole tellement j'étais éberluée. "Ok, merci pour le pain de mie" et j'ai pris la porte.
Quelques jours plus tard dans un magasin, une autre femme se plaint: "Nous sommes venus ici et construit toutes les écoles, les routes, les fermes, et fait de ce pays ce qu'il est. Maintenant ils le veulent tout pour eux..". Mouais, je commence à voir son point. Ouais. Pierre et moi avons compté le nombre de noirs qui conduisaient sur les routes sur une période de plusieurs jours et nous avons trouvé qu'à peu près 1 conducteur sur 100 est noir. Merci pour la route, le Blanc! I pense que ce que cette femme essayait de dire, c'était: "Les blancs ont construit toutes les routes avec la main-d'oeuvre gratuite des noirs, et ensuite par une oppression plus profonde, se sont assurés qu'ils ne pourraient pas utiliser ces mêmes routes... ce qui également vrai des écoles et des centres de santé...". Elle s'est juste mélangée dans les mots.

Les Blancs sont venus en Afrique du Sud, réduit les autochtones en esclavage, puis se sont installés dans la position d'occupant à plein-temps avec avantages en or. Toute cette haine vient de la peur d'avoir à relâcher son contrôle, surtout au bénéfice d'un peuple que vous avez opprimé pendant des siècles. Mec, j'aurais une sacrée trouille moi-aussi. Peut-être qu'on devrait confier le monde entier aux Canadiens, ou peut-être aux Suédois. Ils ne cherchent de noises à personne et personne ne les ennuie. Qu'est-ce qu'ils font là-haut? Vous vous souvenez de cette chanson qui était nominée pour un Oscar aux Etats-Unis il y a quelques années? "Blame it on the Canadians!?!" (Y-a-qu'à accuser les Canadiens!)

To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici

Tuesday - November 25, 2003

The Wonder Bird

Looks like a damn chicken, tastes like a holy cow
L'Oiseau Merveille - On dirait un stupide poulet, mais ça a le goût d'un sacré boeuf

We drive into Port Elizabeth, but the overall feel and industrial landscape of the city sways us to just keep riding - yuk. So we pass on Elizabeth and drive to the world-know surfer town of Jeffrey's Bay, where every store, every hotel, every tourist activity caters to the surfer. We spend our time searching for shells on the beach and watching the surfers. It's also Pierre's birthday, so one evening he takes a sort of ritual plunk in the ocean - an ocean so cold, others only dare go in with wet suits on. I marvel at my skinny beau-hunk's bravery. He is 39, but if you didn't know, you might still card him for cigarettes.


We leave the surfer haven-after a few days and follow the beautiful Garden Route, making stops here and there and finally reach Cango cave. It's the largest in South Africa and is humongous, it runs 5 miles long!. In places we have to get down on our belly and crawl between the rocks. Once Pierre had to pull me up out of a hole. Other parts were larger than a stadium with magnificent sculptures of limestone and minerals. There is even graffiti in the cave that is thought to be from 1857, almost 100 years after it was discovered by a farmer who explored it with a candle in 1780.


After leaving the cave, we drive down the mountain and stop to talk with the Ostriches. South Africa started the first Ostrich farm ever in 1860, and we see them everywhere in the south. The Ostrich is the smartest source of meat I have ever seen. From a slaughtered bird, full use can be made from it's feathers, skin, and low-fat meat. Their egg shells remains the most profitable of all, from which sculpture and jewelry can be made.
A cow needs 654 days before slaughter, and yields 250 kg of meat.
An Ostrich only needs 407 days before slaughter and yields 1,800 kg of meat - this is because she hatches no less than 40 chicks annually. Most Ostriches go to slaughter after only 10-14 months and are environmentally superior to cows. Plus, their brains are significantly smaller than cows, so why aren't we eating the birds whose eyes are bigger than their brain? It must be those zany lobbyists in Washington.


Pierre and I stopped by the road to meet the Ostriches who turned out to be very curious and loved to snap and clap their beaks at us. Pierre swept his hands back and forth in over dramatic gestures like a conductor, and 30 bird heads followed his every move. We laughed so hard that we fell on the floor. An Ostrich cowboy then drove up and informed us that all the birds were going to slaughter the next day, and then proceeded to show off for us by grabbing one of the bird's necks, forcing his fist down its throat, and then ripping two feathers out of its wing. I was pissed and told him to stop, but he, like many, think god put everything here for man to conquer. He even asked me if I wanted to ride one. I told him he probably looked better on an Ostrich than I would.


Nous arrivons à Port Elizabeth, mais le feeling général et le paysage industriel de la ville nous incitent à continuer notre route. Donc nous passons Port Elizabeth et conduisons vers Jeffrey's Bay, une ville de surfeurs de renommée mondiale, où chaque magasin, chaque hôtel, toutes les activités touristiques sont destinées aux surfeurs. Nous passons le temps à chercher des coquillages sur la plage et à regarder les surfeurs. C'est aussi l'anniversaire de Pierre, donc un après-midi il prend une sorte de bain rituel dans l'océan - un océan tellement froid que les autres n'osent seulement y entrer qu'avec une combinaison de plongée. Je m'émerveille à la bravoure de mon maigre beau-hunk. Il a 39 ans mais si vous le saviez pas, vous lui demanderiez toujours ses papiers pour acheter des cigarettes.
Nous quittons le paradis du surf après quelques jours et suivons la superbe Garden Route (la "Route des Jardins"), faisant des arrêts ici ou là pour finalement arriver à la grotte du Cango. C'est la plus grande d'Afrique, elle est gigantesque, elle fait 7 kilomètres de long! A certains endroits, nous devons nous mettre à plat ventre et ramper entre les rochers. A un moment, Pierre a du me tirer du trou. D'autres parties sont plus grande qu'un stade avec des sculptures de calcaire et de minéraux. Il y a même des graffiti dans la cave qui datent de 1857, presque 100 ans après qu'elle ait été découverte par un fermier qui l'a explorée à la bougie en 1780.



Après avoir quitté la cave, nous redescendons de la montagne et nous arrêtons pour parler aux autruches. La première ferme d'autruches a été ouverte en Afrique du Sud en 1860, et nous en voyons partout dans le sud. L'autruche est la source de viande la plus futée que nous ayons vu. On peut tout utiliser dans l'oiseau: les plumes, la peau, et une viande à basse teneur en graisse. Les coquilles d'oeufs restent la partie la plus rentable.
Une vache a besoin de 654 jours pour passer à l'abattoir, et elle produit 250 kilos de viande. Une autruche n'a besoin que de 407 jours avant l'abattoir et elle produit 1800 kilos de viande - ceci parce qu'elle pond pas moins de 40 poussins par an. La plupart des autruches vont à l'abattoir au bout de 10 à 14 mois et ont moins d'impact sur l'environnement que les vaches. En plus, leurs cervelles sont bien plus petites que celles des vaches, donc pourquoi est-ce nous ne mangeons pas ces oiseaux dont les yeux sont plus gros que le cerveau? Ça doit être à cause de ces clowns de lobbyistes à Washington.


Pierre et moi nous arrêtons au bord de la route pour rencontrer les autruches, qui se trouvent être très curieuses et adorent faire claquer leur bec devant nous. Pierre balaye ses mains d'avant en arrière dans des mouvements dramatiques comme un chef d'orchestre, et les têtes de 30 oiseaux suivent ses moindres gestes. On se roule par terre de rire. Un cow-boy d'autruches s'arrête à son tour et nous informe que tous ces oiseaux vont passer à l'abattoir le lendemain, puis se lance dans une démonstration pour nous en attrapant le cou d'un des oiseaux, lui plongeant le poing dans le gosier, et finissant par lui arracher deux plumes de l'aile. Je m'énerve et lui dit d'arrêter mais lui, comme beaucoup, pense que Dieu a tout mis ici pour que l'homme puisse le conquérir. Il me demande même si je veux en chevaucher une. Je lui répond qu'il aurait probablement l'air plus fier que moi sur une autruche.


To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici

Wednesday - November 26, 2003

The Foggy City by the Cape

Crossing an entire continent to find a sushi bar
La ville brumeuse du côté du cap - Traverser un continent entier pour trouver un sushi bar

Yes, Cape Town! We've made it! Our destination and the sister city of San Francisco, my long-lost love. Cape town is beautiful and progressive, it's right on the ocean, and sits at the extreme base of majestic mountains that spill cauldron like fog over their sides day and night. I see body-piercing shops, sushi bars and metered taxi cabs!
I am back to the land of consumer goods, a return to my well-heeled western ways of consume and well..., why not consume some more? Cape Town has it all! Designer clothing, Rococo antiques, and even post-modernist, space furniture.
All my clothing is completely faded and has lots of holes to peep through. I am unsure what happened to my Buddhist whimperings while in the Sahara desert, but I think they got a puncture somewhere on the way here.

Pierre treats me to a teeth whitening which is ultra decadent after this past year, and we buy fresh flowers for our room. Pierre gets all the fast connections and gadgetry he's been dreaming of since the boat to Tunis, and we realize indeed, we are both hard-wired fiends of consumerism.

Cape Town becomes our home for a month. We cook in the huge kitchen every night and meet people from all over the world. I would tell you about our days, but you and us are probably doing similar things: riding escalators, talking in phone booths, paying parking meters, and other amazing things Pierre and I haven't done in so long. We even help put up a 40 foot Christmas tree in our hostel. Christmas for us is a day of storm, clouds, quiet - and I couldn't be happier. God got me a christmas present! Rain and chill. Pierre and I spend it in bed with movies because I am sick for no reason. I miss my family and friends and wish Pierre and I could have spent it in France with both our families.

New Years Eve is wondrous. We dress up, drink a hoard of red wine and other things, and hang out on the dense, crazy Long street where everyone comes to see and be seen. We meet a guy and girl on motorbikes who are leaving in a few days to travel Africa south to north, and have a few drinks with them. The girl is a continually lit fire-cracker and goes off about how the men of Iran and Yemen can kiss her ass. Her boyfriend is subdued. I suggest her and her sanity, to leave the northern, Arab part of Africa for a much later trip. We also hang out with Claudia and David, a couple from Switzerland who just finished traveling Africa like us. They are on KTMs and I am so impressed by Claudia's bravery and guts. We decide to fly over the Atlantic with them to Buenos Aires, and then perhaps travel a bit together in South America. The synchronicity of this is so Africa.

The entire night of NYE we talk with one interesting person after the next. We meet a scientist who claims to know everything science there is to know. I want to talk about Tesla, but it's obvious his chemist set is comprised of spirits, lemon twists, and double tequilas. His ego tries to make up some stuff though, which iss more entertaining than fact.

Others we meet are the homeless of Cape Town, other world travelers, and an intensely intelligent man from Zambia. Pierre and I tell him we both predict he will be a great leader of his people someday and we're serious. There is also the all-girl Catholic school graduate, the dread-locked hippie chick who is anti-abortion even in rape cases, and many many more people who gave us great conversation. I realize we've stayed up until 10 in the morning when I hear the street cleaners come to sweep away the havoc and left-over chaos. Pierre finally drags me to bed where we both pass out for the entire next day. I think.


Oui, Cape Town! On y est arrivé! Notre destination et la ville-jumelle de San Francisco. Cape Town est belle est progressive, elle est juste sur l'océan, et repose tout à la base de montagnes majestueuses qui jour et nuit déversent une brume sur les côtés comme un chaudron. Je vois des boutiques de piercings, des sushi bars et des taxis à compteur!

Je suis de retour dans le pays des biens de consommation, un retour à mes habitudes d'occidentale fortunée qui consomme et, euh... pourquoi ne pas consommer plus? Cape Town a tout ce qu'il faut! Haute couture, antiquités rococo, et même meubles de l'espace et meubles post-modernistes. Mes fringues sont toutes délavées et ont un tas de trous pour zyeuter à travers. Je ne suis pas sûre de ce qui est arrivé à mes pleurniches bouddhistes alors que je me trouvais dans le Sahara, mais je pense qu'elles se sont dégonflées quelque part sur la route en venant ici.

Pierre m'offre un blanchissage des dents, ce qui est ultra décadent après cette année passée, et nous achetons des fleurs pour notre chambre. Pierre trouve tous les gadgets et toutes les connexions dont il a rêvé depuis le bateau vers Tunis et nous réalisons que nous sommes d'irrécupérables maniaques du consumérisme.

Cape Town devient notre maison pour un mois. Nous faisons à manger dans l'énorme cuisine tous les soirs et rencontrons des gens de partout au monde. J'aimerais tout vous raconter de nos journées, mais vous faites probablement les même choses que nous: prendre les escaliers roulants, appeler dans une cabine téléphonique, payer des parcmètres, et autres choses extraordinaires que Pierre et moi n'avons pas fait depuis si longtemps. Nous avons même aidé à installer un arbre de Noël de 12 mètres de haut dans notre auberge. Noël est pour nous un jour d'orages et de nuages, tranquille - et je n'aurais pas pu être plus heureuse. Dieu m'a fait un cadeau de Noël! Pluie et froid. Pierre et moi passons la journée au lit à regarder des films parce que je suis tombée malade sans raison. Ma famille est mes amis me manquent et j'aurais bien aimé que nous ayons pu le passer en France avec nos deux familles.

Le Nouvel-An est phénoménal. Nous nous habillons, buvons une barrique de vin rouge et d'autres choses, et sortons dans la rue dense et folle de Long Street où tout le monde vient mater et se faire voir. Nous rencontrons un type et une fille en moto qui partent dans quelques jours pour traverser l'Afrique du sud au nord, et nous prenons quelques verres avec eux. La fille est un bâton de dynamite continuellement allumé et elle se déchaîne sur comment les hommes en Iran et au Yémen peuvent aller se faire voir. Son copain est plutôt soumis. Je lui suggère de garder la partie arabe au nord de l'Afrique pour un autre voyage. Nous traînons aussi avec Claudia et David, un couple de Suisses qui ont juste fini de voyager en Afrique comme nous. Ils sont sur des KTMs et je suis tellement impressionnée par le courage et les tripes qu'a Claudia. Nous décidons de prendre l'avion pour traverser l'Atlantique avec eux jusqu'à Buenos Aires, et ensuite peut-être faire un bout de chemin ensemble en Amérique du Sud. Cette synchronisation, c'est vraiment l'Afrique.

Pendant toute la nuit du Nouvel-An, nous avons discuté avec toute une suite de personnes intéressantes. Nous avons rencontré un scientifique qui prétendait savoir tout ce qu'il y a à connaître sur la science. J'essaie de parler de Tesla, mais il est clair que son kit de chimiste est composé de spiritueux, de zestes de citron, et de doubles-tequilas. Son ego essaie d'inventer des trucs, ce qui est bien plus amusant que les faits eux-mêmes.

Parmi les autres gens que nous avons rencontrés sont les sans-abris de Cape Town, d'autres voyageurs au long-cours, et un type d'une intelligence intense, venant de Zambie. Pierre et moi lui prédisons tous les deux qu'il sera un jour un grand dirigeant pour son peuple, et nous sommes sérieux. Il y a aussi la diplômée d'une école catholique pour filles; la hippie aux dread-locks qui était anti-avortement même dans les cas de viols; et plein plein d'autres gens qui nous ont donné l'occasion d'une super conversation. Je me rends compte que nous sommes restés debout jusqu'à 10 heures du matin quand j'entends les nettoyeurs dans la rue venus pour balayer le désastre et les traces du chaos. Finalement Pierre me traîne au lit où nous nous évanouissons pour la journée entière. Il me semble.


To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici

Monday - December 15, 2003

All what we do

Plenty to show, nothing to hide
Tout ce que nous faisons - Plein à montrer, rien à cacher

While in Cape Town, Pierre and I go to the amazing bird sanctuary where we are allowed to walk for miles through completely interactive aviaries. One bird nested in Pierre's hand and I think tried to lay an egg. Sometimes when we walk underneath them they sing to us and bite our heads.


We traveled to the Botanical Gardens with Claudia and David, but are unimpressed. No flowers, just weeds, I mean, shrubs, spices and medicinal plants. This is the only flower here. It was hot and I ran from shade tree to shade tree while the other 3 talked about the values and varieties of the "manhood enhancing" plants.



We visit the city aquarium where 2 Moray Eels were flirting with one another. In the next aquarium there was a creepy army of giant 500 meter down sea crabs that gave me the creeps all night. They were as big as a coffee table.



We take a cable car up table mountain. Someone dies the day after we went up, because he got lost in the fog, then exhausted and got hypothermia. There is a large furry rodent called a Rock Dassie that lives on the mountain. They look like a fat, earless rabbit, but their closest living relative is the elephant. I swear.



Sometimes we visit places where animals like to give each-other rides for fun. He is smiling, thats how I know he is having fun. The turtles cut intentional paths through the tall grass from repeated use. Its so they know how to find each-other and fall in love.



We traveled in a 4 wheel drive to take a township (i.e.. shanty town) tour. We want to talk with these people, but know it is potentially dangerous to go without a guide. It was rather $$$, which was fine until our guide did little else than to take us to "healers", "craft makers" and even the guide's own mother in a blatant attempt to sell us more stuff - or give to their adoptive cause. We've seen this too many times before, and we didn't budge. Pierre attempted to express our feelings, but the guide didn't seem to care. Yuk. We went to talk with the people of the village, not to be taken around to 3 salesmen. The kids we met and played with along the way were great though, as always.



I learned something new today. Ochy the high Octane dolphin thinks you should buy more gas from Shell. He likes it when the oil tanker hulls rust out and tons of oil is poured into his home. He thinks its cool. So next time you fill up that 4x4, remember, Ochy the high Octane dolphin supports you.


In our final days, Pierre and I, along with 2 other Frenchmen and 1 German, take our bikes and drive to the southern most point in Africa - The Cape of Good Hope. I see penguins jumping off rocks as we wind around the jagged mountain sides. One of the guys riding with us, Jean-Jaques, tells me his plans to ride his horse across China when he is finished with riding his motorcycle through Africa. I tell him to call me, as it seems a fitting thing to do in this life with 2 thumbs, 4 limbs and 1 brain.


Pendant notre séjour à Cape Town, nous sommes allés à un sanctuaire d'oiseaux où nous pouvons marcher pendant des kilomètres à travers des cages à l'air libre. Parfois les oiseaux viennent et te font un nid dans la main. D'autres fois quand nous marchons en-dessous des oiseaux, ils nous crient dessus et nous pincent la tête.


Nous allons aux Jardins Botaniques avec Claudia et David mais nous ne sommes pas impressionnés. Pas de fleurs, juste des herbes, je veux dire des buissons, des épices et des plantes médicinales. Voici la seule fleur qu'il y avait. Il faisait chaud et j'ai couru à l'ombre d'un arbre à l'autre pendant que les 3 autres parlaient des variétés de plantes pour "l'amélioration de la virilité".



Nous visitons l'aquarium de la ville où 2 murènes se flirtaient. Il y avait aussi une armée terrifiante de crabes géants vivant dans des bas-fonds à 500m de profondeur qui m'ont donné la chair de poule toute la nuit. Ils étaient gros comme une table basse.



Nous prenons le téléphérique pour aller sur la Table Mountain ("la Montagne de la Table"). Quelqu'un est mort le jour d'après parce qu'il s'est perdu dans le brouillard, puis épuisé et est tombé en hypothermie. Il y a un gros rongeur à fourrure appelé le Rock Dassie qui vit sur la montagne. On dirait un de ces gros lapins sans oreilles, mais leur plus proche cousin est l'éléphant.



Quelquefois nous avons visité des endroits où les animaux aimaient se porter sur le dos pour s'amuser. Il est en train de sourire, c'est comme ça que je sais que c'est pour s'amuser. Les tortues coupent intentionnellement des chemins dans les hautes herbes à force d'y passer. C'est de manière à pouvoir se retrouver les uns les autres.



Nous avons pris un 4x4 pour aller faire un tour dans un "township" (un bidonville). Nous avons envie de parler avec ces gens mais nous savons que ça peut être dangereux d'y aller sans guide. C'était plutôt cher, ce qui ne nous dérangeait pas jusqu'à ce que la guide en fait ne fasse rien d'autre que de nous amener aux "guérisseurs", "peintres de cartes postales" et même sa propre maman, tout ça dans une tentative de nous vendre plus de trucs, ou de donner à leur charité. Nous avons déjà vu ça trop souvent, et nous ne bougeons pas. Pierre a essayé d'exprimer nos sentiments mais la guide avait l'air de s'en ficher. Beurk. Les gosses étaient géniaux quand-même, comme toujours.



J'ai appris un truc nouveau aujourd'hui. "Ochy", le dauphin haute-octane, pense que vous devriez acheter plus d'essence chez Shell. Il aime ça quand les coques des pétroliers tombent en rouille et que des tonnes de brut sont déversées dans sa demeure. Il pense que c'est cool. Donc la prochaine fois que vous faites le plein de votre 4x4, rappelez-vous que Ochy le dauphin haute-octane vous soutient.


Pierre et moi, avec deux autres Français et un Allemand, prenons nos bécanes et descendons vers le point le plus au sud-ouest de l'Afrique - le Cap de Bonne-Espérance. Je vois des pingouins sautant des rochers alors que nous filons le long des flancs déchiquetés des montagnes. Un des gars, Jean-Jacques a envie de chevaucher son cheval à travers la Chine quand il en aura fini avec sa moto à travers l'Afrique. Je lui ai dit de m'appeler, ça semble être quelque chose d'intéressant à faire dans cette vie quand on a 2 pouces, 4 membres et 1 cervelle.

To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici

Sunday - January 04, 2004

Out of Africa

It never quite works the way you think it will
Au-revoir l'Afrique - Rien ne marche jamais exactement comme tu le prévois.

We are trying to get us and our bikes out of Africa, but there is only one plane that flies to Argentina from Cape Town - Malaysian Airlines. Malaysia? I don't bother asking. The only available seats in the next three months are on January 4th. We look for days trying to find something else, but nothing else exists. We even hang out at the super-deluxe yacht club trying to find a stinky, rolling-rich boat owner to give us a lift across the Atlantic, but no one offers! As for our bikes, we book them on a freight boat through a nervous little middle-man who turns out to be a big pain in the ass. This is David, Claudia and us breaking down the bikes and boxing them up for their boat cruise. It takes us all day.

So, we now say goodbye to Africa.

Africa to me was a huge pendulum swing, always in motion. At one end of the spectrum, a land of hardship and suffering, at the other, one of tremendous beauty and remarkable camaraderie. Pierre and I also were participants in this swing. One day would be tirelessly disheartening, and the next would make us feel so alive. Africa is the continent of extremes like no other.

From tip to shining tip, things work a little different in Africa. My perceptions of time and space were severely challenged, but nothing stuck me like the insights I got into the vastness of the human mind, the perceptions it can have, and sometimes it's utter need to see things in absolute ways. So true that the world never quite works the way you think it will.

The memory that will stay with me the longest is the exposed, daily life of Africans we were able to witness while riding our motorcycles across the continent. The on-going activities of the people, their way of life, their costuming, and modes of working. It is the most surreal experience I have ever had. Watching a world take place completely out in the open (not in cars, office buildings, or TV-watching homes) from dawn until nightfall right before your eyes! Everything outside in the open for your senses to absorb.

Traveling the roads of Africa is always like this. A movie set, and dream, another reality. And always there is the question mark. Everyone should have to visit this eccentric movie before it's people and their traditional lifestyles are changed forever, which is happening at an alarming rate.

Pierre expressed eloquently how we feel at the end of our 11 months in Africa. You can go read his farewell as well, its done quite well....

I doubt I will return anytime soon, but I am also sure, that Africa will affect me and teach me more about the broad spectrum of humanity than any other continent.

Africa tells the story of the world and how we treat each-other.




Nous essayons de nous sortir d'Afrique, nous et nos motos, mais il n'y a qu'un seul avion qui vole de Cape Town vers l'Argentine - Air Malaisie. Malaisie? Je ne demande même pas pourquoi. Les seules places disponibles dans les 3 mois qui viennent sont le 4 janvier. Nous essayons de trouver une autre solution pendant plusieurs jours - mais il n'y a rien d'autre. Nous sommes même allés traîner au Yacht-Club super-luxe pour essayer de trouver un gros richard puant qui pourrait nous faire traverser l'Atlantique, mais personne ne se propose! Quant à nos bécanes, nous leur réservons un passage sur un cargo par l'entremise d'un intermédiaire, un petit type tout nerveux qui se montrera être un vrai emmerdeur. Voici David, Claudia et nous démontant les motos pour les mettre dans la boite pour leur croisière. Ça nous prend toute la journée.

Donc nous disons maintenant au-revoir à l'Afrique.

L'Afrique fut pour moi comme l'oscillation d'un gigantesque pendule, toujours en mouvement. A une extrémité du spectre, une terre de peines et de souffrances, et de l'autre, une terre d'une incroyable beauté et de remarquable camaraderie. Pierre et moi participions également à cette oscillation. Un jour pouvait être totalement décourageant, et le suivant nous faisait sentir tellement vivants. Un continent d'extrêmes comme nul autre.

D'un bout à l'autre, les choses marchent un petit peu différemment en Afrique. Mes perceptions du temps et de l'espace ont été sérieusement mises à l'épreuve, mais rien ne me marqua autant que les visions que j'ai eues de l'étendue de l'esprit humain, les perceptions qu'il peut avoir et quelquefois son besoin absolu de voir les choses d'une certaine manière.Il est tellement vrai que le monde ne marche jamais exactement comme tu le prévois.

Le souvenir qui me restera le plus longtemps, c'est la vie quotidienne des Africains que nous avons pu découvrir en chevauchant nos motos à travers le continent. Les activité des gens, leur manière de vivre, comment ils s'habillent, comment ils travaillent. C'est l'expérience la plus surréelle que j'ai jamais eue.

Regarder un monde se dérouler entièrement dehors (pas dans des voitures, des immeubles de bureaux, ou des maisons avec la télé couleur) de l'aube à la nuit tombée juste devant nos yeux! Tout est dehors à l'air libre pour être absorbé par vos sens.

C'est toujours comme ça de voyager sur les routes d'Afrique. Un décor de cinéma, un rêve, une autre réalité. Et il y a toujours le point d'interrogation. Tout le monde devrait aller visiter ce film excentrique avant que ces peuples et leur modes de vie traditionnels ne soient modifiés à jamais, ce qui arrive à une allure alarmante.

Pierre a exprimé avec un peu plus d'éloquence comment nous nous sentons à la fin de nos 11 mois en Afrique. Vous pouvez aller lire son adieu aussi, il est bien écrit...

Je doute que je reviendrai bientôt, mais je suis également sûre que l'Afrique va m'affecter et m'apprendre sur le large spectre de l'humanité plus que n'importe quel autre continent.

L'Afrique raconte l'histoire du monde et comment nous nous traitons les uns les autres.



To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici