Thursday - June 12, 2003

Architecture from angels

Time travel into the 13th century
L'architecture des anges - Voyage dans le temps au 13ème siècle

Onward ho-ho. The roads in Ethiopia are still mostly dusty, rocky pistes. The landscapes everyday still awe us, but now as we head south, there are 100's of semi trucks, and trying to share roads with them is getting us fagged. Passing a trucker on a thin mountain pass, in a thick cloud of dust, it's impossible to know what is 1 foot in front of you. You don't know where you are driving or if there are holes and large rocks. You just gun it and go. We heroically and beat-upedly pulled into Lalibela, which in many ways has not changed for seven centuries. It is a remote mountain village, 8000 feet above sea level that is quite difficult to get to. There are no banks, pharmacies, or petrol stations, and the town didn't have electricity until recently (1997).

The kids here are great. Smiling, waving, screaming with excitement to see us. We had a cozy room with 2 single beds, but Pierre came crawling in bed with me from the cold one night and never returned to his for the remainder of our stay. "Arent you sick of me yet? Don't you want some alone time?" We have slept together in so many single beds now, that double beds feel like an ocean. It is quite easy and cozy and like an oven. We like it.

I feel so privileged to see the beautiful churches of Lalibela. There are around 20 of them, dating from the 12th and 13th century. Supposedly angels came and helped the King Lalibela construct them, and by the time I left, I found the angel story much more believable than trying to swallow the idea that human beings could have done something this magnificent. The churches are not carved into the mountain, but freed entirely from it, by hand with chisels and hammers. For each one, a mammoth hole was dug down into the mountain leaving a free-standing monolith, from which an elaborate,detailed, stunning church was sculpted. On every surface you can see the marks made by chisels. In the walls of the mountain are hollowed dens where the dead are buried and where one can still see skeleton remains. Also, there are tiny caves where monks and nuns throughout history have lived their entire lives. Even today they inhabit the caves which are 12x10x5 ft. Underground tunnels exist below the churches for sneaky passage and safety when moving treasures. We went to mass at 6 am and watched as everyone came to pray. Some stayed outside reading silently from their holy books, while others leaned against the church kissing the walls. So spell-binding and medieval. I was overwhelmed with a feeling of peace and closeness to something which I am unsure.

We hired a bright, young guy to be our guide. He took us in and out of places we could have never had access to on our own. When we got to a room where women weren't allowed, I asked him why (I didn't care much because it was just a room, not the entire grounds and church). He replied that he guessed men didn't think women were as holy as they were. I said, "I in no way believe this, but you know, in all of your depictions of Christ, he is white. Therefore, white people are the holiest of holy because Jesus was white, and so only whites should be allowed in the church, and you should not because you're black. Isn't that the most ridiculous show of ignorance? Do you see how it's the same thing?" I ask, if men are so much holier than women then I have to wonder why historically men have been the greatest perpetrators of war, murder, violence, rape, and environmental decay. We're genetically different with different hormones pumping through our veins, and are motivated to and by different things, but accusing lack of virtue based purely on gender is folly and the wrath of stupidity. For the priests and Christians who believe that only men are the holiest of the holy, they should best take a quick trip through history and evaluate their crude minds as to what makes one 'holy'. The craziest thing all day though was when we turned to see a large group of white, blobby tourists. "Oh no, the Coca-Cola tourist brigade!" A group of 10 people dressed head to toe in red and white Coca-Cola regalia came towards us. "run for yer lives!". The most radical accessory was the straw hats with Sprite and Coke bottle caps dangling all around the brim which made a clatter when they all walked. They flew in by plane in the morning, stayed the day, and flew out by night. Maybe I am wrong, but I sensed complete disconnect. I felt sorry for the priests. All the frenetic energy and flashbulbs lighting up the churches and blinding the poor fathers.

Riding across Ethiopia has proven more difficult and challenging than riding across the Sahara. Unbelievable. Today, Pierre got a squirrel up his bumb and drove so fast ahead of me and out of sight that i got upset. "What's in your butt, squirrel man?" We noticed today a change in the people too. They weren't so friendly and were more aggressive in gestures and expressions. We caught the kids throwing rocks at us too. Once Pierre stopped his bike, jumped off and chased the kid down. The contrast of the barefoot villagers, and Pierre in his space man, face-helmeted and booted outfit running down the juvenile kid was hilarious. All the villagers witnessed what the kid must have thought was sure to be his early death. We started to see uneducation and aggressiveness in the faces of the males, and depression and limpness in the women. Some of the kids still waved, but the atmosphere was very different.

I fell in love with the way the men dress in the countryside. They are svelte and defined and wear sarongs of beautiful fabrics and patterns. Many have long, curved knives hung loose around their thin hips. So sexy. I am pushing Pierre to dress like this, but I think I'll lose my campaign. We've also noticed that Ethiopia is were they sent all the unsold T-shirts of Leonardo DiCaprio and Titanic. I don't think we've hit a single town were there hasn't been at least a few.


En avant hisse-et-ho. Les routes en Ethiopie sont encore et surtout des pistes poussiéreuses et rocailleuses. Les paysages nous enchantent tous les jours, mais maintenant que nous nous dirigeons vers le sud, il y a des centaines de semi-remorques et essayer de partager la route avec eux nous épuise. En doublant un camion sur un col de montagne dans un épais nuage de poussière, il est impossible de voir ce qui se trouve à 30 centimètres devant toi. Tu ne sais pas où tu conduis, ou s'il y a des trous ou des gros rochers. Tu tires et tu y va. Nous avons héroïquement et bien épuisés échoué à Lalibela, qui de nombreuses façons n'a pas changé en sept siècles. C'est un village de montagne isolé, à 2400 mètres d'altitude, et qui est assez difficile d'accès. Il n'y a ni banque, ni pharmacie, ni station-essence, et la ville n'a reçu l'électricité que depuis peu (1997).

Les gosses sont chouettes ici. Souriant, faisant bonjour, criant d'excitation en nous voyant. Nous avons une chambre confortable avec 2 lits une-place, mais Pierre est venu se réfugier dans mon lit une nuit à cause du froid et n'est pas retourné dans le sien pour le reste du séjour. "Tu n'en as pas marre de moi? Tu n'as pas besoin d'un peu de temps seule?" Nous avons dormi dans tellement de lits une-place maintenant que les lits doubles ont l'air d'un océan. C'est facile et confortable et chaud comme un four. On aime ça.

Je me sens tellement privilégiée de voir les superbes églises de Lalibela. Il y en a une vingtaine, datant du 12ème et 13ème siècles. On dit que les anges sont venus aider le roi Lalibela à les construire et, après les avoir vues, j'ai trouvé l'histoire des anges bien plus plausible qu'essayer d'avaler l'idée que des êtres humains auraient pu faire quelque chose d'aussi magnifique. Les églises ne sont pas sculptées dans la montagne, elles en sont libérées à la main avec burins et marteaux. Pour chacune, un énorme trou a été creusé par le haut dans la montagne, laissant dressé un monolithe dans lequel une église élaborée, détaillée, étonnante, fut sculptée. Sur chaque surface, vous pouvez voir les marques laissées par les burins. Sur les pans de la montagne se trouvent des niches où les morts sont enterrés et où l'on peut encore voir les restes de squelettes. Il y a aussi de minuscules grottes (4m x 3m x 1.5m) où les moines et les nonnes à travers les âges ont vécu toute leur vie. Aujourd'hui encore, ces grottes sont habitées. Des tunnels souterrains existent en-dessous des églises pour passer en douce de l'une à l'autre, et par sécurité quand les trésors sont déplacés. Nous sommes allés à la messe à 6 heures du matin et regardé les gens venir prier. Certains restaient dehors à lire silencieusement leurs livres saints, alors que d'autres s'inclinaient contre l'église pour embrasser les murs. Tellement envoûtant et médiéval. J'étais envahie par un sentiment de paix et de proximité par rapport à quelque chose dont je suis incertaine.

Nous avons embauché un type jeune et brillant pour être notre guide. Il nous a emmenés dans des endroits auxquels nous n'aurions jamais pu avoir accès par nous-mêmes. Quand nous sommes arrivés à une salle où les femmes ne sont pas admises, je lui ai demandé pourquoi (je m'en fichais un peu parce que c'était juste une salle, pas l'église ou le terrain dans son ensemble). Il répondit que d'après lui, les hommes ne pensaient pas que les femmes étaient aussi saintes qu'eux. Je lui dis: "En aucune manière, je ne crois ça mais, tu sais, dans toutes vos représentations du Christ, il est blanc. Donc les Blancs sont les saints des saints parce que Jésus était blanc, et donc seuls les Blancs devraient être admis dans l'église, et pas toi parce que tu es noir. Est-ce que ce n'est pas la démonstration la plus ridicule d'ignorance? Tu vois comme ça revient au même?". Je demande, si les hommes sont tellement plus saints que les femmes il me faut alors m'interroger pourquoi historiquement les hommes ont été les plus grands coupables de guerres, meurtres, violences, viols et atteintes à l'environnement. Nous sommes génétiquement différents avec différentes hormones pompant à travers nos veines, et sommes motivés par et pour des choses différentes mais une accusation d'un manque de vertu basée seulement sur le sexe est folie et fureur de la stupidité. Les prêtres et les chrétiens qui croient que seuls les hommes sont les saints des saints feraient mieux de revisiter l'histoire et ré-évaluer leur esprits frustres quant à ce qui fait que quelqu'un est "saint". Cependant, la chose la plus folle que nous ayons vue ce jour-là, c'était un large groupe de touristes blancs et bouffis. "Oh non! C'est la brigade touristique Coca-Cola!". Un groupe d'une dizaine de personnes habillés des pieds à la tête de pacotille rouge et blanche Coca-Cola arrivait vers nous. Sauve-qui-peut! L'accessoire le plus radical était le chapeau de paille avec des capsules de Sprite et Coca qui pendaient tout autour de la bordure et qui faisaient gling-gling quand ils marchaient. Ils sont arrivés le matin par avion, restés la journée, et envolés le soir. Peut-être ai-je tord mais j'ai ressenti une complète déconnexion. J'étais désolée pour les prêtres. Toute cette énergie frénétique et ses flashes illuminant les églises et éblouissant les pauvres curés.

Chevaucher à travers l'Ethiopie s'est montré plus difficile et épuisant que conduire à travers le Sahara. Incroyable. Aujourd'hui, Pierre avait un écureuil dans l'arrière-train et il a conduit si vite devant moi et hors de vue que je me suis énervée. "Qu'est-ce que tu as dans le cul, mon écureuil?". Nous avons aussi vu aujourd'hui un changement dans les gens. Ils n'étaient pas aussi amicaux et étaient plus agressifs dans les gestes et les expressions. Nous avons aussi surpris des gosses nous lançant des pierres. A un moment, Pierre a arrêté sa moto, bondit et pourchassé le gamin. Le contraste entre Pierre dans son habit d'homme de l'espace, botté et casqué, courant derrière le gosse était hilarant. Tous les villageois ont vu ce que le gosse doit avoir pris pour sûr pour sa dernière heure. Nous avons commencé à voir le manque d'éducation et l'agressivité dans le visage des hommes, et la dépression et l'apathie chez les femmes. Quelques gosses continuaient à saluer, mais l'atmosphère était très différente.

Je suis tombée amoureuse de la manière dont les hommes s'habillent à la campagne. Ils sont sveltes et portent des sarongs de superbes tissus et motifs. Beaucoup ont de long couteaux incurvés pendants autour de leur fines hanches. Tellement sexy. Je pousse Pierre à s'habiller comme ça, mais je pense que je vais perdre la bataille. Nous avons aussi remarqué que l'Ethiopie est l'endroit où ils envoient tous les t-shirts invendus de Leonardo DiCaprio et de Titanic. Je ne pense pas que nous ayons vu une seule ville où ils n'y en avait pas au moins quelques-uns.

To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici