Tuesday - May 27, 2003

Get the hell out of our country!

Live report from No Man's Land
Fichez le camp de notre pays! - En direct du No Man's Land

We accomplish the formalities of Sudanese customs and visa checks and drive across the bridge into Ethiopia. We aquired our visas before leaving France, and Pierre's 3 month visa had expired by 3 weeks (I had been granted a 2 year visa) (Ethiopia likes America better), but, he was still totally legal to enter the country and apply for an extension. Enter African administration....especially in governmental jobs, things are kept in place by means of adhering to black and white paradigms. Cut and dry. Asking anyone to think outside the 4-sided box is a waste of time, and so the border patrol refused to let Pierre in. We showed the officials the Ethiopian travel handbook, we offered to call the immigration offices, we debated for 2 hours until the big-chief said he was going to remove us by force if we didn't get out of his country. We slid back to the Sudan side, which proved to be more hostile, and they openly expressed they wanted nothing to do with us. "We stamped you out of Sudan, now get lost!" was the sentiment. We pleaded. Finally the Sudanese cops went to yell at the Ethiopian cops and a fight ensued as to who would take the hot potato (which was us). The Sudanese lost and we pitched a tent for the night in the military compound. The hospitality was kind and affording, but we knew we were getting booted first thing in the morning. After sunfall, the night brought with it a swarm of winged insects (1000's), men laughing and spanking eachother (really! we laughed), and in the middle of the night I awoke in the dense heat to see a man's head in our tent watching us sleep. I yelled, but regretted not screaming the meemies. Pierre got his chance though. An hour later the same guy was peepin' at us from afar once more, and Pierre unleashed on him a verbal tyrannical onslaught of French barrage that scared him to death.

The morning brought with it hours of phone calls to our embassies, immigrations and pleadings to the Sudanese officials to not kick us out into no man's land. The border control had no telephone nor radio; we did everything on our satellite-phone. Eventually, both embassies said they would go in person to immigrations and get us out of this mess. A blessing indeed to be from a privileged country with resources and power, and an action oriented care for their citizens.

Still unresolved, the Sudanese told Pierre he could stay one more night, but that I was to get out "Now!". I refused to go and tried to appeal to their sense of empathy (huh?) by recalling the dangers of a young foreigner in lands unknown, of rape and murder, and their conscious if I returned to their country in a body bag. I could almost see it sink in, but the hard line of job description glazed over any comprehension-al compassion and he restated, "Go Now!". More pleas to our embassies and finally, at the last minute we are told a telegram has been sent to a village in Ethiopia 45 minutes away.
I jumped on my motorcycle and rode towards Pierre's freedom. Being totally alone in a new country was exhilarating, and I loved the rare solitude. I arrived in the tiny village with the western attitude of "Give me the telegram, and I'm gone". I waited, waited, waited and eventually learned there was no telegram. I am so exhausted and hopeless after the last month of events. To insult further, the guy asks me back to his friend's house to 'work things out'. I shamed him in front of his friends because I had read in two guide books that Ethiopian men believe that foreign women are always game, and married women are even more a prize, and all women are expected to put up resistence - it's a show that they are game - just playing hard to get. Has anyone really evolved?? A quote from the guide books instruct, "If you feel come onto, be abrupt and ridiculously clear!" Never a problem. He must have turned his opinion of me, because within 5 minutes a telegram suddenly appeared. We debated and I went back to the border. There stood Pierre on the Ethiopian side. Typical - fifteen minutes after I left, the identical telegram arrived at the border. No one communicates! When Pierre found out about this, and before I returned, the Ethiopian border guards received a 20 minute lecture on lying to us, thinking for one's self, ignorance, and kindness. He explained they had cost us two days, tremendous worry and unbeknownst to them, over $200 in satellite phone calls to our embassies. Sudan has never been happier to be rid of two people. It was like a circus with Pierre and I between the two borders and both sides yelling at each-other and at us to get the hell out of their country. We awoke the next morning at 6 am, to flies, sweat, and hopes and dreams of safe travel to a peaceful, cooler end.

While on the Sudanese side, I had an epiphany of sorts when a voice loudly entered my head saying, "Nothing is what it seems", which made me begin to see different perspectives and how the hell this might all turn for the good and benefit somehow. It cured my discombobulated, raw-nerved-never gonna scab over brain for about 30 minutes. We have never been more exhausted, dirty, stinky, in trouble and well..... ready for a vacation. But now we are in Ethiopia, heading towards the mountains, and glad we have eachother for comfort, therapy, Catholic-like confessions, and some other stuff too.


Nous en finissons avec les formalités douanières au Soudan et traversons le pont vers l'Ethiopie. Nous avons obtenus nos visas en France avant de partir, et le visa de Pierre valide pour 3 mois a expiré depuis 3 semaines (le mien est valable pour 2 ans: l'Ethiopie préfère les Américains) mais il est toujours totalement en règle pour entrer dans le pays et demander une extension. Prends n'importe quelle administration africaine, surtout dans les structures gouvernementales... les choses sont figées à leur place par la stricte adhésion à des paradigmes en noir-et-blanc. Il n'y a pas à discuter. Demander à quiconque de penser en-dehors de sa petite boite est une perte de temps, donc les gardes-frontière refusent de laisser entrer Pierre. Nous leur montrons le guide de voyage sur l'Ethiopie, nous leur offrons d'appeler le Bureau d'Immigration, nous discutons pendant 2 heures jusqu'à ce que le grand-chef nous menace de nous sortir par la force si nous ne quittons pas le pays. Nous repartons du côté soudanais qui se montre encore plus hostile, et ils nous disent ouvertement qu'ils ne veulent rien avoir à faire avec nous. "Nous vous avons tamponné pour la sortie du Soudan, maintenant fichez le camp!" Nous plaidons. Finalement, les flics soudanais vont gueuler chez les flics éthiopiens et s'ensuit une bataille pour déterminer qui héritera de la patate chaude (nous). Les Soudanais perdent et nous plantons la tente pour une nuit dans le baraquement militaire. L'hospitalité est offerte de bon coeur mais nous savons que nous serons virés au petit matin. Après le coucher du solei, la nuit amène avec elle une nuée d'insectes ailés (par milliers), des hommes qui se marrent en se donnant la fessée (pour de vrai! on a bien rit), et au milieu de la nuit je me réveille dans la chaleur dense pour découvrir la tête d'un homme dans notre tente nous regardant dormir. J'ai hurlé, mais j'ai regretté de n'avoir pas crié à réveiller les morts. Une heure plus tard, le même type nous mate à nouveau d'un peu plus loin, et Pierre lui sort une flopée de tyrannie verbale en français qui lui fiche une frousse pas croyable.

Le matin nous apporte des heures d'appels téléphoniques avec nos ambassades et l'Immigration, et de plaidoiries aux officiels soudanais de ne pas nous virer dans le No Man's Land. Les gardes-frontière n'ont ni téléphone ni radio, nous faisons tout sur notre téléphone-satellite. Enfin, les deux ambassades disent qu'elles se déplaceront en personne à l'Immigration pour nous sortir de cette embrouille. Quelle bénédiction d'être d'un pays privilégié avec ressources et moyens, et qui se soucie activement de ses citoyens.

Toujours indécis, les Soudanais disent à Pierre qu'il peut rester une nuit de plus mais que je dois sortir "Maintenant!". Je refuse de partir et essaie de faire appel à leur empathie (euh?) en leur rappelant les risques pour une jeune étrangère en pays inconnu de viol et de meurtre, et faisant appel à leur conscience si je revenais dans un sac. Je peux presque voir mon explication lui faire tourner les méninges, mais la ligne dure de son descriptif de travail prend le dessus sur toute compassion et il insiste à nouveau: "Dehors maintenant!". Quelques plaidoiries de plus à nos ambassades et finalement à la dernière minute, on nous dit qu'un télégramme a été envoyé à un village en Ethiopie à 45 minutes d'ici.
Je saute sur ma moto et fonce vers la liberté pour Pierre. Il est grisant d'être totalement seule dans un nouveau pays, et j'apprécie cette rare solitude. J'arrive dans le petit village avec l'attitude occidentale: "Donnez-moi le télégramme et je me casse". J'attends, j'attends, j'attends et finalement apprends qu'il n'y a pas de télégramme. Je suis vidée et désespérée après ce dernier mois de mésaventures. Pour ajouter à l'insulte, le type me demande de l'accompagner à la maison de son pote pour "résoudre les choses". Je l'humilie devant ses copains parce que j'ai lu dans deux guides touristiques que les Ethiopiens croient que les femmes étrangères sont toujours partantes, et que les femmes mariées sont encore plus prisées, et que toutes les femmes sont supposées montrer de la résistance mais qu'en fait c'est un signe qu'elle sont partantes - c'est juste qu'elles jouent les difficiles. Est-ce que quelqu'un a vraiment évolué?? Un extrait d'un des guides enseigne: "si vous sentez une avance, soyez abrupte et ridiculement claire!". Jamais un problème. Il doit avoir changé son opinion envers moi parce que dans les 5 minutes qui suivent, un télégramme apparaît soudainement. Nous mettons les choses au clair et je repars vers la frontière. Là se tient Pierre du côté Ethiopien. Typique - quinze minutes après que je sois partie, un télégramme identique est arrivé à la frontière. Personne ne communique! Quand Pierre a appris ceci, et avant que je ne revienne, les gardes-frontière éthiopiens ont reçu une leçon de 20 minutes sur le mensonge, l'égoïsme, l'ignorance et la gentillesse. Il leur a expliqué qu'ils nous ont coûté deux jours, des soucis sans fin, et sans qu'ils le sachent $200 en appels satellite à nos ambassades. Le Soudan n'a jamais été aussi heureux de se débarrasser de deux personnes. C'était comme un cirque avec Pierre et moi entre les deux frontières et les deux côtés hurlant l'un à l'autre et nous disant de ficher le camp de leur pays. Nous nous réveillons à 6 heures du matin dans les mouches et la sueur, et les espoirs et les rêves de voyage vers une destination plus fraîche et paisible.

Alors que nous étions du côté soudanais, j'ai eu une sorte d'épiphanie quand une voix forte me résonna dans la tête disant: "Rien n'est ce qu'il semble", ce qui m'a fait commencer à voir différentes perspectives, et comment diable tout ceci pourrait être pour le mieux et me bénéficier de quelque façon. Ça m'a guéri de ma cervelle déjantée et de mes nerfs-à-vif-qui-cicatrisent-pas pendant environ 30 minutes. Nous n'avons jamais été aussi épuisés, sales, puants, dans la mouise et... prêt pour des vacances. Mais nous sommes maintenant en Ethiopie, en route vers le montagnes et heureux de nous avoir l'un l'autre pour réconfort, thérapie, confessions à la catholique, et d'autres choses aussi.

To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici