Sunday - August 10, 2003

Safari

Eaten all alive and juicy
Safari - Bouffé tout cru et tout juteux

We went on safari to Masai Mara. A super deal at $50 per person a day! On the way there, our van overheated and exploded. When the guy tried fixing the problem, I had to stop him and tell him he was wrong and he should do this and that with the engine. Anytime that "I" Merritt, can tell anyone how to fix a mechanic, you gotta know how dense they must be. None the less, I felt damn cool around all the other guys in the van who seemed to know just as little. Except Pierre, he helped too.

That night at Simba camp, we are in our safari-supplied tent and Pierre shrieks, "Yuk, what's all over my pillow?" One side of his pillow is stainy and brown, and the other side has a blood smear. "Don't worry honey, I'll fix it for ya". So, I go to the workers, "Uh, can I have another pillow? This one has blood all over it". "Blood? Thats not blood". "Oh, yes I assure you, it's definitely blood". "No, That's Masai paint". "Well', I said, "Can I have another one?". "No. No more pillow. Ok?". "OK".


The next two days we go out on game drives. Safari is great and we laugh a lot. We saw the Wildebeest migration of over 1 million Wildebeest. The most thrilling was when instinct was demanding the creatures cross a river, but there was a crocodile at the bottom of the slope swimming around, dragging the dead carcass of one of their fellow Wildebeests in his mouth. They snorted and waited. In the end instinct will win, as it always does, even if it means your life....


Safari brought us Giraffe, Warthogs, Gazelle, Zebra (the best outfits), Colobus Monkeys, Baboons, Dik-Diks, Elephants and the very dangerous Hippo! Although I loved the animals, I became increasingly aware that I had watched too many National Geographic specials and was used to seeing these animals eat, hunt, run and interact with one another. I grew restless with the animals unending desire to stand still and to lay down. No action. "Run damnit! I want my 50 bucks worth of animals!" The funniest part became trying to spot them and get close enough to them. Unfortunately, whenever we were rushing at them, 15 other safari vehicles were rushing too. The animals didn't seem to care in the least. While on safari I thought a lot about the experience of an animal when predator(s) takes it down, and start ripping it's hindquarters apart. In documentaries, you see the animal lay conscious for minutes while another animal eats it alive. It's so horrific, horrific because it's 'nature', and because 10 minutes can seem like a lifetime when someone is digesting your legs. I serious had nightmares over this. But like I said, I loved safari.


As it turns out, the best way to get a good look, touch, and kiss with the animals is in conservation areas. We went to a baby elephant and rhino orphanage where babies are raised in a human family-structure just like their own. The men here lived with, sleep with, discipline and walk for hours a day with the infants through the bush. The elephants are as reliant on family as humans, and when a mother dies the infant is sometimes too distressed to live.


The only thing that reestablishes health is a good dose of love and structure. Same with the giraffe. At the grounds that cared for some of the only remaining Rothschild giraffes, we learned that they along with sea lions are the only animals that can't take tranquilizers, so they have to catch the giraffe by horse and lasso! But horses are instinctually terrified of giraffes, so a horseman had to spend 2 years training to override his horse's instinct, after which they captured and brought a first baby giraffe to the grounds. The woman spearheading the sanctuary spent 25 years perfecting the mother's milk formula, and she and her husband raised the baby successfully.


Eventually, other giraffes were brought and now live happily and safely on the grounds. Initially though, the original giraffe showed jealousy, meaness and withdrawl symptons identical to a human child who becomes threatened by a second child coming into the family. The giraffe had adopted the husband and wife as her family, and even sucked on their thumb for long periods. The giraffes hold enough beauty to make me cry. Perhaps I will quit my day job and become the Giraffe vigilante against poachers. Why? you ask are giraffes killed? For overeating and for their TAIL ! which is used to make fans.


Again in Kenya, I was hoping to be introduced to ethnic music and local traditional instruments. Yet as with most other countries, we can only hear 70s disco, and typical American Top-40-yuk. One day at UpperHill camp-sight Willie, the waiter, had played Kenny Rogers for 8 hours straight. I had not heard these songs since I was 15, but I could still sing every note and word verbatim, as Pierre can attest - I sang them all to him. Finally, I asked Willie, "You've been playing the Kenny for 8 hours, can you play something else? We cant take it" He said no problem, but maybe because of, or in spite of his being completely stoned, he put on another Kenny album and came back to ask, "Is this ok?"

Please folks, we need a campaign. Maybe we can call it, "USA out of Africa". We have them listening to our music, posting more CocaCola advertisements than all other advertisements combined on their buildings, cell phone companies marketing in impoverished neighborhoods (and then we hear of people going without bare necessities just so they can afford their phone). Everywhere we go we are served American products, preservative, prepackaged, over-packaged goods. Even Gin is being shipped in in single serving plastic containers. It is the Nescafe coffee packets though, that irk me most. No one I ask seems to know why Kenya exports all their wonderful coffee and imports Nescafe's instant satchels of yuk. If you are still one who believes globalization and free, open markets are a good thing, you couldn't have gotten out much. It is devastating, and marketing our products to impoverished nations in the same manner we do to our privileged, 401K brethren, is wrong and verges on evil.

Pierre and I can't wait to read Joseph Stilgitz's book, the Nobel prize winner who became frustrated and quit his position as Chief Economist of the World Bank. He wrote a book called "The Great Desillusion" about his adamant disapproval of globalization the way it is applied now, and says the only one profiting is large corporations. Corporations, corruption, coruhupspoo. all sounds similar - C.C. Inc.


Nous sommes partis en safari au Masai Mara. Un super deal à 50 dollars par jour! En chemin, notre van surchauffe et explose. Quand le type essaie de fixer le problème, je dois l'arrêter et lui expliquer comme il a tout faux et qu'il devrait faire ceci et cela sur le moteur. Chaque fois que "moi" Merritt doit dire à quelqu'un comment réparer une mécanique, vous devez savoir combien ils sont denses. Néanmoins, je me sens vachement cool au milieu des autres gars dans le van qui ont l'air de ne pas en savoir plus. Sauf Pierre, lui aussi a participé.

Cette nuit au Simba Camp, nous sommes dans notre tente fournie par le safari et Pierre hurle "Burk, c'est quoi ça sur mon oreiller?". Un côté de l'oreiller est brunâtre, et l'autre côté a une tâche de sang. "Ne t'en fais pas chéri, je vais te régler ça". Donc je vais voir les employés. "Euh, vous avez un autre oreiller? Celui-ci a du sang partout". "Du sang? Ce n'est pas du sang". "Oh oui, je vous assure, c'est vraiment du sang". "Non, ça c'est de la peinture Masaï". "Bon, je dis, je peux en avoir un autre?". "Non, pas d'autre oreiller, ok?". "Ok".


Les deux jours suivants, nous sortons en excursions. Le safari est génial et nous nous marrons bien. Nous avons vu la migration de plus d'un millions de gnous. Le plus ahurissant c'était quand l'instinct commandait aux créatures de franchir une rivière, mais il y avait un crocodile en bas de la pente qui nageait aux alentours, traînant une carcasse d'un de leur congénères gnous dans la gueule. Ils ont reniflé et attendu. A la fin l'instinct vaincra, comme toujours, même si ça vous coûte la vie...


Le safari nous a amené girafes, phacochères, gazelles, zèbres (le meilleur costume), singes Colobus, babouins, dik-diks, éléphants et les très dangereux hippos! Même si j'aime les animaux, je me suis de plus en plus rendue compte que j'avais vu trop de documentaires du National Geographic et que j'avais l'habitude de voir ces animaux manger, chasser, courir et interagir les uns avec les autres. Je m'impatientais quant aux animaux face à leur désir sans fin de s'allonger et rester immobile. Pas d'action. "Cours merde! J'en veux pour mes 50 dollars d'animaux!". Le plus marrant c'était d'essayer de les repérer et de s'approcher le plus possible. Malheureusement chaque fois que nous nous foncions vers eux, 15 autres véhicules se précipitaient aussi. Les animaux n'avaient pas l'air d'y prêter la moindre attention. Durant le safari, je pensais beaucoup à l'expérience qu'est celle d'un animal quand un prédateur le cloue au sol et commence à lui déchirer les flancs. Dans les documentaires, vous voyez l'animal conscient pendant plusieurs minutes alors qu'un autre animal le dévore vivant. C'est tellement horrible, horrible parce que c'est la "nature", et parce que 10 minutes peuvent sembler une éternité quand quelqu'un te digère les jambes. Sérieux, j'en ai eu des cauchemars. Mais comme j'ai dit, j'ai adoré le safari.


Il se trouve que le meilleur moyen de regarder de près, toucher et embrasser les animaux, c'est dans les zones de conservation. Nous sommes allés dans un orphelinat de bébés éléphants et rhinos ou les bébés étaient élevés dans une structure familiale comme la leur. Les hommes y vivaient avec les nouveaux-nés, dormaient avec eux, les réprimandaient et marchaient pendant des heures dans la brousse. Les éléphants sont aussi dépendants de leur famille que les humains, et quand une mère meure le nouveau-né est quelquefois trop désespéré pour vivre.


La seule chose qui lui rende la santé, c'est une bonne dose d'amour et de structure. Même chose pour la girafe. Au centre qui s'occupait de quelques unes des rares girafes Rothschild qui restent, nous avons appris qu'avec les lions de mer, ce sont les seuls animaux qui ne peuvent pas supporter les tranquillisants, donc ils doivent attraper les girafes à cheval et au lasso! Mais les chevaux sont instinctivement terrifiés par les girafes, donc un cavalier a dû passé 2 ans d'apprentissage pour surmonter l'instinct de son cheval, après quoi ils ont capturé et ramené un premier bébé girafe au centre. La dame qui dirigeait le sanctuaire a passé 25 ans à perfectionner la formule du lait maternel et elle et son mari ont fait grandir le bébé.


Par la suite, d'autres girafes ont été amenées et vivent maintenant heureuses et en sécurité au centre. Au début quand-même, la première girafe se montrait jalouse et méchante avec des symptômes de sevrage similaires à ceux d'un enfant humain qui se sent menacé par l'arrivé d'un deuxième enfant dans la famille. La girafe a adopté le mari et la femme comme sa famille, et même sucé leurs pouces pendant longtemps. Les girafes portent suffisamment de beauté pour me faire pleurer. Peut-être qu'un jour je quitterai mon boulot quotidien et deviendrai la gardienne des girafes contre les braconneurs. Pourquoi, pouvez-vous demander, on tue les girafes? A cause de la chaleur et de leur QUEUE qui est utilisée comme éventail.


Au Kenya, j'espérais faire la connaissance de musique folklorique et d'instruments traditionnels. Mais comme dans la plupart des autres pays, nous ne pouvons y entendre que du disco des années 70 et le Top 40 -burk- typiquement américain. Un jour au Upper Hill Campsite, Willie, le serveur, a joué Kenny Rogers pendant 8 heures d'affilée. Je n'avais pas entendu ces chansons depuis l'âge de 15 ans mais je pouvais toujours chanter chaque note et chaque parole texto, comme Pierre peut témoigner - je le lui ai toutes chantées. Finalement je demande à Willie "Tu as joué Kenny pendant 8 heures, est-ce que tu peux mettre quelque chose d'autre? On ne peut plus en encaisser plus". Il dit pas de problème, mais peut-être parce que, ou en dépit d'être complètement défoncé, il met un autre album de Kenny et revient demander "Et ça, ça va?"

S'il vous plaît tout le monde, nous avons besoin d'une campagne. Peut-être qu'on pourrait l'appeler "Les USA hors d'Afrique". Nous leur faisons écouter notre musique, placer sur leur immeubles plus d'affiches Coca-Cola que toutes les autres affiches réunies, les sociétés de téléphones portables ciblent les quartiers pauvres (et ensuite on entend parler de gens qui se passent du strict minimum juste pour se payer leur téléphone). Partout où nous allons, on nous sert des produits américains, des conservateurs, des marchandises pré-emballées et sur-emballées. Même le gin est distribué en sachets plastiques d'une dose. Ce sont les paquets de Nescafé qui m'irritent quand-même le plus. Je demande mais personne ne semble savoir pourquoi le Kenya exporte tout son merveilleux café mais importe les sachet Nescafé de saloperie instantanée. Si vous êtes encore un de ceux qui croient que la mondialisation et les marchés libres et ouverts sont une bonne chose, vous n'êtes pas beaucoup sorti. C'est dramatique, et distribuer nos produits aux nations pauvres de la même manière que nous le faisons à privilégiés de la fraternité des SICAV, est mauvais et en bordure du diabolique.

Pierre et moi sommes impatients de lire le livre de Joseph Stilgitz, le prix Nobel qui par frustration a quitté son poste de Chef Economiste à la Banque Mondiale. Il a écrit un livre appelé "La Grande Désillusion" à propos de son désaccord violent avec la mondialisation comme elle appliquée maintenant, et dit que les seuls à en profiter sont les multinationales. Corporations, corruption, corruproushprout, tout ça a un air connu.

To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici