Friday - February 28, 2003

Last day in Tunisia

Exploration of woMAN
Dernier jour en Tunisie - Exploration de la fhomme

My body is finding it's disagreement with the increase of microbes in my food sources. Since most menus are meat heavy, I usually forgo the dinner, and instead gourge on skinned fruits at the markets. Sooner or later I will hunger enough and get down to some real meat-medleys, but it will take desperation.

Today I notice several houses have walls around them which, in such poverty seems elaborate and labor intensive, so I ask Pierre why they exist, and he tells me, "To keep the women in, of course. Its their cage." Of course! silly me.

We visit the medina and meet kids,

meow at dogs, and watch a barefoot soccer game where pierre gets nailed with a ball. We find a little museum and take the tour led by a young woman who is confident, funny and surprises me by poking indescremenant jabs at gender discrimination.
We get to see the customary circumcision outfit. Boys are circumsized when they are 5 years old. Their fathers hold the boys naked against their chest. Held 4 feet off the floor, the doctor performs the operation. I can't fathom the trauma this must cause the male youth. Pinned naked in front of several people, extreme pain inflicted on your genital region, all at an age old enough to be self-aware and retain vivid memory. This seems a good argument for the seed planting of Oedipus and the murder of the father.

We saw traditional marriage attire too. The man wears a Jelaba, 1/2 green, 1/2 red. The guide told us the colors represent the paths the wife (not the woman but the wife) can take. Green is for paradise which she has as a good wife, and red is for fire (symbolic of hell), the symbol if you are a bad wife. There is only one kind of husband, however.
For the married woman it seems, it is never about being a good human being, but whether or not you are a good wife.

My favorite was the front door. Poor families have doors made from Palm, and the wealthy have doors made from Abricot trees. There are 3 separate knockers, each with a different pitch. One for the man, one for the woman and one for the kids. If the husband is not at home and a man knocks, the woman is forbidden to answer.

Pierre and I keep hearing of a Swiss guy on a motorcycle, who is one day ahead of us. He is heading into the desert, and we hope to catch him.
Tomorrow we cross into Algeria.


Mon corps subit les désagréments de l'accroissement de microbes dans mes appports alimentaires. Comme la plupart des menus sont lourds en viande, je passe souvent le dîner et à la place me gave de fruits pelés aux marchés. Tôt ou tard, je suis suffisemment affamée et me laisse aller aux mélanges de viandes, but ça nécessite un certain désespoir.

Aujourd'hui, j'ai remarqué que plusieurs maisons avaient des murs autour, ce qui dans une telle pauvreté semble recherché et dispendieux, alors je demande à Pierre le pourquoi de la chose et il me répond "Pour garder les femmes à l'intérieuur, c'est leur cage". Bien sûr! Que je suis bête.

Nous visitons la médina et rencontrons des gamins

, miaulons aux chiens, et regardons un match de foot aux pieds nus où Pierre se fait épingler par la balle. Nous trouvons un petit musée et faisons un tour guidé par un jeune femme sûre d'elle, drôle et qui me surprend par ses pointes lancées contre la discrimantion sexuelle.
Nous avons l'occasion de voir l'habit traditionnel pour la circonsition. Les garçons sont circoncis à l'âge de 5 ans. Le père tient son fils nu contre sa poitrine à 1 mètre du sol, et le docteur opère. Je ne peux pas imaginer le trauma que cela peut causer au jeune mâle. Coincé nu devant un groupe de gens, une douleur aigüe infligée aux parties génitales, tout ça à un âge suffisemment avancé pour avoir conscience de soi et retenir un souvenir vivace. Cela me semble une bonne raison pour la germination du complexe d'Oedipe et le meurtre du père.

Nous découvrons aussi l'attirail tradionnel du mariage. L'homme porte une djelaba, moitié verte, moitié rouge. La guide nous explique que les couleurs représentent les chemins de la vie que la femme (entendez "la femme mariée") peut prendre. Le vert est pour le paradis si elle a été une bonne épouse, et le rouge est pour le feu (symbolique de l'enfer), le symbole de la mauvaise épouse. Il n'y a qu'une seule variété de mari, cependant. Pour la femme mariée, la question n'est pas de savoir si vous êtes un bon être humain, mais si vous êtes ou non une bonne épouse.

Mon truc préféré, c'était la porte d'entrée. Les familles pauvres ont des portes en palmier, alors que les riches ont des portes en bois d'abricotier. Il y a trois sortes de cogne-portes, chacun avec un son différent: un pour les hommes, un pour les femmes, un pour les gamins. Si le mari n'est pas à la maison et qu'un homme frappe, la femme ne doit pas répondre.

Pierre et moi continuons à entendre parler d'un Suisse en moto qui nous précède d'un jour. Il se dirige vers le désert et nous espèrons le rejoindre.
Demain nous passons en Algérie.

To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici