Wednesday - October 15, 2003

Little green men

Poor white men are from another planet
Les petits hommes vert - Les pauvres Blancs sont d'une autre planète

Crossing the border into Malawi was everlasting, but easy, and a very typical scene swirled around me the entire time. An overloaded wagon full of chickens and large black women; a semi-truck packed full with millions of loose sardines; scads of loitering boys on bicycles; the kingly-posturing of the military officers. At the border I have a funny and queer conversation with a man. We have been talking for some time when he asks where I am from. Upon hearing "I'm American", he claims, "I would LOVE to come to America where everything is easy". The picture he paints is of one who has watched too many DALLAS episodes. He says Americans and white people are lucky. I tell him that with his good health, youth, family and farm that he is far, far more fortunate than many Americans ever will be. He looked completely confused and seemed not to know what to say. I tell him that 'in the city of New York there are thousands of people who live in cardboard boxes, and for food they collect refuse out of trash-cans, and that many of these homeless people even live underground. Every year, hundreds of people die on the street from starvation, sickness or freezing to death, and no one knows who some of these people are because their family has left them. Many of these people are even white people'. This really muddles him. "White people?! NO way. White people don't beg". Oh man, yes, yes they do. When I drive home from work in California, white people come and tap on my windshield and hold out their hand for money". "No. I can't believe you. White people have money, they aren't poor. Especially in America". He was a bright, articulate guy, but he couldn't fathom a poor, white person. He had never seen one.

Pierre and I soon find that Malawi is the first country since Tunisia where people do not ask us consistently to buy stuff. Our initial arms-length, apprehensive response towards people approaching us during the first few days, shows me how conditioned we've become to expecting this. It is very apparent, very quickly that the people of Malawi just want to talk, or just walk with us. Here also, they wave and smile as we ride by, which we have loved in every country. Even upon entering the country, I feel something different about Malawi. The landscape here is lush and green. The people are everywhere in the streets and the water licks along the roads.

One day while driving we see several green plants walking down the road. When we stop, they run at us and start grunting and howling. Their costumes are made from huge banana leaves, burlap sacks, tin cans and other findings. They carry sticks and wands that have skewered mice on them. Pierre and I try to get them to talk but it only makes them dance and howl more, and we laugh trying to get them to hold still so we can photograph them. Their characters are so strong I am sure they are in a trance or at least working up to it. We offer them some small change for the pleasure of their primal screams and they take off down the road yowling even louder.

Anyone we pass on the street, we can stop and talk to. Maybe not in the same language, but like that matters. I love that this continent lives outdoors and interacts with nature and all things wild. Its beautiful and one day, it won't be like this anymore. Ways of life, languages and religions are dying out and becoming less and less in number as civilized countries bring their "bigger, better, more-improved" namby-pamby ways to less developed countries. Also along our journey we've learned about the fascinating burial rituals of several tribes, like the tiny village we stopped at in the middle of no where. Again, only one kid could speak English (it is a bizarre phenomenon how often this happens), and we walk to the graveyard of the villagers where I see a huge white cow. It is where the chief is buried, and perhaps his cows are buried there with him. This grave made me almost want to be buried instead of cremated until I remembered the embalming part. When we stop at the small villages, the men always come close but the women stay several feet or more away. We always try to wave to them, at which point their faces light up and they all wave, waiting for the men to return and tell them who about the strange looking strangers.

We take off and drive hours along the lake to the small town of Nkata Bay. The town sits right on Lake Malawi which is the main excitement we've had about coming to Malawi. The lake is 310mi/500km long and is the country's main attraction. 75% of ALL fresh water fish species swim here. Nkata Bay has only windy dirt paths, huts, outdoor markets, and the local boys play continuous games of soccer with their bare feet. There is no email, post office, bank, or other frivolous stuff here. Perfect. It's a cool town and Pierre and I rent a large cottage that sits in the woods, and opens right onto the magnificent lake.

The villagers walk and talk with us and teach us some local language. One day we notice that the loose running dogs continuously follow us and only later realize it is because we are white skinned. As soon as they see another white person, they take off and follow those people. This was hilarious and we figure that their owner must be white and so they relate to us by this. woof.

During the long walk home tonight we saw the villagers making bricks for their houses and shops. Huge outdoor, brick ovens sit next to the road with enormous fires burning inside them. Clay is dug from the earth, mixed with water and other delights, smoked and burned for a few days, and presto - a bona fide brick. The labor and intense heat are incredible for something we take so for granted. These fires burned for days...


Le franchissement de la frontière pour entrer au Malawi était interminable mais facile, et une scène bien typique se déroula autour de moi pendant tout ce temps. Un camion surchargé plein de poulets et de grosses mammas noires; un semi-remorque rempli à ras-bord de millions de sardines en vrac; des troupes de gamins errant sur leurs vélos; les poses royales des officiers militaires. J'ai une conversation étrange et amusante avec un homme. Ça fait un moment que nous parlons quand il me demande d'où je suis. Quand je lui réponds "je suis Américaine", il s'exclame "Oh que j'adorerais aller en Amérique, où tout est si facile". Le tableau qu'il me décrit est celui de quelqu'un qui a regardé trop d'épisodes de "Dallas". Il ajoute que les Américains et les Blancs ont bien de la chance. Je lui dit qu'avec sa bonne santé, sa jeunesse, sa famille et sa ferme, il est vraiment bien bien plus chanceux que bon nombre d'Américains ne le seront jamais. Il a l'air complètement confus et semble ne pas savoir que dire. Je lui apprends que dans la ville de New York il y a des milliers de gens qui vivent dans des boites en carton et font les poubelles pour se nourrir, et que beaucoup de ces sans-domicile vivent même sous terre. Chaque année des centaines de personnes meurent dans la rue de froid, de faim ou de maladie, et que pour certains personne ne sait qui ils sont parce que leur famille les a abandonnés. Ça le stupéfait. "Des Blancs?! Pas possible. Les Blancs ne mendient pas". "Mais bien sûr que oui, ils mendient. Quand je rentre chez moi en voiture en Californie, des Blancs viennent taper sur le pare-brise et tendent la main pour de l'argent". "Non, je ne vous crois pas. Les Blancs ont de l'argent, ils ne sont pas pauvres. Surtout en Amérique". C'était un type intelligent et articulé mais ils ne pouvait pas imaginer une personne qui serait à la fois blanche et pauvre. Il n'en avait jamais vu.

Pierre et moi nous rendons vite compte que le Malawi est le premier pays depuis la Tunisie où les gens ne nous demandent pas continuellement d'acheter des trucs. Notre réponse initiale, tendue et distante, envers ceux qui nous approchent les premiers jours, me montre comme nous avons été conditionnés à attendre ce genre de comportement. Il est très apparent, très vite que les gens au Malawi veulent juste parler, ou marcher avec nous. Ici aussi, ils saluent ou sourient alors que nous passons en moto, ce que nous avons adoré dans tous les pays. Dès l'entrée même au Malawi, je sens quelque chose de différent à propos du pays. Les paysages sont riches et verts. Les gens sont partout dans les rues et l'eau affleure au bord des routes.

Un jour alors que nous conduisons, nous voyons plusieurs plantes vertes en train de marcher le long de la route. Quand nous nous arrêtons, elles se précipitent vers nous et commencent à grogner et hurler. Leurs costumes sont fait d'énormes feuilles de bananes, de sacs de jute, de boites de conserves et d'autres récupérations. Ils portent des bâtons et des baguettes où sont enfilées des souris comme sur des brochettes. Pierre et moi essayons de les faire parler mais ça ne fait que les pousser à danser et hurler de plus belle, et nous rigolons à essayer de les faire tenir tranquille pour pouvoir les prendre en photo. Leurs personnages sont si forts, je suis sûre qu'ils étaient en transe ou au moins en train de s'y préparer. Nous leur offrons un peu de monnaie en échange du plaisir de leurs cris primitifs et ils continuent leur route en hurlant encore plus fort.

A chaque fois que nous dépassons quelqu'un sur la route, nous pouvons nous arrêter et parler. Peut-être pas le même langage, mais ce n'est pas ce qui importe. J'adore le fait que ce continent vive dehors et interagisse avec la nature et toutes choses sauvages. C'est magnifique, et un jour ce ne sera plus jamais comme ça. Des manières de vivre, des langues, des religions sont en train de mourir et de se réduire en nombre de plus en plus alors que les pays civilisés apportent leurs visions insipides du "plus gros, plus mieux, et encore plus mieux" au pays moins développés. Le long de notre voyage, nous avons découvert les fascinants rituels funéraires de plusieurs tribus, comme dans ce petit village où nous nous sommes arrêtés au milieu de nulle part. Une fois de plus, un seul gosse sait parler anglais (c'est curieux de voir comme cela se reproduit souvent), et nous marchons vers le cimetière du village où je vois une énorme vache blanche. C'est là qu'est enterré le chef, et peut-être que ses vaches sont enterrées avec lui. Cette tombe me donne presque envie d'être enterrée plutôt qu'incinérée, jusqu'à ce que je me rappelle la partie concernant l'embaumement. Quand nous nous arrêtons dans des petits villages, les hommes s'approchent toujours mais les femmes restent au moins à plusieurs mètres de distance. Nous essayons toujours de leur faire des signes, auquel point leurs visages s'éclairent et elles saluent toutes, en attendant que les hommes reviennent et leur racontent tout sur ces drôles d'étrangers.

Nous continuons et conduisons des heures le long du lac jusqu'à la petite ville de Nkhata Bay. Le village est juste sur le Lac Malawi, qui la raison principale pour laquelle nous sommes venus au Malawi. Le lac fait 500km de long est constitue l'attraction principale du pays. 75% de tous les poissons d'eau douce s'y trouvent. Nkhata Bay n'a que des petits chemins tortueux en terre, des huttes, des marché de plein-air, et les garçons du coin jouent continuellement au foot avec leurs pieds nus. Il n'y a pas d'email, de poste, de banque, ou d'autres choses superflues ici. Parfait. C'est une village sympa et Pierre et moi louons un grand chalet situés dans les arbres et qui ouvre droit sur le superbe lac.

Les villageois nous parlent et marchent avec nous et nous apprennent un peu la langue locale. Un jour nous remarquons que les chiens abandonnés nous suivent continuellement et ce n'est que plus tard que nous réalisons que c'est parce que nous avons la peau blanche. Aussitôt qu'ils voient un autre Blanc, ils s'en vont et le suivent. C'est vraiment marrant, et nous imaginons que leur propriétaire doit être blanc et donc se lient à nous pour ça. Ouaf.

Pendant notre longue marche pour rentrer à la maison ce soir, nous voyons les villageois faire des briques pour leurs maisons et leurs magasins. Un gigantesque four à brique se tient en plein-air le long de la route avec d'énormes feu brûlant à l'intérieur. L'argile est creusée dans le sol, mélangée à de l'eau et autres délices, fumée et brûlée pendant plusieurs jours, et hop - un bonne brique prête à l'emploi. Le labeur et la chaleur intense sont incroyables pour quelque chose que nous prenons tellement pour acquis. Ces feux brûlent pendant des jours...


To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici