Tuesday - April 08, 2003

What the hell do you want?

The work ethics of Nigeria
Qu'est-ce que vous voulez encore? - L'éthique du travail au Nigéria

Niamey, Niger

I will make this quick.
Usually only residents of Niger are given Nigerian visas in Niamey, so we thought getting letters of recommendation from our embassies might help us out.
We went to the French embassy. Very nice, pleasant, walk right in, meet the consulate, talk and laugh, get a recommendation for the Visa, leave.
Chad embassy. Not quite as nice, but we walk right in, orderly and competent. We get our Visa for Chad and leave.
The US embassy. Bigger, better, brighter than all the other embassies. It gave a feeling of "stay out, you don't belong here". We are checked twice with metal detectors, can't walk without an armed guard, many cameras and lights. To boot, we cant even see our consulate. The secretary lets us know though, that she doesn't even like going "back there". Its too serious.
I think of the documentary "Bowling For Columbine" and how a government can inspire a nation of fear. I was sad. So many people look up to and want to visit the US more than any other country and I am very glad I am from there, but more and more it behaves imperialistically, 'with us or against us', globalization politics and I fear it is causing serious damage to relations world wide.
In the end though, we get a great letter of recommendation for a Nigerian Visa and leave to the Nigerian embassy.
Nigerian embassy. Nice guard and manicured grounds. We walk right in, no check to the embassy and find it empty. We go into an office where we see a large woman. She is planted face down, asleep on her desk and her arms dangle by her side. Across the large room in the corner, a static, AM radio plays. Also in the corner is a 2nd woman. She too is planted face down at her desk with dangling arms. This one is snoring though. We walk in and wake the most official-looking one up. Without shame or embarrassment, she lifts her head and aims a beam of energy at us that says "what the hell do you want? I was sleeping goddamn it" It is 10 am.
We show our letters, she takes them to the consulate, and returns saying,"Come back at 2pm".
Ok, we come back, walk back in the same doors. Again, we see the top of a head, face down with arms dangling. The 2nd woman too is still snoring. I almost laugh. We wake her up and receive the same iced doormat. At one point she hocks up phlem from her throat, gets up from her desk, opens the window and gutterly shoots her spit out the window. I could be in tears. I had the feeling of being in a movie. So weird and the woman seemed a character of herself. The whole scene had the timing of David Lynch's uncomfortable, long cut, room scenes.
This is one of my favorite experiences yet! and a perfect example of the joy I feel exploring the world with Pierre my beau hunk.


Je vais abbréger.
D'habitude, seuls les résidents du Niger peuvent obtenir un visa pour le Nigéria à Niamey, donc nous avons pensé que des Lettres de Recommendation de nos ambassades pourraient nous aider.
Nous allons à l'ambassade de France. Très sympa, très plaisant, on rentre directement, rencontrons le consul, parlons et rigolons, obtenons la recommendation pour le visa, et partons.
Ambassade du Tchad. Pas aussi sympa, mais nous rentrons directement, en ordre et compétent. Nous obtenons nos visas pour le Tchad et sortons.
Ambassade des Etats-Unis. Plus grande, plus belle, plus clinquante que les autres ambassades. Ça nous donne une impression de "Dégage, tu n'as rien à faire ici". Nous sommes inspectés 2 fois au détecteur de métal, ne pouvons pas nous déplacer sans garde armé, plein de caméras et de projecteurs. Pour commencer, nous ne pouvons même pas voir notre consul. La secrétaire nous fait quand-même savoir qu'elle n'aime pas aller "là-bas derrière". C'est trop sérieux.
Je pense au documentaire "Bowling for Columbine" et comment un gouvernement peut inspirer la peur à une nation. C'est triste. Tellement de gens admirent et veulent visiter les Etats-Unis et je suis très heureuse d'être de là-bas, mais ils se comportent de plus en plus de manière impérialiste, "avec nous ou contre nous", la politique de mondialisation, et j'ai peur que cela ne cause de sérieux dommages aux relations à travers le monde.
A la fin quand-même, nous obtenons une lettre de recommendation et nous partons en direction de l'ambassade du Nigéria.
Ambassade du Nigéria. Jolie garde et jardins manucurés. Nous rentrons directement, pas de contrôle à l'ambassade et nous la trouvons vide. Nous rentrons dans un bureau où nous découvrons une grosse bonne femme. Elle est plantée la face en bas, endormie sur son bureau et les bras balants sur le côté. De l'autre côté de la grande pièce, dans un coin, une radio AM est allumée, grésillante. Dans un autre coin, une deuxième femme. Elle aussi est planté la face contre le bureau, les bras balants. Mais celle-là ronfle. Nous rentrons et réveillons celle qui a l'air le plus officiel. Sans honte ni embarras, elle lève la tête et nous envoie un faisceau d'ondes qui dit "Qu'est-ce que vous voulez encore? J'étais en train de dormir, merde." Il est 10 heures du matin.
Nous montrons nos lettres, elle les amène au consul, et revient en disant "Revenez à 2 heures".
D'accord, nous revenons, franchissons les mêmes portes. A nouveau, nous voyons le dessus d'une tête, le visage vers le bas avec les bras balants. La deuxième femme est toujours en train de ronfler. J'éclate presque de rire. Nous la réveillons et recevons presque le même acceuil glacial. A un moment, elle se racle un molard de la gorge, se lève de son bureau, ouvre la fenêtre et crache sa morve de toute ses forces par l'ouverture. J'en aurais ri aux larmes. On se croirait dans un film. Tellement bizarre et la femme était un personnage en elle-même. La scène dans son ensemble avait le découpage des scènes d'intérieur de David Lynch, longues et incomfortables.
C'est une de mes expèriences préférées jusqu'à présent! Et un parfait exemple de la joie que je ressens à explorer le monde avec Pierre mon Beau Hunk.


To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici