Tuesday - June 03, 2003

The beauty of Ethiopia

My grand-pa is a python
La beauté de l'Ethiopie - Mon grand-père est un python

The per capita income is $115 US per year, making Ethiopia one of the three poorest countries in the world. Half the population is under 16 years and only 25% of the country is literate. Ethiopia is the country I have been the most excited to visit thus far. And by far it is the most beautiful country I have seen, perhaps ever. Take the Rocky Mountains, Grand Canyon and miles of pristine patch-worked crops (mainly corn and wheat), make a country out of it, and that's Ethiopia. Magnificent.

Ethiopia is almost the only country that escaped European colonization through resistance and battle. Other wars with neighbouring countries have left their scars as well. You can still see tank remains littered throughout the countryside, many of which are the playground of children. They are very unpolluted, proud people and retain much of their original culture. They have their own calendar and clock, alphabet and language (Amharic). Ethiopia got a bad rap from all those late night Sally Struthers marathon fund-raisers, a 70's famous BBC documentary on famine, and even 'We Are The World' caused great government strife and destroyed public relations which the country still continues to suffer from. When people hear the world Ethiopia, they think Famine. Even Ethiopian Airlines, a good, profitable company, continues to field questions from customers on whether or not they serve food on their flights. I laughed out loud! oh man.

Pierre and I have found Ethiopia to be a country of incredible contrast. We ride in the low-lands and see miles of water reserves, beautiful crops that lay across the land, and 1000s of head of cattle. Two hours later however, we were in famine areas and see barns full of relief food from the UN. When we ask people about it, the only answer we receive is, "Thats Ethiopia". The beliefs are fascinating and vast too. The Sidama people, primarily animist believe their ancestors are reincarnated as Pythons, and so the snakes are sometimes kept as pets inside their homes. Others believe that if you want someone to fall in love with you, you must prepare a bat, and when your love interest eats the mammal, they will become your one and only.

Almost all of the main roads in northern Ethiopia are piste. Pierre and I rode and rode, up and down mountain after mountain. Some pistes were beautiful, other parts were dangerously steep with loose rocks and gravel. At one point we dropped 3,500 feet in a matter of 10 miles. We saw lorries that had slid half way off the mountain sides (no guard rails), and no matter how long and hard we drove, we knew we would never make it out of the mountains by dark. We were so exhausted and afraid we would wreck, so we stopped to camp. As soon as we stopped, of course we had company - three guys from a lorry who had also stopped for the night. The one with an almighty big rifle insisted we come up the road and sleep closer to them. For safety??? Who knows. They didn't speak English. I refuse, but Pierre says, "Look, he has a big gun, and he's damn insistent, I think we should go". We went and they were the most curious trio I have ever seen. They wanted to see, touch and help us with everything. Like little kids. We let them for awhile but Pierre had to tell them, both in the morning and evening, that they had to leave so I could get my three P's: privacy, peace, and pee time. The guy loved carrying his gun around too. That night the mountains brought to us the angriest, scariest most foreboding black sky either of us had ever seen or heard. The alien cloud and thunder came like a Borg invasion. We ran around like crazy building damns, double staking, covering, etc, but it never released its beauty on us and instead went over the next mountain and we never saw it again. I got food sick and threw up, Pierre read to me about stars, and I think we eventually fell off to sleep, though it didn't feel like it in the morning.

Next day we ride more mountain piste, and see the amazing country side. Farmers still plow their land with 2 oxen, a yoke and single metal blade. They are dark, thin and so tall. Women, from child to elderly, carry spine-breaking loads of wood on their backs completely stooped over, and sometimes for miles to reach their destination. They work so hard, but as always I see great joy and laughter, and faith and respect for their land and religion. The people we meet on the mountain roads are funny. Tourists and especially motorcyclists are a spectacle. We stop, they come, we stare at each-other, and for not speaking the same language, we sometimes talk by different means for an hour. The face gives everything away. Some are open and generous, some uneducated and aggressive. When we have food, some of the kids hold out their hands and demand it from us. Pierre growls at them and acts ferrel. They're scared at first but then laugh eventually and the teasing continues. After a long long, amazingly beautiful, sore-butt, 10 layers of dust day, we land in Axum. We experience our first feelings of respite and clean skin in weeks. Happy happy, joy joy.

The treatment of animals in every country so far, has been something very difficult to see. Especially knowing I can't do anything to improve it while here, except perhaps in the tiniest of ways. These animals work endlessly for their masters, and I see no sign of reward, or maintenance to their health. I have stopped trying to caress them, as they always react as if I am going to hit them. They don't even know what affection is.


Le revenu moyen est de $115 par an, faisant de l'Ethiopie l'un des trois pays les plus pauvres du monde. La moitié de la population a moins de 16 ans et seulement 25% sont lettrés. L'Ethiopie est le pays qui m'a le plus emballée jusqu'à maintenant. Et c'est de loin le plus beau pays que j'ai vu, et peut-être même de ma vie. Prends les Montagnes Rocheuses, le Grand Canyon et des kilomètres de récoltes en mosaïques (surtout du maïs et du blé), fais-en un pays, et c'est l'Ethiopie. Magnifique.

L'Ethiopie est l'un des seuls pays qui ait échappé à la colonisation européenne, par la résistance et le combat. D'autres guerres avec les pays voisins ont laissé leurs cicatrices aussi. Tu peux encore voir les restes de tanks abandonnés à travers la campagne, beaucoup servant de terrains de jeu pour les enfants. Ce sont des gens très authentiques et fiers qui ont conservé la plupart de leur culture originale. Ils ont leur propre horloge et calendrier, leur alphabet et langage (l'amharic). L'Ethiopie a hérité d'une mauvaise réputation à cause de tous ces téléthons tard le soir par Sally Stuthers, et d'un célèbre documentaire de la BBC sur la famine dans les années 70, et même "We are the World" a causé l'irritation du gouvernement et détruit les relations publiques dont le pays continue à souffrir. Quand les gens entendent le mot Ethiopie, ils pensent Famine. Même Ethiopian Airlines, une bonne et respectable société, continue de recevoir des questions de clients pour savoir si oui ou non ils servent à manger sur leurs vols. Ça m'a bien fait rire!

Pierre et moi avons trouvé le pays incroyablement contrasté. Nous conduisons dans les vallées et voyons des kilomètres de plans d'eau, de superbes récoltes à travers le paysage, et des milliers de têtes de bétail. Deux heures plus tard cependant, nous somme en zones de famine et voyons des granges pleines de nourriture d'urgence des Nations-Unies. Quand on demande au gens pourquoi, la seule réponse que nous recevons est: "C'est l'Ethiopie". Les croyances sont vastes et fascinantes aussi. La tribu des Sidama, essentiellement animistes, croient que leurs ancêtres sont réincarnés en pythons, et donc les serpents sont quelquefois gardés dans les maisons comme animaux domestiques. D'autres croient que si tu veux que quelqu'un tombe amoureux de toi, tu dois lui préparer une chauve-souris et si ton amoureux mange l'animal, il sera à toi pour toujours.

Presque toutes les routes principales du nord de l'Ethiopie sont des pistes. Pierre et moi roulons et roulons, en montant et descendant, montagne après montagne. Certaines pistes sont magnifiques, d'autres morceaux sont dangereusement raides avec cailloux et graviers. A un endroit, nous descendons de 1100 mètres en 15 kilomètres. Nous voyons des camions qui ont glissé à moitié dans le vide (pas de rails de sécurité) et nous comprenons que quelque soit le temps et l'effort qu'on y mette, nous ne sortirons pas des montagnes avant la nuit. Nous sommes complètement épuisés et craignons de nous planter, donc nous nous arrêtons pour camper. Aussitôt arrêtés, bien sûr de la compagnie arrive - trois types venant d'un camion qui eux aussi s'étaient arrêtés pour la nuit. L'un d'entre eux avec un méchant fusil insiste que nous montions pour dormir un peu plus près d'eux. Par sécurité??? Qui sait. Ils ne parlent pas anglais. Je refuse mais Pierre dit: "Regarde, il a un gros flingue et il insiste, je pense qu'on devrait y aller". Nous y allons et ils sont le plus curieux trio que j'ai jamais vu. Ils veulent voir, toucher et nous aider avec tout. Comme des gosses. Je les laisse un moment mais Pierre doit leur dire, le soir comme le matin, qu'ils doivent s'éloigner pour que je puisse avoir mon intimité, un peu de paix et une pause-pipi. Le type adore promener son flingue aussi. Cette nuit-là, les montagnes nous amènent le ciel le plus noir, le plus furieux, le plus effrayant que nous n'ayons jamais vu ni entendu. Le nuage d'outre-espace et le tonnerre arrivent comme un invasion Borg. Nous courons autour comme des fous pour construire des barrages, mettre le double-toit et renforcer les piquets, etc, mais il ne lâche pas sa beauté sur nous et à la place va sur la montagne suivante et nous ne le reverrons pas. Je tombe malade à cause de la bouffe et je vomis. Pierre me raconte des histoires d'étoiles et je pense qu'à la fin je m'endors, même si je n'en ai pas l'impression le matin.

Le jour suivant, nous faisons encore plus de pistes de montagne et découvrons la superbe campagne. Les fermiers labourent encore leurs champs avec 2 boeufs, une charrue et une simple lame de métal. Ils sont foncés de peau, fins et vraiment grands. Les femmes, depuis les gamines jusqu'aux vieilles, portent des fagots de bois à se casser l'échine, complètement penchées en avant et quelques fois sur des kilomètres avant d'atteindre destination. Ils travaillent tellement dur mais je vois toujours une grande joie et des rires, et la foi et le respect pour leur pays et leur religion. Les gens que nous rencontrons sur la route sont marrants. Les touristes et surtout les motards sont un spectacle. Nous nous arrêtons, ils viennent, nous nous regardons et comme nous ne parlons pas la même langue, nous communiquons quelques fois par différent moyens pendant une heure. Le visage révèle tout. Certains sont ouverts et généreux, d'autres rustres et agressifs. Quand nous mangeons un morceau, certains gosses tendent la main et nous en demandent. Pierre se met à gronder et imite un animal sauvage. Au début, ils ont peur puis se mettent à rire et la taquinerie continue. Après un jour bien long, étonnamment superbe, le cul endolori et couverts de 10 couches de poussière, nous atterrissons à Axum. Nous connaissons notre premier sentiment de repos et sensation de peau propre depuis des semaines. Joie joie.

La manière dont les animaux sont traités dans chaque pays jusqu'à maintenant est quelque chose de difficile à supporter. Surtout sachant que je ne peux rien faire pour l'améliorer ici, sauf peut-être de la manière la plus infime. Ces animaux travaillent sans fin pour leurs maîtres, et je ne vois aucun signe de reconnaissance ou de souci quant à leur santé. J'ai arrêté de les caresser parce qu'ils réagissent toujours comme si j'allais les frapper. Ils ne savent même pas ce qu'est l'affection.

To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici