Tuesday - July 01, 2003

Pink hearts and rabid bitch

Rejuvination in the city
Coeurs roses et chienne enragée - Cure de rajeunissement dans une grande ville

We drove for 9 hours and 250 miles today towards Ethiopia's capital, Addis Ababa. It is the 3rd largest city in all of Africa (5 million), yet there are donkeys trotting through busy intersections, and sheep-herders guiding 50 head of sheep through traffic. The city has more public transportation - taxis, minibuses and buses - than I have ever seen in my life . If you can't fit all the people in, just hang them out the doors and windows... Both New York and Paris pale. Our favorite mode is the minibus. One guy drives like crazy, another hangs out the sliding door, constantly screaming out the destination, "Bolé! Bolé!". When there is a group of them, it sounds like an auction house. Riding in them feels like a video game. "How close can you come without running-over someone?" is its name. Sometimes I close my eyes, but I get car sick, and since Pierre doesn't like it when i throw up on him, I keep them open. Another aspect of the video game is, "Will you, the car, and the driver make it to your destination?". We've had break downs, traffic tickets, ran out of gas, and had to lean forward to help the car make it up the hill. Sometimes we realize that when the driver says "Yes", what he really means is, "I have no idea in hell where that is, but get in and I'll drive around 'til I find it". One night a taxi driver had a big TV glued on his dashboard. Whatever was playing was of more interest to the driver than the road, and watching him was a better value of entertainment than anything I've seen on his TV.

Anyway, we are So sososososo glad to reach a big city, good food and a stellar hotel room. We rejoice! Look- water- Look!- toilet paper and hangers even!-towels and a trash can ! no way and a bath tub! Our bed spread is bright pink and the former possession of some teenage girl from the 70s, complete with hearts and ruffles. There are high ceilings, nice lighting and gardens outside. I feel so at home.

Pierre and I have realized that both of us have been sick to a greater or lesser degree over 50% of the time since leaving France. Usually food is the maligner. Lord knows what monster lives within us.
The past few nights I took the moribund, skinny beau out to a horn-o-plenty. As you can see, the volume of food seems too much to be able to fit into Pierre's internal real estate. But the whole point of being here is rejuvenation. So for our third outing, we went to the Sheraton's ultra-schmancy Inn. We came here for martinis and massage, which does kind of ruin the built-up panorama of an African adventure, but you should have seen us after 4 months. We were a mess on the outside and even worse on the inside. I am sure the only reason they let us past their guards and screening devices is because we are a part of that dumb white-people class. Inside we had a Swedish massage ($18) and an all you can eat, five-star buffet of a king ($20). Kingly prices in Ethiopia. We are so spoiled and wimpy after one day that I am ready for the life of a face-lifted, poodle-holding, WASP girl.

Unfortunately, we don't interact with kids or people very often because 99% of the time they don't see us as people, but rather like a walking money bank. We have never seen so many beggars and so persistent in their aggresivity to receive money. Sometimes we see them notice us, their eyes grow large and they run towards us, "Give me the money!", "Faranji!" (which means white people) or "YOU YOU YOU!!". "Give me pen" is popular also, but my favorite is "Money,money,money!," done with an outstretched hand. We usually shout, "You!" back in response, because it makes the exchange so funny. One day at market, a guy shouted "YOU!" at us and Pierre replied with equal force, "YOU!". The guy responded with another "YOU" and they went back and forth 20 times with rapid succession until everyone was laughing, understanding the aggressiveness and abruptness of such a gesture. Nothing aggressive is meant by it, it's just how many Ethiopians address foreigners.

In Addis it is rain season, which is my favorite weather in the world. Everyday the clouds come in and it pours thick and deep over the city. In only a few minutes there are lakes in the roads, and everything is mud and glistening. I love it here because of this, but we have been here too long already and we're ready to leave. Or rather we were ready to leave until fate decided we should stay still longer. Today while walking home from eating a fat-man's breakfast, I hear the squeal of car tires and then a wild scream from a dog. I turn to see her dragging her hind-quarters across the 3 lanes of traffic and yelping. The driver keeps going, and everyone just stops to watch. I run out and grab her neck and pull her to the side of the curb. As I let go she nips my finger and breaks the skin. At first I can't believe no one would help, but I quickly understand, of course it's because she's a stray and strays carry rabies. She then went into shock and laid with her eyes open on the curb. I turned around and left her there, feeling disgusted knowing I should have left her in the street so another car would have hit her and put her to death. My finger was bleeding and I told Pierre he can now brag to his friends that his girlfriend has rabies. Well maybe I don't, but we pretend I do just in case. We catch a cab to the main hospital. A crowd was around the outdoor entrance but we were shown right in. Inside, I thought I had entered a psychiatric ward from the 1930s. Concrete floors, old metal light fixtures on the ceiling, and dirty. I don't think anyone thought much about my dog bite or rabies, and we soon understood why. We registered, paid some money, and were told to go all the way to the end of the hall, to room #24. Through the swinging doors, down the hall and to the right we walked and saw stretcher beds lining the hallway. A swollen, blood soaked foot was all that stuck out from one covered body. Some patients were completely covered head to toe with sheets. One man moaned and writhed underneath, and I wondered if he could breathe. The sheets were dirty and discolored. I looked into several people's eyes who waited with patients and a very direct, cold hard stare was what I received in return. We went to room #24, but it was packed and people were in a crowd out the doorway waiting to get in. We saw a lot of blood, it smelled like death, I felt faint. I wanted to leave-I wanted to stay. Pierre made the decision without asking, "Lets Go!". We left and walked to the minibuses. Inside my eyes filled with tears, and I said to Pierre, 'That scared me to death." The only thing I had ever seen that could remotely describe the setting was the operating barracks depicted in movies during WW I. The doctors though, wore pristine, stark-white coats. With the backdrop of the dirt, the moanings and the blood, it became surreal and like a nightmare.

As for rabies, the local treatment is a very painful, duck-embryo injection done with a large needle that pierces side-ways through your stomach. It is given everyday, for 21 days straight, and carries with it severe side-effects. Luckily, there is a Swedish Clinic in town that imports medicines from Sweden and France, so my repair will be sweet, painless. Just in case though, I went out shopping for coffins with Pierre. I picked out this fabulous fuscia and sunshine yellow box. A happy life, a happy death... In hindsight, the whole experience was yet another lesson in "leave your western thinking and programmed reflexes at home". It is my favorite part of travel. Having to break down everything I have learned and take for granted. Things like emotions, long-term thinking, freedom of decision and alternatives can be completely different, and/or non-existent here, so even simple questions and assumptions have to be restructured and rephrased. A study of my self, even more-so than of other people.

Our next leg will be to head straight south into Kenya. We have been off our bikes so long that today I stood next to mine and thought," I cant ride that thing, its too big!" It feels like it's been a year. What a puss.


Nous avons conduit pendant 9 heures et sur 400 kilomètres vers la capitale de l'Ethiopie, Addis Abeba. C'est la troisième plus grande ville d'Afrique (5 millions d'habitants), il n'empêche on y voit des ânes trottant au milieu des intersections principales, et des bergers guidant des troupeaux de 50 têtes à travers le trafic. La ville a plus de transports publics - taxis, bus, minibus - que je n'ai jamais vu dans ma vie. Si tu ne peux pas faire rentrer tout le monde, accroche-les aux portes et aux fenêtres. New York et Paris font pâle figure. Notre mode de transport préféré, c'est le minibus. Un type conduit comme un cinglé, un autre s'accroche à la porte coulissante et hurle constamment la destination, "Bolé! Bolé!". Quand il y en a tout un groupe, ça résonne comme une vente aux enchères. Se faire conduire est comme un jeu vidéo. Le but c'est: "A quelle distance peux-tu effleurer quelqu'un sans le renverser?". Quelquefois je ferme les yeux mais j'attrape le mal de mer, et comme Pierre n'aime pas quand je lui vomis dessus, je les garde ouverts. Un autre aspect du jeu vidéo, c'est "Est-ce que toi, la voiture ou le chauffeur arrivera à destination?". Nous avons eu pannes mécaniques, contraventions, pannes d'essence, et dû nous pencher en avant pour aider la voiture à monter la colline. Quelquefois nous nous rendons compte que quand le chauffeur dit "Oui", en fait ce qu'il veut vraiment dire, c'est "Je n'ai fichetrement aucune idée où c'est mais montez et je vais tourner en rond jusqu'à ce que je le trouve". Un soir, un chauffeur de taxi avait une grosse télé collée sur le tableau de bord. Quelque soient les images, elles avaient pour lui plus d'intérêt que la route, et le regarder lui était un bien meilleur divertissement que ce qui jouait sur sa télé.

Enfin... Nous sommes tellement heureux d'être dans une grande ville, bonne bouffe et superbe chambre d'hôtel. Quelle joie! Regarde: de l'eau! Regarde: du papier-toilette et même des cintres! Des serviettes et une poubelle! J'y crois pas, une baignoire! Notre couvre-lit est rose-bonbon, précédente possession d'une jeune fille des années 70, au complet avec coeurs et froufrous. Il y a des plafonds hauts, un bon éclairage et des jardins dehors. Je me sens vraiment à la maison.

Pierre et moi réalisons que nous avons été tous les deux plus ou moins malades la moitié du temps depuis que nous avons quitté la France. D'habitude, la bouffe est le coupable. Dieu sait quel monstre vit en nous.
Ces derniers soirs, j'ai emmené mon beau maigre et moribond vers une corne d'abondance. Comme vous pouvez voir, le volume de nourriture semble être trop important pour tenir dans l'espace interne de Pierre. Mais le but ici, c'est de se refaire une santé. Donc pour notre troisième sortie, nous sommes allés à l'auberge ultra-chicos du Sheraton. Nous sommes venus ici pour les martinis et les massages, ce qui ruine un peu l'image qu'on se fait de l'aventure africaine, mais vous auriez dû nous voir après 4 mois. Nous n'étions pas beaux à voir dehors et encore pire dedans. Je suis sûre que la seule raison pour laquelle ils nous ont laissé passer leurs vigiles et leurs portillons, c'est parce que nous faisons partie de cette stupide classe des Blancs. A l'intérieur, nous avons eu un massage suédois ($18) et un buffet royal 5-étoiles à volonté ($20). Des prix princiers en Ethiopie. Nous sommes tellement gagas et gâtés après une seule journée que je suis prête à mener la vie d'une nana BCBG avec lifting et caniche.

Malheureusement, nous n'interagissons pas très souvent avec les gens ou les gosses parce que 99% du temps ils ne nous voient pas comme des personnes mais comme des banques ambulantes. Nous n'avons jamais vu autant de mendiants et tellement persistants dans leur agressivité pour recevoir de l'argent. Quelquefois nous les voyons nous remarquant, leurs yeux s'agrandissent et ils courent vers nous, "Donne-moi l'argent!", "Faranji!" (ce qui veut dire Blanc) ou "YOU, YOU, YOU!!". "Donne-moi stylo" est populaire aussi, mais mon préféré est "Money, money, money!" avec la main tendue. D'habitude nous crions "You!" en réponse, parce que ça rend l'échange tellement rigolo. Un jour au marché, un type a crié "YOU" en notre direction et Pierre répondit avec la même force "YOU!". Le type répondit par un autre "YOU!" et ils ont continué de l'un à l'autre 20 fois en successions rapides jusqu'à ce que tout le monde rit, en comprenant l'agressivité et la sécheresse d'un tel geste. Il n'y a pas d'agressivité sous-entendue, c'est juste la manière dont beaucoup d'Ethiopiens adressent les étrangers.

A Addis, c'est la saison des pluies, ce qui est mon climat préféré. Tous les jours les nuages arrivent et ça tombe dru et fort sur la ville. En seulement quelques minutes, il y a des lacs sur les routes, et tout devient boueux et luisant. Je me plais ici à cause de ça, mais nous avons été ici trop longtemps déjà et nous sommes prêts à partir. Ou plutôt, nous étions prêts à partir jusqu'à ce le destin décide que nous devions rester plus longtemps. Aujourd'hui en marchant vers la maison après avoir mangé un copieux petit-déjeuner, j'entends un crissement de pneus et le hurlement d'une chienne. Je me tourne et la vois traînant son arrière-train à travers les 3 voies du trafic en jappant. Le conducteur s'éloigne et tout le monde s'arrête juste pour regarder. Je cours et attrape son cou et la tire vers le trottoir. Lorsque je la relâche, elle me mord le doigt et perce la peau. Au début, je ne peux pas croire que personne ne veule lui venir en aide mais je comprends vite, c'est bien sûr parce que c'est une chienne errante et qu'elle peut avoir la rage. Je me retourne et la laisse là, dégoûtée en sachant que j'aurais dû la laisser au milieu de la rue pour qu'une autre voiture vienne l'écraser et lui donner la mort. Mon doigt saigne et je dis à Pierre qu'il peut se vanter auprès de ses copains que sa petite amie a la rage. Mouais, peut-être pas, mais nous faisons comme si, juste au cas où. Nous prenons un taxi jusqu'à l'hôpital principal. Une foule attend devant le portail mais on nous laisse entrer directement. A l'intérieur, je crois avoir pénétré dans un hôpital psychiatrique des années 30. Des sols en béton nu, des vieux abat-jours en métal, et sale. Je ne pense pas que quiconque se soucie de ma morsure ou de la rage, et nous comprenons bientôt pourquoi. Nous nous enregistrons, payons un peu d'argent et on nous dit d'aller tout au bout du couloir à la salle 24. A travers les portes battantes, le long du couloir et vers la droite, nous marchons et voyons des brancards alignés tout du long. Un pied enflé et trempé de sang est tout ce qui dépasse d'un des corps recouverts. Des patients sont complètement couverts par un drap des pieds à la tête. Un homme gémit et s'agite en dessous, et je me demande s'il peut respirer. Les draps sont sales et décolorés. Je regarde dans les yeux de plusieurs personnes qui attendent avec des patients et tout ce que je reçois en retour est un regard fixe, direct, froid et dur. Nous allons à la salle 24 mais elle est pleine à craquer et une foule devant la porte attend de rentrer. Nous voyons plein de sang, ça pue la mort, et je me sens chavirer. Je veux partir - je veux rester. Pierre prend la décision sans demander, "On s'en va". Nous partons et marchons vers les minibus. Mes yeux se remplissent de larmes et je dis à Pierre: "ça m'a fichu la trouille". La seule chose que j'ai jamais vue qui puisse un peu décrire le décor, ce sont les tentes opératoires qu'on voit dans les films de la première guerre mondiale. Les docteurs, par contre, portaient des tabliers d'un blanc immaculé. Avec l'arrière-fond de saleté, de gémissements et de sang, c'était surréaliste comme dans un cauchemar.

Quant à la rage, le traitement local est très douloureux et consiste en une injection d'embryons de canard avec une grande aiguille qui te perce le côté jusqu'à l'estomac. C'est administré tous les jours pendant 21 jours et il y a de sévères effets indésirables. Heureusement il y a une clinique suédoise en ville qui importe des médicaments de Suède et de France, donc ma réparation sera douce et sans douleur. Juste au cas où, quand-même, nous sommes allés faire du shopping de cercueils avec Pierre. J'ai choisi cette fabuleuse boite fuchsia et jaune-soleil. Une vie heureuse, une mort heureuse... Avec du recul, toute cette expérience était une leçon de plus sur le thème: "laisse ton mode de pensée occidental et tes réflexes programmés à la maison". C'est mon côté préféré dans le voyage. Avoir à casser tout ce que j'ai appris et considéré acquis. Des choses comme les émotions, la pensée à long-terme, la liberté de choix et d'alternatives peuvent être complètement différentes et/ou non-existantes ici, donc même de simples questions ou assomptions doivent être restructurées ou reformulées. Un étude de mon moi, encore plus que des autres.

Notre prochaine étape sera d'aller droit au sud vers le Kenya. Nous avons été sans nos motos depuis si longtemps qu'aujourd'hui je me suis tenue près de la mienne et pensé: "je ne peux pas conduire ce machin, c'est trop gros". On dirait que ça fait un an. Quelle femmelette.

To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici