Sunday - September 28, 2003

Zanzibar

Fish auctions, meat markets, and the guts of the Crippled Donkey
Enchères aux poissons, marchés à la viande, et les tripes de l'Ane Boiteux

Pierre and I leave early today on the poor man's boat. Boy is it. It chugs along forward as much as it moves side to side, and is known as the Flying Horse which we rename the Limping Donkey or something like that. The fast boat takes one hour, this one takes eight. Its a cargo boat and everyone is crashed out on the benches and spread all over the floors. Why do poorer people always gravitate to the lower levels of the boats even when they do not have to ??


We finally arrive on the island and the scene is hilarious. No need to wait until the boat docks and puts down the walk-way. Instead, everyone starts leaping from the guard-rails of the boat, jumping over the water and onto land - like bugs swarming out from underneath an old appliance. Then people start jumping ON the boat and tossing couches and mattresses onto land. I love it! No papers, tickets, import documents, signatures. "Land isn't that far away, if I throw my couch hard enough, I can avoid the line." The island is trés magnifique. It reminds me of southern France with its bulging buildings, old shutters and winding cobblestone paths winding through the town. Every night we go to the water front where we eat all the fresh fish- crab-lobster-squid we can swallow, straight off the boat for only a few dollars. Our gluttony costs us a total of $6 and both our insides hurt.


Here all the religions live together harmoniously and respectuously (miraculously), and we notice the older kids don't throw stones and victimize the younger kids. We still are bothered for money, but it is not aggressive. One day though, I separated from Pierre to go shopping and here came the touts. At one stand, a freaky guy kept physically grabbing me to keep me at his store so I took his hands and said, "Thats enough touchy feeley there little guy", to which he responded, "Oh, its ok in Africa, don't you like Africans?" Uh-huh, the old guilt-trip stratagem. He persisted which of course ended in me making a scene. Never he would touch or grab a local woman. At that time, I noticed several Muslim women giggling at the scene and I smiled at them. They giggled more.


On Zanzibar we visit everything! My favorite is the funny museums where although they charge an entry fee, nothing is labeled and many of the displays are empty or covered in cobwebs (a museum in it's self). We also found this turtle in the yard of one building.



One day, we find a fish auction at an old warehouse where Moray eels and octopus are thrown on a concrete block and loud bidding ensues. In the corner, fish butchers are carving meat off of the jaws of sharks. Then, something I perhaps should have stayed away from, but couldn't resist....The Meat Market. eee eee eee. A horror scene in a low-lit warehouse with old iron meat hooks hanging from the rafters. Blood on the floor is being sprayed out with a water hose, while men sit barefoot atop the same wood blocks as the meat waiting for a customer. Heat, flies, and aromas pushed the atmosphere to the max.


Zanzibar is beautiful and seems removed from time which can only be a good thing.... Before we leave, I want to swim with the dolphins but Pierre is reluctant. We read about the environmental impact, and ask around and finally decide to go. A bus takes us across the island where we collect our gear and head out to sea on the boat. When we get there, my mask is gone and I know it fell out when the boatman was raising the tarp. Everyone else jumps in and swims with the mammals. Its not as cool as it sounds though. The dolphins are moving in a pod, and the boats spend hours chasing them, and when they get close, the boatmen yell at all the tourists, "Jump!". At which time we jump and swim for 30 seconds with the dolphins. Then we climb back on board and chase them down again. "Jump!" And everyone flings themselves out of the boat. Pierre is having the best time of anyone and it makes up almost for my lost mask. He is out flapping around doing a St. Vitus Dance, but... he gets closer and swims longer with the dolphins than anyone!


We snorkel for awhile, and then return to land where a 40 minute long debate ensues, arguing about who pays for the lost mask. I say the boatman lost it with witnesses, and the boatman says I did. Pierre and I are pissed, but knowing they are poorer we say we will pay half, which still is not good enough for them. [I believe there is no way for one who has only experienced western disagreements and debates to have much idea of what it is like here in moments like these.]


Patience, and who can say the exact same thing over 1000 times is the one who usually wins. Common sense? Truth? It doesn't have much value in the typical situations Pierre and I have found ourselves in over and over. It is one of the frustrations AND treasures of my trip.

After almost a week on the island, we purchase our boat tickets and jump on board the 8 hour Limping Donkey boat to return to the mainland.That night we hit a storm and are thrown right-left, up down, and washing machine around and around. In our small room are around 20 teenage girls who an hour earlier had been yelling and chanting "DISCRIMINATION!" in protest so that they would be allowed in the tourist area with us. Good for them: discrimination against one's own people sucks. Although they paid the same price, they had been confined to the locals area where every100 people traveled in an area fit for 20. They won their protest and found comfort with us until the rocking began. First one, then three, then more until a choir had formed of vomitive heaving girls. The sound was hi-fi stereo and continued for over an hour. Pierre instructed me like a pro to stay flat as a pancake and in the center, and miraculously, neither one of us barf. I get motion sickness like crazy, so I plugged my ears and suffocated in a wool scarf to keep from joining this mis-fit choir. Hi-ho.


Pierre et moi partons tôt aujourd'hui sur un rafiot minable. Vraiment minable. Il va de l'avant autant qu'il se déplace de côté, et il est connu sous le nom de "Flying Horse" (le Cheval Volant) mais nous le renommons le "Limping Donkey" (l'Âne Boiteux) ou quelque chose comme ça. Le bateau express prend une heure, celui-ci en prend huit. C'est un cargo où les gens sont entassés sur les bancs, disséminés à travers tous les ponts. Pourquoi est-ce que les voyageurs les plus pauvres gravitent toujours autour des niveaux inférieurs des bateaux même s'ils n'y sont pas obligés?


Nous arrivons finalement sur l'île et la scène est hilarante. Pas besoin d'attendre que le bateau accoste et déplie la passerelle, tout le monde commence à enjamber les garde-fous et saute par-dessus l'eau sur le quai - comme des insectes qui s'échapperaient d'en-dessous d'une vieille machine à laver. Ensuite des gens commencent à sauter SUR le bateau et balancent des sofas et matelas à terre. Génial! Pas de papiers, pas de tickets, de documents d'importation, de signatures. "Le quai n'est pas si loin, si je jette mon sofa suffisamment fort, je peux éviter la queue". L'île est "très magnifique" [en français dans le texte]. Ça me rappelle le sud de la France avec ses façades bombées, les vieux volets, et les rues pavées qui serpentent à travers la ville. Tous les soirs, nous allons au bord de l'eau où nous mangeons tout le poisson-crabe-homard-calamar que nous pouvons avaler, fraîchement sorti du bateau pour juste quelques sous. Notre gloutonnerie nous coûte un total de 6 dollars et nos deux bidons sont en peine.


Ici toutes les religions vivent ensemble dans l'harmonie et le respect (un miracle), et nous remarquons que les gosses les plus âgés ne jettent pas de pierres aux plus jeunes et ne les martyrisent pas. On nous réclame encore de l'argent mais ce n'est pas agressif. Un jour quand-même, je laisse Pierre pour aller faire du shopping et voilà les rabatteurs qui arrivent. A un étalage, le type un peu louche n'arrête pas de me m'agripper pour me coincer dans son magasin donc je lui saisis les mains et lui dis "Assez de tripotage maintenant, jeune homme", à quoi il répond "Oh, mais c'est normal ici en Afrique, vous n'aimez pas les Africains?". Mouais, le vieux stratagème de culpabilisation. Il insiste, ce qui bien sûr se termine avec moi faisant un scandale. Jamais il ne tripoterait une femme du coin. A ce moment, je remarque un groupe de femmes musulmanes riant devant la scène et je leur souris. Il rient encore plus.

A Zanzibar, nous visitons tout! Mon endroit préféré est un drôle de musée où rien n'est étiqueté, et la plupart des étagères sont vides ou couvertes de toiles d'araignées. Nous y trouvons aussi cette tortue dans le jardin de l'un des bâtiments.



Un jour nous tombons sur une vente aux enchères de poissons dans un vieux hangar où anguilles et pieuvres sont jetées sur un bloc de béton, et la criée commence. Dans un coin, des bouchers à poissons découpent la viande autour des mâchoires d'un requin. Ensuite, quelque chose que je n'aurais peut-être pas dû faire mais je n'ai pas pu m'en empêcher... Le Marché à la Viande. Beuuuh. Un scène d'horreur dans un entrepôt mal éclairé avec des vieux crochets à viande pendant des combles. Le sang sur le sol est balayé au tuyau d'arrosage alors que les hommes s'asseyent pieds-nus sur les mêmes blocs de bois où la viande attend le client. La chaleur, les mouches et les arômes poussent l'atmosphère au maximum.



Zanzibar est belle et semble retirée du temps, ce qui ne peut être qu'une bonne chose. Avant de partir, je veux aller nager avec les dauphins mais Pierre hésite. Nous avons lu des choses à propos de l'impact sur l'environnement, et nous nous renseignons avant de décider d'y aller. Un bus nous emmène à travers l'île, puis nous collectons l'équipement et partons en mer sur le bateau. Quand nous arrivons à l'endroit, mon masque a disparu et je suis convaincue qu'il est tombé quand le matelot a mis en place la bâche de protection. Tous les autres sautent et nagent avec les mammifères. Ce n'est quand-même pas aussi sympa que ça en a l'air. Les dauphins se déplacent en groupe et les bateaux passent des heures à les pourchasser, et quand ils sont suffisamment proches, les matelots crient aux touristes "Sautez!". A ce moment, nous sautons et nageons 30 secondes avec les dauphins. Puis nous remontons à bord et les pourchassons à nouveau. "Sautez!" et tout le monde se jette par-dessus bord. Pierre s'éclate plus que tous les autres et ça compense presque pour avoir perdu mon masque. Il est loin dans l'eau à s'agiter dans une Danse de Saint-Guy... mais il se rapproche plus près et nage plus longtemps avec les dauphins que quiconque d'autre!


Nous faisons de la plongée pendant un petit moment, puis retournons à terre où s'ensuit un long débat de 40 minutes pour savoir qui doit payer pour le masque tombé à l'eau. J'explique que c'est le matelot qui l'a perdu, avec témoins, et il répond qu'en fait c'est moi. Pierre et moi sommes énervés, mais sachant qu'ils sont plus pauvres que nous, nous leur offrons d'en payer la moitié, ce qui ne leur suffit toujours pas. (Je crois qu'il n'y a pas moyen pour quelqu'un qui n'a connu que des débats et des désaccords à la mode occidentale d'avoir la moindre idée de ce que ce sont des moments comme ceux-là).


La patience est d'habitude la gagnante, ainsi que celui qui peut répéter exactement la même chose plus de 1000 fois . Bon sens? Vérité? Cela n'a pas grande valeur dans les situations typiques où Pierre et moi nous sommes maintes fois trouvés. C'est l'une de mes frustrations _et_ l'un des trésors de mon voyage.

Après presque une semaine sur l'île, nous achetons nos tickets de bateau et sautons à bord du rafiot de l'Âne Boiteux pour une traversée de 8 heures. Cette nuit-là nous tombons sur un orage et nous nous faisons envoyer de de droite à gauche et de haut en bas, et remuer comme dans une machine à laver. Dans la même salle se trouvent une vingtaine d'adolescentes qui une heure auparavant étaient en train de hurler "DISCRIMINATION!" pour être autorisées à venir dans la zone pour touristes avec nous. Bravo les filles: la discrimination contre son propre peuple, c'est vraiment nul. Même si elles avaient payé le même prix, elles étaient confinées dans une zone pour autochtones où les gens s'entassaient à 100 dans un endroit prévu pour 20. Elles finissent par gagner et trouvent confort avec nous jusqu'à ce que le tangage commence. D'abord une, puis trois, puis d'autres encore jusqu'à former un coeur de filles régurgitantes. Le son qualité hi-fi stéréo dure pendant plus d'une heure. Pierre m'instruit comme un vrai pro de rester plate comme une crêpe au milieu du bateau et, miraculeusement, aucun de nous deux ne vomit. Je suis super-sensible au mal de mer, donc je me suis bouché les oreilles et suffoqué dans une écharpe en laine pour éviter de rejoindre ce coeur mal accordé. Youpi.


To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici