Wednesday - April 16, 2003

No, yes, No, yes, No, yes, NO NO NO, yes, No

Habibou and his mission to make us eat
Habibou et sa mission pour nous forcer à manger

Zinder, Niger

I have no personal commentary for Zinder and our experience here. I just tell the facts ma'am.

Pierre's Uncle Jacque has a cartoonist friend who lives in Zinder. He is so grateful for the work Jacque has given him that he wanted to take care of Pierre and I. He does comics on AIDES awareness. He is an excellent artist and very progressive on the topic of AIDES. He makes a simple living off his art which was very impressive. Our first day was spent talking over CokaCola and then we went to his house. We had been riding since 6 am. with only cookies to eat. It was 8 pm. and we were famished. He insisted we go out to eat, we agreed, then said he needed to pray, so we waited 20 minutes, then he insisted we stay and eat in his home, we were getting anxious. He requested his wife to prepare something for us, and I became incredibly uncomfortable from her expression, and we finally asked to go back to our hotel.
We instead were driven from restaurant to restaurant and we kept saying, "Take us back home, Now, please" but he was dead set on getting us some food. We kind of skitzed out because no matter what we said, he wouldn't listen. Finally we went into one place and ordered salads and had some good conversation.
Habi Bou told us about nomadic herders who travel up to 3 years without returning home. The entire family (not the elderly) travel with them throughout Kenya, Mali, Chad, Sudan, Ivory Coast, Nigeria, Cameroon, Tanzania and Niger with their goats, sheep, and/or camels. No passports or visas are needed, just documentation of the # of animal heads you have. He also warned us against one tribe called the Bororo who do powerful witchcraft that can lure a man's wife away. "When they see a woman they want, they cast a spell on her, even if she is married. She is powerless against it. Her husband can't do anything either, because he knows she will go to the Bororos". He told Pierre to be careful with me around them, that they like European women so they can go to Europe to work. Pierre showed him the amulet around my neck and said I was protected. Yep, another display of the weak woman. Powerless and easily led astray. Even in Christianity Eve was the downfall of Adam due to her weakness of temptation, but had it been Adam who ate the apple, surely it would have been because men bare the explorer instinct and venture into the unknown even at the cost of security and consequence. An admirable trait.
We also learned why women are not allowed in the cemetaries."Its because they are emotional and its too hard for them". He saw how much I wanted to go, but I assured him I would respect the law and stay out of his cemetery.
Actually, Pierre and I found it incredibly sad that it is social code for neither the man nor the woman to cry or show sadness at the death of others, even a child. Emotions and crying are signs of weakness. I wonder then how the parents console each other, if at all. How do you process the trauma if you don't allow yourself release? How can one carry such pain with no outlet? And especially, what are the long term effects of an entire country that is disallowed to express sadness?

The next day we went to lunch at Habi Bou's house.
I had stayed in bed all morning due to a swollen throat and Pierre let Habi Bou know I would not be eating. We arrive just when the wife and kids were finishing their meal, and Habi Bou, Pierre and I sat down on the floor to eat. Habi Bou started passing me things, and I looked at Pierre and asked,"Did you tell him?" "Yes, I told him", but from here it was a 40 minute discussion of such strange, degenerate, impasse that only a film could convey the weirdness in the room. Habi Bou would not understand or accept that I had a swollen throat and couldn't eat. He tries to send his wife, Howa out for fish which I reject, so he claims,"You are an American, you are all too picky". I told Pierre to translate to them that they were making me very uncomfortable and to please just let me be. He did, but it did no good. He couldn't understand why I don't eat meat either. Pierre translated to him that I love animals and think it's unethical to kill and eat them, and that he supports me in my belief. Habi Bou doesn't understand this either. Animals are put here by God for us to eat.
Then we were served a curdled milk soup and Pierre told Habi Bou that he was highly allergic to milk and couldn't drink it. Oh man, another lengthy discussion ensued. "You westerners inject your animals with all that stuff, but we just milked our cow yesterday". Pierre says, "If I drink this, I will get sick, throw up in your house and have to poo all day. Do you want me to get sick?" "Oh, no of course not", Habi said. "I cant drink milk in Japan, in France, in Haiti, or Niger. No Milk". But he continued to push Pierre to drink it. The only thing that was understood was when we asked Habi, "Do you want to come to my country and have me force you to drink alcohol and eat pig?" (strictly forbidden to Muslims) and this Habi started to understand, I think. Then we told him how we eat raw fish and loooove it (Sushi) and this above all else completely grossed him out. He stood just shaking his head saying, "No, no". How bizarre it all was. As a finale, we were brought Cokes, but no one had a bottle opener. Habi Bou insisted on opening our metal- capped bottles with his teeth. We screamed at him and Pierre tried to physically make him stop, but he wouldn't and sure enough, off came the metal coke cap. This was the entirety of our 2 hour lunch. It was exhausting but what an incredible experience got wrinkled into my brain. Everything Habi did was an attempt to help and to be kind to us.
Habi is the oldest of 14 children. His wife is 36 (my age) and has bore 7 kids of her own. I kept looking at her. No Way, I thought. Could that be me? 7 kids?
We were then given a tour of the huge compound. It covered 1/2 a block, made as usual of sand, mud and rocks. We met cousins, aunts, nephews, brothers, grandmothers, etc. All living in the same dwelling. Some were naked, some cooking with fire, some playing. It was cool to see an entire living family tree.
We then went to the market in Habi Bou's car. While Habi and Pierre talked up front, I made good use of the moving vehicle to take photographs, and to stick my tongue out at boys as we passed them. They laughed or looked perplexed and returned the gesture (in a good way).
At market some youth wolf-whistled me and received a 3 minute stare-down from Pierre. This is a funny game we play. I walk ahead of Pierre and always guys will make a gesture or whistle (cause I am alone) until Pierre walks up into their face and says,"BONJOUR. Ça va?!" It scares them to death. Its a lesson in respect I suppose. I feel safe with Pierre. He isn't afraid of much anything, and although incredibly hard for me to accept at first, the feeling of being protected and cared for is powerful and welcomed.
We return home to eat dinner which we had ordered earlier. No one writes anything down, and again the guy forgets to cook my main course. Oh lord. I didn't eat all day, but I don't care cause Pierre and I have good conversation, take a shot of Tequilla and sit out on the porch and listen to the torrential rain, raining.


Last day in Zinder with Habibou
Habi Boo, Pierre and I went to visit the Sultan today. He lives in a big castle made of mud, straw and rocks. The ceiling was in palm wood and branches. We walked into the courtyard and saw the rooms that used to hold the prisoners. Depending on what bad deed they did, they may be locked up with a scorpion (usually 3 stings will kill you), or covered in honey and fed to the ants. In the Sultan's meeting hall was a big painting of the Koran which he sat in front of. The guide said, "You can aim and shoot a gun at it, but the bullets will bounce off to the side. It is protected." We saw the courtyard of the old firing squads and the beheading room. No one is allowed in the cemetary, and certainly no one is allowed to see the Sultan's 4 wives, ever. After the sons of the Sultan's wives turn 10, they are never allowed to see their mother again. I guess at this age they are considered men and since the wives can never have contact with men.....
On the way out the guide showed us amulets and talismen tied above the door which were meant to protect the Sultan from his enemies." Whats in the basket?"I asked. " Oh a human head." "How long has it been in there?", "150 years."
On the way out there were 3 begging crones. A man told Pierre they were witches and that he should give them something. I gave them a few coins as I am always happy to help out a witch, and soon after a guy in a suit approached and said he was the Sultans sorcerer and Pierre should give him some money too. We laughed. Went home and ate some strange food, gave our worship to the air-conditioner and fell asleep in a single bed.


Je n'ai aucun commentaire personnel à faire sur Zinder, ni sur notre expèrience ici. Je ne fais que relater les fait, m'sieur.

Jacques, l'oncle de Pierre, a un ami dessinateur qui vit à Zinder. Il est tellement reconnaissant du travail que Jacques lui a offert qu'il veut prendre bien soin de Pierre et moi. Il fait BDs sur l'éducation autour du Sida. C'est un excellent artiste et très progressif sur le thème du Sida. Il vit simplement de son art, ce qui est vraiment impressionnant. Notre première journée fut passée à causer autour d'un Coca puis nous sommes allés à sa maison. Nous avons chevauché la moto depuis 6 heures du matin avec seulement des petits gateaux à manger. Il est 8 heures le soir et nous sommes affamés. Il insiste que nous devrions sortir manger et nous acceptons, ensuite il dit qu'il a besoin de prier, donc nous patientons 20 minutes, puis il insiste que nous devrions rester et manger chez lui et nous devenons anxieux. Il demande à sa femme de préparer quelque chose pour nous, et je deviens incroyablement mal à l'aise devant son expression à elle, et nous demandons à rentrer à l'hotel.
A la place, il nous conduit de restaurant en restaurant et nous répètons "Ramenez-nous à l'hotel, Maintenant, S'il vous plait" mais il est complètement borné pour nous trouver de la bouffe. Ça commence à nous faire tourner bourriques parce que quoi qu'on dise, il n'écoute pas. Finalement nous arrivons à un restau, commandons des salades et avons une bonne conversation.

Habibou nous parle de bergers nomades qui voyagent jusqu'à 3 ans sans retourner chez eux. La famille entière (sauf les plus vieux) voyagent avec eux à travers le Kenya, Mali, Tchad, Soudan, Côte d'Ivoire, Nigéria, Caméroune, Tanzanie et Niger avec leurs chèvres, moutons et chameaux. Pas besoin de passeports ni de visas, juste la documentation sur le nombre de têtes de bétail. Il nous met aussi en garde contre la tribu des Bororos dont les puissants sortilèges peuvent attirer une femme et l'éloigner de son homme. "Quand ils voient une femme qu'ils veulent, ils peuvent l'ensorceler, même si elle est mariée. Elle est complètement sans défense. Son mari ne peut rien faire non plus parce qu'il sait qu'elle ira avec les Bororos". Il conseille à Pierre de faire attention avec moi si nous les voyons, qu'ils aiment les femmes européennes pour pouvoir aller travailler en Europe. Pierre lui montre l'amulette autour de mon cou et lui dit qu'elle est protégée. Ouais, encore une preuve de la faiblesse des femmes. Sans force et facilement attirées. Même dans la chrétienneté, Ève causa la perte d'Adam à cause de sa faiblesse face à la tentation, mais si c'était Adam qui avait mangé la pomme, à tous les coups ça aurait été parce que les hommes ont l'instinct de l'aventure et de l'exploration. Une qualité admirable.
Nous apprenons aussi pourquoi les femmes ne sont admises dans les cimetières. "C'est parce qu'elles sont émotionnelles et ce serait trop dur pour elles". Il a vu aussi combien j'aimerais y entrer, mais je luis assure que je respecterai la loi et resterai hors du cimetière.
En fait, Pierre et moi avons trouvé très triste que c'est la règle pour l'homme comme pour la femme de ne pas pleurer ni montrer de tristesse à la mort d'un autre, même pas pour un enfant. Les émotions et les pleurs sont un signe de faiblesse. Je me demande comment les parents se consolent l'un l'autre, si jamais ils le font. Comment pouvez-vous absorber le trauma si vous ne vous permettez pas de vous relacher? Comment est-ce que quelqu'un peut porter une telle peine sans échappatoire? Et surtout quels sont les effets à long terme d'un pays entier qui n'est pas autorisé à exprimer la tristesse?

Le jour suivant, nous allons déjeuner chez Habibou.
J'étais restée au lit toute la matinée à cause d'une angine et Pierre avait dit à Habibou que je mangerais pas. Nous arrivons juste avant que la femme et les gosses n'aient fini leur repas, et Habibou, Pierre et moi nous asseyons sur le sol pour manger. Habibou commence à me passer des trucs, je regarde Pierre et lui demande "Est-ce que tu lui a dit?". "Oui, je lui ai dit", mais commence alors une discussion de 40 minutes d'une impasse tellement étrange et dégénérée que seul un film pourrait relater l'atmosphère bizarre de la pièce. Habibou ne comprend ni n'accepte que je ne puisse manger si j'ai une gorge enflée. Il essaie d'envoyer sa femme, Howa, acheter du poisson, ce que je refuse, alors il prétend "Tu es Américaine, tu es bien trop difficile". Je dis à Pierre de leur traduire qu'ils me mettent très mal à l'aise et qu'ils veuillent bien me laisser. Il traduit mais ça ne sert à rien. Il ne comprend pas pourquoi je ne mange pas de viande non plus. Pierre lui traduit que j'aime les animaux et que je pense qu'il n'est pas éthique de les tuer et de les manger, et qu'il me supporte dans mes convictions. Habibou ne comprend pas ça non plus. Les animaux ont été plantés ici par Dieu pour que nous les bouffions.
Ensuite nous sommes servis une soupe au lait coagulé et Pierre explique à Habibou qu'il est fortement allergique au lait et qu'il n'en boira pas. Oh mec, encore une autre interminable discussion s'ensuit. "Vous les occidentaux, vous piquez vos animaux avec tous ces trucs, mais ici nous avons trait la vache hier". Pierre lui dit "Si je bois ça, je vais devenir malade, vomir dans votre maison et faire caca toute la journée. Est-ce que vous voulez que je sois malade?" "Oh non, bien sûr que non", répond Habibou. "Je ne peux pas boire de lait au Japon, en France, à Tahiti ou au Niger". Pas de lait". Mais il continue à pousser Pierre à le boire. La seule chose qu'il comprend, c'est quand Pierre lui demande "Est-ce que vous voulez venir dans notre pays et qu'on vous force à boire de l'alcool et à manger du cochon?". Et ça, je pense qu'il a commencé à comprendre. Ensuite, nous lui disons comme nous mangeons du poisson cru et aaaadorons ça (les sushis) et ça, plus que n'importe quoi d'autre, le dégoute complètement. Il reste planté remuant la tête répétant "Non, non". Tout ça était vraiment bizarre. Comme final, on nous apporte des Cocas mais personne n'a d'ouvre-bouteille. Habibou essaye d'ouvrir les bouteilles avec les dents, quelque chose qu'il n'avait jamais fait avant. Nous lui crions d'arrêter et Pierre essaie physiquement de l'arrêter mais pas moyen, et en fin de compte, les capsules sautent. Ceci est l'intègralité des 2 heures que compta notre déjeuner. C'était épuisant mais quelle incroyable expèrience fut imprimée dans ma cervelle.
Habibou est le plus agé de 14 enfants. Sa femme a 36 ans (mon age) et a porté 7 enfants. Je la regarde. C'est pas vrai, je me dis. Est-ce que ça pourrait être moi? Moi avec 7 gosses? On nous offre de faire un tour du campement. Ça couvre la moitié d'un bloc, construit comme d'habitude de sable, boue et pierres. Nous rencontrons les cousins, tantes, neveux, frères, grand-mères etc... Tous vivant dans les mêmes quartiers. Certains sont nus, d'autre faisant la cuisine au feu de bois, d'autres jouant. C'est chouette de voir tout un arbre généalogique vivant.
Ensuite nous allons au marché avec Habibou. Alors que Habibou et Pierre causent devant, je profite du véhicule en déplacement pour prendre des photos et tirer la langue aux gosses que nous croisons. Ils se marrent ou ont l'air perplexe et retournent la faveur de manière sympathique.
Au marché quelques jeunes me sifflent et reçoivent de Pierre un duel de regards pendant 3 minutes. C'est un jeu marrant que nous jouons. Je marche devant Pierre et tôt ou tard les gars font un geste ou me sifflent (parce que je suis seule) jusqu'à ce que Pierre vienne se planter droit devant devant eux et sorte "BONJOUR! Ça va?". C'est une leçon de respect, je suppose. Je me sens en sécurité avec Pierre. Il n'a pas peur de grand-chose, et même si c'est difficile à accepter pour moi au premier abord, le sentiment d'être protégée est à la fois fort et bienvenu.
Nous rentrons à la maison pour dîner, personne ne prend note de quoi que ce soit et le type oublie de cuisiner mon plat principal. Oh seigneur. Je n'ai rien bouffé de la journée, mais je m'en fiche parce que nous avons une bonne conversation avec Pierre, prenons un shot de téquila et assis sous le porche écoutons tomber la pluie torrentielle.

Dernier jour à Zinder avec Habibou
Habibou, Pierre et moi allons visiter le palais du Sultan aujourd'hui. Il habite un gros chateau fait de boue, paille et pierres. Le plafond est en branches et bois de palmier. Nous marchons dans la cour et voyons les salles où étaient enfermés les prisonniers. Selon la mauvaise action dont ils s'étaient rendus coupables, ils pouvaient être enfermés avec un scorpion (d'habitude, 3 piqures sont mortelles), ou couverts de miel et laissés en pâture aux fourmis. Dans la salle de conférence du Sultan se trouve une grande peinture d'un extrait du coran devant lequel il s'asseoit. Le guide explique "Vous pouvez le viser et tirer un coup de feu mais les balles ne l'atteindront pas, il est protégé". Nous visitons la cour du peloton d'exécution et la chambre de décapitation. Personne n'est autorisé dans le cimetière, et certainement personne n'est autorisé à voir les 4 femmes du Sultan. Lorsque les fils du Sultan passent l'age de 10 ans, ils ne sont plus autorisés à revoir leur mère. Je suppose qu'à cet age, ils sont considérés être des hommes et comme les femmes ne peuvent avoir aucun contact avec les hommes...
Sur le chemin de la sortie, le guide nous montre des amulettes et talismans suspendus au-dessus de la porte qui sont supposés protéger le Sultan de ses ennemis. "Qu'est-ce qu'il y a dans le panier?", je demande. "Un tête humaine". "Depuis combien de temps elle est là?". "150 ans".
A la sortie, se trouvent trois vieilles mendiantes. Un homme dit à Pierre que ce sont des sorcières et qu'il devrait leur donner quelquechose. Je leur donne quelques pièces, vu que je suis toujours heureuse d'aider une sorcière, et juste après un type en costard s'approche et prétend être le sorcier du Sultan et que Pierre devrait lui donner de l'argent aussi. Nous nous marrons, rentrons à la maison, mangeons une drôle de nourriture, offrons nos bénédictions au climatiseur et nous endormons dans un lit une-place.

To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici