Thursday - April 24, 2003

Cameroon makes me swoon

Pierre and I meet the Sorcerer
Le Caméroun me fait fondre - Pierre et moi rencontrons le Sorcier

Maroua & Rhumsiki, Cameroon

Cameroon has been independant from France since 1960 so mainly French is spoken, though at last count there were 279 recognized languages within the country. The most fascinating one to me was a form of English known as Pidgin. Its an old trading language that bridges French and English while dropping all unecessary words. For example, "How?" is "How Are You?" 'Shakeskin' means To Dance, and "Ah Done Flop Chop" indicates you've had enough to eat. My favorite of course is, "Jam Pass Dee, Monkey Chop Peppay" which means, "When the shit hits the fan, a monkey will live off hot peppers" (Taken from Lonely Planet's Africa edition). The average income is $625 year here, and half the population of 15 million has 20 years or less.
Our first night was at a hotel where murders could have taken place and David Lynch filmed his hallucinations. A creepy little place called "The Ladybug" whose alias is perhaps the "stink bug". We made a spooky movie here and slept in our camping gear for safety against mattress chiggers.
The next day opened us up to the most beautiful landscapes of trees and hills. they are cartoony and strange and look like a Dr. Seuss book. Villages are made entirely out of stones, mud and straw with, as always,.. chickens, donkeys, steer, goats and dogs running everywhere.
We left the border town and stayed in Maroua, and then up to Rhumsiki (room-sicky) where we are staying for a week. Rhumsiki is a small mountain village surrounded by fantastic rocks shooting up from the Earth 1500 feet, which is 10 times higher than the width of their base. They are the chimneys of old volcanoes.
The villagers are animists, Catholics and Muslims. When we asked about the bizarre mountains, we were told that the mountains used to walk like humans, and they walked from village to village asking if they could stay, but only Rhumsiki allowed these mountains to stay. These are the stories the grandparents tell.
The village is full of huts made from mud and straw, walls of stones to fence the animals at night, and straw canopies set up to sell cokes, carrots and fried bread.
Always when we pull into a town several men or boys come up, asking to be our guide, to eat at this or that restaurant and/or to ask for 'cadeaux' (gifts). Pierre explains to them that we are asked 50 times minimum a day for cadeaux and that we have been traveling for 2 months and that if we gave a cadeau to everyone we would have given away 3000 cadeaux so far. And since we are traveling for 2 years, that means we would need 36,000 cadeaux for everyone.
The boy got it and everyone stopped asking and were happy just to follow us around.
We hired Dili, a 12 year old boy, as our guide and have spent 2 days with him. We were walking and a group of teenage bad boys say,"I want to marry the woman" (me) Pierre turns around and walks back,"Who said that?" No one would speak. He tore into them about having respect, and that they were cowards to yell at a person's back and not own up to the comment. To go home to their mommy's and ask to be taught something other than ignorance. He spoke to them not condescendingly, but with conviction and disappointment. Later two of them came and appologized, which showed they understood and respected Pierre's actions. Its a problem in Africa, the complete disconnect the tourists have from Africans. In general, the locals see tourists as money, and tourists seem to behave as though locals are things to throw candies to and point cameras at. We speak with locals as human beings, and they treat us as human beings. We have met and spent time with such interesting people, but it takes time to establish strong contact due to the history of seperation between locals/tourists.
Dili took us to the Crab Sorcerer. A well-known and respected old old,,, old man who tells fortunes by taking a crab, placing it in a bowl with sand and rocks which represent things like you, Africa, the future, etc. He then puts a lid on the bowl, lets the crab throw the stones around and then reads them. We were allowed to ask him questions and by the time we left we were with disbelief and awe. Our first question was how many kids we would have. He said "You will have 2 kids, the first is a girl the second is a boy. You will have no more, but it will be by your own decision." The second question we asked was "How far will we travel?" After looking at the stones, he looked confused. He said, "You will have the wind to your face, and travel a very long time. And when you are finished, you will publish a book about your travels." The third question was us wanting to know where we would live. He said,"You will have 2 houses. One in a small village, and one in a larger city where you will need to be to do your work. You will both grow old and will be with one another."
We never told him or the kids with us anything. We are working on making a book after our travels, we are planning on having two residence, one in a village one in a city, and of course we will be traveling for a long long time of 2 years. Also, we are both crazy to have kids. These are the only solid ideas of a future we imagine. My eyes caboosed outta my brains. The old man could barely see or hear. The old man's culture is so vastly different from our own as well. At the end he blessed us, and Pierre handed him a bill. He looked at it, then threw it back at Pierres feet with disapproval. The kids said, "He wants 4000" (approx $7). Pierre paid up and we learned that he receives chickens, goats, money, and even cows for his fortunes, and that he then gives these gifts to the old and the sick in the villages.
We asked many people about his legitimacy because we were freaked out by his answers, and everyone said he is taken very serious and very very respected.
We then hiked up a magnificent mountain, saw the cotton weavers, I got to pet a donkey which I did with fervor and delight, and then we were invited to a wedding in the village that night. I see why many westerners come here to work for 2 months and wind up staying ten years. There is no relationship to a schedule, to private property, no police officers outside cities, or real crime. Everyone working things out amoungst themselves and helping eachother. We spoke with an incredibly insightful, optimistic young playwrite who lives here. He writes plays about womens equality, about animal cruelty and that only Africans can help Africans. "Africans don't need to change or be 'modernized', and when I see cell phone companies and prepackaged foods full of salt and sugar coming from Europe and the US, it sadens me. The people forgo food to have a cell phone. Many countries have no real dentist, yet there is advertising all over to Drink Coke! It's so typical for richer countries to come into poorer countries and instead of helping set up an infrastructure, they use the countries resources and a means to sell more of their 'stuff'. "
The next day we said good-bye to Dili. I thought he was going to cry. I couldnt speak French with him, but his admiration and respect for pierre was so touching. The way Pierre spoke to him and gave him responsibility will stick with him forever. What a bright, sweet kid.


Killing is cheap
Animals are the 3rd largest illegal market behind drugs and weapons, and the industry generates 10 billion dollars a year. So, if you want to kill stuff, but don't want to participate in the illegal trade, Cameroon is a great place. You can come here and kill away. You don't need a lot of cash either. For example, let's say you want to shoot an elephant and take it home as a souvenir, that's only 100,000 CFA ($150), handling and shipping non-included. If that's too hefty a price for your pocket, you can thrift-shop and go for a Python, a bargain at 20,000 ($35). Other animals on the menu are Hippopotamus $120, Gazelle $30, our cousin the Babboon $30, etc. There is the nominal park entry fee, but with prices like these, wowee!

-----------------------------
Our next country is Chad. I have a funny feeling about Chad. In the meanwhile, I have started a collection of all the mosqui-toes killed by Pierre and I. Its difficult practicing my Buddah ways in Africa, potential Malaria gets the death sentence.


Maroua & Rhumsiki, Caméroun
Le Caméroun conclut son indépendance de la France en 1960, donc le français est largement parlé, même si au dernier recensement il y avait 279 langues dans le pays. Le plus fascinant pour moi est une forme d'anglais connue sous le nom de Pidgin. C'est une ancienne langue utilisée dans le commerce qui mélange le français et l'anglais en oubliant tous les mots qui ne sont pas nécessaires. Par exemple "How?" veut dire "How are you?" (Comment ça va?), "Shakeskin" (remue-peau) c'est dancer, et "Ah done flop chop" (j'tombé côtes) veut dire "J'ai bien mangé". Le revenu moyen y est de 625 dollars par an, et la moitié de la population, 15 millions d'habitants, a moins de 20 ans.
Pour notre première nuit, nous restons dans un hotel où des meurtres auraient pu être commis et David Lynch filmer ses hallucinations. Un petit bouge inquiétant appelé "La Coccinelle" mais dont le surnom est peut-être "La Punaise". Nous y avons fait un petit film d'horreur et dormi dans notre équipement de camping de peur d'attraper la vermine du matelas.
Le jour suivant s'ouvre devant nous dans un des plus beaux paysages qui soit de collines et forêts. Cela a l'air étrange comme une bande-dessinée, et ressemble à un livre de Dr Seuss. Les villages sont entièrement faits de pierres, boue et paille avec, comme toujours..., poulets, ânes, bétail, chèvres et chiens courant partout.
Nous quittons la frontière et nous arrêtons à Maroua puis à Rhumsiki où nous restons une semaine. Rhumsiki est un petit village de montagne encerclé de fantastiques rochers surgissant de la Terre jusqu'à une hauteur de 500 mètres - 10 fois plus que la largeur de leur base. Ce sont des cheminées d'anciens volcans.
Les villageois sont animistes, catholiques et musulmans. Quand on leur a posé des questions sur ces bizarres montagnes, ils nous ont raconté que les montagnes marchaient comme des humains, et qu'elles marchèrent de village en village en demandant si elles pouvaient rester, mais seule Rhumsiki les y autorisa. Ce sont les histoires que les grand-parents racontent.
Le village est plein de huttes de boue et de paille, de murs de pierres pour garder les animaux la nuit, et d'abrits de paille vendant du Coca, des carottes et du pain frit. A chaque fois que nous nous arrêtons dans un village, des hommes et des gosses arrivent, demandant des cadeux, ou être notre guide, ou manger à tel ou tel restaurant. Pierre leur explique qu'on nous demande des cadeaux au moins 50 fois par jour et comme nous avons voyagé depuis 2 mois, si nous avions donné un cadeau à chacun, cela aurait représenté 3000 cadeaux. Et comme nous voyageons pendant 2 ans, cela signifierait 36.000 cadeaux pour tout le monde.
Le gosse comprend et tout le monde arrête de nous réclamer des cadeaux et est heureux de nous suivre. Nous embauchons Dili, un garçon de 12 ans, comme guide et nous passons 2 jours avec lui. Nous sommes en train de marcher quant un groupe d'ados crâneurs dit "Je veux marier la femme" (moi). Pierre se retourne et se dirige vers eux. "Qui a dit ça?". Personne ne répond. Il les attaque sur comment montrer du respect, et que ce ne sont que des dégonflés qui braillent derrère votre dos et n'assume pas leurs paroles. De retourner chez leur maman et demander qu'on leur enseigne autre chose que l'ignorance. Il ne leur parle pas avec condescendance mais avec conviction et déception. Un peu plus tard, deux d'entre eux viennent s'excuser, ce qui montre qu'ils compris et respecté ce que Pierre leur disait. C'est un problème en Afrique, la complète deconnexion qu'ont les touristes des Africains. En général, les natifs voient les touristes comme un tas de fric, et les touristes semblent considérer les autochtones comme des êtres à qui on peut jeter des bonbons et pointer la caméra. Nous parlons aux gens du coin comme des êtres humains, et ils nous traitent comme des êtres humains. Nous avons recontré et passé plusieurs moments avec des gens intéressants, mais ça prend du temps pour établir de vrais contacts à cause de cette séparation entre natifs et touristes.
Dili nous emmène voir le Sorcier au Crabe, un vieux vieux vieux vieillard très connu et respecté qui prédit le futur en prenant un crabe, le plaçant dans un bol avec du sable et des cailloux qui représentent des choses comme vous-mêmes, l'Afrique, la voyage etc. Ensuite il ferme le bol avec un couvercle, laisse le crabe semer la pagaille dans les cailloux, et les décrypte. Nous pouvions lui poser des questions et nous sommes repartis complètement soufflés et admiratifs. Notre première question est de savoir combien de gosses nous aurons. Il répond "Vous aurez 2 enfants, le premier est un fille, le deuxième un garçon. Vous n'en aurez pas plus mais ce sera votre décision". La deuxième question est "Jusqu'où voyagerons-nous?". Il regarde les pierres mais a l'air confus. Il dit "Vous aurez le vent dans la figure, et vous voyagerez très longtemps. Et quand vous aurez fini, vous publierez un livre sur votre voyage". La troisième question, c'est de savoir où nous vivrons. Il dit "Vous aurez 2 maisons, l'une dans un petit village et un dans une grande ville où vous irez travailler. Vous vivrez vieux et resterez l'un avec l'autre".
Nous ne lui avions rien dit, ni aux gosses avec nous. Nous travaillons à faire un livre à la fin de nos voyages, nous comptons avoir deux résidences, l'une dans un village, l'autre à la ville, et bien sûr nous voyagerons pendant la longue longue durée de 2 ans. En plus, nous sommes les deux assez cinglés pour faire des gosses. Ce sont les seules fermes idées d'un futur tel qu'on l'imagine. Mes yeux me sortent de la tête. Le vieux gars pouvait à peine voir ou entendre. Sa culture est aussi tellement différente de la notre. A la fin, il nous bénit et Pierre lui tend un billet. Il le regarde et le jette au sol devant Pierre par dépit. Les gosses disent "Il veut 4000" (environ 7 euros). Pierre paye et nous apprenons qu'il reçoit des poulets, des chèvres, de l'argent et même des vaches pour ses prédictions, et qu'ensuite il donne ces présents aux vieux et aux malades dans les villages environnants.
Nous interrogeons plusieurs personnes à propos de sa légitimité parce que nous sommes si interloqués par ses réponses et tout le monde nous dit qu'il est pris très au sérieux et qu'il est très très respecté.
Ensuite on part escalader une superbe montagne, voyons les fileurs de coton, je peux caresser un âne - ce que je fais avec ferveur et délice - et sommes invités à un mariage au village ce soir-là. Je comprends pourquoi autant d'occidentaux viennent ici pour travailler 2 mois et finissent par y passer dix ans. Il n'y a pas de concept de calendrier, de propriété privée, de policiers (en-dehors des villes), ou de vrai crime. Tout le monde se débrouille entre eux, ou s'entraide l'un l'autre. Nous parlons avec un jeune auteur de théâtre incroyablement optimistique et clairvoyant qui vit ici. Il écrit des pièces sur l'égalité des femmes, la cruauté envers les animaux et sur combien seuls les Africains peuvent aider les Africains. "Les Africains n'ont pas besoin de changer ou d'être 'modernisés' et quand je vois les sociétés de téléphones portables et les nourritures sous plastique pleines de sel et de sucre arriver d'Europe et des Etats-Unis, ça m'attriste. Les gens se privent de nourriture pour acheter un portable. Plein de pays n'ont pas de dentistes, mais il y a partout des publicités pour Buvez du Coca! C'est si classique des pays riches de venir dans les pays pauvres et au lieu de nous aider à établir une infrastucture, ils utilisent les ressources du pays comme un moyen de vendre plus de leurs 'machins'".
Le jour suivant, nous disons au-revoir à Dili. Je crois qu'il va se mettre à pleurer. Je ne peux pas parler français avec lui, mais son admiration et son respect pour Pierre sont touchants. La manière dont Pierre lui a parlé et lui a donné un sens des responsabilités lui resteront pour toujours. Quel gamin doux et brillant.

La vie ne vaut pas chère.
Les animaux sont le troisième plus gros commerce illégal, derrière la drogue et les armes, et l'industrie en tire 10 milliards de dollars par an. Donc si vous voulez tuer quelque chose mais ne voulez pas participer à ce commerce illégal, le Caméroun est l'endroit qu'il vous faut. Vous pouvez venir ici et tuer à la ronde. Vous n'avez pas besoin de beaucoup de tunes non plus. Par exemple, supposons que vous vouliez tuer un éléphant et le ramener à la maison en souvenir, c'est seulement 100.000 CFA (150 euros), main d'oeuvre et emballage non-compris. Si c'est trop cher pour votre porte-monnaie, vous pouvez vous contenter d'un python, une vraie affaire à 20.000 CFA (35 euros). Les autres animaux au menu sont l'hippopotame à 120 euros, la gazelle à 30 euros, notre cousin le babouin à 30 euros également, etc... Il y a bien le prix du ticket d'entrée dans le parc, mais à des prix comme ceux-là, youpi!

-----------------------------
Notre prochain pays est le Tchad. J'ai un drôle de présentiment à propos du Tchad. En attendant, j'ai commencé une collection de tous les moustiques que Pierre et moi avons tué. Il est difficile pour moi de suivre les chemins de Bouddha en Afrique, la Malaria reçoit la peine de mort.

To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici