Saturday - August 30, 2003

Tiwi Beach

Paradise smells like fresh fish
Tiwi Beach - Le Paradis sent le poisson frais

The beaches of Tiwi, South of Mombasa, remind me of the scene in Barton Fink when he looks at the picture on the wall of the girl in the yellow bikini. He is in hell, but looking at this picture, he hears the ocean, and looses himself serenely to the 4x5 square of paint. Tiwi beach on the coast of Africa is paradise. It gives me so many déjà-vus to childhood, and flashbacks that it's eerie. I look at the ocean and there are palms blowing in my periphery, the tide goes out and there is a mile of starfish and urchins, weird brain-looking algae, and crawling crabs of all sizes and colors.


Today we went out after sunrise and explored. We must wear shoes, as there is sharp coral and sea-urchins the size of Pierre's head. The young black boys are up fishing already. They don't need any shoes and can run across the landscape with no problem. The magnificent life forms here unchanged for millions of years, they are perfect. We buy fresh seafood everyday from fishermen walking up and down the beach. Tonight we ate 45 prawns. That's 45 lives we sucked down for our selfish, gluttonous, 20 minute-pleasure. Shameful. These were quite large prawns and cost us a whopping $6.


The sound of the ocean brings such a peace with the waves smashing, rolling, and their constant purr. The rustling of the palms and the landscape of 1000 hues of blue. We both feel, did I say this already?, on vacation for the first time. We went out as soon as the tide came in and swam in the waves. Pierre has all the moves of a 12 year old pro down solid. I however, get knocked down, thrown around and made fun of by the ocean. Later, we went into town to find some sundries, and to Pierre's shrieking delight he found some Cuban Havana Rum. Being that it is forbidden in the US made it even more delightful. We shared it with an American traveler we'd met who was backpacking in Uganda, Tanzania and Kenya. His backpack consisted of climbing gear and even had an ice-pic for climbing Mt Kilimanjaro.


The next day we left for snorkeling in Shimoni with Stav, an Israeli girl traveling alone (the first solo girl we've met). This is how a 1/2 hour drive quickly becomes a two hour one in Africa. First, we catch a ride with an overland truck to the main road, then we get in a matatou (public mini van, 70s circa) and drive. For no apparent reason we stop at some point and wait. 5-10-15 minutes go by. No one says anything. No one ever says anything 'cause everyone knows, "Well, you just wait". Our western whiles cannot stand this idling, however. Pierre goes out and gets the driver who is standing in the middle of the road. "What are we waiting on?" "Ohhh, some people". "Why?" "Ohhhh, no problem, they're coming". "When?", "Ohhh, soon". So to make him nervous, Pierre stands right next to him (we have found standing makes everyone nervous here, they really insist you must sit). After 2 minutes he says, "Ok, we go" and gets in the van and off we drive. This sort of thing is so common..... We arrive at the turn-off, and wait a long time but no buses come, so we catch a ride in a million dollar SUV. "You guys are from here?!" I ask. "OH NO, We work for Coca Cola".


We get to snorkeling and I see a universe of weird strange life I have never seen. I cant even begin to describe it. At times it was like being in a butterfly pavilion. Lion-fish, trigger-fish (my favorite), squishy black worms, and 4 feet long, brilliant, blue starfish. Swimming around with Pierre and flippers is stellar. We keep screaming at each-other underwater with the snorkel in our mouth to show the other one what we see.

We forget there are entire universes playing out in the galaxies, under the oceans, and hiding in our skin. It would help to make us not so self-obsessed if we could always grasp the temporary, vast nature of all things.


Before we return to land, the 2 kids who are our captains, take us to their island home. They tell us 2000 people live on the remote island and that everyone knows each-other. Can you imagine? Talking, working and living each day out in nature with 2000 friends and family. All your animals running around, an ocean out your front door, and beautiful year-round weather?

All this seems peaceful until we (3 girls, 2 boys) hop out of the boat and walk to the shore. The men are all yelling and frowning and very upset. They are yelling, we learn, for the women to put some clothing on. Woops.

On the way home we take a matatou again. 13 person capacity, with at least 24 of us smashed in that thing. No one complained in the least. This is what cows go through; docile, voiceless, immobilized. One moment I have a fat man's gut in my face, another brings two others crushing my shoulders. Kids tucked themselves down under their mom's arms. The worst is the pungent body oder and any gas-passing that might go on, being mixed with the seafood and questionable meat products on board. At some-point they randomly stop and tell us to get out. We come to realize that 24 people in a 13 capacity isn't total, maximum, profit-earnings capability, and so they smash us all in another matatou already containing 6 passangers - making us 30 in the mini-bus. Wow! This kind of operation is reminding me of corporate America. These guys are good! I can't take more, so I whine and cry my way up front and onto Pierre's lap. They get us home in record time, traveling at 80-mph through the night landscape. Impressive.

Eventually though, our paradise must end, and the next day we pack up on a rainy afternoon and drive off the island. Polé-polé (slowly slowly).



Les plages de Tiwi, au sud de Mombasa me rappellent la scène de Barton Fink où il regarde sur le mur l'image de la fille dans son bikini jaune. Il est en enfer, mais en regardant cette image, il entend l'océan et se perd sereinement dans une peinture format carte-postale. Tiwi Beach sur la côte africaine est un paradis. Elle me donne tellement de flash-backs et d'impressions de déjà-vu de mon enfance que c'est étourdissant. Je regarde l'océan et des branches de palmier ondulent dans ma périphérie, la marée se retire et on a un kilomètre d'étoiles de mer et d'oursins, des algues bizarres qui ressemblent à des cervelles, et des crabes rampants de toutes tailles et couleurs.


Aujourd'hui nous sommes sortis explorer après le lever du soleil. Nous devons porter des chaussures à cause du corail tranchant et des oursins de la taille de la tête à Pierre. Les jeunes noirs sont déjà en train de pêcher. Ils n'ont pas besoin de chaussures et peuvent courir à travers la contrée sans problème. Les formes de vie ici sont magnifiques, restées inchangées pendant des millions d'années, elles sont parfaites. Nous achetons des fruits de mer et du poisson frais tous les jours aux pêcheurs qui marchent le long de la plage. Ce soir nous avons mangé 45 grosses crevettes. Ce sont 45 vies que nous avons avalées en 20 minutes pour notre plaisir égoïste et glouton. Quelle honte. C'était vraiment de grosses crevettes et ça nous a coûté le prix outrancier de 6 dollars.


Le son de l'océan amène une telle paix avec les vagues qui s'écrasent, roulent et leur constant ronronnement. Les entrechocs des branches de palmier et le paysage de 1000 teintes de bleus. Nous nous sentons tous les deux (est-ce que je me répète?) en vacances pour la première fois. Nous sommes sortis dès que la marée est arrivée et avons nagé dans les vagues. Pierre a assimilé tous les mouvements d'un pro de 12 ans. Moi, par contre, je me fais assommer, envoyer de tous côtés et ridiculiser par l'océan. Plus tard, nous sommes descendus en ville pour acheter des fruits secs, et au grand plaisir de Pierre nous avons trouvé du rhum cubain Havana Club. Les fait qu'il soit interdit de vente aux Etats-Unis l'a rendu encore plus délicieux. Nous l'avons partagé avec un voyageur américain qui voyageait sac au dos en Ouganda, Tanzanie et Kenya. Son sac à dos consistait de matériel de grimpe avec même un pic à glace pour grimper le Kilimanjaro.


Le jour suivant nous sommes allés plonger à Shimoni avec Stav, une Israélienne qui voyageait seule (la première fille seule que nous ayions rencontré). Voici comment un trajet en voiture d'une demi-heure se transforme rapidement en un trajet de 2 heures en Afrique. D'abord nous nous faisons déposer sur la route principale par un overland truck, ensuite nous prenons un matatu (un minibus public des années 70) et nous mettons en chemin. Sans raison apparente, nous nous arrêtons à un moment donné et attendons. 5, 10, 15 minutes se passent. Personne ne dit rien. Personne ne dit jamais rien parce que tout le monde a entendu "C'est bon, ne bougez pas". Cependant nous autres occidentaux ne supportent pas cette inactivité. Pierre sort et avance vers le conducteur qui se tient debout au milieu de la route. "Qu'est-ce que nous attendons?". "Euh, des gens". "Pourquoi?". "Euh, pas de problème, ils vont arriver". "Quand?". "Euh, bientôt". Alors pour le rendre nerveux, Pierre se tient juste à côté de lui (nous avons découvert que rester debout rend tout le monde nerveux, ils insistent vraiment pour que vous vous asseyiez). Au bout de 2 minutes, il dit "Ok, on peut y aller", revient au minibus et nous démarrons. Ce genre de choses est tellement courante... Nous arrivons à notre embranchement et attendons un bon moment mais aucun bus n'arrive, et nous nous faisons embarquer dans un 4x4 à 1 million de dollars. "Vous êtes d'ici, les gars?!", je demande. "OH NON, nous travaillons pour Coca-Cola".


Nous allons plonger et je découvre un univers d'une vie étrange que je n'avais jamais vu. Je ne sais même pas comment commencer à le décrire. Par moment, c'était comme être dans un pavillon à papillons. Des poissons-lion, des trigger-fish (mon préféré), des vers noirs et mous, et des étoiles de mer d'un bleu brillant d'un mètre de large. Nager à la ronde avec Pierre et des palmes est subjuguant. Nous n'arrêtons pas de hurler de l'un à l'autre sous l'eau avec le tuba dans la bouche pour montrer à l'autre ce que nous voyons.

Nous oublions qu'il y a des univers entiers qui se déroulent dans les galaxies, sous les océans, et se cachant dans notre peau. Ça nous aiderait à ne pas être aussi obsédés par notre moi si nous pouvions toujours saisir la vaste nature temporaire de toutes choses.


Avant de rentrer à terre, les 2 gosses qui sont nos capitaines, nous emmènent dans leur île natale. Ils nous disent que 2000 personnes vivent sur cette île isolée et que tout le monde se connaît. Vous pouvez imaginez ça? Parler, travailler et vivre chaque jour dans la nature avec 2000 proches et amis. Tous vos animaux se baladent, un océan sur le pas de la porte, et un superbe climat toute l'année.

Tout semble calme jusqu'à ce que nous (3 filles, 2 garçons) sautions du bateau et avancions sur la berge. Les hommes du coin sont bien excités. Ils ont l'air énervés. Ils crient, nous apprenons par le guide, pour que les filles enfilent des vêtements longs. Oups.

En rentrant à la maison, nous prenons à nouveau un matatu. Capacité 13 personnes, avec au moins 24 d'entre nous entassés dans ce machin. Personne ne plaint de rien. C'est ce que vit le bétail. Docile, muet et immobilisé. A un moment, j'ai le ventre gras d'un type dans la figure, avec deux autres qui m'écrasent les épaules. Les gosses se réfugient sous les bras de leur mère. Le pire sont les puissantes odeurs corporelles et tous les gaz qui peuvent s'échapper, mélangés avec la poiscaille et la bidoche douteuse qui se trouvent à bord. A un moment ils s'arrêtent et nous disent à tous de descendre. Nous apprenons que 24 personnes dans un bus de 13, ne représente pas la capacité de gains totale et maximum, et donc ils nous entassent tous dans un autre matatu qui contient déjà 6 passagers, faisant un total de 30 dans le minibus. Ouah! Ce genre d'opération me rappelle le monde des affaires en Amérique. Ces gars sont bons! Je ne peux pas en encaisser plus, donc je gémis et me plains jusqu'à me retrouver tout devant sur les genoux de Pierre. Ils nous ramènent à la maison en un temps record, voyageant à 120 kilomètres à l'heure à travers la nuit. Impressionnant.

Mais il faut bien qu'à un moment notre paradis s'achève, et nous emballons tout par un jour pluvieux et quittons la plage. Polé-polé (doucement, doucement).


To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici