Thursday - May 15, 2003

Phallic cops and hairy goats

Chad, oouf, I knew i had a funny feeling.
Flics phalliques et Chèvres à poil laineux - Le Tchad, ouf!, je savais qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas.

Sartre said it. "Hell is other people". Perhaps heaven is too, but not today. Entering Chad wasn't just depressing, it was mind-altering. Tons of people in too small a space, a huge dose of chaos, black pollution, and of lubricous cops in camouflage, Ray-Bans and turbans.

After clearing Cameroon customs, we crossed a narrow bridge above a muddy river into the country of Chad. The cops immediately hailed us over and instructed Pierre he had to go several 100 feet away in order to clear our visas. I stayed with the bikes. Immediately a mob of people and cops gathered, many of whom started grabbing and touching my protections (hard top-layer to protect me when I crash). There was no sense of privacy or personal space whatsoever, which didn't bug me much at first, until it became aggressive and someone grabbed the protection across my chest. I shoved him back with super-hero strength and started shoving at the other cops to show them there was in fact a boundary not to be crossed. I look over towards the bikes and notice a guy unzipping Pierre's tank bag to loot the camera gear, so I run over to him and since he won't back off, I grab his hand and shove him away. The cops then start yelling at me to move my bike. I refuse. Cop says, "I am a cop, I will watch the other bike until you return". "Ha hah ahaha hahha!!" I laugh at him. Its obvious the ploy is to threaten me into moving one of the bikes so everyone can pillage the hell out of the second one. They try everything! Getting in your face and yelling, gathering more and more cops around, but since there are no hard rules, their demands are usually arbitrary. In hind-sight I should have unleashed fisticuffs on the cop that touched my chest.

After 45 minutes, my beau hunk resurfaces and i am half-relieved, half wanting to yell at him for leaving me, even though it was as much his decision as mine to separate. It is always easy to fall back into the mindset of the forever selfish infant and blame the most familiar thing in front of me, which happens to be poor, innocent Pierre.

We escape the visa procedure and head to customs, where we are invited into a room full of soldiers. One waits for Pierre to look the other way, and each time Pierre does, he looks at me with bugged out eyes and with the goofiest smile while nodding his head up and down in a "yes yes" manner. He looks like a 40 year old 8th grader in army fatigues trying to get a prom date. Finally, we head out and into the agonistic, fire and brimstone torments of N'djamena, Chad and it's 110-120 degree heat all day and all night.
Continual electricity outages = no air-con and no water, which = stinky toilets and no showers. Mosquitoes love this environment and so each night we have a blood bath of murder mayhem, killing no less than 20 mosquitoes a night for 3 weeks (our way of saying "No" to Malaria). I created a book to hold all the corpses, and within 3 nights we had a full page underway. Notice the one on the bottom. The biggest mosquito we've ever seen! The motel we are staying in is a cinderblock square. The ceiling sags, the sheets are brown, there is an abandoned pair of underwear in the room when we check in, and we periodically get our food stolen out of the refrigerator. Since this is the 2nd nicest address in all of N'djamena, we are happy to be here (the only nicer room in town is $80 US. per night.)

There is an ex-pat community here which seems extremely interesting. We meet a few and it is true. Pierre and I otherwise hole up in our room and watch DVDs every night under the mosquito netting. One night we were discussing religion at a restaurant and got embroiled in an argument over religion/spirituality. I was red hot pissed and we stomped out. I don't think we had hair loss or bone damage, but close. Everyone knows when such talk turns defensive to get out, but heat and temper inspire the craziest things. It wasn't even over religion, more arrogance and closed mindedness for the sake of...

Later, Pierre ran over a frog, and we met an impish goat that became our pal for several days until he was murdered (so some family could enjoy one evening of mouth-stuffing pleasure). His name was goaty, who later we realized was a sheep with horns.

Goaty was a blessing and a surrogate pet. We fed him stale fruit cake throughout the day and talked back and forth to one another, "Baaaa, baaaaa". He came to our window to call for us when he was bored. Then today we found him tied to a tree, and I was sure they were going to make him into goat skewers (if you starve a goat for a few days, the skin separates from the flesh and you can pull his skin off like you would a coat). I wanted him to have one last night of liberty, freedom and lack of restraint, so I snuck out in the middle of the night and freed him and yelled at him to run, but all he would do is follow me around. So he and I ran back to our motel room and I asked Pierre, "Guess who came to visit us?!" and Goaty ran inside. He seemed totally at home and enjoyed the 3 seconds of hospitality until Pierre freaked out and told me to take him back, which I did undetected by the nearby sleeping guards. Goaty wound up having several more days of life. I think Pierre and I inspired the kids to treat him well and play with him. I have miles of video of Goaty chasing down Pierre and the kids while trying to spear them with his horns. An instinct of love.


Sartre a dit: "L'enfer, c'est les autres". Peut-être le paradis aussi, mais pas aujourd'hui. Arriver au Tchad n'est pas seulement déprimant, c'est aussi déboussolant. Des tonnes de gens dans un espace trop petit, une bonne dose de chaos, de pollution noirâtre, et de flics lubriques en camouflage, Ray-Bans et turbans.

Après avoir passé les douanes camerounaises, nous traversons un pont étroit enjambant une rivière boueuse et voici le Tchad. Immédiatement les flics nous crient dessus et ordonnent à Pierre d'aller à 200 mètres de là pour vérifier nos visas. Je reste avec les motos. Aussitôt une foule de péquins et de flics se rassemble, et un certain nombre essaient d'attraper ou de toucher mes protections (des coquilles en dur pour me protéger en cas de crash). Il n'y a aucun sens d'intimité ou d'espace personnel, ce qui au début ne me dérange pas, jusqu'à ce que ça devienne agressif et que quelqu'un attrape la protection sur ma poitrine. Je l'envoie balader avec la force de Super-woman et je commence à écarter les autres flics pour leur montrer qu'il y avait en fait une limite à ne pas dépasser. Je regarde vers les motos et remarque un type en train d'ouvrir le tank-bag de Pierre pour piquer le matériel photo. Je me précipite vers lui mais comme il ne bouge pas, je lui attrape la main et l'envoie balader. Les flics commencent a me hurler de bouger ma moto. Je refuse. Le flic sort: "Je suis un policier, je vais surveiller l'autre moto jusqu'à ce que tu reviennes". "Ha hah ahaha hahha!!", je lui ris à la figure. C'est gros comme une ficelle qu'il essaie de me menacer pour déplacer une des motos de manière à ce que tout le monde puisse faire un pillage d'enfer sur la deuxième. Ils n'en ratent pas une! Ils peuvent te hurler à la figure ou rassembler encore plus de flics, mais comme il n'y a pas de règles établies, leurs demandes sont habituellement arbitraires. Avec du recul, j'aurais quand-même dû balancer quelques gnons au flic qui m'a touché la poitrine.

Au bout de 45 minutes, mon beau hunk refait surface et je suis moitié-soulagée, moitié-prête à lui hurler dessus pour m'avoir laissée, même si ce n'était pas plus sa décision que la mienne de se séparer. Il est toujours facile de revenir à l'état d'esprit d'une gamine égoïste et de faire payer le premier truc qui me tombe sous les yeux, qui se trouve être le pauvre et innocent Pierre.

Nous nous échappons du contrôle des visas et nous dirigeons vers les douanes, où nous sommes invités dans une salle pleine de soldats. L'un d'entre eux attend que Pierre regarde ailleurs, et à chaque fois me dévisage avec les yeux lui sortant de la tête et le sourire le plus idiot qui soit, tout en balançant la tête de haut en bas comme s'il voulait dire "oui.. oui...". Il a l'air d'un lycéen de 40 ans en treillis militaire essayant de se trouver une fiancée pour le gala de fin d'année. Finalement, nous sortons et plongeons dans les tourments de feu et de souffre de N'djamena et ses 45 degrés nuit et jour.
Coupures d'électricité continuelles = pas d'air conditionné et pas d'eau, qui = toilettes qui puent et pas de douches. Les moustiques adorent cet environnement et chaque soir nous en faisons un massacre dans un bain de sang, tuant pas moins de 20 moustiques par soir durant 3 semaines (c'est notre manière de dire "Non au Palu"). J'ai fait un livre pour accueillir tous les cadavres, et en 3 nuits j'en avais déjà une pleine page. Remarquez celui du bas. Le plus gros moustique que nous ayons jamais vu! Le motel est un bloc de ciment. Le plafond s'effondre, les draps sont bruns, il y a une paire de dessous abandonnés dans la chambre quand nous y prenons place, et on nous pique périodiquement la bouffe dans le frigo. Comme c'est la deuxième meilleure adresse à N'djamena, nous sommes heureux d'y être (la seule meilleure chambre de la ville coûte $80 US la nuit).

Il y a une communauté d'expats ici qui est vraiment intéressante et nous en rencontrons quelques uns. Sinon Pierre et moi nous enterrons dans notre chambre et regardons des DVDs tous les soirs sous la moustiquaire. Un soir nous discutons religion à un restaurant et finissons empêtrés dans une bataille à propos de religion et spiritualité. J'étais rouge-furieuse et nous sortons. Je ne pense pas qu'il y ait eu de pertes de cheveux ou de dégâts des os, mais presque. Tout le monde sait quand le ton d'une telle discussion devient défensif pour s'en sortir, mais la chaleur et l'humeur inspirent les choses les plus folles. Ce n'était même pas à propos de religion, mais d'arrogance et fermeture d'esprit juste comme ça...

Plus tard, Pierre roule sur une grenouille et nous faisons la connaissance d'une chèvre bien futée qui devient notre amie jusqu'à ce qu'elle soit assassinée (afin qu'une famille puisse avoir le plaisir de s'empiffrer toute une soirée). Son nom était Goaty ("Cabri" en français) mais nous nous sommes rendus compte plus tard que c'était en fait un mouton avec des cornes.

Goaty était une bénédiction et il devint notre animal adoptif. Nous l'avons nourri de cake aux fruits rassis toute la journée et nous nous parlions l'un l'autre, "Baaaa, baaaaa". Il venait nous appeler à la fenêtre quand il s'ennuyait. Et puis un jour, nous l'avons trouvé attaché à un arbre et j'étais sûre qu'ils allaient en faire des brochettes (si tu affames un mouton pendant plusieurs jours, la peau se sépare de la chair et tu peux la tirer pour l'enlever comme un manteau). Je voulais lui faire connaître une dernière nuit de liberté sans restreinte, donc je sors au milieu de la nuit, je le détache et je lui crie de s'enfuir, mais tout ce qu'il fait, c'est me suivre partout. Donc nous courons vers la chambre et je demande à Pierre: "Devine qui vient nous voir?!" et Goaty se précipite à l'intérieur. Il semble totalement à la maison et apprécie 3 secondes d'hospitalité jusqu'à ce que Pierre panique et me dise de le ramener, ce que je fais sans être détectée par les gardes endormis. Goaty connut plusieurs jours de sursis. Je pense que Pierre et moi avons inspiré les gamins à le traiter correctement et à jouer avec lui. J'ai des kilomètres de vidéo de Goaty courant derrière Pierre et les gamins en essayant de les empaler sur ses cornes. Un instinct d'amour.

To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici