Thursday - July 17, 2003

We need some vacation

Thank you, doggie!
Nous avons besoin de vacances - Merci toutou!

"I need some vacation!" It may sound weird coming from someone who is four months into a 2 years vacation but we repeated it to each other quite often these days. The continent stays faithful to its reputation: any kind of tourism still comes with a good dose of hardships within the adventure. Until recently we had managed to balance the two aspects, alternating adrenaline rushes and periods of rest. In the past several weeks, though, the adventure took over and we were really looking for some rest.

We arrived in Chad thinking "Let's take the first plane out of here and in a week, we'll be in cooler weather in Ethiopia; everybody will speak English and the muslim machismo will be behind us" (the last two things were particularly looked forward by Merritt). Hard luck! Here is a summary of the last few weeks, you will find all the details in Merritt's Journal:
- Three weeks to find and board a plane out of N'djamena.
- One week and tons of money to clear the bikes out of the customs.
- The plane took 8 hours instead of 2 with a 3000 miles detour through Niamey before landing in Khartoum (it's like boarding in Dallas and stopping in Mexico City on your way to Montreal). While waiting on the runway, the air conditioning was turned off in a 110 degrees heat in order to save some kerosene.
- Khartoum is even hotter than N'djamena (116 degrees).
- We are blocked for 2 days at the border between Sudan and Ethiopia with cops on both sides yelling at us to go to the other side.
- The dirt roads in Ethiopia are amongst the most strenuous we had on the trip. Up-down up-down in loose stones and gravels. We often arrive at night exhausted and covered with dust (although it's funny to dust off before entering the hotel: we slap each-other with a rag and it makes big clouds of dust around us).
- Once, we did not even arrive at destination at night. We camped by the side of the road watched over by a kind but very weird group of 3 middle-age civilian men carrying AK-47s "for our safety".
- No salads nor vegetables can be found in remote Ethiopia, just meat.
- And finally, poor Merritt, Ethiopian men in small towns and cities have even more machismo than males in arabic countries, and they don't even speak a better English except to pull some money off you.

Getting into the capital Addis Ababa was quite a relief, and indeed we spent an entire week just eating and sleeping. The second week, we started to put together text and pictures for your viewing pleasure and just when we were feeling it was time to hit the road again, a little bitch offered us two weeks more of vacation in Addis. The animal was happily crossing one of the busiest avenues and (what was she thinking?) she got hit by a car almost under Merritt's eyes. Of course - and I promise, there was nothing that could be done to prevent it - Merritt jumped in the middle of the traffic to pull the poor little doggie to the sidewalk. That instinctive out-of-the-heart gesture left them both quite sorry: the doggie because her best luck would have been to get it by another car and quickly die, but instead she had a long and painful agony; and Merritt because she got bitten in the process and had to start a 5-shots $1000 rabies treatment over two weeks. Rabies is one of these diseases where when you start developing symptoms, it's too late, you're doomed. It was just a tiny bite, the doggie did not seem rabid at all, Merritt did not want to go to the doctor because she hates shots, but I could not honestly take the risk of bringing her back to her parents grunting and foaming at the mouth because she's scared of needles and wanted to save a few bucks. So...

I push her into a cab and off we go to the Addis Ababa Black Lion General Hospital. If you have no idea what an Emergency Room looks like in the largest hospital of one of the poorest countries on the planet, try to imagine a huge field hospital in a war zone at least 50 years. A mix of "M.A.S.H." and "Johnny got his gun". Stretchers are lined in the hallway and packed in the waiting room. Some are entirely covered with a dirty bed sheet and you know by the moaning that the loosely human form underneath is still alive. Sometimes a limb comes out. A foot was wrapped in bandages big like a basketball but still dripping blood. Everywhere, it stinks death. Families stare at you somber and silent while others fight in front of a door to get the doctors' attention. Merritt and I and her little nick at the finger clearly don't belong here. We leave.

Merritt had an overflowing compassion towards all the animals and was hurt in her flesh seeing how they are mistreated. She had a similar feeling towards women, which quickly became hyper-accentuated since arriving in Africa and translated into an aware reverse-sexism towards the men who personify the gender politics of this society. In the end, an innocent little doggie that could carry a deadly disease sent us to visit the bottoms of human misery where she developed a more universal compassion.

So here we are, still in Addis after almost 5 weeks. We have been incredibly lazy but we are now finally ready to go on - drive down the mountains and into the savannah for the second half of Africa. Safaris and white sand beaches. Yeehaa!


"J'ai besoin de vacances!" Ça peut sembler bizarre venant de quelqu'un qui se trouve au quatrième mois d'un congé de 2 ans, mais c'est ce que nous nous sommes répété assez souvent ces jours-ci. Le continent reste fidèle à sa réputation: n'importe quelle forme de tourisme vient encore avec une bonne dose de peines dans l'aventure. Jusqu'à récemment, nous nous étions débrouillés pour équilibrer les deux aspects, alternant coups d'adrénaline et périodes de repos. Ces dernières semaines, cependant, l'aventure a pris le dessus et nous étions vraiment à la recherche d'un peu de tranquillité.

Nous sommes arrivés au Tchad pensant: "Prenons le premier avion hors d'ici et dans une semaine, nous serons dans un climat plus clément en Ethiopie, tout le monde parlera anglais et le machisme des pays arabes sera derrière nous" (les deux derniers trucs étaient particulièrement attendus par Merritt). Cours toujours! Voici un résumé de ces dernières semaines, vous trouverez tous les détails dans le Journal de Merritt:
- Trois semaines pour trouver et embarquer un avion hors de N'djamena.
- Une semaine et un tas d'argent pour faire passer les motos aux douanes.
- L'avion a mis 8 heures au lieu de 2 avec un détour de 4000 kilomètres par Niamey avant d'atterrir à Khartoum (c'est comme embarquer à Paris et faire escale à Rabat pour aller à Oslo). Quand on attendait sur la piste, ils arrêtaient l'air conditionné pour économiser le kérosène malgré les 40 degrés à l'ombre.
- Il fait encore plus chaud à Khartoum qu'à N'djamena (47 degrés).
- Nous sommes bloqués 2 jours à la frontière entre le Soudan et l'Ethiopie avec les flics des deux côtés nous criant d'aller de l'autre côté.
- Les pistes en Ethiopie sont parmi les plus dures que nous ayons eues pendant le voyage. Ça monte, ça descend, ça monte, ça descend dans les pierres et les graviers. Nous arrivons souvent le soir épuisés et couverts de poussière (bien que ça soit rigolo de se dépoussiérer avant d'entrer dans l'hôtel: nous nous fouettons l'un-l'autre avec un torchon et ça fait de gros nuages de poussière tout autour).
- Un soir, nous ne sommes même pas arrivés à destination. Nous avons campé sur le côté de la route sous la garde d'un groupe bien gentil mais un peu bizarre de 3 hommes d'âge mûr habillés en civil et portant des Kalachnikovs "pour notre sécurité".
- Il n'y a pas de salades ni de légumes dans les zones paumées de l'Ethiopie, que de la viande.
- Et finalement, pauvre Merritt, les Ethiopiens dans les villes sont encore plus machistes que leurs confrères des pays arabes, et ils ne parlent même pas un meilleur anglais sauf pour te soutirer de l'argent.

Arriver à la capitale Addis Abeba était un sacré soulagement, et nous avons passé une semaine entière à manger et dormir. La deuxième semaine, nous avons commencé a mettre ensemble textes et images pour votre plaisir, et juste quand nous commencions à sentir qu'il était à nouveau temps de se remettre en route, une petite chienne nous a offert deux semaines de vacances supplémentaires à Addis. L'animal était joyeusement en train de traverser l'une des avenues les plus fréquentées et (qu'est-ce qu'elle croyait?) elle s'est faite rentrer dedans par une voiture presque sous le nez de Merritt. Bien sûr - et je le promets, il n'y avait rien à faire pour l'empêcher - Merritt sauta au milieu du trafic pour tirer le pauvre toutou sur le trottoir. Ce geste instinctif et venant droit du coeur les laissa toutes les deux bien désolées: la chienne parce que son meilleur espoir aurait été d'être renversée par une autre voiture et mourir rapidement, mais à la place elle eut une longue et douloureuse agonie; et Merritt parce qu'elle s'est faite mordre dans l'histoire et a dû commencer un traitement antirabique de 5 piqûres sur 2 semaines qui coûte 1000 dollars. La rage est l'une de ces maladies où si tu commences à développer les symptômes, c'est trop tard, t'es fichu. C'était juste une petite morsure, la chienne n'avait pas l'air enragée du tout, Merritt ne voulait pas aller voir le docteur parce qu'elle a horreur des piqûres, mais honnêtement je ne pouvais pas prendre le risque de la ramener chez ses parents grognante et la bave aux lèvres parce qu'elle a peur des aiguilles et voulait économiser quelques tunes. Donc...

Je la pousse dans un taxi et nous partons vers l'Addis Ababa Black Lion General Hospital. Si vous n'avez aucune idée de ce à quoi ressemble une salle des urgences dans le plus grand hôpital de l'un des pays les plus pauvres de la planète, essayez d'imaginer un énorme hôpital de campagne en zone de guerre il y a au moins 50 ans. Un mélange de "M.A.S.H." et de "Johnny s'en va-t'en guerre". Les brancards sont alignés le long des couloirs et entassés dans la salle d'attente. Certains sont entièrement couverts d'un drap sale et on peut savoir par les gémissements que la vague forme humaine en-dessous est toujours vivante. Quelquefois, un membre en sort. Un pied était enveloppé dans des bandages gros comme un ballon de basket mais ça pissait encore le sang. Partout ça pue la mort. Les familles te regardent sombres et silencieuses alors que d'autres se battent devant une porte pour avoir l'attention des docteurs. Merritt et moi et son petit bobo au doigt n'appartenons vraiment pas à cet endroit. Nous partons.

Merritt avait une compassion débordante envers les animaux et souffrait dans sa chair en voyant comme ils sont maltraités ici. Elle avait un sentiment similaire envers les femmes, qui s'est rapidement trouvé hyper-accentué depuis notre arrivée en Afrique et traduit dans un contre-sexisme conscient envers ceux des hommes qui personnifient la condition des femmes dans cette société. A la fin, une innocent petit toutou potentiellement porteur d'une maladie mortelle nous a envoyé visiter les fin-fonds de la misère humaine où elle a développé une compassion plus universelle.

Donc nous voici toujours à Addis après presque 5 semaines. Nous avons été incroyablement paresseux mais nous sommes à nouveau prêts à continuer - descendre des montagnes et rejoindre la savane pour la deuxième moitié de l'Afrique. Safaris et plages de sable blanc.Youpi!

To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici