Monday - March 03, 2003

Snow in the Sahara

Mold from outer-space inside my boots
De la neige au Sahara - Une pourriture d'outre-espace dans les bottes

The "Africa on a shoestring" Lonely Planet guide shows a "Ski shop" on the Agadez city map. It's just near our hotel (Hotel de l'Aïr - the hotel of the car smugglers). Of course I went there, curious to see what kind of skiing was still practiced in the region, knowing that the last snow fell here around 12,000 years ago. There was no ski shop. I guess it finally went bankrupt since the last edition of the guide.

This is not what I wanted to talk about, though. The topic today is a much more personal relationship that links me to both the snow and the desert.

Two years ago, I went skiing in Lake Tahoe, California. I'm not a ski buff, I just love the thrill of what feels like a completely uncontrolled free fall. I used to ski 5 or 10 days a year , which never justified buying my own equipment. I just went in line with the dummies to rent some crappy gear and brought it back at the end of the day. This happy routine lasted until a certain day where, when I removed my boots, an absolutely raunchy smell of rotten gangrened feet almost suffocated me. After washing 5 times, my feet were still smelling. The plastic bag where I dropped my socks could not hold the stench. I had no idea what evil struck the previous tenants of these shoes but one thing was sure: it had communicated to me. It was the last time I rented some boots. The day after I bought my own.

Coming back home, I washed the socks 3 times on Hot before the smell disappeared. But the damage was done... In the next few days, my feet developed some brownish mold, the skin between my toes started to crack and the smell - although fainter than the original - progressively invaded my shoes and other socks. It took me almost 2 weeks to get rid of the thing.

Or so I thought...

Two years later then, I was back in France. Saint Jean du Gard, February 2003: snow falls, temperature drops way below freezing and I decide to dig some winter clothing out of the boxes in the attic. I bring back a fleece and my favorite ski socks. For an entire day, my toes face the snow in a warm little cocoon. The time comes to go to bed, I remove my shoes and - Horror and Stupefaction! - an awful stink comes out from down there. It did no take me 2 seconds to recognize the thing. The fucking smell was back from the Deads! The mold from hell had survived in lethargy for 2 years in my boxes, looking to strike again. Within days, it had contaminated all my footwear. Even worse, we were already on the road when the brownish-spots and the cracked-skin-between-the-toes came back. The stench infiltrated all my socks, shoes, boots, even pants and sleeping-bag. I don't know how Merritt stood it. Stupid was I not to have burnt my socks!

When we reached the desert, though, I had an enlightenment: only Nature can overcome what Nature has created. Let's the Almighty Sun purify the Mold-from-Outer-Space! I washed all my gear and spread it for hours in the midday sun. The Alien finally died. My feet almost recovered. The stench only subsides as a faint reminder of my ignorance. I survived.

A word of warning, though, for you the imprudent traveler who would seek shelter for a night at my parents and are put up in our bedroom... Do not open the top drawer! Do not look through my underwear! And especially do not put on these goddamn ski socks!!!




Anybody knows where I can find some foot-spray in Niamey?
Est-ce que quelqu'un sait où je peux trouver du pschitt pour les pieds à Niamey?


Le guide Lonely Planet sur "l'Afrique pas chère" indique un "Magasin de Ski" sur le plan de ville d'Agadez. C'est juste à côté de notre hotel (l'Hotel de l'Aïr - l'hotel des contrebandiers de voitures). Bien sûr, j'y suis allé, curieux de voir quelle sorte de ski était encore pratiqué ici, sachant que la dernière neige est tombée dans le coin voici 12.000 ans. Il n'y avait pas de Magasin de Ski. Je pense qu'il a finalement dû faire faillite depuis la dernière édition du guide.

Ce n'est pas ce dont je voulais parler, cependant. Le sujet aujourd'hui est une relation beaucoup plus personnelle qui me lie à la fois à la neige et au désert.

Il y a deux ans, je suis allé skier au Lac Tahoe en Californie. Je ne suis pas un fondu de la neige, j'adore juste la sensation de chute libre totalement incontrollée que j'ai sur les planches. Je skiais 5 ou 10 jours par an, ce qui n'a jamais justifié l'achat de mon propre équipement. J'allais en ligne avec les poireaux pour louer mon pack de merde et je le ramenais à la fin de la journée. Cette joyeuse routine dura jusqu'à un certain jour où, lorsque j'enlevai mes bottes, une odeur épouvantable de pieds pourris par la gangrène me suffoqua. Après 5 lavages, mes pieds sentaient encore. Le sac plastique ou je mis mes chausettes n'arrivait pas à contenir l'odeur. Je n'avais aucune idée de quel mal avait frappé les précédents locataires de ces chaussures mais une chose était sûre: ils me l'avaient communiqué. Ce fut la dernière fois que je louais des bottes de ski. Le lendemain, je m'en achetai une paire.

Revenu à la maison, je lavai les chaussettes 3 fois à l'eau chaude avant que l'odeur ne disparaisse. Mais le dommage était fait... Dans les jours qui suivirent, mes pieds dévelopèrent une moisissure brune, la peau entre les orteils se craquela et l'odeur - bien que moins potente que l'originale - envahit progressivement mes chaussures et autres chaussettes. Cela me prit environ 2 semaines pour éliminer la malédiction.

Ou c'est ce que je pensais...

Deux ans plus tard donc, j'étais en France. Saint Jean du Gard, Février 2003: la neige tombe, la température chute en-dessous de zéro et je décide de fouiller quelque vètements d'hiver dans les boites au grenier. Je ramène une polaire et mes chaussettes de skis préférées. Toute une journée, mes orteils bravent la neige dans leur petit cocon douillet. L'heure vient de se mettre au lit, je retire mes chaussures et - Horreur et Stupéfaction ! - un affreuse odeur vient d'en-bas. Il ne me fallut pas 2 secondes pour reconnaitre la chose. Cette putain d'odeur revenait d'entre les Morts ! La pourriture de l'Enfer avait survécu en léthargie pendant 2 ans en attendant de frapper à nouveau. En quelques jours, elle avait à nouveau tout contaminé. Pire encore, nous étions déjà sur la route quand les tâches-brunes et les craquelures-entre-les-orteils revinrent. L'odeur infiltra toutes mes chaussettes, chaussures, bottes, et même pantalons et sac-de-couchage. Je ne sais pas comment Merritt tint le coup. Quel con j'étais de n'avoir pas brûlé ces putains de chaussettes!

Quand nous atteignîmes le désert, j'eus une illumination: seule la Nature peut détruire ce que la Nature a créé. Laissons le Soleil Tout-Puissant purifier la Pourriture d'Outre-Espace ! Je lavai tout mon équipement et l'étalai des heures durant sous le soleil au zénith. L'Alien succomba enfin. Mes pieds récupérèrent presque complètement. L'odeur ne subsiste plus que comme un doux rappel de mon ignorance. J'ai survécu.

Un mot d'avertissement, cependant, pour toi le voyageur imprudent qui chercherait refuge pour la nuit chez mes parents et qui serait hébergé dans notre chambre à coucher... N'ouvre pas le tiroir du haut ! Ne fouille pas dans mes sous-vêtements ! Et surtout n'enfile pas ces maudites chaussettes de ski !!!

To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici