Monday - August 09, 2004

Machu Picchu

Kuntur Kancha, the Nest of the Condor
Kuntur Kancha, le Nid du Condor

We explore many Inca ruins, but the one that we can't wait to set our eyes on is, of course, Machu Picchu. So after a long train ride through the dense mountain forests, we wake in the early morning darkness and journey to the ruins of the Inca city wrapped in mist. We arrive before all the tourists, begin to explore through the morning fog, and settle on a terrace at the highest point in the city to watch the sunrise. The fog dances around the ruins like in a strip-tease, revealing one part here, one part there. Finally, the sun-rays and the morning breeze clear up the skies and, within a few minutes, as if a giant veil had been lifted up, the city appears in all its splendor. We stay struck - struck by the beauty and the strength of the city itself, by its surreal location, and the unexplainable harmony of the entire scene. Still in awe, we climb straight up using ropes, ladders and our muddy hands to scale the mountain to the Inca temple of Huayna Picchu, 1300 feet above Machu Picchu. The entire surrounding landscape is of steep pointy mountains and sheer cliffs - the closest I will ever get to being an eagle. How, how, how did they haul these stones and materials up here for building?! Our return down the backside of the mountain is even steeper, and since no one else is coming or going around us, if Pierre falls, I will have to carry him over my head to safety.

The construction of the Inca villages, their every structure and terrace is impressive, especially given the tools at their disposal. They did not have explosives or pack animals, and the wheel and hard metals, such as iron and steel, were completely unknown to them. And so even today with all our know-how and genius, we are still unsure how the Incas were able to create such magnificent cities. The citiy of Cusco, the heart of the empire, was built in the shape of a Puma, and Machu Picchu looks like a human biosphere that could have survived for centuries as a closed society. At a closer scale, each temple, fortress, terrace, living quarter is independently striking. And if you look even closer, the walls themselves are stunning: each stone is a work of art as well as an engineering achievement (you can check out some close-ups in the slideshow about the Inca Walls).

The archaeologists explain that the Incas were cutting rocks with tools made of stronger rocks, such as granite and volcanic rocks, and then levers, ropes and lubricants were used to move the biggest blocks and put them in place. Finally, the rocks were rubbed against each-other until they fit perfectly. Easy? Comprendo, Gringo? Ha ha! For anybody who visits the site, this is a scientific joke. Yeah, of course, it kinda makes sense, it sort-of connects the dots, and draws a pseudo-logical line between the stupendous walls in front of our eyes, the quarries which are miles away and the stone-age tools in between. But the explanation just doesn't hold. It is physically impossible for human beings to have built this like that. However as I walk through the ruins, I can't help but to look for an explanation... and the only one I've got is what I read.

Ain't it ironical that our smartest specialists, our modern-days historians and scientists, are still puzzled or baffled by their own conclusions, while many tourists in the rich tour-bus crowds have no qualms dismissing past civilizations as primitive and barbarian? "They did not have the wheel", they might say as a proof - but would we have had the wheel if the Mesopotamians had not found it for us? "They were treating their people like slaves" - but is it why we did the same to them for several centuries more? "They were offering human sacrifices to their gods!" - but the Inquisition was running strong at the same time in 16th Century Europe, and how do a few dozen sacrificed virgins compare with the hundreds of thousands that were imprisoned, tortured and burnt at the stake in order to chase the Evil off them?

I am very honored...
The Incas had a very interesting religion. They offered human sacrifices to their gods but the victims were consenting. Girls were chosen at a young age, and they and their families were greatly respected by the village for such an honor. When a virgin was of a ready age, the Inca ruler would have public sex with her and then kill her in a sacrifice to the God of the Universe. (What a job - what a power trip!). If any other man were to steal the virginity from one of the chosen girls, he, his family, and the entire village were killed! Salt would then be poured over the grounds so that nothing could grow. Incas also worshipped their ancestors. When a noble man died, the body was mummified, thanks to a very dry climate, by exposing it successively to the freezing nights and hot sunny days (the Incas were using the same method to preserve their potatoes throughout the year). And several times a year, the mummies were paraded across the city and sumptuous offerings were made to them before bring them back to the caves were they were stored.

Does our living in later centuries give us the right to assume we are somehow more civilized or intelligent? The only thing that will convince me that we have evolved is when war is no longer an option. Until then, all the progresses seem superficial. I mean, both Bin Laden and president Bush are declaring openly that their god gave them the okay for their war. This is modern man? It sounds more like a Planet of The Apes episode to me.

Nous explorons un bon nombre de ruines Incas, mais celle que nous attendons impatiemment de voir, c'est bien sûr Machu Picchu. Donc après une longue ballade en train à travers les montagnes couvertes par la jungle, nous nous réveillons dans l'obscurité du petit matin pour rejoindre la cité Inca enveloppée dans la bruine. Nous arrivons avant les touristes et commençons à explorer à travers le brouillard matinal, avant de nous poser sur une terrasse au plus haut point de la ville pour le lever du soleil. Le brouillard danse autour des ruines comme dans un strip-tease, révélant une partie ici, une autre là. Finalement les rayons du soleil et la brise matinale ouvrent le ciel et, en quelques minutes, comme si un voile géant avait été levé, la cité apparaît dans toute sa splendeur. Nous sommes frappés - frappés par la beauté et la force de la ville elle-même, par son emplacement surréel, et par l'harmonie inexplicable de toute la scène. Toujours en admiration, nous grimpons presque à la verticale en utilisant des cordes, des échelles et nos mains boueuses, pour escalader la montagne jusqu'au temple Inca de Huayna Picchu, 400 mètres au-dessus de Machu Picchu. Le paysage est entièrement composé de pics montagneux et de falaises - jamais je ne me sentirais plus proche d'un aigle. Comment, mais comment donc ont-ils amené toutes ces pierres et ces matériaux ici pour la construction!? Sur le chemin du retour, l'arrière de la montagne s'avère être encore plus raide, et comme personne ne vient se promener par ici, si Pierre tombe, je devrais le porter sur ma tête jusqu'au poste de secours.

La construction des villages Incas, chacune de leur structure et terrasse, est impressionnante, surtout si l'on considère les outils qu'ils avaient à disposition. Ils n'avaient ni explosifs ni bêtes de trait, et la roue et les métaux résistants, comme le fer et l'acier, leur étaient complètement inconnus. Et donc même aujourd'hui avec tout notre savoir-faire et notre génie, nous ne sommes toujours pas certains de savoir comment les Incas ont pu créer des villes aussi magnifiques. La ville de Cusco, le coeur de l'empire, avait la forme d'un puma, et Machu Picchu ressemblait à une biosphère humaine qui aurait pu survivre pendant des siècles en autarcie. A une échelle plus restreinte, chaque temple, forteresse, terrasse, ou quartier d'habitation pris indépendamment est stupéfiant. Et si vous regardez d'encore plus près, les murs eux-mêmes sont étonnants: chaque pierre est une oeuvre d'art aussi bien qu'un exploit technique (vous pouvez voir quelques gros plans dans les diaporama sur les Murs Incas).

Les archéologues expliquent que les Incas taillaient les rochers avec des outils faits de pierres plus résistantes, comme le granite ou les roches volcaniques; puis des leviers, cordes et lubrifiants étaient utilisés pour déplacer les plus gros blocs et les mettre en place. Finalement, les rochers étaient rabotés les uns contre les autres jusqu'à ce qu'ils s'emboîtent parfaitement. Facile? Comprendo, Gringo? Ah ah! Pour quiconque visite le site, c'est une farce scientifique. Ouais, bien sûr, ça a l'air de tenir debout, ça relie les points en quelque sorte, ça tire un ligne pseudo-logique entre les murs stupéfiants que t'as devant les yeux, les carrières qui sont à des kilomètres de là, et les outils de l'âge de pierre situés entre les deux. Mais l'explication ne tient pas la route. Il est physiquement impossible pour des êtres humains d'avoir construit ceci avec ça. Mais alors que je marche à travers les ruines, je ne peux m'empêcher de chercher une explication... et la seule que j'ai c'est ce que j'ai lu.

N'est-il pas ironique que nos plus brillants spécialistes, nos historiens et scientifiques des temps modernes, soient encore dubitatifs ou admiratifs devant leurs propres conclusions, alors que beaucoup de touristes dans les foules friquées des voyages organisés n'ont aucune vergogne à snober les civilisations passées sous prétexte qu'elles seraient primitives ou barbares? "Ils n'avaient pas la roue", avancent-ils comme preuve - mais aurions-nous eu la roue si les Mésopotamiens ne l'avaient pas trouvée pour nous? "Ils traitaient leur peuple comme des esclaves" - mais est-ce pourquoi nous en avons fait de même envers eux pendant plusieurs siècles de plus? "Ils offraient des sacrifices humains à leurs dieux!" - mais l'Inquisition battait son plein en Europe à la même époque au 16ème siècle, et comment se comparent les sacrifices de quelques douzaines de vierges avec les centaines de milliers qui furent emprisonnés, torturés et brûlés à l'échafaud pour en chasser le Démon?

Je suis très honorée...
Les Incas avaient une religion très intéressante. Ils offraient des sacrifices humains à leurs dieux mais les victimes étaient consentantes. Les filles étaient choisies à un jeune âge, et elles étaient ainsi que leur familles grandement respectées par le village pour un tel honneur. Quand une vierge atteignait l'âge requis, le chef Inca la déflorait publiquement puis la tuait en sacrifice au Dieu de l'Univers (Quel boulot - quel sentiment de puissance!). Si un autre homme volait la virginité de l'une des Élues, lui, sa famille et tout le village était massacrés! Du sel était ensuite répandu sur les terrains environnants de manière à ce que rien n'y repousse. Les Incas vénéraient aussi leurs ancêtres. Quand un noble mourait, le corps était momifié, grâce à un climat extrêmement sec, en l'exposant successivement aux nuits glaciales et aux belles journées ensoleillées (les Incas utilisaient la même méthode pour conserver leurs patates tout au long de l'année). Et plusieurs fois par an, les momies étaient promenées en parades à travers la ville et de somptueuses offrandes leurs étaient faites avant de les ramener dans les grottes où elles étaient stockées.

Est-ce que sous prétexte que nous vivons des siècles plus tard, nous avons le droit de nous considérer plus civilisés ou intelligents? La seule chose qui me convaincra que nous avons évolué, c'est quand la guerre ne sera plus une option. En attendant, tous les progrès semblent superficiels. J'veux dire, Ben Laden tout comme le président Bush déclarent ouvertement que leur dieu leur à donné le feu vert pour leur guerre. C'est ça l'homme moderne? Pour moi, ça ressemble plus à un épisode de la Planète des Singes.

To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici

Saturday - August 14, 2004

God Is my copilot

His wing got stuck in my wheel
Dieu est mon copilote - Son aile s'est prise dans ma roue

May the Lord clear the road ahead of that thing!
Have you ever felt like God just isn't listening to your prayers? Or that maybe you're not quite as sincere as you could be, and God is gonna find out about it? What does She do in such a case? Is it worth a good punishment? And if so, who should dish it out? The Old Testament God, or the New Testament one?

The day that Pierre and I were crossing the border into Peru, we had the bright idea to have our motorcycles baptized. They (and ourselves) had behaved so great and retained feats of luck across two continents that was surprising even to us. We felt maybe our luck might start running low, or possibly even incur a leak, so we decided to get a fill-up of good blessing at the church of Copacabana on the shore of the Lake Titicaca (not to be confused with the Barry Manilow hotspot in Rio de Janeiro)...

Copacabana is a beautiful little town at 12,500 ft in the mountains full of markets and cobblestone streets. While here, we are told of a fantastic daily ritual that takes place at the church in the town center. Bolivia is a country with some of the steepest, sharpest, blindest turning mountain passes anywhere, and very little asphalt. An untold number of deaths due to the aforementioned conditions are something familiar to everyone here. Pierre and I even witnessed a guy driving over a cliff with his 2 sons in tow. So, everyday, the locals (from up to 200 miles around) bring their cars, their trucks, lorries and semi-trailers to the church for a blessing from the resident, little priest. The 5'3" priest is seriously cute to admire. He wears a brown felt cape and a floppy blue hat to shade his round face. With him he carries a child's plastic bucket full of holy water and a wand to splash all over the cars and trucks that await his blessing. Pierre and I can't wait to get an extra dose of the almighty boon! Sign us up! Luck has been too good up until now, and it's a good time to refuel. You never know when the Almighty is gonna call your number.

A bucket-full of bad luck
We woke up early one morning, jumped on our bikes and drove to the plaza. Women set up stands daily all around the church selling confetti, fake champagne, lucky trinkets, flowery wreathes, alters and everything else to draw God's attention to your 4-wheeled needs. People buy so much of the bric-a-brac and cover their automobiles with it. We were more modest, buying only a heart and a string of flowers. We passed on the champagne - it was 10 am in the morning, and although I know there is no better excuse to booze it up than for good health and God, we passed.

Today there are 40-50 cars waiting, and as the lil' priest went from one to the other, splashing holy water inside and out, even on the people to insure their safe passage through the mountains, I suspected that these ceremonies do in fact keep the people safer. Having such intent towards safety and strong belief in their priest, I am sure the energy in fact does keep them a bit safer than the normal. You know, the normal..... the us, the Merritt and Pierres.

God! What have You done?
What I am trying to say is that perhaps Pierre and I should have believed a little harder, or maybe we should have drank that champagne and forked over a bit more cash for crosses and alters, or maybe it was just that the holy water ran out of juice by the time it got to us and in the process we picked up some bad juju. Either way, after leaving the little priest, we set off on the worst string of bad luck we have experienced the entire 2 year trip. Hell hath no fury like a drunk driver, a snow blizzard, a crash head-first over the edge, or an angry worm as you will see!

Driving into Peru, secure with a valiant heart and blessed bikes, Pierre and I set off on our way. The next town that we arrive in is Abancay, a dusty, boring and rather brown town where we have to stop for the evening. One hour after we arrive, a drunk driver plows into and runs over our motorcycles parked in front of the hotel. The damage done is a bent fork, cracked mirror and lights, broken kick-stand, and Pierre's suitcases are destroyed and lay 50 feet down the street. The driver never stopped, but a dear man copied his plate and gave us the number!

- Do you want a bribe?
- Just make it two...
We run to the cops where we find a station full of AK47 carrying lackadaisicals. They repeatedly ask us, "So, when are you leaving town?", hoping we won't actually make them work - or perhaps, as locals here tell us, they are corrupt and want a bribe. Either way, all is 100 times more frustrating because Pierre nor I are fluent in Spanish. This however was only true for 3 days. Armed with his little red dictionary, Pierre somehow learns to master the Spanish language and holds debate, argues and fisticuffs with the police, the repair guys, the license branch, and even the drunk who is in tears begging us to not make him pay the repairs. Pierre does this all in a matter of a few days. I am awed and star-struck by his amazing feat, and call him Trinity as though he jacked into a computer bank and downloaded Spanish. Really a freaky thing to witness. Though not as freaky as being trapped in that town and chasing a drunk for 5 days. We get our cash and repair the bikes, but on the way out of town Pierre's new kick-stand breaks and we notice his tire has been put on wrong. This is the chapter one....

Eco-camping at the farm
A few miles down the road, and heading into the mountains, we round a bend with a spillway crossing the road. I hit a patch of algae, my bike goes down and together we slide a while before going over the ledge and landing 4 feet below in the rocky riverbed. I am afraid to move and just lay and cry. Pierre somehow heard the crash and turns around and rushes back. A passing bus full of people stop and all the men help Pierre pick my bike up out of the riverbed. It is planted nose down and I am sure its totaled. As for me, it feels like I have a fracture in my forearm and hip. I refuse to go back to that awful town though and say I want to press on. Several hours later however, and at 15,000 feet, we are hit by a snowstorm. The snow becomes so strong and temperature so cold that we must stop. So, who lives at 15,000 feet? A tiny village of 1 room houses with a total of 60 people who eat Lama and potatoes for every meal. One kind family offers us a small barn to pitch our tent in. In the morning they prepare us a surprise of Lama and potatoes! The kids stick to us all evening and morning. Open toed shoes, thin shirts and red faces, they don't flinch at the below 0 cold. In the morning my leg wont bend and I don't know if its because of my crash or because its frozen like a chicken drum stick.

After drunk drivers, corrupt cops, broken bikes, crashes and a snowstorm, wearing gear incrusted with algea from the creek and matters from the barn, I am thinking the old benediction wasn't such a good idea after all. Our putrescent condition and the uncanny coincidence of the bad luck following the benediction pushes us both to hold our own ceremony of conjuration in an attempt to wash away any remnants of the past Jujuism. Even though this seems to help a bit, we will still go on to experience being stuck in the ugliest city on the planet for 5 1/2 weeks waiting for a plane. There we will eat bad Sushi laden with larva and contract a parasitical worm who will take up some fine real estate in our intestines for a matter of months. And all this will leave us more than ready for hi-tailing it home to the high-tech, highly toned, high-wayed land of America for some R & R (Religious Right and Radical Republicans).

One thing that did happen and I am still unsure how we should take it... is that Pierre and I have been listed as the favorite website by a well-known communist group! We are linked from the 1st page of a Trotskyist web site that belongs to the LCR (Revolutionary Communist League). They make up about 4% of the elections in France and have a weekly magazine titled "Rouge" (Red). Check it out! Someone is reading us!

Que le Seigneur ouvre la route devant ce machin!
Avez-vous déjà eu la sensation que Dieu n'écoute pas vos prières? Ou peut-être que vous n'êtes pas aussi sincère que vous pourriez l'être, et que Dieu va le deviner? Et que ferait-Il dans ce cas? Est-ce que ça mérite une bonne punition? Et si oui, qui la délivrera? Le Dieu du Vieux Testament, ou celui du Nouveau Testament?

Le jour où Pierre et moi traversons la frontière avec le Pérou, nous avons la brillante idée de faire baptiser nos motos. Elles se sont comportées tellement bien (et nous aussi) et ont fait preuve d'une telle chance à travers deux continents que cela était une surprise même pour nous. Nous avons le sentiment que peut-être la chance pourrait nous quitter, ou tout au moins développer une fuite, donc nous décidons d'aller refaire le plein de bonnes bénédictions à l'église de Copacabana sur les berges du Lac Titicaca (à ne pas confondre avec la plage favorite de Barry Manilow à Rio de Janeiro)...

Copacabana est une superbe bourgade dans les montagnes à 3800 mètres, pleine de marchés et de rues pavées. C'est là que nous entendons parler d'un fantastique rituel qui se tient quotidiennement à l'église en plein centre de la ville. La Bolivie est un pays avec les cols de montagnes parmi les plus raides et étroits qui soient, des virages sans aucune visibilité, et très peu d'asphalte. Un incroyable nombre de victimes dû aux conditions ci-dessus fait partie du paysage pour quiconque vit ici. Pierre et moi furent même témoins d'un type passant par-dessus bord dans le ravin avec sa voiture et ses 2 gamins à l'arrière. Donc tous les jours, les gens du coin (jusqu'à 300 kilomètres à la ronde) amènent leurs voitures, camions, autobus et semi-remorques pour une bénédiction par le petit prêtre en résidence. Du haut de ses 1m60, le prêtre est vraiment mignon à observer. Il porte une cape de feutre brun et un chapeau mou bleu marine qui protège son visage rond. Il trimbale un petit seau an plastique plein d'eau bénite et une louche pour asperger toutes les voitures et les camions qui attendent sa bénédiction. Nous sommes impatients de recevoir une extra dose de protection! Enrôlez-nous! La chance a été trop bonne jusqu'à maintenant, c'est l'heure de refaire le plein! Tu ne sais jamais quand le Tout-Puissant va tirer ton numéro.

Un plein seau de mauvaise chance
Nous nous réveillons tôt un matin, sautons sur les motos et conduisons jusqu'à la place du village. Les femmes montent leurs stands tous les jours autour de l'église, vendant confetti, faux champagne, porte-bonheurs, couronnes de fleurs, autels et tout ce qu'il faut pour attirer l'attention de Dieu sur tes besoins à 4 roues. Les gens achètent tellement de bric-à-brac qu'ils peuvent en recouvrir leurs voitures. Nous sommes plus modestes, achetant seulement un coeur et une couronne de fleurs. Nous passons sur le champagne - il est 10 heures du matin, et bien que je sache qu'il n'y a pas de meilleure excuse pour se l'envoyer au fond du gosier que de le faire en l'honneur de Dieu et pour rester en bonne santé, nous passons.

Aujourd'hui il y a 40 à 50 voitures qui attendent, et alors que le petit prêtre circule de l'une à l'autre, éclaboussant son eau bénite dedans comme dehors, et même sur les personnes pour leur garantir un sauf-conduit à travers les montagnes, je suspecte que ces cérémonies apportent réellement aux gens une certaine protection. Tellement concentrés sur la sécurité et avec une telle conviction envers leur prêtre, je suis sûre que cette énergie les garde en fait un peu plus en sécurité que la normale. Et vous savez, la normale... c'est nous, les Merritt et Pierre.

Seigneur! Qu'avez-Vous fait?
Ce que j'essaie de dire c'est que peut-être Pierre et moi aurions dû y croire un peu plus fort, ou peut-être aurions-nous dû boire ce champagne et claquer un peu plus d'argent sur les croix et les autels, ou peut-être c'est juste que l'eau bénite a perdu de son jus dans le temps qu'il lui a fallu pour arriver jusqu'à nous, et dans l'opération nous avons récolté le mauvais oeil. Quoiqu'il en soit, après avoir quitté le petit prêtre, nous nous sommes embarqués sur le pire enchaînement de mauvaise chance que nous ayons eu des 2 années. L'Enfer n'a pas de furie telle qu'un chauffeur bourré, une tempête de neige, un crash tête la première par-dessus bord, ou un vers en colère, comme vous allez voir!

Une fois au Pérou, armés d'un coeur vaillant et de motos bénites, Pierre et moi poursuivons notre chemin. La prochaine ville où nous arrivons s'appelle Abancay, une ville poussiéreuse, ennuyeuse et plutôt brunâtre où nous devons nous arrêter pour la nuit. Une heure après notre arrivée, un conducteur bourré défonce nos motos garées devant l'hôtel. Les dégâts sont une fourche tordue, clignotant et miroir fendus, béquille cassée, et les valises de Pierre sont détruites et gisent à 15 mètres de là. Le chauffard ne s'est pas arrêté, mais un adorable type a copié sa plaque d'immatriculation et nous donne le numéro!

- Vous voulez un pot-de-vin?
- Euh, mettez-en deux...
Nous courrons chez les flics où nous découvrons une gendarmerie pleine de fainéants portant des Kalachnikovs. Ils ne cessent de nous demander "Alors c'est quand que vous quittez la ville?" en espérant que nous n'allons pas leur donner trop de travail - ou peut-être, comme nous ont dit les gens du coin, ce sont des ripoux et ils veulent un bakchich. Quoiqu'il en soit, tout ceci est 100 fois plus frustrant parce que ni Pierre ni moi ne parlons l'espagnol couramment. Mais ceci ne dure que 3 jours. Armé de son petit dictionnaire rouge, Pierre, je ne sais comment, apprend à maîtriser l'espagnol et discute, débat et bataille avec la police, les mécanos, les services d'immatriculation, et même le saoulot qui nous supplie en larmes de ne pas lui faire payer les réparations. Pierre se charge de tout ça en quelques jours. Je suis soufflée et admirative devant l'accomplissement, et je l'appelle Trinity [celle de Matrix] comme s'il s'était connecté à un groupe d'ordinateurs et avait téléchargé l'espagnol. C'était vraiment un truc bizarre à voir. Quoique pas aussi bizarre que de rester bloqués dans cette ville et pourchasser un saoulard pendant 5 jours. Nous recevons l'argent et réparons les bécanes, mais en sortant de la ville, la nouvelle béquille latérale de Pierre se casse et nous remarquons que son pneu n'a pas été monté correctement. C'est le premier chapitre...

Eco-camping à la ferme
Quelques kilomètres plus loin, sur la route en direction des montagnes, nous prenons un virage coupé par un gué traversant la chaussée. Je touche une zone pleine d'algues, ma moto se retrouve par-terre et nous glissons ensemble pendant un moment avant de passer par-dessus le rebord et d'atterrir un mètre en contrebas dans les galets du lit de la rivière. J'ai peur de bouger, je reste allongée et pleure. Pierre a entendu le crash et fait demi-tour en vitesse. Un bus qui passait par là, rempli de gens, s'arrête et tous les hommes aident Pierre à soulever ma moto hors de la rivière. Elle est plantée le nez par-terre et je suis sûre qu'elle est détruite. Quant à moi, je me sens comme si j'avais une fracture à l'avant-bras et à la hanche. Je refuse quand-même de retourner dans cette affreuse ville et déclare que je veux poursuivre la route. Quelques heures plus tard cependant, et à l'altitude de 4500 mètres, nous sommes pris en plein dans une tempête de neige. La neige devient si forte et la température si glaciale que nous devons nous arrêter. Donc, qui vit à 4500 mètres? Un minuscule village de maisons à une pièce, comptant un total de 60 habitants qui mangent du lama et des patates à tous les repas. Une gentille famille nous offre une petite étable pour planter la tente. Et le matin, ils nous préparent une surprise de lama et patates! Les gosses sont collés à nous toute la soirée et tout le matin. En chaussures béantes, fines chemises et le visage tout rouge, ils ne cillent pas dans le froid glacial. Au réveil, je n'arrive pas à plier la jambe mais je ne sais pas si c'est à cause de mon crash ou parce qu'elle est gelée comme une cuisse de poulet.

Après les soulôts, les flics corrompus, les bécanes déglinguées, les crashs et la tempête de neige, portant un équipement incrusté d'algues de la rivière et de matières de l'étable, je me dis que la bonne vieille bénédiction n'était pas une si bonne idée après tout. Notre triste condition, ainsi que la bizarre coïncidence de mauvaise chance après la bénédiction, nous incite tous les deux à tenir notre propre cérémonie de conjuration pour tenter de laver les restes du précédent gri-gri. Même si ceci semble avoir aidé un peu, nous allons tout de même connaître l'expérience de rester coincés 5 semaines et demi dans la ville la plus laide de la planète en attendant un avion. Et là nous allons manger du mauvais sushi bourré de larves et attraper un vers parasite qui occupera pendant plusieurs mois les endroits les plus confortables de nos intestins. Et tout ceci nous laissera plus que prêts à nous envoler à la maison vers la contrée d'Amérique, sa haute technologie, ses couleurs flamboyantes et ses vastes autoroutes pour un peu de R & R [Repos et Récréation] - Religious Right & Radical Republicans [Droite Religieuse et Républicains Radicaux].

Un truc qui est arrivé, et je ne suis toujours pas sûre de comment le prendre... c'est que Pierre et moi avons été mentionnés comme le site web préféré d'un groupe communiste bien connu! Nous sommes référencés sur la première page d'un site Trotskiste qui appartient à la LCR (Ligue Communiste Révolutionnaire). Ils ont fait à peu près 4% aux élections en France et ont un magazine hebdomadaire intitulé "Rouge". Jetez-y un oeil! Quelqu'un nous lit!

To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici

Monday - August 30, 2004

Tied up to your Bunny

Seeking two guinea-pigs for experiment
Liée à ton Lapin - Recherche deux cochons d'Inde pour expérience

GNNAAARGH!!!
(Lima, Peru) - Pierre and I are going through a grim and badly agitated, rash-like spot in our relationship. I say to him, "You're mean and spiteful to me.", to which he responds, "You don't know how to apologize for anything.", to which I respond, "That's because you are a mean French-fry!". Well, now we are grim with one another, and again we get to experience the pro-con, the push-pull, the love-hate of not being able to get away from one another.

MEEEOWW!
Do I feel that being in the same 20 ft radius of ourselves for 2 years has helped our relationship? Probably. Because we are both hard-headed and prone to righteousness of opinion in the heat of arguing, in hindsight I see that it is great to be forced to deal with the sometimes reactionary frustration and blame in the moment, before it festered and is given a chance to become long-term resentment. This situation of having to deal with conflict in the moment tells one much about themselves and their inherent abilities (or lack of) to communicate. In normal life, it is too easy to run off and find solace with your best-friend, or clam up and stay silent for several days until you forget what it was you were mad at, or seek out distraction (my personal favorite), or exaggerate scenarios inside your head to your ego's content. But not here brother! You get one friend, one lover, one confidant, and it's all the same person. One room, one bed, one credit card, one map and it must all be shared with one person.

-One chance to make it work, because if you don't reconcile, the trip is over, at least for the couple. So, we stand in our corners, and like any animal, make a choice and a dance to either reconnecting or eat each-other. Sometimes its clumsy and pride-swallowing; sometimes flawless. To truly "change" an aspect of one's self is the most difficult thing to do in human nature. People rarely truly change no matter how much they like to think so. Yes, we are adaptable, but to change old patterns in ways of reacting and thinking, is a rare rare endeavor and experience indeed.

Today we have spent every hour and night together for 660 days or 15,500 hours (sans the one night I spent alone with creepy peepers). Aren't there people who do experiments of this sort? I do know of the American woman who as a performance art piece tied herself to a Japanese man for 1 year with a 8 foot rope. If you have tried similar experience, please write us and tell us all about it. We are a captivated audience already!

- I'll bite your nose off, my love...
- I'll pluck your eyeball out, cupcake!
- Will you smile for the picture now?



GNNAAARGH!!!
(Lima, Pérou) - Pierre et moi traversons une période cruelle et méchamment agitée, un peu comme une tache d'eczéma dans notre relation. Je lui dis "Tu es cruel et malicieux envers moi", ce à quoi il répond "Tu ne sais pas t'excuser pour quoi que ce soit", et je répond "C'est parce que t'es une méchante frite! [French-fry]". Et voilà, maintenant nous sommes sans pitié l'un envers l'autre et nous connaissons une fois de plus le pour et le contre, le rejet et l'attraction, l'amour et la haine de ne pas pouvoir s'échapper l'un de l'autre.

MEEEOWW!
Est-ce que je pense qu'avoir été dans un rayon de 7 mètres l'un de l'autre pendant 2 ans a aidé notre relation? Probablement. Parce que nous sommes tous les deux têtus et résolus à faire valoir notre opinion quand la température monte, avec le recul je peux voir comme nous avons de la chance de devoir faire face sur le moment aux accusations et frustrations parfois issues en réaction, avant que ça ne s'infecte et n'ait une chance de se transformer en ressentiment à long-terme. Cette situation où quelqu'un est forcé de faire face aux conflits sur le moment en dit long sur la personne elle-même et sur ses capacités (ou inaptitudes) à communiquer. Dans la vie normale, il est bien trop facile de s'échapper ou de trouver consolation avec ton meilleur ami, ou te fermer comme une moule et rester en silence pendant plusieurs jours jusqu'à ce que tu oublies pourquoi tu étais en colère, ou chercher un peu de distraction (ma solution préférée), ou exagérer les scénarios dans ta tête jusqu'à satisfaction de ton ego. Mais pas ici, mon pote! Tu as un ami, un amant, un confident, et ils sont tous dans la même personne. Une seule chambre, un seul lit, une seule carte de crédit, une seule carte routière et tout doit être partagé avec une autre personne. Une seule chance de le faire marcher, parce que si vous ne vous réconciliez pas, le voyage est fini, tout au moins pour le couple. Donc nous nous tenons dans notre coin, et comme les animaux, faisons un choix et une dance pour soit se reconnecter, soit se bouffer l'un-l'autre. Quelquefois c'est maladroit et il faut ravaler sa fierté; quelquefois ça passe tout seul. Changer vraiment un aspect de soi-même est une des choses les plus difficiles qui soit dans la nature humaine. Les gens ne changent pour de vrai que rarement, quelque soit ce qu'ils aimeraient croire. Oui, nous sommes adaptables mais changer les vieilles habitudes dans nos manières de penser et de réagir est une expérience et une aventure bien rare.

Au jour d'aujourd'hui, nous avons passé chaque heure et chaque nuit ensemble depuis 660 jours ou 15.500 heures (sans compter la seule nuit que j'ai passée seule avec les mateurs-chelous). Il n'y a pas des gens qui font ce genre d'expérience? Je connais le cas d'une Américaine qui pour une performance artistique s'est attachée à un Japonais pendant un an avec une corde de 2 mètres. Si vous avez tenté une expèrience similaire, merci de nous écrire et tout nous raconter. Nous sommes déjà une audience captive!

- Je vais te bouffer le bout du nez, mon amour...
- Je vais t'arracher les yeux, mon lapin!
- Tu vas sourire pour la photo maintenant?

To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici

Wednesday - September 15, 2004

Let he who is objectifying be objectified

Macho boy meets Macho girl
Que celui qui objectifie soit objectifié - Macho boy rencontre Macho girl

Lube your brains!
Traveling throughout the low-lands of Peru (not the altiplano), we see that almost every billboard, food wrapper, TV advertisement, doctor's office, T-shirt and bus panel is plastered with the splayed, all-begging, half-naked chick. At first, it's something to awe and laugh at, but once you park your bike and walk the streets and talk (or get talked AT in my case) it quickly becomes a hassle and another sad phenomenon of the 2-legged race. After 21 countries, Pierre and I both are shocked at its, uh, in-your-faceness. Do you think I am kidding about the "every paper", "every billboard"? hahaha, then you must read Pierre's entire exposé on the topic with high-definition visual aides, which are nothing but delight! Naked chicks out the wazoo! Check it out. I think it's one of the great laughs (or tragedies) that he's written.

As for me, after exploring different responses to the cat-calls and virile remarks I receive while alone and walking in the cities, I thought I would experiment with treating the treater with the treatment of...

Nothing I have done in the past seems to work to the benefit of me or the guy, so while walking through the carbon-monoxide clouds of Lima today, I receive a whistle and a whispered remark as a man passes me. I respond by turning around and following him. As I walk behind him I say things in English under my breathe that he doesn't understand. He never stops, he just walks faster and faster and finally exits into a store. The next day when it happens again, I am crossing the street and a couple guys hoot and stare. So when I get to their side, I stop and just look at the 2 men. They glanced around for a second, laughed at each-other, then became uncomfortable, silent and finally looked away. This was really interesting. It forced them into taking a passive role. When they had stopped talking to each other and just stared away, I turned and walked on.

Mr Macho works like a puppet
This is like being in high school science class all over again, only much more fun and conclusive! I thought of other ways to hold a mirror up to the behavior of the mighty macho, and well, there was only one thing left I could think of. Even in my brown ugly baggy clothes it didn't take long to find a volunteer (note - the internet has educated a large population of the world as to what blonde girls do...) and so as I am walking towards a man leaning against a car, he looks me up and down and stares with not a nice face. I continue walking, and when I reach him I stop and start looking at him up and down as well. Like a monkey really. I stared at the most modest of areas for long times and when he finished wondering if I might possibly be coming onto him, he finally became extremely uncomfortable and turned away and dug for a cigarette. I continued walking and he never looked again. So, as I now get to participate in this strange behavior, I feel more a part.... included..., not so objectified. This is like a little community happening here! hi-ho.

In truth, I think that this split between sexes is unfortunate and quite an expense at all levels to all societies, ages and genders. It results entirely from different forms of oppression and alienation that we can find in any modern society. Nudity is bad and sex isn't talked about. Boys aren't supposed to look at naked girls nor girls at boys, and never never should a boy want to look at another boy, I mean, you know what that means... even though it is a natural NEED to see what the heck all those other people look like. Becoming an adolescent and becoming sexual is somewhat of an aberration and something mom and dad are often too uncomfortable to talk about thus giving sex an additional air of hush-hush. We get in trouble in school for telling dirty jokes, we have to cover ourselves, and there are untold numbers of social pressures to reinforce 'this' but not 'that', to dress this way, but not too much. Sex is everywhere all the time, but not much freedom actually exists in nudity, our bodies and even less in the education of it. We're sex obsessed but no one is talking about it. If women start covering their ankles again, in 100 years men will faint at the sight of how sexualized an ankle can be. Covering up the women in some Muslim countries sends many men running for the internet (while in Africa, on any night we could find half the room perusing porn). I would be there too dude! In other parts of Africa where the tribes ran around naked and all was shared, the feeling Pierre and I felt from the openness and lack of shame in such villages was awesome. Especially the Masai.

Men who wear pink: the real gentlemen
All should be outed and opened for all to learn about and see. Otherwise you get over-sexualized behaviors, rape, child molestation, coveting, and denial - with both men and women, it just manifests differently. It is difficult to blame this sexist behavior because if people were aware what it was doing and why it was happening, they wouldn't do it. I know that staring at and following men around isn't the answer either, but I haven't made peace with the phenomenon myself, otherwise I wouldn't be behaving in such juvenile ways.

One of the better interactions that happens in this realm is when we talk with the locals about such phenomenon. Especially when Pierre talks to the men about it. Because he is a man, they know he is one of them and has no hidden agenda. They are curious, sometimes embarrassed, but most always interested. I know that more than once, by engaging both men and women in conversations, that we have changed a perspective or behavior, even if its in the slightest of way. And for us, we get to learn more about why people think and behave the way they do.

Peruvian men crossing the street


Lubrifiez-vous les méninges!
En voyageant à travers les plaines du Pérou, nous remarquons que toutes les affiches, les papiers d'emballages, les pubs à la télé, les T-shirts, les abris-bus et les bureaux de médecins sont placardés de la nana à moitié nue, toute écartelée et suppliante. Au début, on admire et on en rigole, mais une fois que l'on gare la moto, se promène dans les rues et parle aux gens (ou comme dans mon cas, me fait adresser par les gens), ça devient rapidement un ennui majeur et un autre triste phénomène de la race à 2 pattes. Après 21 pays, Pierre et moi sommes tous les deux choqués par son côté, euh, plein-la-gueule. Vous pensez que je rigole quand je dis "tous les journaux", "toutes les affiches"? Ha ha ha, vous devriez lire l'exposé complet que Pierre a écrit sur le sujet avec aides visuelles haute-définition qui sont un pur délice! Des nanas à poil comme s'il en pleuvait! Allez-y voir. Je pense que c'est une des plus grandes rigolades (ou tragédies) qu'il ait jamais écrites.

Quant à moi, après avoir exploré différentes réponses aux sifflets aguicheurs et remarques viriles que je reçois quand je marche seule dans les villes, je me dit que je devrais faire l'expérience d'arroser un peu l'arroseur...

Rien de ce que je n'ai fait dans le passé ne semble marcher ni pour moi ni pour le gars, donc aujourd'hui alors que je marche dans Lima à travers les nuages de monoxyde de carbone, je reçois un sifflet et des remarques chuchotées de la part d'un homme qui me croise. Je réponds en faisant demi-tour et en le suivant. Alors que je marche derrière lui, je dis en douce des trucs an anglais qu'il ne comprend pas. Il ne s'arrête pas, il marche de plus en plus vite et finalement s'échappe dans un magasin. Le jour suivant quand ça arrive à nouveau, je suis en train de traverser la rue et deux types se mettent à hululer et à me mater. Donc quand j'arrive à leur niveau, je m'arrête et fixe les deux gars. Ils regardent aux alentours un instant, rigolent l'un-l'autre, puis deviennent mal-à-l'aise, silencieux, et finalement regardent de l'autre côté. C'était vraiment intéressant. Ça les a forcé à prendre un rôle passif. Quand ils se sont arrêtés de se parler et ne faisaient que regarder ailleurs, je me suis tournée puis j'ai continué mon chemin.

Mr Macho se manipule comme une marionnette
C'est un peu comme retourner de nouveau au lycée en classe de science, sauf que c'est bien plus rigolo et instructif! J'ai pensé à d'autres manières de tenir le miroir en face du méchant macho pour lui renvoyer son image, mais bon, je ne voyais plus qu'une seule chose à faire. Même dans mes affreuses fringues bouffantes et kakis, il ne m'a pas pris longtemps pour trouver un volontaire (note - l'internet a éduqué une large partie de la population mondiale sur ce que font les filles blondes...) et donc alors que je marche en direction d'un type appuyé contre une voiture, il me regarde de haut en bas et me fixe d'un air pas sympa. Je continue à marcher et quand j'arrive à sa hauteur, je m'arrête et commence à le regarder pareil de haut en bas. Vraiment comme un singe. Je fixe ses parties les plus modestes pendant de longues périodes et quand il finit de se demander si par hasard je ne vais pas lui faire des avances, il devient finalement extrêmement mal-à-l'aise puis se tourne pour piocher une cigarette. J'ai continué à marcher et il ne s'est pas tourné pour regarder une seule fois. Donc, comme j'ai maintenant la chance de participer à cet étrange comportement, je me sens plus intégrée, ...incluse, ...pas aussi objectifiée. C'est comme une petite fête de quartier ici! Youpi-ho.

En vérité, je pense que ce fossé entre les sexes est bien regrettable et représente une sacrée charge à tous les niveaux dans toutes les sociétés pour tous les âges et tous les sexes. Ça résulte entièrement de différentes formes d'oppression et d'aliénation que nous pouvons trouver dans n'importe quelle société moderne. La nudité c'est mal, et le sexe on n'en parle pas. Les garçons ne sont pas supposés regarder les filles nues, ni les filles regarder les garçons, et jamais jamais un garçon ne doit regarder un autre garçon, pour sûr, vous savez ce que ça veut dire.. même si c'est un BESOIN naturel de voir, que diable, comment sont faits tous ces autres gens. Devenir adolescent et devenir sexuel est une sorte d'aberration, quelque chose dont maman et papa sont souvent trop mal-à-l'aise pour en parler, donnant ainsi au sexe un côté tabou additionnel. Nous risquons des problèmes à l'école pour raconter des blagues cochonnes, nous devons nous couvrir, et il y a un nombre incroyable de pressions sociales pour appliquer "ceci" mais pas "cela", pour s'habiller comme ceci mais pas trop. Le sexe est partout tout le temps, mais il n'y a en-fait pas tant de liberté que ça à propos de la nudité, de nos corps, et encore moins dans leur éducation. Nous sommes obsédés par le sexe mais personne n'en parle. Si les femmes commençaient à se couvrir les chevilles, dans 100 ans les hommes se pâmeront en évoquant comment une cheville peut être sexualisée. Recouvrir les femmes dans certains pays musulmans envoie les hommes en courant sur l'internet (alors que nous étions en Afrique, n'importe quel soir, la moitié de la salle feuilletait du porno). A leur place, j'y serais aussi, mec! Dans d'autres parties de l'Afrique où les tribus couraient dehors à poil et ou tout était partagé, le sentiment que Pierre et moi avons ressenti de l'ouverture et de l'absence de culpabilité dans ces villages était superbe. Surtout les Masaïs.

Les hommes en rose: de vrais gentlemen
Tout ceci devrait être hors du placard et ouvert pour que chacun puisse apprendre et voir. Sinon vous obtenez les comportement sur-sexualisés, viol, inceste parental, deni, et convoitise pour celui ou celle de l'autre - chez les hommes comme chez les femmes, ça ne fait que se manifester de manière différente. Il est difficile d'accuser ce comportement sexiste parce que si les gens savaient ce en quoi il résulte et ce pourquoi il existe, ils ne feraient pas. Je sais que fixer les hommes et les poursuivre à la ronde n'est pas la réponse non-plus, mais je ne suis pas moi-même en paix avec ceci, sinon je ne me comporterais pas de manière aussi juvénile.

Une des meilleures interactions qui puisse arriver à ce sujet, c'est quand nous parlons avec les gens du coin à propos de ce comportement. Surtout quand Pierre en parle aux hommes. Parce qu'il est un homme, ils savent qu'il est l'un d'entre eux et qu'il n'a rien à cacher. Ils sont curieux, quelquefois embarrassés, mais toujours intéressés. Je sais que plus d'une fois, en engageant à la fois les hommes et les femmes dans les conversations, nous avons changé une perspective ou un comportement, même si c'est de la manière la plus infime. Quant à nous, nous avons la chance d'en apprendre plus sur ce pourquoi les gens pensent et agissent de la manière dont ils le font.

Péruviens traversant la rue


To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici

Sunday - October 10, 2004

Super time-warp adventure through Peru

Forward or backwards, that is the question
Super fuite dans le temps à travers le Pérou - En avant ou en arrière, telle est la question

Salt Holes: We ride our motorcycles to the remote valley where the Inca salt holes are still in use after more than 700 years. There are 3000 individual pools all fed from a single source - a small stream of salty water. The water slowly evaporates, and then barefoot workers collect the salt. Perfect and simple. No machines, just barefoot human-labor, although you might look-out for a toenail next time you salt your eggs. We searched the penny size shapes of the salt crystals (expecting hexagons like the salt flats of Bolivia) but nothing took a standard, geometric shape. Each one organic and different. Salt is more important than diamonds.


Cusco: The 1000-year old city of Cusco is the oldest continuously inhabited city on the entire continent of South America. We love walking the streets and talking with the women and children who come in from the country to sell their crafts of finger puppets, hand-woven sweaters and jewelry. They are poor, traditionally dressed in beautiful colors, and sit along the sidewalks hoping the passers-by will purchase something. They travel so many miles into the city because Cusco is the tourist hub of Peru, and to the locals, the tourists mean.... lots of money, pay-day, the poor-man's Lotto.

One day, Pierre and I are exploring the old stone streets and we hear a thundering stampede behind us. Next we see several of the old women in front of us frantically gathering their crafts into bundles, but it's not fast enough. We turn to see a group of 10 or so policemen in police riot gear running top speed around the corner and towards the women. The women cling to their belts and cloths but the cops violently rip everything they can out of their hands. The women cry and plead but the cops take all they can and then run off down the street cheering. The women fall to the ground crying. We learn that the shopkeepers don't want the campesinas cutting in on their tourist market and so call the cops on them. And the cops get, if not a kick-back from the shops, then certainly a take of the booty that they have confiscated.

This must be Peru's version of corporate take-over. No more street vendors, no more bargaining. The poor didn't pay to be there, so they will be humiliated, starved, ran, whatever works, out of city center. It was quite brutal and made me feel helpless. Cops in riot gear vs Old women, face to face and over in a nanosecond. A concept no one in their right mind could dream up.

Fortunately the cops haven't invaded the markets in the rest of the country yet (maybe because tourists and tourists stores usually stay away) and it is in these places where Pierre and I have the best experience in terms of connecting with the locals, and seeing the most extraordinary occurrences. (Check out the Peruvian Markets slideshow to get an idea!)


Lima: 40 percent of taxi and bus drivers in Lima suffer from psychological problems and show psychopathic tendencies, such as aggressive, anxious and antisocial behavior, according to a recent survey. They would not even feel guilt in injuring or running over a pedestrian. Lima, 7 and a half million people, the city that drives you mad, the city where madmen drive you.

Laying here in the hotel, I can hear 467 horns blaring outside, a blown-out AM radio blasting fuzz downstairs, and a lot of grunting vibrations coming through the paper-thin walls from the $3 a night "hotel" next door. Welcome to Lima, Peru! The land where eastern block-inspired architecture, air thick with carbon-monoxide, and strewn poverty all participate to the uglification of the city. It is here, after two years of constant travel, that I turn into a camel. I lay down and tell Pierre it is time. Time to return to the US for a few months of some much needed relax and repair.

We hurriedly begin looking for flights, but due to all the hurricanes occurring around Florida, we find ourselves completely stranded. Planes are backed up several weeks, if not months. The price tag too, is triple what we imagined. This might not be so bad on a beach, a mountain, or a place of beauty. But here all we have is Lima and enough pollution to inspire a "Get grandma inside quick" precinct alert. It's enough to give me a hyponchondriacal explosure and lurch for a 10 a.m. shot of Tequila.

And so what is the best way to wait several weeks in a large city, after you have been on the road for almost 2 years? YOU SHOP!

Pierre and I decide to prepare ourselves for reentry into "civilized" lands, and to look the part, we make an appointment for our yearly dentist check up. In fact, we book an entire week's worth of work at the best dentist in the country (President of the Peruvian Dental Association, US degreed, most modern equipment) and I receive 1 porcelain crown, 1 root canal, 5 cavity fillings, the rebuilding of 2 teeth, and a professional whitening, all that for less than a thousand bucks. In the US, even a small town butcher couldn't have done it for a 2nd mortgage price tag of $3000.

Another way we deal with the gross over-exposure to ugliness is to go shopping for llama! Peru is the paradise for llama clothing, and the plush, beautiful tones and textures have put us in a frothing frenzy. We walk into stores and rub all over the clothing like cats on nip. Pierre even asks the salesman if he can rent the $1,600 Vicuna shawl for one night to sleep with it, but Mr. 5-star tailleur is lost to the humor.

The 3rd and best way we know to deal with our current doldrums is to eat Sushi. In Peru, they call it Ceviche. It's the same thing except that instead of 2 little fish fillets, here, you get the whole fishnet in your plate: a big pile of raw fish, clams, shrimps, mussels, scallops and even some seaweed for a mere $3. So we eat Sushi every night, every day and sometimes every night and day... but after so many feeding frenzies, Pierre and I come up with a big-bad case of intestinal WORM. We are unsure which type though. Is it the gaggles of hundreds of small ones? Or perhaps the one big giganto worm? Oh man, it is so gross. We plan on getting some intestinal land-mine pills at the nearest clinic, and then decide the best way to celebrate the death of our worm will be by eating more Sushi!

Finally, I am leaving you with pictures of the only thing that really justifies a stop in Lima for a couple of days (besides shopping and eating Ceviche): a visit to the most beautiful pre-columbian museums in the world...











Marais Salants: Nous chevauchons nos motos jusqu'à la vallée isolée où les marais salants des Incas sont encore en exploitation après plus de 700 ans. Il y a 3000 piscines, toutes alimentées par une même source - un petit ruisseau d'eau salée. L'eau s'évapore lentement, et les ouvriers pied-nus récoltent le sel. Simple et parfait. Pas de machines, juste le labeur de l'homme aux pieds-nus, quoique... il vous faut peut-être prendre garde à ne pas trouver un ongle de pied la prochaine fois que vous salez les oeufs. Nous avons cherché des formes dans les cristaux de sel (nous attendant à des hexagones comme sur les lacs salés en Bolivie) mais nulle part il n'y avait de forme régulière qui se répétait. Chacune était différente et organique. Le sel est plus important que les diamants.


Cusco: Avec plus de 1000 ans, Cusco est la ville continuellement habitée la plus ancienne du continent sud-américain. Nous adorons marcher dans les rues et parler avec les femmes et les enfants qui viennent de la campagne pour vendre leurs production de petites marionnettes, de bijoux et de pulls faits-main. Ils sont pauvres, habillés de costumes traditionnels de toutes les couleurs, et ils s'asseyent le long des trottoirs en espérant que les passants leur achèteront quelque chose. Ils viennent de loin jusqu'à la ville parce que Cusco est le centre touristique du Pérou et pour les gens du coin, les touristes représentent... plein d'argent, le jour de paye, le loto du pauvre.

Un jour, Pierre et moi sommes en train d'explorer les vieilles rues pavées quand nous entendons un bruit de troupeau en pleine charge derrière nous. L'instant suivant nous voyons plusieurs vielles femmes devant nous ramassant leurs articles en catastrophe dans des paquets, mais c'est déjà trop tard. Nous nous tournons pour voir un groupe d'une dizaine de flics en équipement anti-émeute tournant le coin de la rue à toute allure et se précipitant vers les femmes. Elles s'accrochent à leurs sangles et leurs ballots mais les flics leur arrachent violemment des mains tout ce qu'ils peuvent. Les femmes pleurent et supplient mais les flics ramassent tout ce qu'ils peuvent et se mettent à dévaler la rue en célébrant. Les femmes tombent au sol en pleurant. Nous apprenons que les marchands dans les boutiques du coin ne veulent pas que les campesinas viennent empiéter sur leur part de marché aux touristes et donc appellent les flics pour les balancer. Et les flics, même s'ils ne touchent pas de pot-de-vin des magasins, se prennent certainement une part du butin qu'ils ont confisqué.

Ça doit être la version péruvienne de l'invasion des supermarchés. Plus de vendeurs de rue, plus de marchandage. Les pauvres n'ont pas payé pour être là, donc ils seront humiliés, affamés, chassés, n'importe quoi qui marche, hors du centre-ville. C'était vraiment brutal et ça m'a fait sentir complètement impuissante. Flics en tenue de combat contre Vieilles femmes, face-à-face et terminé en une nanoseconde. Un concept que personne n'aurait pu rêver en toute conscience.

Heureusement les flics n'ont pas encore envahi les marchés dans le reste du pays (peut-être parce que les touristes et les magasins à touristes restent d'habitude à bonne distance) et c'est là que Pierre et moi avons eu les meilleures expériences de connexion avec les gens du coin, et témoigné des événements les plus extraordinaires. (Feuilletez le diaporama sur les Marchés Péruviens pour avoir une idée!)

Lima: 40% des chauffeurs de bus et taxi à Lima souffrent de problèmes psychologiques et exhibent des tendances psychopathes, telles qu'agression, anxiété et comportement antisocial, selon une étude récente. Ils ne ressentiraient même aucune culpabilité s'ils renversaient ou écrasaient un piéton. Lima, 7 millions et demi d'habitants, la ville qui rend fou, la ville où les fous sont au volant.

Allongée ici à l'hôtel, je peux entendre 467 klaxons pétaradant dehors, une radio AM défoncée hurlant en bas, et plein de vibrations grognantes venant à travers les murs fins comme du papier de l'"hôtel" voisin à 3 dollars la nuit. Bienvenue à Lima! Le pays où l'architecture soviétique, l'air épais de monoxyde de carbone et la pauvreté disséminée dans tous les coins participent tous à l'enlaidissement de la ville. C'est ici après 2 ans de voyage continuel que je transforme en chameau. Je me couche par terre et dis à Pierre qu'il est l'heure. L'heure de revenir aux US pour quelques mois pour une relaxation et réparation bien nécessaire.

Nous commençons aussitôt à chercher des vols, mais à cause de tous les ouragans autour de la Floride, nous nous trouvons bloqués. Les avions sont bookés pour les semaines, si ce n'est les mois, à venir. Le prix aussi est le triple de ce que nous avions imaginé. Ce ne serait peut-être pas trop mal sur une plage, une montagne, ou un endroit de beauté. Mais ici tout ce que nous avons, c'est Lima et suffisamment de pollution pour déclencher une alerte de quartier dans le style "Rentre Mémé dedans, vite!". C'est assez pour me donner une explosition hyponcondriacale et m'enfiler un shot de Tequila à 10 heures du matin.

Et donc quelle est la meilleure manière d'attendre plusieurs semaines dans une grande ville quand tu as été sur la route pendant 2 ans? Tu vas faire du SHOPPING!!

Pierre te moi décidons de nous préparer pour la ré-entrée dans les contrées "civilisées", et pour tenir le rôle, nous prenons rendez-vous pour notre visite annuelle chez le dentiste. En fait, nous réservons une entière semaine de travail chez le meilleur dentiste du pays (Président de l'Association Dentaire Péruvienne, diplôme US, équipement des plus modernes) et je reçois 1 couronne de porcelaine, 1 traitement de racine, 5 plombages, 2 reconstructions et un blanchiment professionnel, tout ça pour moins de 1000 balles. Aux US, même un boucher de village n'aurait pas pu le faire pour un prix de $3000 à hypothéquer la baraque.

Un autre manière d'échapper à la surexposition de laideur, c'est d'aller faire du shopping de lama! Le Pérou est le paradis pour les vêtement en lama, et la richesse des tons et des textures nous font baver d'envie. Nous entrons dans les magasins et nous frottons sur tous les habits comme des chats dans un boite d'herbe-à-chat. Pierre demande même au vendeur s'il peut louer le châle en Vicuña à 1600 dollars juste pour une nuit pour dormir avec, mais Mr le tailleur 5-étoiles ne saisit pas l'humour.

La troisième et meilleure méthode de supporter notre condition, c'est d'aller manger des Sushi. Au Pérou, ils l'appellent Ceviche. C'est la même chose sauf qu'à la place de 2 petits filets de poisson, ici, tu reçois toute la prise du jour dans l'assiette: un gros tas de poisson cru, des clams, crevettes, moules, coquilles St Jacques et même des algues pour à peine 3 dollars. Donc nous bouffons des Sushi tous les soirs, tous les jours et quelquefois même nuit et jour... mais après s'être empiffrés tant de fois, Pierre et moi nous retrouvons avec un gros méchant cas de VERS intestinal. Nous ne savons pas très bien quel type. Est-ce que c'est la colonie de centaines de petits machins? Ou peut-être un énorme giganto vers? Beurk, c'est vraiment dégueu. Nous espérons obtenir des pilules du style mine anti-personnel intestinale à la clinique la plus proche, et puis nous décidons que la meilleure façon de célébrer la mort du vers, c'est d'aller bouffer encore plus de Sushi!

Finalement, je vous laisse avec des photos de la seule chose qui justifie vraiment de s'arrêter 2 jours à Lima (à part le shopping et le Ceviche): une visite aux plus beaux musées pré-colombiens du monde...










To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici