Sunday - March 21, 2004

Treachery, conflicts and hardships

The receipe of a good story
Traîtrise, conflits et galères - La recette d'une bonne histoire

Yes, hardships, horror and disaster makes for the best and easiest writing, but it just isn't happening here. We heard/read stories of foul cops, but they have all been kind and' just doing their job'. We heard of violent winds that blow cyclists to the ground, and mud-pie roads that eat you alive, but all the secondary and tertiary roads we've taken have been well-enough kept... What else? The ferocious elephants and leopards we met in Africa have given way to Armadillos and free-roaming horses and cows. And drivers here in South America don't video-game us into a battle of death like in Africa, but rather drive tearfully civil (except in Buenos Aires).

So what can I tell you? No attacks, traumas, or abductions. What we have experienced though, is for the eyes an incomparable, lusty ga-ga of the lushest landscapes I have ever seen in my life.

We are heading from Argentina into Chile. Argentina was extreme in it's diversity of people, climate, and terrain. Chile we understand, is even more so. An environment that acts to keep one always alert, and prepared for the unknown. Finding comfort in the discomfort of things....

So our journey begins. Today we ride from Bajo Caracoles, Argentina to Cochrane, Chile. It is the most queer and whimsical mountain road I have seen, ever. The piste is like a roller-coaster, winding, bending throughout the Andean mountains, turning from intense, bright yellow brush, to ragged mountains layered in turquoise, mauve, and patina green. The wind rushes around us and the clouds swim through the sky, disappearing over any number of hills, mountains, lakes, or forests. Huge jack rabbits keep bolting in front of us, and herds of sheep and goats periodically block our path and flee in a choir of "Baaaa". Wild ducks and kestrel falcons overhead. Sometimes the piste weaves in-between narrow, dynamited passages that cut through the bright red mountains, and we see Gaucho cowboys driving herds of cattle across the fields.

Several ritual graves and alters with statues of Mary line the road or are carved into the mountain sides, some with candles continuously burning in them. In the middle of all this is the Argentinean-Chilean border. We climb steep switch backs, to arrive at a summit where the troopers spend their days with chickens, a few dogs and a donkey. Lucky copers. We passed not one single car the entire day! It is one of the best rides I have ever had.

As we drive deeper into Chile, it begins to rain and the clouds rise up and all-around us. In Chile, we find perhaps the most beautiful country yet, and it reminds me of the beauty I experienced in Ethiopia, only not as harsh. We drive alongside winding mountains, steered by a tumultuous, emerald green river, through a chilling rain into Cochrane. On the mountain, I pass a girl on horseback in a dark green woolen cape. She carried a staff and her dog ran along beside her and her horse. I slowed down and drove past her in the rain and mud and I stared and smiled, she smiled back and I thought, that's me, or at least an aspect of me. I will never forget her. She was a priestess without a tribe. It's a life I can easily imagine where ... I ride out, slay the rabbit, and bring it home for beau-hunk Pierre to prepare. Our kids are out playing with the wolves, and howling with the sheep.

The first thing about Cochrane is that, we have no money. That's ok, there's a bank here. The second thing about Cochrane is that the bank doesn't want our stinky international credit cards, our dirty Argentinean pesos, or our crappy American Express traveler-checks. Neither does the Gendameria (police), the shop keepers, hotels, nor anyone else. This means we can't buy gas, which means we can't leave. So we spend two days walking from shop to shop, pleading with people for their advises and help. Cochrane is remote as hell. We are now starving and so take the few coins we have to buy 5 pieces of bread. We have scratched all day for alternatives, and still, nothing. This is a cool adventure for the first day, and then, as soon as I get hungry, I am looking at all those fruits in the store windows like I remember the kids in Africa looking. Those kids have been looking all their lives, and I have been looking for a pathetic 2 hours, but I begin to feel a huge impact from all the feelings this is kicking up in me. I know I can't have the slightest idea of the insignificance, fatalism and psychological weight that the poor and hungry sometimes feel on a day to day basis from society. The voice that says, "no one wants you if you have no money". This experience could never have happened to me in the western world. It happened only because I was out of my element, could barely speak the language, and was an outsider with nothing to fall back on except other's help. Isn't it strange that people are almost always more willing to help those with money than those with none. It was a profound experience and has stayed with me to this day.

In the end, we find a fax business that takes our Argentinean money at a 30% commission. We threw it at him. "Yeah! take it, hell, take 50%!" We paid off the hotel, bought gas, got a bit of rest and sped off. Peculiar how you can be so rich, and be so poor simultaneously. It's all about what is valued in the moment. Chocolate, cigarettes, and I guess sex, will always be the least common denominators of worth for our great human spirit.

C'est sûr, les galères, les désastres et les récits d'horreur sont plus faciles à conter et donnent les meilleurs histoires, mais ce n'est pas ce qui nous arrive ici. Nous avions entendu ou lu des rumeurs de flics ripoux, mais ils sont tous sympas et "faisant juste leur boulot". Nous avions entendu parler de vents violents qui envoient les cyclistes au sol et de bourbiers qui te bouffent tout cru, mais toutes les routes secondaires ou tertiaires que nous avons prises étaient suffisamment bien entretenues... Quoi encore? Les féroces éléphants et les léopards que nous avons rencontrés en Afrique ont laissé place aux tatous, aux chevaux sauvages et au bétail en liberté. En plus, les chauffeurs ici en Amérique du Sud ne nous attaquent pas dans une bataille à mort digne de jeu-vidéo comme en Afrique, mais au contraire conduisent avec une désespérante coutoisie (sauf à Buenos Aires).

Donc que puis-je vous raconter? Pas d'attaques, ni de traumas, ni d'abductions. Par contre, ce que nous avons vécu est pour les yeux un incomparable régal, à rester gaga devant les paysages les plus riches et verts que j'ai jamais vus.

Nous nous dirigeons de l'Argentine vers le Chili. L'Argentine était déjà extrême dans sa diversité de populations, climats et terrains. Le Chili, si nous avons bien compris, l'est encore plus. Un environnement qui incite le visiteur à rester alerte et préparé à l'inattendu. À trouver son confort dans l'inconfort des choses...

Donc notre trajet commence. Aujourd'hui nous conduisons de Bajo Caracoles en Argentine à Cochrane au Chili. C'est la route de montagne la plus bizarre et capricieuse que j'ai vue. La piste ressemble à une montagne russe, serpentant à travers les Andes, passant de plaines d'arbustes jaune-vif à des montagnes escarpées et découpées en couches de turquoise, de mauve et de patine verte. Le vent nous encercle et les nuages nagent à travers le ciel, disparaissants au-dessus de collines, montagnes, lacs ou forêts. D'énormes lièvres surgissent devant nous, et des troupeaux de moutons ou de chèvres bloquent régulièrement notre chemin, s'enfuyant dans un concert de "Bêêêêêêê". Au-dessus, les canards sauvages et les faucons pèlerins. Quelquefois la piste se faufile entre d'étroits passages ouverts à la dynamite à travers les montagnes rouge vif. Les Gauchos conduisent les troupeaux à travers champs.

Des petites tombes et des autels avec la statue de Marie, sont alignés le long de la route, creusés dans le flanc de la montagne, certains avec des bougies allumées à l'intérieur. Au milieu de tout ça se trouve la frontière entre l'Argentine et le Chili. Nous grimpons par des épingles à cheveux pour arriver au sommet où les gardes-frontières passent leurs journées avec les poulets, quelques chiens et un âne. Des flics chanceux. Nous n'avons pas croisé une seule voiture de la journée! C'est une de mes meilleures étapes en moto.

Alors que nous nous enfonçons dans le Chili, il se met à pleuvoir et les nuages nous encerclent. Le Chili est peut-être le plus beau pays que nous ayons vu, ça me rappelle la beauté que j'ai ressentie en Ethiopie, juste un peu moins sauvage. Nous conduisons le long des montagnes, zigzagant le long d'une rivière en furie de couleur vert-émeraude, à travers une pluie glaciale jusqu'à Cochrane. Dans les montagnes, je passe une fille à cheval enveloppée d'une cape en laine vert foncé. Elle porte un long bâton et son chien court à ses côtés. Je ralentis à sa hauteur, dans la pluie et la boue, la regarde et souris. Elle sourit à son tour et j'imagine que c'est moi, ou du moins un aspect de moi. Je ne l'oublierai jamais. Elle était comme une prêtresse sans tribu. C'est une vie que je pourrais facilement imaginer... Je sors à cheval, chasse le lièvre et le ramène à la maison ou mon beau-hunk Pierre le cuisinerait. Nos gosses sont dehors à jouer avec les loups et hurler avec les moutons.

Un premier truc à propos de Cochrane, c'est que nous n'avons pas de sous. C'est bon, il y a une banque. Le deuxième truc, c'est que la banque n'accepte pas nos cartes de crédit internationales qui puent, nos Pesos argentins pourris, ni nos traveler-checks American Express de merde. Pas plus que la police, les commerçants, les hôtels ou qui que ce soit. Ça veut dire que nous ne pouvons pas acheter d'essence, et donc que nous ne pouvons pas partir. Nous passons deux jours à marcher de boutique en boutique quémandant secours et bons conseils. Cochrane est vraiment paumée. Nous commençons à avoir faim et ramassons les quelques pièces que nous avons pour acheter 5 morceaux de pain. Nous avons gratté partout à la recherche d'alternatives, et toujours rien. C'est une aventure amusante le premier jour mais ensuite, quand je commence à avoir faim, je me mets à zyeuter les fruits dans les devantures des magasins de la même manière dont je me souviens que les gosses en Afrique regardaient. Ces gosses ont zyeuté toute leur vie alors que moi, ça ne fait que 2 pathétiques petites heures, mais je commence à ressentir tout l'impact que ses sentiments ont eu sur moi. Je sais que je ne peux pas avoir la moindre idée de la futilité, du fatalisme et du poids psychologique que les pauvres et les affamés ressentent tous les jours venant de la société. La voix qui dit "Personne ne veut de toi si tu n'as pas d'argent". Cette expérience n'aurait jamais pu m'arriver dans le monde occidental. Ce n'est arrivé que parce que j'étais hors de mon élément, pouvait à peine parler la langue, et était une étrangère avec rien sur quoi ce rabattre à par l'aide des autres. Ce n'est pas bizarre que les gens soient toujours plus enclins à aider ceux qui ont des sous plutôt que ceux qui n'en ont pas? Ce fut une profonde expérience qui m'est restée jusqu'à ce jour.

A la fin, nous trouvons une boutique de fax qui nous prend notre pognon argentin moyennant une commission de 30%. Nous lui le jetons à la figure. "Ouais, vas-y prend-le, pourquoi pas 50% tant qu'on y est?". Nous payons l'hôtel, faisons le plein, nous reposons un peu avant de tourner les gaz. Curieux comme on peut être si riche et si pauvre à la fois. Tout dépend de ce qui est valorisé à un moment donné. Le chocolat, les cigarettes et, à mon avis, le sexe seront toujours les dénominateurs communs de richesse pour notre bel esprit humain.

To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici