Monday - August 09, 2004

Machu Picchu

Kuntur Kancha, the Nest of the Condor
Kuntur Kancha, le Nid du Condor

We explore many Inca ruins, but the one that we can't wait to set our eyes on is, of course, Machu Picchu. So after a long train ride through the dense mountain forests, we wake in the early morning darkness and journey to the ruins of the Inca city wrapped in mist. We arrive before all the tourists, begin to explore through the morning fog, and settle on a terrace at the highest point in the city to watch the sunrise. The fog dances around the ruins like in a strip-tease, revealing one part here, one part there. Finally, the sun-rays and the morning breeze clear up the skies and, within a few minutes, as if a giant veil had been lifted up, the city appears in all its splendor. We stay struck - struck by the beauty and the strength of the city itself, by its surreal location, and the unexplainable harmony of the entire scene. Still in awe, we climb straight up using ropes, ladders and our muddy hands to scale the mountain to the Inca temple of Huayna Picchu, 1300 feet above Machu Picchu. The entire surrounding landscape is of steep pointy mountains and sheer cliffs - the closest I will ever get to being an eagle. How, how, how did they haul these stones and materials up here for building?! Our return down the backside of the mountain is even steeper, and since no one else is coming or going around us, if Pierre falls, I will have to carry him over my head to safety.

The construction of the Inca villages, their every structure and terrace is impressive, especially given the tools at their disposal. They did not have explosives or pack animals, and the wheel and hard metals, such as iron and steel, were completely unknown to them. And so even today with all our know-how and genius, we are still unsure how the Incas were able to create such magnificent cities. The citiy of Cusco, the heart of the empire, was built in the shape of a Puma, and Machu Picchu looks like a human biosphere that could have survived for centuries as a closed society. At a closer scale, each temple, fortress, terrace, living quarter is independently striking. And if you look even closer, the walls themselves are stunning: each stone is a work of art as well as an engineering achievement (you can check out some close-ups in the slideshow about the Inca Walls).

The archaeologists explain that the Incas were cutting rocks with tools made of stronger rocks, such as granite and volcanic rocks, and then levers, ropes and lubricants were used to move the biggest blocks and put them in place. Finally, the rocks were rubbed against each-other until they fit perfectly. Easy? Comprendo, Gringo? Ha ha! For anybody who visits the site, this is a scientific joke. Yeah, of course, it kinda makes sense, it sort-of connects the dots, and draws a pseudo-logical line between the stupendous walls in front of our eyes, the quarries which are miles away and the stone-age tools in between. But the explanation just doesn't hold. It is physically impossible for human beings to have built this like that. However as I walk through the ruins, I can't help but to look for an explanation... and the only one I've got is what I read.

Ain't it ironical that our smartest specialists, our modern-days historians and scientists, are still puzzled or baffled by their own conclusions, while many tourists in the rich tour-bus crowds have no qualms dismissing past civilizations as primitive and barbarian? "They did not have the wheel", they might say as a proof - but would we have had the wheel if the Mesopotamians had not found it for us? "They were treating their people like slaves" - but is it why we did the same to them for several centuries more? "They were offering human sacrifices to their gods!" - but the Inquisition was running strong at the same time in 16th Century Europe, and how do a few dozen sacrificed virgins compare with the hundreds of thousands that were imprisoned, tortured and burnt at the stake in order to chase the Evil off them?

I am very honored...
The Incas had a very interesting religion. They offered human sacrifices to their gods but the victims were consenting. Girls were chosen at a young age, and they and their families were greatly respected by the village for such an honor. When a virgin was of a ready age, the Inca ruler would have public sex with her and then kill her in a sacrifice to the God of the Universe. (What a job - what a power trip!). If any other man were to steal the virginity from one of the chosen girls, he, his family, and the entire village were killed! Salt would then be poured over the grounds so that nothing could grow. Incas also worshipped their ancestors. When a noble man died, the body was mummified, thanks to a very dry climate, by exposing it successively to the freezing nights and hot sunny days (the Incas were using the same method to preserve their potatoes throughout the year). And several times a year, the mummies were paraded across the city and sumptuous offerings were made to them before bring them back to the caves were they were stored.

Does our living in later centuries give us the right to assume we are somehow more civilized or intelligent? The only thing that will convince me that we have evolved is when war is no longer an option. Until then, all the progresses seem superficial. I mean, both Bin Laden and president Bush are declaring openly that their god gave them the okay for their war. This is modern man? It sounds more like a Planet of The Apes episode to me.

Nous explorons un bon nombre de ruines Incas, mais celle que nous attendons impatiemment de voir, c'est bien sûr Machu Picchu. Donc après une longue ballade en train à travers les montagnes couvertes par la jungle, nous nous réveillons dans l'obscurité du petit matin pour rejoindre la cité Inca enveloppée dans la bruine. Nous arrivons avant les touristes et commençons à explorer à travers le brouillard matinal, avant de nous poser sur une terrasse au plus haut point de la ville pour le lever du soleil. Le brouillard danse autour des ruines comme dans un strip-tease, révélant une partie ici, une autre là. Finalement les rayons du soleil et la brise matinale ouvrent le ciel et, en quelques minutes, comme si un voile géant avait été levé, la cité apparaît dans toute sa splendeur. Nous sommes frappés - frappés par la beauté et la force de la ville elle-même, par son emplacement surréel, et par l'harmonie inexplicable de toute la scène. Toujours en admiration, nous grimpons presque à la verticale en utilisant des cordes, des échelles et nos mains boueuses, pour escalader la montagne jusqu'au temple Inca de Huayna Picchu, 400 mètres au-dessus de Machu Picchu. Le paysage est entièrement composé de pics montagneux et de falaises - jamais je ne me sentirais plus proche d'un aigle. Comment, mais comment donc ont-ils amené toutes ces pierres et ces matériaux ici pour la construction!? Sur le chemin du retour, l'arrière de la montagne s'avère être encore plus raide, et comme personne ne vient se promener par ici, si Pierre tombe, je devrais le porter sur ma tête jusqu'au poste de secours.

La construction des villages Incas, chacune de leur structure et terrasse, est impressionnante, surtout si l'on considère les outils qu'ils avaient à disposition. Ils n'avaient ni explosifs ni bêtes de trait, et la roue et les métaux résistants, comme le fer et l'acier, leur étaient complètement inconnus. Et donc même aujourd'hui avec tout notre savoir-faire et notre génie, nous ne sommes toujours pas certains de savoir comment les Incas ont pu créer des villes aussi magnifiques. La ville de Cusco, le coeur de l'empire, avait la forme d'un puma, et Machu Picchu ressemblait à une biosphère humaine qui aurait pu survivre pendant des siècles en autarcie. A une échelle plus restreinte, chaque temple, forteresse, terrasse, ou quartier d'habitation pris indépendamment est stupéfiant. Et si vous regardez d'encore plus près, les murs eux-mêmes sont étonnants: chaque pierre est une oeuvre d'art aussi bien qu'un exploit technique (vous pouvez voir quelques gros plans dans les diaporama sur les Murs Incas).

Les archéologues expliquent que les Incas taillaient les rochers avec des outils faits de pierres plus résistantes, comme le granite ou les roches volcaniques; puis des leviers, cordes et lubrifiants étaient utilisés pour déplacer les plus gros blocs et les mettre en place. Finalement, les rochers étaient rabotés les uns contre les autres jusqu'à ce qu'ils s'emboîtent parfaitement. Facile? Comprendo, Gringo? Ah ah! Pour quiconque visite le site, c'est une farce scientifique. Ouais, bien sûr, ça a l'air de tenir debout, ça relie les points en quelque sorte, ça tire un ligne pseudo-logique entre les murs stupéfiants que t'as devant les yeux, les carrières qui sont à des kilomètres de là, et les outils de l'âge de pierre situés entre les deux. Mais l'explication ne tient pas la route. Il est physiquement impossible pour des êtres humains d'avoir construit ceci avec ça. Mais alors que je marche à travers les ruines, je ne peux m'empêcher de chercher une explication... et la seule que j'ai c'est ce que j'ai lu.

N'est-il pas ironique que nos plus brillants spécialistes, nos historiens et scientifiques des temps modernes, soient encore dubitatifs ou admiratifs devant leurs propres conclusions, alors que beaucoup de touristes dans les foules friquées des voyages organisés n'ont aucune vergogne à snober les civilisations passées sous prétexte qu'elles seraient primitives ou barbares? "Ils n'avaient pas la roue", avancent-ils comme preuve - mais aurions-nous eu la roue si les Mésopotamiens ne l'avaient pas trouvée pour nous? "Ils traitaient leur peuple comme des esclaves" - mais est-ce pourquoi nous en avons fait de même envers eux pendant plusieurs siècles de plus? "Ils offraient des sacrifices humains à leurs dieux!" - mais l'Inquisition battait son plein en Europe à la même époque au 16ème siècle, et comment se comparent les sacrifices de quelques douzaines de vierges avec les centaines de milliers qui furent emprisonnés, torturés et brûlés à l'échafaud pour en chasser le Démon?

Je suis très honorée...
Les Incas avaient une religion très intéressante. Ils offraient des sacrifices humains à leurs dieux mais les victimes étaient consentantes. Les filles étaient choisies à un jeune âge, et elles étaient ainsi que leur familles grandement respectées par le village pour un tel honneur. Quand une vierge atteignait l'âge requis, le chef Inca la déflorait publiquement puis la tuait en sacrifice au Dieu de l'Univers (Quel boulot - quel sentiment de puissance!). Si un autre homme volait la virginité de l'une des Élues, lui, sa famille et tout le village était massacrés! Du sel était ensuite répandu sur les terrains environnants de manière à ce que rien n'y repousse. Les Incas vénéraient aussi leurs ancêtres. Quand un noble mourait, le corps était momifié, grâce à un climat extrêmement sec, en l'exposant successivement aux nuits glaciales et aux belles journées ensoleillées (les Incas utilisaient la même méthode pour conserver leurs patates tout au long de l'année). Et plusieurs fois par an, les momies étaient promenées en parades à travers la ville et de somptueuses offrandes leurs étaient faites avant de les ramener dans les grottes où elles étaient stockées.

Est-ce que sous prétexte que nous vivons des siècles plus tard, nous avons le droit de nous considérer plus civilisés ou intelligents? La seule chose qui me convaincra que nous avons évolué, c'est quand la guerre ne sera plus une option. En attendant, tous les progrès semblent superficiels. J'veux dire, Ben Laden tout comme le président Bush déclarent ouvertement que leur dieu leur à donné le feu vert pour leur guerre. C'est ça l'homme moderne? Pour moi, ça ressemble plus à un épisode de la Planète des Singes.

To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici