Tuesday - April 20, 2004

El Bolson

Don't tell anybody how great it is here
Ne dîtes à personne comme c'est chouette ici

Pierre and I leave Trevelin, Argentina and ride into the nearby national park, but the road is 50km of curves and hills spackled with slick mud. The front tire on my bike is a street-tire, which in mud is precarious and feels like I am riding on a round, smooth pancake - sliding everywhere atop a 250 lb. machine. My middle finger is also turning pure white and swelling, so by my request we abort the journey and drive on to El Bolson. El Bolson, as described and written about in travel books, isn't to be missed. We love it so much we wind up living here for 3 weeks.

Looking for the hallelujah
El Bolson is the hallelujah for those looking for a beautiful, open-minded, culturally active town to visit, and it is filled with people both native and from around-the-world. Most of whom are educated, very engaging, and continue to pursue their interests with passion. My Spanish teacher (who spoke 7 languages) is Argentinean, world-traveled, and I felt instantly close to him. We also meet Kitty and Horacio who are both artists and spend their time between here and Berkeley, CA. The cabin we stay in is owned by a master gardener who used to work as executive for Avon in NYC, but moved to El Bolson because he "grew tired of the rat-race". Artists, musicians, weekly street fairs, and packs of dogs everywhere. These beasts I can't keep my hands off of. One German Shepherd befriends us and stays with us for a week. He sneaks inside the grounds and sleeps outside our door (which he gets in trouble for), he sneaks into Internet cafes to lie at our feet (which we get in trouble for). The day we pull out, I look all over town for him - and when I finally find him, I feed him an entire pack of raw hot-dogs and say a sad goodbye to my friend.

Also in El Bolson are several holistic practitioners, and lucky for me and all my broken parts, I find Mary Brain, a woman from London who is a healer, massage therapist, pseudo-psychic, and mother of 5 kids. With her, I have the strongest connection and best conversations that I have had with any human-being I've met since leaving on this trip. I hadn't fully realized how I yearn for and miss depth and intimate conversation with others until I meet her. I walk into her office, get undressed, lay down. She walks in, puts her hands on me and says, amongst other things, "Oh my, you don't want to travel anymore do you, my dear? Your body isn't well, and all of these things happening - it is only your body telling you that it's time to stop." And there it was. I have been feeling guilt for needing to stop traveling, and for bailing on a dream that Pierre and I started together, but talking with Mary, getting massage, and finding connection with another let me know how much I miss a home. A plant, a doorbell, a cloth-hanger. All stupid things, but all things that give a kind pleasure. Want more? How about a trash can, reliable food, or most of all, a cushy pillow that is familiar and has no one else's germs and drool on it but my very own. These are things that rarely register on the Westerner's rector-scale of luxury, which is one of the amazing reasons traveling blows my mind and I love it so. Travel causes (hopefully) people to evaluate and rethink their relationships and assumptions on every level. Assumptions about ourselves and the outside world that are formed so subtly and naturally throughout our life, that we mistake them for reality.

During our 3 week stay, we meet a French couple, Aude and Frédéric, who live and work in the French Guyana (a French territory in South-America). Over dinner, Frédéric told us about a local woman he had dated (prior to meeting Aude) and all about the local politics of man-pleasing in Guyana for which I was a captivated audience.... First, the women have long scars that run down either side of the spine on their lower back, which are created by deeply burning the skin to create raised keloids. These scars act to excite the man during sex (which is had only in the animal position) but more importantly, they act in part as handles for the man and his assured manly grip! The woman's part during all of this is to keep a towel in one of her hands to constantly wipe herself dry, because any fluids or moisture created by the woman is seen as unhygienic, and very unsexy. How about that? The entire ritual and satisfaction is geared towards the pleasure of the man, and teaches the female that she is responsible for his pleasure. It also teaches the female that her body is dirty. In most societies, (some might argue all), men oppress women in a myriad of greater or lesser ways, not realizing the immense pleasure both sexes gain and experience in all of life when they are both free, and treat each-other as equals in love, conversation, celebrations, religion, etc. Pierre and I have seen this over and over. In societies where the women and men interact openly in all aspects of life, the energy of the village is entirely different than of those where women and children are oppressed. Fear and ignorance drive oppression - fear being one of the greatest motivators that can posses us, sometimes even greater than love.


Gauchos taming wild horses
El Bolson is the first place on our trip where Pierre and I have considered possibly buying a house to live part of the year. It's difficult to imagine returning to Western work weeks when we could live here like a fat-king for a fraction of what would be necessary in the US. In Argentina, I could even be a professional horse-girl if I wanted.

Horacio, a friend I have met here, asked me not to blab my yap about El Bolson, but I can't help it. It had amazing energy and seemed to be a magnet for people whose loves lie in the constant pursual of life.

Pierre et moi quittons Trevellin et chevauchons en direction du parc national, mais c'est 50 km de virages et de collines tartinées de boue glissante. Le pneu-avant de ma moto est un pneu route, ce qui sur la boue me donne l'impression de conduire sur un pancake tout rond et lisse. En plus, mon majeur de la main droite devient complètement blanc et se met à enfler, donc nous annulons le trajet et conduisons directement à El Bolson, ce qui n'est pas pour me déplaire. El Bolson, comme il est décrit dans les guides de voyage, est un village à ne pas manquer. Nous nous y plaisons tellement que nous finissons par y rester 3 semaines.

A la recherche de l'halleluyah
El Bolson est un halleluyah pour ceux qui recherchent un village à la fois beau, ouvert d'esprit et culturellement actif, plein de gens tout aussi bien du coin que venant de partout au monde. La plupart sont éduqués, très engageants, et continuent à poursuivre leurs intérêts avec passion. Mon prof d'espagnol (qui parle 7 langues) est Argentin, a voyagé à travers le monde, et je me sens instantanément proche de lui. Nous rencontrons aussi Kitty et Horacio qui sont artistes et partagent leur vie entre ici et Berkeley en Californie. Le chalet que nous louons appartient à un jardinier émérite qui fut cadre exécutif chez Avon à New York, mais choisit de venir à El Bolson parce qu'il "en a eu marre de courir après le fric". Artistes, musiciens, marchés hebdomadaires, et hordes de chiens partout. Je ne peux pas m'empêcher de caresser les bestioles. Un berger allemand se lie d'amitié pour nous et nous suit pendant une semaine. Il vient nous visiter en cachette et dort sur le pas de la porte (ce qui lui attire des problèmes), ou se faufile dans les cafés internet pour s'allonger à nos pieds (ce qui nous attire des problèmes). Le jour où nous partons, je le cherche partout en ville et quand finalement je le trouve, je lui donne un paquet entier de saucisses crues et lui dit tristement au-revoir.

Egalement à El Bolson, se trouvent plusieurs centres holistiques, une chance pour moi et mes morceaux tout cassés. Je tombe sur Mary Brain, une dame de Londres qui est guérisseuse, kiné, pseudo-voyante, et mère de 5 enfants. J'ai avec elle la plus forte connexion et les meilleures conversations que j'ai eues avec quelque être humain que j'ai rencontré depuis que je suis partie en voyage. Avant de me trouver avec elle, je ne m'étais pas rendue compte de combien j'ai besoin et combien me manquent les conversations profondes et intimes avec d'autres. Je rentre dans son bureau, me déshabille, m'allonge. Elle entre, met ses mains sur moi et me dit entre autres choses: "Oh ma chère, tu n'as plus envie de voyager, n'est-ce pas? Ton corps ne va pas bien et toutes ces choses qui t'arrivent - c'est juste ton corps qui te dit qu'il est temps d'arrêter". Aussi simple que ça. Je me suis sentie coupable pour avoir besoin d'arrêter de voyager, et pour quitter un rêve que Pierre et moi avons démarré ensemble, mais parler avec Mary, recevoir un massage et trouver une connexion avec quelqu'un d'autre m'ont fait réaliser combien une maison me manque. Une plante, une sonnette, un porte-manteau. Que des choses stupides, mais des choses qui donnent un doux plaisir. Vous en voulez plus? Une poubelle, une bouffe sur laquelle on puisse compter, et surtout un oreiller moelleux que l'on connaît et qui n'a les germes de personne d'autre que les miens. Ce sont des choses qui font rarement partie de l'échelle de luxe de l'Occidental, ce qui est une des raisons pour laquelle voyager me surprend, et pourquoi je adore tellement le faire. Le voyage force les gens (on l'espère) à évaluer et repenser leurs relations et leurs préjugés à tous niveaux. Des préjugés à propos de nous-mêmes et du monde extérieur qui se forment si subtilement et si naturellement à travers notre vie que nous les méprenons pour la réalité.



Durant nos 3 semaines ici, nous rencontrons un couple de Français, Aude et Frédéric, qui vivent et travaillent en Guyane Française. Au cours du dîner, Frédéric nous parle d'une autochtone avec laquelle il est sorti (avant de rencontrer Aude), et nous raconte tout sur les coutumes locales concernant la satisfaction du plaisir masculin en Guyane, ce pourquoi je suis un public particulièrement passionné... D'abord, les femmes portent de longues cicatrices qui leur courent au bas du dos de chaque côté de la colonne vertébrale, tracées en brûlant profondément la peau de manière à créer des chéloïdes. Ces cicatrices excitent l'homme durant l'acte sexuel (qui n'est consommé qu'en position animale) mais surtout, elles assurent d'une certaine manière le rôle de poignées pour que l'homme soit assuré d'avoir une bonne accroche! Le devoir de la femme durant tout cela est de garder une serviette à la main et de constamment s'éponger parce que toute sorte de fluides ou sécrétions venant de la femme sont vus comme non-hygiéniques et absolument pas sexy. Pas mal non? Tout le rituel et la satisfaction sont orientés vers le plaisir de l'homme, et enseigne à la femme qu'elle est responsable de son plaisir à lui. Et ça lui enseigne aussi que son corps est sale. Dans la plupart des sociétés (certains disent dans toutes les sociétés), les hommes oppriment les femmes d'une myriade de manières plus ou moins visibles, ne réalisant pas l'immense plaisir que les deux sexes acquièrent et ressentent dans tous les aspects de la vie quand ils sont tous les deux libres et se considèrent égaux en amour, conversation, célébrations, religion etc... Pierre et moi avons vu ça maintes et maintes fois. Dans les sociétés où les femmes et les hommes interagissent ouvertement dans tous les aspects de la vie, l'énergie du village est complètement différente de celle qu'il y a dans les villages où les femmes et les enfants sont opprimés. La peur et l'ignorance conduisent à l'oppression - la peur étant une des plus puissantes forces de motivation qui puisse nous posséder, quelques fois plus grande encore que l'amour.


Gauchos matant les chevaux sauvages
El Bolson est le premier endroit durant notre voyage où Pierre et moi avons considéré la possibilité d'acheter une maison pour y vivre une partie de l'année. Il est difficile d'imaginer un retour à la semaine de travail occidentale quand nous pourrions vivre ici comme un roi pour une fraction de ce qui serait nécessaire aux US. En Argentine, je pourrais même être une cow-girl professionnelle si je voulais.

Horacio, un ami rencontré ici, me dit de ne pas ouvrir mon clapet à propos d'El Bolson, mais je ne peux pas m'en empêcher. Il y a ici une énergie formidable et le village semble être un aimant pour les gens dont l'amour réside dans la poursuite continuelle de la vie.

To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici