Tuesday - July 20, 2004

Copacabana

Don't ask where is the beach
Ne demandez pas où est la plage

We leave Cochabamba. I am glad to leave the city and return to mountains and villages, and to see dread-locked donkeys and emaciated sheep covered in 40 pounds of wool, walking in flocks led by old women and youths. We twist and turn through mountain passes, through simple farming villages, and by nightfall our long ride spits us back into another urban landscape.... La Paz is a city that completely covers the entire valley of a mountain range. It is night as we arrive at the edge of the plateau, and all the lights below look like lava running through the vale. As we descend, the lights begin to look more like a mold, or a virus spreading into the valleys and eating away at the mountains, which I guess, is essentially what is happening. I don't like La Paz, it is smacked, stacked, and packed with so many people, and seeing it, I don't feel sorry for the earth, I feel sorry for people. The scene here that stays with me the most, are the women washing clothes in the city's dark, polluted river, and then laying the clothes across the bushes and ground to dry. Washing out dirt with dirt.

Pierre living in squaller
We leave after a few days and ride ride ride, finally coming to the last town we will see in Bolivia, Copacabana. This is not what Barry Manilow was singing about either. It's better. Copacabana is a small resort town by the Lake Titicaca and it offers us the most beautiful hotel we've had our entire trip. An old castle, a fireplace and a huge room with candles, handmade furniture, private balcony and art everywhere. At US$10 per night, it makes one consider staying a lifetime.

There are many tourists here, and it is here that I can't ignore the difference any longer between the travelers we met in Africa and the travelers we meet in South America. When we met travelers in Africa, we were exhilarated to approach each-other, share adventures and hang-out or even travel awhile together. Though social, they seemed to be there to explore and discover in a very individualistic way. Here in South America, travelers seem too cool to talk to us. When our eyes meet, a hair flick or disinterested turn of the head is more common than a "Hello". I feel like it's a big high school. I get the distinct feeling that travelers are here for only a week and forget to leave all the baggage of their coolness at home. The poser, cliche western competition air makes me sorry, and when we try and approach people, I feel there is a wall around them. Pierre notices this as well, and although there are exceptions, it is too consistent to be ignored. So what is it?
I think Africa travelers are usually long-term, are more developed individually, and interested in internal discovery as much as external. The few people we did connect with here in South America were all solo travelers, long-term, and had an incredible lack of ego, though they had all the characteristics that might make them otherwise.

Buy my meat
Copacabana is where The Virgin of Copacabana was sighted in the 1600s, and today we climb to the top of the mountain of her sighting. Still today, 1000s of families every year travel from dozens of miles around to this site by foot, bus, car or hitch-hiking to celebrate and ask the Virgin for blessings. The people of South America take the sightings very seriously, and their rituals go like this.... Small stands are set up everywhere selling toy houses, plastic cars, fake US passports, fake money rolls (euro, dollar of boliviano - your choice) and model stores - (my favorite is the raw-meat counter with Barbie standing in-wait to serve you a cow tongue or tripe). People purchase these miniatures to represent what they desire, and put them all in a pile. The family then sits around it and drinks beer, lights candles and splashes libations of champagne or alcohol and fiestas into the night. Firecrackers are a must and are constantly exploding, shooting confetti everywhere, and the whole family celebrates and prays that their wishes be granted.

Beer, firecrackers, champagne and God
A young boy comes up and asks to have a picture taken with me. "YES" of course and I raise his hand high. His mom is laughing as Pierre gives him a card with a picture of our trip on it, and he leaves ecstatic. We also hang-out and drink with a family who has traveled from Peru and has an entire pile of trucks, houses, and money-rolls. They are 3 generations of babies, sisters, grandma, fathers, etc. One niño is so hilarious, flopping around and screaming at Pierre and I over and over, "Ola amigos! como te llamas!!? He was like a loud mouse who'd just learned to talk. The family asks for a picture with us and everyone clambers into the frame. The women keep shyly looking at me and giggling, and the kids constantly pull on my hair interested by the waves, which contrasts their razor straight, black hair.

We toast them luck and then venture off to buy our own house, a wad of cash, and 2 candles. We light them in the rocks, and I envision our home with kids and lots of animals. I hope one day I can return to Bolivia and give something to these people. Perhaps teach English or art to kids for free. My heart opened to this feeling of giving and selflessness while here with the Bolivian people, without wanting anything in return. My intent is pure.

Before leaving Copacabana, we ride our motorcycles to the enormous church at the town's square where we take part in the daily benediction of automobiles. Covered in flowers, hearts, and confetti, dozens of autos and buses are blessed here every day by the fine-father and his holy water, in hopes that the hand of the almighty might drive with them in their journeys and sometimes harrowing travels through Bolivia's mountain passes. Up until this point, Pierre and I have had tremendous fortune in regards to break-downs and injury throughout our entire trip. After our blessings by the Virgin however, in an derisive twist of irony, we begin a journey of ill-fated predicaments. That however, I will leave for my next writing.

Blessed with bad luck, amen!

In Bolivia, I had more than one day-dream of returning here to live. The people, culture, traditions and beauty of the land all won my heart. And like I said, I hope that someday I can return to give something of my time and efforts to the people of Bolivia.

Nous quittons Cochanbamba. Je suis heureuse de quitter la ville et retourner dans les montagnes et les villages, et voir les ânes velus et les moutons maigres couverts de 20 kilos de laine marchant en troupeaux conduits par de vieilles femmes et les gamins. Nous virevoltons à travers les cols de montagne et les villages de fermiers, et à la nuit tombée la route nous recrache dans un autre paysage urbain... La Paz est une ville qui recouvre complètement une entière vallée dans un paysage de montagnes. Il fait nuit quand nous arrivons à la limite du plateau, et toutes les lumières en-dessous sont comme une lave coulant du ravin. Alors que nous descendons, les lumières se mettent à ressembler plus à une moisissure ou un virus qui se répand des vallons et croque dans les montagnes - ce qui, il me semble, est vraiment ce qui est en train d'arriver. Je n'aime pas La Paz, elle est empilée, entassée et bourrée par bien trop de gens, et en la voyant je me sens désolée pour la Terre, désolée pour ses habitants. La scène ici qui me reste le plus, ce sont les femmes lavant le linge dans les rivières de la ville sales et polluées, puis le mettent à sécher sur le sol et les buissons. Laver la crasse avec la crasse.

Pierre vivant dans l'opulence
Nous partons au bout de quelques jours et roulons roulons roulons jusqu'à ce que nous arrivions à la dernière ville que nous verrons en Bolivie, Copacabana. Ce n'est pas celle que chantait Barry Manilow. C'est bien mieux. Copacabana est une petite ville touristique sur les bords du Lac Titicaca et elle nous offre le plus bel hôtel que nous ayons eu du voyage. Un vieux château, une cheminée et une énorme chambre avec bougies, meubles faits-main, terrasse privée et objets d'art partout. A 10 dollars la nuit, on pourrait y rester toute la vie.

Il y a plein de touristes ici, et je peux plus ignorer la différence entre les voyageurs que nous avons rencontrés en Afrique et ceux d'Amérique du Sud. En Afrique, quand nous rencontrions d'autres voyageurs, nous étions tout excités de nous approcher, partager nos aventures, sortir ou même faire un bout de chemin ensemble. Même s'ils étaient sociables, ils semblaient être là pour découvrir de manière très personnelle. Ici en Amérique du Sud, les voyageurs semblent être trop cools pour nous parler. Quand nos regards se croisent, plus souvent qu'un "bonjour", l'on écarte une mèche de cheveux ou l'on détourne la tête d'un air désintéressé. J'ai l'impression d'être dans un grand lycée. J'ai le sentiment distinct que les voyageurs sont ici pour une juste une semaine et oublient de laisser leur air trop cool à la maison. Je suis désolée de la concurrence occidentale, le cliché du poseur, et quand j'essaie d'approcher des gens, je sens comme un mur autour d'eux. Pierre le remarque aussi, et même s'il y a des exceptions, c'est bien trop courant pour l'ignorer. Alors qu'est-ce que c'est? Je pense que les voyageurs en Afrique sont généralement sur le long-terme, sont plus développés individuellement, et intéressés par une découverte intérieure autant qu'extérieure. Les quelques gens avec qui j'ai connecté ici en Amérique du Sud étaient tous des voyageurs solitaires, long-terme, et avec un incroyable manque d'ego, même s'ils avaient tous les caractéristiques qui auraient pu les rendre bien différents.

Achètez ma bidoche
C'est à Copacabana que la Vierge de Copacabana a été aperçue au 17ème siècle, et aujourd'hui nous grimpons sur la montagne où elle est apparue. Encore de nos jours des milliers de familles voyagent chaque année depuis des dizaines de kilomètres à la ronde pour visiter le site à pied, en bus, en auto ou en stop et célébrer la vierge ou lui demander sa bénédiction. Les gens en Amérique du Sud prennent les apparitions très au sérieux et les rituels vont comme ceci... Des petits stand sont montés partout vendant des maisons de poupée, des voitures en plastique, des faux passeports américains, des rouleaux de fausse monnaie (euro, dollar ou boliviano - au choix) et de reproductions de petits magasins (mon favori, c'est celui de la boucherie avec Barbie derrière le comptoir vous vendant une langue de vache ou des tripes). Les gens achètent ces miniatures pour représenter ce qu'ils désirent et les mettent tous en pile. La famille s'assied alors en rond autour de la pile et boit de la bière, allume des cierges, s'éclabousse de champagne et d'alcool et fait la fiesta jusqu'à la nuit. Les pétards sont incontournables et explosent constamment, déversant des confettis partout, et toute la famille célèbre et prie que leurs voeux leur soient accordés.

Bière, pétards, champagne et Dieu
Un jeune garçon approche et demande s'il peut avoir sa photo prise avec moi. "OUI" bien sûr et je l'attrape par la main bien haut. Sa mère éclate de rire alors que Pierre lui donne une carte de notre voyage qui le laisse en extase. Nous passons un moment à boire avec une famille qui vient du Pérou et a une pile entière de camions de maisons et de rouleaux de billets. Il y a 3 générations de bébés, de soeurs et de grands-parents. Un des niños est vraiment hilarant, roulant par terre et nous hurlant à Pierre et moi "Ola amigos! como te llamas!?". On dirait une souris hurlante qui vient juste d'apprendre à parler. La famille nous demande de prendre une photo avec nous et tout le monde s'entasse dans le tableau. Les femmes continuent de me regarder avec timidité et en rigolant alors que les gamins n'arrêtent pas de me tirer les cheveux intrigués par les ondulations qui contrastent avec leur cheveux tous noirs et raides.

Nous buvons à leur bonne fortune et allons nous-mêmes acheter notre propre maison, une poignée de cash et 2 cierges. Nous les allumons dans les rochers et j'ai une vision de notre maison avec des gosses et plein d'animaux. J'espère qu'un jour j'aurais la chance de retourner en Bolivie et offrir quelque chose à ces gens. Peut-être enseigner l'anglais ou des cours d'art aux gosses bénévolement. Mon coeur s'est ouvert à ce sentiment de don et de générosité ici avec le peuple Bolivien, sans attendre quoi que ce soit en retour. Ma motivation est pure.

Avant de quitter Copacabana, nous conduisons nos motos devant l'énorme église sur la place du village où nous participons à la bénédiction quotidienne des véhicules. Couverts de fleurs, de petits coeurs et de confetti, des dizaines de voitures et d'autobus sont bénis ici chaque jour par un prêtre du tonnerre et son eau bénite, dans l'espoir que la main du Tout-Puissant les conduira dans leurs voyages quelquefois à dresser les cheveux sur la tête à travers les cols de montagnes de la Bolivie. Jusqu'à maintenant, Pierre et moi avons eu une chance inouïe en ce qui concerne accidents ou ennuis mécaniques le long du voyage. Cependant après notre bénédiction par la Vierge, ironie du sort, nous commençons un chemin parsemé d'embûches de malheur. Mais ceci, je garde pour mes prochains écrits.

Bénits par la malchance, amen!

En Bolivie, j'ai rêvé plus d'une fois de revenir ici pour y vivre. Les gens, la culture, les traditions, la beauté du pays ont tous conquis mon coeur. Et comme j'ai dit, j'espère un jour y revenir donner de mon temps et de mon énergie pour le peuple Bolivien.

To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici