Friday - October 01, 2004

Macho Paradise

Peruvian men don't show their butts
Les Péruviens ne montrent pas leurs fesses

Equal genders in Bolivia
I already wrote about gender issues when we were in Africa (and Merritt too, of course) however the topic is an endless source of inspiration.

For instance, there is really something to say about lone women travelers: everywhere they go, they can't be left alone. Everywhere? Almost... In 18 months of travels through Africa and South-America, the only places where Merritt could safely walk alone, in peace and without any worry of harassment by the male clique were the altiplano in Bolivia and the mountains in Peru. No lewd comments, no wolf-whistling, not even the usual "I wanna be your friend, come have a drink with me" proposition. Of course, people were still looking at her. It would be difficult not to: her blonde hair sticks out easily one foot above the thick black-haired crowd here. But these looks did not convey any lust, just normal human curiosity and interest - the kind of looks that you have yourself in a foreign crowd and that keeps you awake when traveling.

Coincidence? This area between the two countries has the highest ratio of Indian population in the continent - probably around 90%. The gender roles are still quite marked here, for instance men occupy most jobs in construction or agriculture and they do all the driving, while women have almost a monopoly on buying and selling on the markets, and we learnt that they have the predominant role in money matters. But these differences don't result in the usual macho hierarchy that we have seen elsewhere. Men and women talk straightly to each-other. Women aren't afraid to speak to foreigners, including foreign males; they look into your eyes and they even ask questions. In one instance, we saw a heated argument in the street between a woman and a man from the neighborhood that lasted for 15 minutes where the woman was yelling to his face in long constructed sentences while the guy was obviously trying to deny or justify his actions. A small group of onlookers calmly observed he scene as if it was a normal argument, at no time there was any fear or any other sign that it would end up with the man trying to physically find his way out by assaulting the woman. Unimaginable in so many places on the planet...

Note that we saw other areas during our trip where women are quite outspoken (in Western Africa for instance) but here for the first time it was accompanied with a respect by the men for all women, not just "their" women. In a typical macho rationalization, we heard many times men drawing a line between "their" women and the foreign women, as in "Yes, your women can be pilot or doctor but our women are different". Even in muslim countries, the men thought it was ok to grab a foreign woman by her arm to sell her something or invite her for a drink ("That's the way we are here, we're friendly, we touch people all the time") while in fact they would never, NEVER, touch even the hand of one of "their" women.

So for several weeks, Merritt breezed a fresh air of freedom but as we were driving down the mountains in Peru towards the Pacific Coast, things started to change quite drastically. In fact, we were rather amused by the first "olé-olé" poster we saw in two months: "Wow, look at the boobies, they did not even Photoshoped the titties: no doubt we are back to the modern world!". But within days, we had an overdose of flesh: naked chicks were everywhere, either selling things that have nothing to do, or just for decoration. We have never seen such a display of female body parts. Even their roles are redefined. Legs are not made for walking, they are spread over a barrel of engine oil. Boobs are not a sign of feminity, they are gifts offered with every battery. Mouths don't speak, they're moaning wide open, waiting to receive all kinds of foods and beverages. Fingers don't write and they certainly don't make a point, they tease, they tickle and they caress. Even the eyes don't see, they are always closed in ecstasy... unless they stare, forever begging for you. Feet, legs, thighs, butt, hips, bust, head: the woman has this in common with the pig that every part can be used. Even her tripes in some instances, I swear! Yes, everything is used... but the brains.

The Peruvian man is proud of his heritage
Some situations are so absurd, it becomes laughable. Merritt went to the hospital for a checkup after her fall. On the doctor's desk, under a sheet of glass, was a big nudie-girl calendar. It means that the guy was working all day with a pin-up in front of his eyes. How does that make a woman feel when he asks "ok, remove your clothes, I'm going to auscultate you"? Let's try to imagine the opposite situation: a woman doctor displays on her wall a poster of a well-hung stud in a leather g-string and she tells you "ok, drop your pants, I'm going to check your prostate!". Yuck! I wouldn't let that lubricious pig look at me, even less let her hands probe all over my body! I would go see a man like me because at least he would treat me professionally. Normal, isn't it? Well, that's what women in Peru must endure.

Everything can and will be sold with naked chicks. Even American companies that are so prude in their home turf have launched an all-out war. Coca-Cola went out with huge billboards showing an orgasmic mouth receiving a flood of Coke under the slogan "Does it fit your mouth, the Coke?". Of course Pepsi had to reply to the provocation. Their billboards show a 16-years old girl laying on her bed with a sly smile and declaring "I just discovered Pepsi and I loved it!".

At the same time, Merritt has to face a barrage of male advances like never before. Some men look at her, staring, standing in front of her, blocking her way across the sidewalk and scanning her whole body (especially here, and there too) with the looks of a frat dude who fell face-to-face with his favorite porn actress and doesn't know where to start. The reason? It's probably because Peruvian women are usually short and never blonde, and the only tall blonde girl a young Peruvian male has ever laid his eyes upon is the eternal multi-talented multi-facetted ubiquitous blonde American porn-star who finally made her way to the confines of the Earth through the internet and the bootlegged DVDs. The internet cafes here have the reputation that video booths have in Western countries. Open 24 hours, the machines are all facing the wall, separated by opaque partitions. The desktops are all littered with smutty icons and the systems infected to the bone with viruses.

While in Lima, we start addressing men about the issue. I'm usually the one who asks the question "Why is there so many naked women here in Peru?" so their first reaction is usually to smile or laugh, as if they appealed to some kind of male fraternity, dismissing the importance of the thing. "Well, you know, it's just for fun; that's the way we are, we the men!". But when we point out that men are like that in other countries too but they don't feel the need to display naked chicks everywhere, their grin changes a bit, less assured. And when we add that in two years of travels Merritt has never been as harassed by the looks and comments of the men as here in Peru, their embarrassment starts showing. "Imagine a country where men would be displayed everywhere as objects, slapping their butt to sell anything, how would that make you feel? What kind of image would you have of yourself? What kind of image would that give of you to your kids?". The poor guy usually stays confused and mumbles something like "It's not the same" or "Yeah, but I'm not like that"...

Maybe you think I am exaggerating, so here are some of the naked chicks we collected, amongst the thousands we saw throughout the country...

Egalité des sexes en Bolivie
J'ai déjà écrit sur l'égalité des sexes quand nous étions en Afrique (et Merritt aussi, bien sûr) mais le sujet reste une source inépuisable d'inspiration.

Par exemple, il y a vraiment quelque chose à dire sur les femmes qui voyagent: partout où elles vont, elles ne peuvent pas être seules une minute. Partout? Presque... En 18 mois de voyage à travers l'Afrique et l'Amérique du Sud, les seuls endroits où Merritt pu marcher seule en toute sécurité, en paix et sans crainte de se faire ennuyer par la clique masculine furent l'altiplano en Bolivie et les montagnes au Pérou. Pas de commentaires douteux, pas de sifflets aguicheurs, pas même l'habituelle proposition "Je veux être ton ami, viens boire un verre avec moi". Bien sûr les gens continuaient à la regarder. Ce serait difficile de faire autrement: sa chevelure blonde se détache à l'aise de 30 centimètres au-dessus de la foule aux cheveux noirs et lisses d'ici. Mais ces regards ne convoyaient rien de salace, juste de l'intérêt et de la curiosité humaine naturelle - le genre de regard que vous pouvez avoir vous-même dans une foule étrangère et qui vous tient éveillé le long du voyage.

Coïncidence? Cette région entre les deux pays possède la plus forte proportion de population Indienne du continent - probablement autour de 90%. Les rôles de deux sexes sont toujours bien marqués ici, par exemple les hommes occupent la plupart des emplois en construction ou agriculture et il n'y a qu'eux qui conduisent, alors que les femmes ont un quasi-monopole sur les achats et les ventes dans les magasins et au marché, et nous avons appris qu'elles ont un rôle prédominant dans les affaires d'argent. Mais ces différences ne résultent pas dans l'habituelle hiérarchie machiste que nous avons vue ailleurs. Les hommes et les femmes se parlent avec franchise. Les femmes n'ont pas peur de parler aux étrangers, y compris les étrangers mâles; elles vous regardent dans les yeux et vous posent même des questions. Une fois, nous avons vu une dispute assez chaude dans la rue entre une femme et un homme du voisinage qui dura bien 15 minutes et où la femme lui hurlait à la figure en de longues phrases bien senties alors que le type essayait à l'évidence de nier ou de justifier ses actes. Un petit groupe de passants observaient la scène calmement comme si c'était une dispute habituelle, à aucun moment il n'y eut ni peur ni tout autre signe que cela se terminerait avec l'homme essayant de s'en sortir par la force en agressant la femme. Inimaginable dans tellement d'autres endroits sur la planète...

Notez que nous avons vu d'autres régions durant notre voyage où les femmes sont bien expressives (en Afrique de l'Ouest par exemple) mais ici pour la première fois c'était accompagné d'un respect des hommes pour toutes les femmes, pas seulement "leurs" femmes. Dans une rationalisation typiquement machiste, nous avons entendu plusieurs fois les hommes tirer une ligne entre "leurs" femmes et les femmes étrangères, comme dans "Oui, vos femmes peuvent être pilote ou docteur mais nos femmes sont différentes". Même dans les pays musulmans, les hommes trouvaient acceptable d'attraper une femme étrangère par le bras pour lui vendre quelque chose ou l'inviter à boire un verre ("C'est comme ça que nous sommes ici, c'est le côté amical, nous touchons les gens tout le temps") alors qu'en fait ils ne toucheraient jamais, JAMAIS, même la main d'une de "leurs" femmes.

Donc pendant plusieurs semaines, Merritt a respiré un air frais de liberté mais alors que nous redescendions des montagnes vers la Côte Pacifique du Pérou, les choses commencèrent à changer de manière draconienne. En fait, nous nous sommes plutôt amusés devant le premier poster olé-olé que nous ayons vu en deux mois: "Ouah, matte les nibards, ils n'ont même pas Photoshoppé les tétons: c'est sûr, nous sommes de retour dans le monde moderne!". Mais en quelques jours, nous avions une overdose de chair: les nanas à poil étaient partout, soit pour vendre des machins qui n'ont rien à voir, ou juste comme décoration. Nous n'avons jamais vu un tel étalage de parties corporelles féminines. Même leurs rôles sont redéfinis. Les jambes ne sont pas faites pour marcher, elles sont écartées par-dessus un baril d'huile de moteur. Les nénés ne sont pas un signe de féminité, ce sont des cadeaux offerts avec chaque batterie. Les bouches ne parlent pas, elles gémissent grandes-ouvertes, attendant de recevoir toutes sortes de nourritures et de boissons. Les doigts n'écrivent pas et ils ne soulignent certainement pas quelque point que ce soit, ils titillent, ils chatouillent et ils caressent. Même les yeux ne voient plus, ils sont toujours fermés en extase... à moins qu'ils ne soient figés, te suppliant pour toujours. Pieds, jambes, cuisses, culs, hanches, bustes, têtes: la femme a ceci de commun avec le cochon que tous les morceaux sont utilisés. Même les tripes dans certains cas, je vous jure! Oui, tout est utilisé... sauf la cervelle.

Le Péruvien est fier de son héritage
Certaines situations sont tellement absurdes, ça en devient amusant. Merritt est allée à l'hôpital pour un check-up après sa chute. Sur le bureau du docteur, sous une plaque de verre, se trouvait un grand calendrier de nanas à poil. Ça veut dire que le type travaillait toute la journée avec une pin-up devant les yeux. Comment une femme peut-elle se sentir quand il lui demande "Bien, enlevez vos vêtements, je vais vous ausculter"? Essayons d'imaginer la situation opposée: une femme docteur affiche sur son mur le poster d'un gigolo musclé vêtu d'un petit string en cuir bien rempli et elle vous dit "Bien, tombez votre pantalon, je vais vous vérifier la prostate!". Beurk! Je ne laisserais pas cette cochonne lubrique me déshabiller du regard, et encore moins me tâter partout. J'irais voir un homme comme moi parce qu'au moins il me traiterait de manière professionnelle. Normal non? Et bien c'est ce que les femmes au Pérou doivent endurer.

Absolument tout peut être vendu, et sera vendu, avec des nanas à poil. Même les sociétés américaines qui sont tellement prudes à la maison ont déclaré une guerre à tout craint. Coca-Cola est sorti avec d'immenses affiches montrant une bouche orgasmique recevant un flot de Coca sous le slogan "Ça te plaît à la bouche, le Coca?". Bien sûr Pepsi se dû de répondre à la provocation. Leurs affiches montrent une gamine de 16 ans allongée sur son lit avec un sourire enjôleur et déclarant "Je viens de découvrir le Pepsi et j'ai adoré!".

Dans le même temps, Merritt doit faire face à un barrage d'avances masculines comme jamais auparavant. Certains hommes la regardent les yeux figés, se tenant devant elle, bloquant son chemin au milieu du trottoir et balayant tout son corps (surtout ici, et là aussi) avec l'expression du jeune taré qui serait tombé face-à-face avec son actrice porno préférée et qui ne saurait pas par où commencer. La raison? C'est probablement parce que les Péruviennes sont souvent courtes et jamais blondes, et que la seule grande fille blonde que le jeune Péruvien ait jamais vue est l'éternelle pouffiasse aux multiples talents, aux visages si changeants et à l'ubiquité sans égale, la star blonde des pornos Américains qui a finalement taillé son chemin jusqu'aux confins de la Terre à travers l'internet et les versions pirates de DVDs. Les cafés-internet ici ont la réputation des cabines-vidéos dans les pays occidentaux. Ouverts 24 heures sur 24, les machines font toutes face aux murs, séparées par des cloisons opaques. Les desktops sont clairsemés d'icônes cochons et les systèmes infectés de virus jusqu'au trognon.

Alors que nous sommes à Lima, nous commençons à interroger les hommes là-dessus. Je suis d'habitude celui qui pose la question "Pourquoi y-a-t'il tellement de femmes nues ici au Pérou?" donc leur première réaction est souvent de sourire ou rigoler, comme s'ils en appelaient à une sorte de fraternité mâle, minimisant l'importance de la chose. "Oh, vous savez, c'est juste pour s'amuser; c'est comme ça que nous sommes, nous les hommes!". Mais quand nous faisons remarquer que les hommes sont comme ça dans les autres pays aussi mais qu'ils ne ressentent pas le besoin d'afficher des nanas à poil partout, leur sourire change un peu, pas aussi rassuré. Et quand nous ajoutons qu'en 2 ans de voyage Merritt n'a jamais été autant dérangée par les regards et les commentaires des hommes qu'ici au Pérou, leur embarras commence à se faire voir. "Imaginez un pays où les hommes seraient affichés partout comme des objets, se donnant la fessée pour vendre n'importe quoi, comment est-ce que vous vous sentiriez? Quelle image auriez-vous de vous-même? Quelle image cela donnerait-il de vous à vos enfants?". Le pauvre type reste d'habitude tout confus et bredouille un truc du style "C'est pas la même chose" ou alors "Ouais, mais moi je suis pas comme ça"...

Peut-être pensez-vous que j'exagère, donc voici quelques-unes des nanas à poil que nous avons collectées, parmi les milliers que nous avons vues à travers le pays...


Naked chicks on CD covers to sell the music...
Nanas à poil sur les pochettes de CD pour vendre la musique...



Inside the café, a naked chick invites you to drink another beer...
A l'intérieur du café, une nana à poil t'invite à prendre une autre bière...



...while those on TV shake their butts until you order a coke
...alors que celles de la télé se remuent les fesses jusqu'à ce que tu commandes un Coca



...and a sneaky one is looking above your shoulder to make sure you are satisfied with your meal (but if your girlfriend doesn't like it when she's dining in front of the poster, you can sit her underneath and enjoy the best of both worlds!).
...pendant qu'une coquine regarde par-dessus ton épaule pour être sûre que tu sois satisfait de ton repas (ou si ta copine n'aime pas dîner en face du poster, tu peux l'asseoir en-dessous et apprécier le meilleur des deux mondes!)



Naked chicks in full colors on the front page of every single newspaper (except the stock market official bulletin - maybe that's why it doesn't sell a lot).
Nanas à poil en première page couleurs de chaque quotidien (sauf le bulletin officiel des cours de la bourse - mais c'est peut-être pourquoi il ne vend pas si bien que ça).



Naked chicks featured inside in black-and-white articles (this one is on her knees at an amateur-singer contest while the TV host is holding the mike for her).
Nanas à poil présentées dans les articles noir-et-blanc à l'intérieur (celle-ci est à genoux pour un concours de chanteuses-amateurs pendant que le présentateur lui tient le micro).



And naked chicks throughout the entire paper, up to the crosswords of the last page.
Et des nanas à poil à travers tout le journal, jusqu'aux mots-croisés de la dernière page.



And since naked chicks are everywhere, there is nothing wrong with looking at them whenever you feel like it. Getting bored selling your stuff at the market? Hop, a naked chick!
Et comme les nanas à poil sont partout, il n'y aucun mal à les regarder quand ça te chante. Tu t'emmerdes à vendre tes babioles au marché? Hop, une nana à poil!



Getting bored listening to your friend at the café? Hop a naked chick!
Tu t'emmerdes à écouter ton pote au café? Hop, une nana à poil!



Getting bored in your cab stuck in the traffic? Hop a naked chick!
Tu t'emmerdes dans ton taxi bloqué dans les bouchons? Hop, une nana à poil!



The road is a good place to sell naked chicks. It's because in Peru, the only ones to drive are the men. The roads belong to them, and so does the advertising along the highways throughout the country. The stupid Inka Cola girl is everywhere. Inka Cola girl in the cities...
La route est un bon endroit pour vendre les nanas à poil. C'est parce qu'au Pérou les seuls à conduire, ce sont les hommes. Les routes leur appartiennent, et donc toutes les publicités le long des chaussées du pays aussi. La stupide nana Inka Cola est partout. Nana Inka Cola dans les villes...



Inka Cola girl in the desert...
Nana Inka Cola dans le désert...



I wish I was driving a tank! I would ram onto the billboards and tear down her stupid Inka Cola smile. Grrr!
J'aimerais tellement conduire un tank! J'irais défoncer les affiches et lui arracher son stupide sourire Inka Cola. Grrr!



You drove a long way and you need an oil change? Who can better than a naked chick recommend you the right kind of lube?
Vous avez fait une longue route et avez besoin d'une vidange? Qui peut mieux qu'une nana à poil vous conseiller sur le bon choix de lubrifiant?



Your license got suspended and you need to go back to driving school? Let the 16-years old chick show you the right maneuvers. Maybe women don't drive but they sure can sell!
Ton permis a été suspendu et tu dois revenir à l'auto-école? Laisse la nana de 16 ans te guider dans les manoeuvres. Les femmes ne conduisent peut-être pas mais elles savent sûrement vendre!



You will be late home and need to call your wife? No problem! Dial 19-77 and let these four naked chicks come to the rescue!
Tu vas être en retard à la maison et tu dois appeler ta femme? Pas de problème! Compose le 19-77 et laisse ces 4 nanas à poil te venir en aide!



In the street too, life-size naked chicks sell everything. Can you think of anything sexier than going out for photocopies?
Dans la rue aussi, des nanas à poil grandeur-nature vendent de tout. Y a-t'il quelque chose de plus sexy que d'aller faire des photocopies?



Even handicapped and incontinent chicks can be sexy... As long as they are naked enough, who cares?
Même les nanas handicapées et incontinentes peuvent être sexy... Tant qu'elles sont suffisamment à poil, qui s'en fiche?



And where are the men in all that? The only ones you see on the walls are Jesus Christ and the National Soccer Team...Too bad for the chicks: no naked dudes in the country yet!
Et où sont les hommes dans tout ça? Les seuls que vous voyez sur les murs sont Jésus Christ et l'Equipe Nationale de Football... Dommage pour les nanas: il n'y a pas encore de mecs à poil dans le pays!



We found that dealing with men in macho countries is often much more work than dealing with women. For instance, we took the reflex to buy from women sellers in stores and markets because they charge the fair price and don't lie about the quality. At restaurants where women do the cooking, the food is usually better and you are much less likely to get a food poisoning. These are things you learn over time when traveling.

Finally an anecdote really summed it up in Lima. We noticed that all the traffic cops on motorcycles were women. That was quite unique: everywhere else, motorcycles are reserved to strong tall men wearing a mustache. We asked a cab driver and he told us: "Oh, they used to have men on motorcycles but when they caught you speeding, between men, it was too easy to give them a bit of money and get away with it. That's why they put women. Women, you cannot buy them!"

Yep. You cannot buy them, but in Peru they sure continue to sell.

Nous avons trouvé que les rapports avec les hommes dans les pays machistes représentent souvent beaucoup plus d'efforts que les rapports avec les femmes. Par exemple, nous avons pris l'habitude d'acheter aux femmes dans les magasins et les marchés parce qu'elles chargent le prix normal et ne mentent pas sur la qualité. Aux restaurants où les femmes sont à la cuisine, la nourriture est d'habitude meilleure et vous avez beaucoup moins de chance d'attraper un empoisonnement alimentaire. Ce sont des choses que l'on apprend avec le temps quand on voyage.

Finalement, voici une anecdote qui résumait bien tout ça, ici à Lima. Nous avons remarqué que tous les motards de la police qui surveillent la circulation étaient des femmes. C'était plutôt unique: partout ailleurs, les motos sont réservées à des mâles grands et forts et qui portent la moustache. Nous avons interrogé un chauffeur de taxi et il nous a expliqué: "Oh, dans le temps nous avions des hommes sur les motos mais quand ils vous attrapaient en excès de vitesse, entre hommes, c'était bien trop facile de leur filer un peu d'argent et de s'en sortir comme ça. C'est pour ça qu'ils ont mis des femmes. Les femmes, tu ne peux pas les acheter!"

Et oui. Tu ne peux pas les acheter, mais au Pérou elles continuent certainement à vendre.

A Peruvian man marching for gender equality
Un Péruvien manifestant pour l'égalité des sexes



A little word... I have nothing against some sensuality, sexuality or pornography. Sex sells and there are times when it's appropriate. It's all a question of when, where and how. My biggest problem in Peru was the total lack of empowerment of the women (they were always represented as dumb objects or craving beasts) and the complete inadequacy of the use of their image (they were used for anything and everything). How will that impact the younger generations? How will the boys view the girls? How will the girls see themselves? Will the overdose screw them up even more than we have been by our parents' taboos? I wouldn't be so sure. After all, it's centuries of religious and social taboos that have unleashed such a reaction in the current generation of adult males. The only true victim so far is gender equality. Once more, it will have to wait.
Un petit mot... Je n'ai rien contre un peu de sensualité, sexualité ou pornographie. Le sexe vend et il y a des fois où c'est approprié. C'est entièrement une question de où, quand et comment. Mon plus gros problème au Pérou était le manque total de contrôle des femmes sur elles-mêmes (elles étaient toujours représentées comme des cruches ou des bêtes affamées) et l'utilisation complètement inadéquate de leur image (elles étaient affichées pour tout et n'importe quoi). Comment ceci affectera les futures générations? Comment les garçons verront-ils les filles? Comment les filles se verront-elles? Est-ce que l'overdose les rendra encore plus dérangés que nous l'avons été par les tabous de nos parents? Je n'en serais pas si sûr. Après tout, ce sont des siècles de tabous sociaux et religieux qui ont déchaîné une telle réaction dans la génération actuelle d'hommes adultes. La seule vraie victime jusqu'à maintenant, c'est l'égalité des sexes. Une fois de plus, elle devra attendre.

To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici

Friday - October 15, 2004

So, any recommendations?

What are the coolest places you've been to?
Alors, des recommandations? - Quels sont les endroits les plus cools que vous avez vus?




In Africa, as we were driving down to Cape Town, people frequently asked us "So, what it is like to cross Africa? How do you feel?". But not so much here in South America. Unlike in Africa where traveling to most countries is out of the question for many tourists, almost the entire South American continent is open and welcoming to travelers. It is a vast land of adventure but with good transportation and no visa hassles. The typical visitor is young - Americans on sabbatical, troops of Israelis taking a break after the military, European trust-fund babies - and is indeed looking for some kind of "edge", you know, "really cool stuff" and "great fun" because that's primarily what you're coming for, right?, but also seeking some "really hard stuff" and some "fuckin' weird" too, to tell the buddies back home.

Playing with kids: cool
No wonder, then, that the question we hear the most is: "So, where have you been? Any recommendations?", because their entire trip is just a quest for adventure. In Africa, you never have to look for it very far: just sit under a baobab tree and the adventure will come to you - and although you can never tell wether it's going to be "hard stuff" or "great fun", you are guaranteed some "fuckin' weird" at every corner!

As a result, the traveling crowd in South America (and in many places, we can indeed talk about a crowd) is "cool". Really "cool". In fact, they try so hard to be "cool" that they end up too cool to speak to you! You look at them into the eyes, and they turn their head. You say "Hi" and they reply "Yeah". They get drunk and they give a hard time to the staff. And especially, they are entitled to everything just because they're so damn cool.

Tourist disconnect: not cool
Within this contest of "Have you done this? Haven't you seen that?", Merritt and I are always the losers, simply because we try to avoid the people and places that are too cool for us. So who are the really nice people? And where are the nice places? As usual, the nice people are easy to spot and the nice places are getting harder to find. Nice people are everywhere - there are faces we won't forget and memories that will mark us forever. They can be travelers or locals, living in cities or in the country, it doesn't matter, you quickly know when you have a connection and I'm not going to give you any advice on this, except to continue to rely on (or maybe start giving up upon) the same instincts that have lead you so far in life.

As for the nice places, they are indeed harder to find - and that's because the continent is developing rapidly. In fact, the entire planet is changing. Asphalt and cable TV bring to all reaches of the world the goods you know and the culture you loath. And what is the best solution for that? Take your motorcycle and get out of the way! And I don't mean it just because there is a truck coming straight at you on that mountain road, no, I mean: really get out of the way, out of the beaten path. So, dearest motorcyclist friends, here are a few advices for you that I feel very obliged to provide, because all of you whom we met on the road were really, genuinely, nice people and we hope our little recommendations below will encourage more of you at home to finally hit the road and enjoy some of the best riding and some of the kindest people in the world.


En Afrique, alors que nous conduisions vers Cape Town, les gens nous demandaient souvent "Alors, ça fait quoi d'avoir traversé l'Afrique? Comment vous vous sentez?". Mais pas trop ici en Amérique du Sud. A la différence de l'Afrique où il est hors de question pour la majorité des touristes de voyager dans la plupart des pays, le continent Sud Américain est dans sa quasi-totalité accueillant et ouvert aux voyageurs. C'est un vaste terrain d'aventures mais avec des transports corrects et sans problèmes de visas. Le visiteur typique est jeune - Américain en congé sabbatique, troupe d'Israéliens récupérant après l'armée, gosse de riche Européen - et recherche en fait une sorte de différentiation, tu vois, des "trucs 'achement cools" et de la "méga-fun" parce que c'est d'abord ce pourquoi t'es venu, pas vrai?, mais aussi des "trucs 'achement galère" et un peu de "zarbi putain" pour raconter aux potes à la maison.

Jouer avec les gosses: cool
Pas étonnant donc que la question que nous entendons le plus, c'est: "Alors, où est-ce que vous avez été? Des recommandations?", parce que tout leur voyage n'est qu'une quête d'aventure. En Afrique, tu n'as jamais besoin de la chercher très loin, l'aventure: il suffit de t'asseoir sous un baobab et elle vient toute seule à toi - et même si tu ne sais jamais à l'avance si ce sera du "'achement galère" ou du "méga-fun", tu es garanti d'avoir du "zarbi putain" à tous les tournants!

Donc en fin de compte, la foule des voyageurs en Amérique du Sud (et dans bon nombre d'endroits, nous pouvons vraiment parler de foule) est "cool". Vraiment "cool". En fait, ils essaient tellement fort d'être "cool" qu'ils finissent par être trop cools pour te parler! Tu les regardes dans les yeux, et ils détournent la tête. Tu dis "Salut" et ils répondent "Ouais". Ils se saoulent la gueule et ennuient le personnel. Et surtout, ils se sentent tout permis juste parce qu'ils sont tellement cools.

Touriste déconnecté: pas cool
Donc dans ce concours de "T'as fais ceci? T'as pas vu ça?", Merritt et moi sommes toujours les perdants, simplement parce que nous essayons d'éviter les gens et les endroits qui sont trop cools pour nous. Mais où sont donc les gens vraiment sympas? Et où sont les chouettes endroits? Comme d'habitude, les gens sympas sont faciles à repérer, et les chouettes endroits deviennent de plus en plus durs à débusquer. Les gens sympas sont partout - il y a des visages que nous n'oublierons pas et des souvenirs qui nous marqueront pour toujours. Ce sont indifféremment des voyageurs ou des gens du coin, ce n'est pas important, tu sais vite si tu as une bonne connexion et je ne vais pas vous donner quelque conseil là-dessus, sauf de continuer à faire confiance (ou peut-être de commencer à vous débarrasser) des mêmes instincts qui vous ont amené où vous en êtes dans la vie.

Quant aux chouettes endroits, ils sont effectivement plus dur à trouver - et ce parce que le continent se développe rapidement. En fait, toute la planète est en train de changer. L'asphalte et la télé par câble amènent aux quatre coins du monde les marchandises que vous connaissez et la culture que vous détestez. Et quelle est la meilleure solution contre ça? Prends ta moto et sors du chemin! Et je ne dis pas ça juste parce qu'il y a un camion qui te vient droit dessus à la sortie du virage, non, je veux dire: sors vraiment du chemin, hors des sentiers battus. Donc, très chers amis motocyclistes, voici quelques conseils que je me sens bien honoré de vous apporter, parce que tous ceux d'entre vous que nous avons rencontrés sur la route étaient vraiment, sincèrement, des gens sympas et nous espérons que nos petites recommandations ci-dessous encourageront quelques vocations supplémentaires chez ceux qui sont à la maison pour finalement prendre la route et apprécier ce qui compte parmi les meilleures virées en moto qui soient, et certains des peuples les plus aimables de la planète.


First and foremost, maybe even before you buy a pair of TKC80 tyres for your motorcycle, you should learn Spanish. This is the single one most important advice anybody should follow before going to South America. That's when the real fun begins. There are excellent schools in Buenos Aires and Cusco in South America, and in Guanajuato and San Miguel de Allende in Mexico. These are beautiful cities too, so don't hesitate on spending 6 weeks here at the beginning of your trip. Or, if you are short on time, you can follow our own little custom phrasebook.
Tout d'abord et en premier lieu, peut-être même avant d'acheter une paire de pneus TKC80 pour votre moto, vous devez apprendre l'espagnol. C'est le conseil le plus important que quiconque puisse prendre avant d'aller en Amérique du Sud. C'est là que la vraie rigolade commence. Il y a d'excellentes écoles à Buenos Aires et à Cusco en Amérique du Sud, et à Guanajuato et San Miguel de Allende au Mexique. En plus ce sont des villes superbes, donc n'hésitez pas à y passer 6 semaines au début du voyage. Ou, si vous êtes coincés par le temps, suivez notre propre petit lexique de conversation.



One of the greatest memories we have is to ride almost the entire length of the Carretera Austral, completely in the south of Chile. This really is what our bikes have been built for. Hurry up before they extend the asphalt, and don't forget to withdraw enough cash before going to Cochrane and further south.
Un des tout meilleurs souvenirs que nous avons, c'est de remonter la Carretera Austral sur quasiment toute sa longueur au sud du Chili. C'est vraiment ce pourquoi nos bécanes ont été conçues. Dépêchez-vous avant qu'ils n'allongent l'asphalte, et n'oubliez pas de tirer suffisamment d'argent avant d'aller à Cochrane ou plus loin au sud.



The vegetation is incredible here. It rains 7 meters a year (more than 20 feet!) so take excellent rain gear, for on the bike and off the bike, or you will feel like a wet cat!
La végétation est incroyable ici. Il tombe jusqu'à 7 mètres d'eau par an (!) donc prenez un excellent équipement imperméable, que ce soit pour la moto ou hors de la moto, sinon vous vous sentirez comme un chat mouillé!



Close behind come two contenders. One is the Lake District across Argentina and Chile, with incredibly deep blue lakes, smoking volcanos and the crazy foliage colors you will see if you are lucky to be here in fall (March/April). And if you go to El Bolson, please don't tell anybody how great it is here.
Juste derrière suivent deux concurrents. L'un est la Région des Lacs à cheval entre l'Argentine et le Chili, avec des lacs d'un bleu incroyablement profond, des volcans qui fument et le feuillage de couleurs de folie si vous avez la chance d'y être en automne (mars/avril). Et si vous allez à El Bolson, s'il vous plaît ne dîtes à personne comme c'est chouette ici.



The second place is the amazing Salar de Uyuni, a place unlike anywhere else in the Universe, where you can do really foolish things on a motorcycle (like riding 2 minutes with your eyes closed) or off the motorcycle (like detonating over-the-counter dynamite). Make sure to take a good sleeping-bag and rinse off your bike thoroughly after riding on the salt pans.
Le deuxième endroit, c'est le Salar de Uyuni, un endroit comme nulle part ailleurs dans l'Univers, où vous pouvez faire de vraies conneries en moto (comme conduire pendant 2 minutes les yeux fermés) ou bien hors de la moto (comme faire sauter de la dynamite en vente libre). Faites attention de prendre un bon sac de couchage et de rincer soigneusement votre moto après avoir conduit sur le lac salé.



As for the people, we loved arriving on the South American continent through Argentina. It was quite a relief after Africa to start with what is probably the most European country in South America, with its kind, educated and modern people. A local joke says: "Where are the Mexicans coming from? - From the Mayas. Where are the Peruvians coming from? - From the Incas. Where are the Argentineans coming from? - From the boat!"
Quant aux gens, nous avons vraiment apprécié entrer sur le continent Sud Américain par l'Argentine. C'était un bon soulagement après l'Afrique de débuter par ce qui est probablement le pays le plus Européen d'Amérique du Sud, où les gens sont aimables, éduqués et modernes. Une blague locale raconte: "D'où viennent les Mexicains? - Ils viennent des Mayas. D'où viennent les Péruviens? - Ils viennent des Incas. D'où viennent les Argentins? Ils viennent du bateau!"



One thing that travelers can't forget in Argentina, it's the BEEF! Arguably the best in the world, and probably the cheapest too. The economy crashed 3 years ago, mostly the result of global speculation. Life here is a real bargain for the traveler now, but we felt sorry for the people. Maybe that's why they smoke so much...
Une des choses que les voyageurs ne peuvent pas oublier en Argentine, c'est le BOEUF! Vraisemblablement le meilleur au monde, et probablement le moins cher aussi. L'économie s'est effondrée il y a 3 ans, résultat surtout d'une spéculation mondiale. La vie ici est une véritable occase pour le voyageur, mais nous étions désolés pour les habitants. C'est peut-être pour ça qu'ils fument tellement...



While talking about food, the one thing not be missed is, of course, the famous Peruvian ceviche! The whole fishnet in your plate: a big pile of raw fish, clams, shrimps, mussels, scallops and even some seaweed for a mere $3! If you stop by Lima, go for lunch at the small green restaurant, up the street from the Hostal de los Artes: you won't regret it! And don't forget: Peruvians only eat ceviche for lunch - never at night, because it's no longer fresh enough...
Parlant de bouffe, l'autre chose à ne pas manquer, c'est bien sûr le fameux céviché péruvien! Tout le filet de pêche dans l'assiette: un gros tas de poisson cru, des clams, crevettes, moules, coquilles St Jacques et même des algues pour à peine 3 dollars. Si vous vous arrêtez à Lima, aller déjeuner au petit restaurant vert au bout de la rue de l'Hostal de los Artes: vous ne le regretterez pas! Et n'oubliez pas: les Péruviens ne mangent du céviché qu'à midi - jamais le soir, parce qu'il n'est plus assez frais...



Another highlight of Peru are the brightly colored clothes the women wear at the markets. A real festival of colors, maybe only matched by those in Bolivia (and Guatemala for those of you crossing Central America).
Un autre sommet du Pérou, ce sont les habits brillamment colorés que portent les femmes dans les marchés. Un vrai festival de couleurs, égalé seulement par les marchés boliviens (et guatémaltèques pour ceux d'entre vous qui traversent l'Amérique Centrale).



The palm for the kindest people goes without contest to the Bolivians from the altiplano - except maybe the one on the picture who was having a bad day - the "most authentic people", say the brochures. Don't miss the Sunday market in Tarabuco, and a daunting visit to the mines of Potosi. While in Tarabuco, please buy a few bracelets from the four old women there. At 10 cents a piece, it's their only income. They seem to be everywhere but there are only the four of them, so please do a good deed and buy a handful, ok?
La palme des gens les plus sympas va sans conteste aux Boliviens de l'altiplano - sauf peut-être celui de la photo qui s'est levé du mauvais pied - "le peuple le plus authentique" disent les brochures. Ne manquez pas le dimanche le marché de Tarabuco, ainsi qu'une visite ébouriffante aux mines de Potosi. Si vous êtes à Tarabuco, s'il vous plaît achetez quelques bracelets aux quatre vieilles femmes qui sont là. A 10 centimes la pièce, c'est leur seul revenu. Elles semblent être partout à la fois, mais en fait elles ne sont que quatre, donc s'il vous plaît faites une bonne action et achetez en leur une poignée, ok?





Finally, here is our favorite place, the one that we still feel a bit sad for not being able to stay and buy a ranch. We spent 2 weeks in El Chalten, camping along the river, hiking to the glaciers, and splurging on the lemon tart at a chalet-looking restaurant at the entrance of the town. When leaving on the trip, we could have sang the song "I left my heart in San Francisco". When we come back, we know that a piece of it will still be in El Chalten.

Finalement, voici notre endroit préféré, celui pour lequel nous nous sentons toujours un peu tristes de n'avoir pas pu y rester et acheter un ranch. Nous avons passé 2 semaines à El Chalten, à camper au bord de la rivière, randonner aux glaciers, et nous goinfrer de tarte au citron au chalet-restaurant à l'entrée de la ville. Quand nous sommes partis en voyage, nous aurions pu chanter la chanson américaine "J'ai laissé mon coeur à San Francisco". Quand nous reviendrons, nous savons qu'un petit bout y sera toujours à El Chalten.


To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici