Wednesday - April 28, 2004

Men on their knees

With always a big smile
Hommes à genoux - Avec toujours un large sourire

Merritt and I are riding North along the Carretera Austral, the newly built dirt road in Chilean Patagonia, when we cross 4 motorcycles. Wow! What a surprise! For several days, we have hardly seen any vehicle on the road - maybe a couple of trucks and 4-wheel drive cars. We all pull on the brake levers, make a U-turn and gather in the middle of the road. To our surprise, the four guys are all around 50-years old, educated, beautiful faces. They wear full-protective motocross gear, ride really light sporty dual-purpose bikes, seem very excited and bear a constant huge smile. Not the idea one usually has of middle-age. (See what motorcycling can do for you?)

The guy the most fluent in English speaks with Merritt while the other three surround me. "Where are you coming from?", they ask. I explain our trip, that we left France, crossed Africa and shipped to Buenos Aires... I can see in their faces how already stunned they are when one asks: "Where are you going next?". I point to the map on the suitcase: "We'll ride North to Bolivia, Ecuador, Central America and the United States". I mark a pause. "And then?" asks a guy. "Then, if we have the money and the energy, we'll complete the tour through Australia, Asia, and back to France". At that precise second, the three guys fall on their knees and bend over in front of me like muslims doing their evening prayer.

I swear, this is the kind of scene difficult to forget.

It happened again a few weeks later in Santiago. We had just pulled in front of a hotel. Merritt was inside inspecting the rooms while I was watching the bikes. A business man, wearing suit and attache-case, approaches and asks where we are from and where we are going. Hearing the response, he drops his case, puts his arms above his head and bends over 3 times.

The one time that shocked us the most, though, was almost a year ago in Ethiopia. We were driving through a very dry remote land with cornfields as burnt and crispy as potato chips. We choose a completely desolate spot for a quick halt. We had just removed our helmets when we hear some crackling noise from the cornfield a few meters away. A very old guy appears, dry as the corn and twisted as a vine. He looks at us for several seconds, eyes wide open, as if we were Martians. Then, overcoming his fear, he approaches towards us, his hand reaching out begging. Everybody has his own policy about begging - ours is to give only to old and handicapped people. This poor man was a clear case. I pull out a couple of bills (which, given the local currency, hardly measures anything in terms of dollars) and offer them to him. He immediately falls to his knees, still holding my hands, and starts praying. I'm shocked, this is so disproportionate. He opens his eyes, looks straight at me and continues to thank me while getting back on his feet. He walks backwards, facing us for 10 meters, repeating more thank-yous, and finally walks away along the path towards the nearest village. Merritt and I remained speechless the entire time and then some... There is no doubt we were for him angels that had fallen on Earth right in front of him to come to his help.

And, I promise, this is the kind of scene absolutely impossible to forget.

Back into Patagonia... Driving north along Ruta 40, we stop for the night at the shit-hole called Bajo Caracoles. The town is nothing more than a rest-stop in the middle of nowhere, preying on travelers' needs for gas, sleep and food. We drive around, dubious. There is one gas pump, one hotel (at the gas pump) and one camping. We head towards the camping. It's a dirt field with an outhouse, which is attached to the shanty house of the landlord. The place is empty and we are about the leave when here is the landlord walking quickly towards us from the other side of town. She's carrying a baby, and a kid walks by her side. Her face is dirty and ugly. She's in her twenties but looks twice her age. She seems to have been caught between an abusive father and a missing husband, with alcohol being her apparent way out. "How much for camping?", I ask. In a slur, she replies "6 per person, 4 for each vehicle, 5 for the tent and 3 per shower". Merritt and I look at each-other. 28 Pesos total?! Gosh! She might be an emotional junkyard but she certainly got straight all the benefits of running a monopoly. We leave.

The hotel costs almost twice the price of the camping. It's a bit abusive but not obnoxiously outrageous, so we stay. At least we'll be warm and have a nice shower. At night, Merritt gulps down a can of tuna and goes to bed like a kitten. In the meanwhile, I head to the reception to inquire about their restoration facilities: "Do you have a menu?". "No, but if you like we can prepare you a plate of what the family is having". Ok, I'm exhausted and not in the mood to cook or look for alternatives. I just sit and eat and go to bed. In the morning, we wake up, put on our riding gear and head for the always-included-in-the-price coffee-bread-and-jam breakfast. We eat in 5 minutes and I proceed towards the reception to pay the bill. The boss is waiting for me with a large smile. I suddenly KNOW that something's wrong. Of course, dammit! I did not ask for any price except the bedroom! Argh! I'm screwed and there isn't anything I can do about it! The bastard starts aligning the numbers. The room + the plate (3 times the usual price) + one drink (twice the price) + 2 not-included-here (I should have known better) breakfasts. Ding ding ding, the numbers roll down and I pull out a big banknote, harboring my largest grin. He knows he got me: "Thank you very much" he says with a wide smile. "Thank YOU", I respond with another even-larger smile bordering a grimace.

The moral of this story is (and I'm sure all of you, faithful male readers, have experienced it at least once) that real men, when they get screwed and they can't do anything about it, always display their largest smile as if they wanted to communicate as loud as possible: "No, no, it doesn't hurt!". But after all, that's a bit stupid, isn't it?, to grind your teeth because you want to take it like a real man? So on my side, I promise: next time, I'm going to yell like a pig!!!

But either way, trust me, this is the kind of scene that we never forget fast enough.


Real men always take it with a smile
(cropped from this picture)



Merritt et moi conduisons vers le nord le long de la Carretera Austral, cette route de terre récemment tracée en Patagonie chilienne, quand nous croisons 4 motos. Ouah! Quelle surprise! Depuis plusieurs jours, nous avons à peine vu quelque véhicule que ce soit - peut-être 2 ou 3 camions et 4x4. Nous tirons tous sur les leviers de frein, faisons demi-tour et nous nous retrouvons à discuter au milieu de la route. A notre surprise, les 4 types ont tous à peu près 50 ans, éduqués, belles gueules. Ils portent un équipement complet de protection de motocross, semblent très excités et affichent constamment un large sourire. Pas vraiment l'idée que l'on se fait de la cinquantaine. (Vous voyez ce que la moto peut faire pour vous?)

Le type le plus à l'aise en anglais parle avec Merritt alors que les trois autres m'encerclent. "D'où venez-vous?", ils demandent. J'explique le trajet, que nous avons quitté la France, traversé l'Afrique et sauté à Buenos Aires... Je peux voir à leurs expressions qu'ils sont déjà vraiment surpris quand l'un demande: "Et où est-ce que vous allez ensuite?". Je montre la carte sur la mallette: "Nous allons vers le nord en Bolivie, Équateur, Amérique Centrale et les États-Unis". Je marque une pause. "Et ensuite?" fait l'un. "Ensuite, si nous avons l'argent et l'énergie, nous compléterons le tour en passant par l'Australie, l'Asie et retour en France". A cet instant précis, les trois types tombent à genoux et s'inclinent devant moi comme des musulmans faisant leur prière.

Je jure, c'est le genre de scène difficile à oublier.

C'est arrivé de nouveau quelques semaines plus tard à Santiago. Nous venions juste de nous arrêter devant un hôtel. Merritt était à l'intérieur pour inspecter les chambres pendant que je gardais les bécanes. Un homme d'affaires, costard et attaché-case, approche et demande d'où nous venons et où nous allons. En entendant la réponse, il pose sa mallette, met les bras au-dessus de la tête et s'incline 3 fois.

La fois qui nous a choqué le plus, quand-même, c'était il y a un an en Ethiopie. Nous étions en train de conduire à travers un endroit très sec et bien paumé avec des champs de maïs aussi cramés et cassants que des potato-chips. Nous choisissons un endroit complètement isolé pour faire une petite halte. Nous venons juste de retirer nos casques que nous entendons des craquements venant du champ de maïs à quelques mètres de là. Un très vieil homme apparaît, sec comme le maïs et tordu comme une vigne. Il nous dévisage pendant plusieurs secondes, les yeux grand-ouverts comme si nous étions des Martiens. Ensuite, surmontant sa crainte, il s'approche vers nous, la main tendue pour mendier. Tout le monde a son opinion à propos des mendiants - la nôtre est de ne donner qu'aux vieux et aux handicapés. Concernant ce pauvre homme, il n'y avait pas à hésiter. Je sors quelques billets (ce qui, étant donné la monnaie locale, ne pèse pas bien lourd en termes de dollars) et les lui offre. Il tombe immédiatement à genoux, me tenant toujours les mains, et commence à prier. Je suis soufflé, c'est tellement disproportionné. Il ouvre les yeux, me regarde et continue à me remercier tout en se remettant sur ses pieds. Il marche à reculons, nous faisant face pendant 10 mètres et répétant encore plus de mercis, et finalement s'éloigne le long du chemin vers le village le plus proche. Merritt et moi sommes restés sans voix pendant tout ce temps. Il ne fait aucun doute que nous étions pour lui des anges tombés sur terre juste devant lui pour lui venir en aide.

Et, je promets, c'est le genre de scène absolument impossible à oublier.

Retour en Patagonie... En conduisant vers le nord le long de la Ruta 40, nous nous arrêtons pour la nuit dans le trou de merde appelé Bajo Caracoles. Le patelin n'est rien de plus qu'un arrêt routier au milieu de nulle-part, faisant proie du voyageur en manque de sommeil, d'essence ou de nourriture. Nous conduisons tout autour, dubitatifs. Il y a qu'une pompe à essence, qu'un hôtel (à la pompe à essence) et qu'un camping. Nous nous dirigeons vers le camping. C'est un champ de poussière avec une guérite de chiottes, attaché au taudis du propriétaire. L'endroit est désert et nous sommes sur le point de repartir quand voici la proprio qui marche rapidement vers nous. Elle porte un bébé, et une gamine trottine à ses côtés. Son visage est sale et moche. Elle doit être dans sa vingtaine mais on dirait qu'elle en a le double. Elle semble avoir été coincée entre un père abusif et un mari absent, avec apparemment l'alcool comme seule voie de sortie. "Combien pour camper?", je demande. D'une voix qui déraille, elle répond "6 par personne, 4 par véhicule, 5 pour la tente et 3 par douche". Nous nous regardons avec Merritt. 28 Pesos au total?! Et bien! Elle est peut-être un vrai dépotoir émotionnel mais au moins elle a tout compris aux bénéfices de faire tourner une affaire en situation de monopole. Nous partons.

L'hôtel coûte presque le double du camping. C'est un peu abusif mais pas trop grotesque, donc nous restons. Au moins, nous serons au chaud et nous aurons une bonne douche. Le soir, Merritt avale un boîte de thon et se met au lit comme un petit chat. Je me dirige vers la réception et m'informe quant à leurs possibilités de restauration: "Avez-vous un menu?". "Non, mais si vous voulez, nous pouvons vous préparer une assiette avec ce que la famille est en train de manger". Ok, je suis crevé et pas vraiment dans l'humeur pour cuisiner ou chercher d'autres alternatives. Je m'assieds, mange et vais me coucher. Au matin, nous nous réveillons, enfilons notre équipement et allons prendre le petit-déjeuner café-pain-confiture toujours-inclus-dans-le-prix. Nous nous l'enfilons en 5 minutes et je vais vers la réception pour payer la note. Le patron m'attend avec un grand sourire. D'un coup, je SAIS que quelque chose ne tourne pas rond. Bien sûr, bon sang! Je n'ai demandé aucun prix, sauf pour la chambre! Argh! Je me suis fait baiser et il n'y a rien que je puisse faire! L'enfoiré commence à aligner les chiffres. La chambre + l'assiette du soir (3 fois le prix habituel) + une boisson (2 fois le prix) et deux petit-déjeuners pas-inclus-ici (j'aurais du m'en douter). Ding ding ding, les nombres roulent et je sors un gros billet, affichant mon plus large sourire. Il sait qu'il m'a eu: "Merci beaucoup", dit-il resplendissant. "Merci à VOUS", je répond d'un sourire encore plus large, frôlant la grimace.

La morale de cette histoire (et je suis sûr que vous tous, fidèles lecteurs mâles, l'avaient vécu au moins une fois), c'est que les vrais hommes, quand ils se font baiser et ne peuvent rien faire contre, affichent toujours leur plus grand sourire comme s'ils voulaient communiquer aussi fort que possible: "Mais non, mais non, il n'y a pas de mal!". Mais tout compte fait, c'est un peu stupide, non?, de serrer les dents parce que vous voulez le prendre comme un vrai homme? Donc quant à moi, je le promets: la prochaine fois, je vais hurler comme un goret!!!

Mais quoi qu'il en soit, croyez-moi, c'est le genre de scène que l'on n'oublie jamais assez rapidement.


Les vrais hommes le prennent toujours avec le sourire
(découpé dans cette image)



To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici