Sunday - February 15, 2004

Beef, Sex, and Politics

The argentinian diet
Boeuf, Sexe, et Politique - Le régime argentin

Argentina is known to have the best meat in the world and the reputation is very much deserved. In all the cities, the steakhouses offer humongous pieces of juicy meat accompanied by an all-you-can-eat salad bar. It was already quite cheap when the Argentinian Peso was tied to the US Dollar but now, thanks to the devaluation, it doesn't cost anything to the traveler. So no hesitation, go straight for the best! I think the first two words of Spanish that Merritt could pronounce correctly were "Bife de Lomo" (steak of filet-mignon). She had several good opportunities to practice.

How do they keep the meat so cheap? Easy, all the Argentinians eat tons of it. How do they make it so good? That's the problem. Cows are not like ducks, you can't force-feed them. If you want them to get fat, you have only two solutions. Either you lock them up in prisons, stuff them with hormones and antibiotics and feed them some industrial shit the way we do in the US and in Europe. Either you let them free to roam through the greenest, fatest and yummiest grass fields you can imagine - and that what they do in Argentina. Of course, it requires plenty of space, but they don't have any lack of it here. The cows are as happy as the Laughing Cow, the customer is even happier - and after having tried the local "lomo", Merritt won't go back to her sad vegetarian days as long as we are in the country.


What do the Argentinian talk about around a full table of meat? Politics and soccer, of course. Soccer doesn't really make for interesting conversations anymore because of the 24-hour satellite channels that broadcast game after game without interruption. Years ago, before satellite TV existed, the real soccer fan was lucky to see 3 games a week and he could spend the rest of the time replaying all the actions and re-inventing entire games with his buddies. Now he stays glued to his TV set watching 3 games a night before going to bed like a zombie. OD'ing on soccer, a flat-lined brain, what an awful death... So let's talk about politics. Politics have always been very present in the Argentinian life. The country, like others in Latin America, really experienced first hand the saying "If you don't take care of politics, politics will take care of you". Dictators, despots, megalomanics, crooks, wimps, cry-babies, you-name-it, the Argentinians got it. So now, they are not ready to give up their dearly acquired freedoms. As the moto of a French newspaper says: "Freedom becomes worn only if you don't use it". Argentinians follow the principle by the letter, especially in the capital. First, they are very well informed and educated. I have never seen so many bookstores with their front window displaying titles in history, sociology, philosophy, psychology, geography, geopolitics, economy, and the like. Second, they are incredibly active. We were staying in Buenos Aires near Avenida de Mayo and the Palace of the Governor - both highly symbolic places of popular dissent - and for the entire duration of our stay in the city, we must have seen easily two demonstrations a week, each time with closing of the main avenue and rerouting of the traffic. Gosh! These guys don't stop!

Our favorite form of protest, though, it's the small account holders (well, maybe they were big account holders but now they look like no-account-at-all-holders) who come almost everyday in front of a bank that closed down its offices without returning them their savings, and all afternoon they bang on the closed doors or on pots that they brought with them. They do it with a smile and they bang with big rods, a bit like Japanese gongs, all that with the broad support of the population that sufferered quite a bit in the economic crash.


Ok, here is finally the dessert. What about sex in Argentina? The first thing we noticed is that it's everywhere but rarely for the best. Many ads and commercials are sexist (like the traditionnal half-naked chick to sell a car), and newstands display long shelves of magazines all with different degrees of nudity on the cover page. If you see a little butt, it's a women magazine. If you see a big pair of boobs, it's a man magazine (which also includes motorcycle and computer magazines). If you see both a little butt and a big pair of boobs, it's a pig magazine. And if you don't see any, it must be a foreign magazine.

The other thing we noticed while walking in town is the enthusiasm of the young lovers in the street or in city parks. When they kiss, wow, they do it like in the movies! It lasts and lasts... hmmmm, schloomph, schloomph, sluurp, they look and sound like two suckers that got stuck on each-other. The amusing side is that they don't mind having a public at all. You can be sitting on a bench or at a terrace, and here is a young couple coming to sit right in front or beside you and going at it as if a meteor was about to fall on Earth.

Another funny sexy thing in Buenos Aires, it's the girls that come in city parks for a near full-body suntan session, wearing only a mini-mini brasilian monokini (called here a "filo dental" - dental floss). I know it's a fairly common thing in city parks of Northern Europe, but I didn't know it had transfered over here too. Although looking at the reactions of the men in the park, many Argentinians did not know it either.

Maybe I spent too much time in the US where the 2-second apparition of a breast during the SuperBowl last month was pretext for multi-million dollar lawsuits. Or maybe, it's 10 months in Africa, most of it spent in muslim countries and pudibond judeo-christian colonies, that made me forget how does the rest of the developed world behaves.

Anyhow... With all that constant flood of sex, romanticism and sexyness, what must happen happens... We have never ever seen anywhere else as many pregnant women as in Argentina! And what we love above all is that they all wear sexy little t-shirts and proudly display their naked belly with the navel ready to popout. I don't remember having seen a single pregnant woman wearing these ridiculous "Fatmah" dresses that we have in the US or in Europe. It's another thing that I don't really understand coming from certain "religious" people. Not such a long time ago - like one or two generations - it used to be that the belly of a pregnant women was considered almost obscene and that she had to hide it by dressing like a Fatmah. How funny! The church bigots claimed that what she had inside her belly did not belong to her - she could not get rid of it even if she wanted to because it was the "Beautiful and Sacred Gift of Life from Almighty God". But at the same time, she wasn't allowed to proudly display her "Gift of God" because it was for them just too clear a proof that she had... well... sex. Ridiculous. I'm sure there are still many people who think like that. I wish all the pregnant girls would start showing their beautiful bellies like in Argentina, just to piss them off.

L'Argentine est connue pour avoir la meilleure viande au monde et la réputation est bien méritée. Dans toutes les villes, les resto-grills servent d'énormes morceaux de viande saignante accompagnés de salades à volonté. C'était déjà pas bien cher quand le Peso Argentin était lié au Dollar US mais maintenant, grâce à la dévaluation, ça ne coûte strictement rien pour le voyageur. Donc pas d'hésitation, offrez-vous le meilleur! Je pense que les deux premiers mots d'espagnol que Merritt ait prononcé correctement furent "Bife de Lomo" (steak de filet-mignon). Elle a plusieurs bonnes occasions de s'exercer.

Comment font-ils pour garder la viande aussi bon marché? Facile, tous les Argentins en mangent des tonnes. Comment font-ils pour la rendre aussi bonne? Ça, c'est le problème. Les vaches ne sont pas comme des canards, vous ne pouvez pas les gaver. Si vous voulez les engraisser, vous n'avez que deux solutions. Soit vous les mettez en prison, les bourrez d'hormones et d'antibiotiques et leur servez de la merde industrielle comme nous le faisons aux US et en Europe. Soit vous les laissez libres de se balader dans les champs d'herbe la plus verte, la plus grasse et la plus appétissante que vous pouvez imaginer - et c'est ce qu'ils font en Argentine. Bien sûr ça nécessite plein d'espace, mais ce n'est pas ce qui manque ici. Les vaches sont aussi heureuses que la Vache Qui Rit, le client est encore plus heureux - et après avoir essayé le "lomo" du coin, Merritt ne reviendra pas à ses tristes jours végétariens aussi longtemps que nous serons dans le pays.


De quoi discutent les Argentins autour d'une bonne table couverte de viande? De politique et de foot, bien sûr. Le foot n'est plus vraiment prétexte à discussions intéressantes à cause des canaux-satellite qui diffusent les matches 24 heures sur 24 sans interruption. Il y a des années, avant que la télé satellite n'existe, le vrai fan de foot était chanceux s'il voyait 3 matches par semaine et il pouvait passer le reste du temps à rejouer toutes les actions et à ré-inventer des jeux entiers avec ses potes. Maintenant, il reste agglutiné à son écran à regarder 3 matches dans la soirée avant d'aller au lit comme un zombie. Une overdose de foot, le cerveau à plat, quelle mort atroce... Donc parlons politique. La politique a toujours été très présente dans la vie de l'Argentine. Le pays, comme d'autres en Amérique Latine, a vraiment connu de première main le sens du dicton "Si tu ne t'occupes pas de politique, la politique s'occupera de toi". Dictateurs, despotes, mégalo-maniaques, escrocs, lâches, pleurnicheuses, faites votre choix, les Argentins se les sont tapés. Donc maintenant, ils ne sont pas prêts de laisser filer leurs libertés chèrement acquises. "La liberté ne s'use que si l'on ne s'en sert pas". les Argentins suivent le principe à la lettre, surtout dans la capitale. D'abord, ils sont très bien informés et éduqués. Je n'ai jamais vu autant de librairies affichant en vitrine des ouvrages en histoire, sociologie, philosophie, psychologie, géographie, géopolitique, économie, et autres. Ensuite, ils sont incroyablement actifs. A Buenos Aires, nous habitions près de l'Avenida de Mayo et du Palace du Gouverneur - tous les deux hauts lieux symboliques de la contestation populaire - et pendant toute la durée de notre séjour, nous avons du voir facilement deux manifs par semaine, chaque fois avec fermeture de l'artère principale et détournement du trafic. Ouah! Ces types n'arrêtent pas!

Notre forme de protestation préférée quand-même, ce sont les petits-porteurs (euh, peut-être que c'était des gros-porteurs mais maintenant ils ont l'air de porteurs-de-plus-rien-du-tout) qui viennent presque tous les jours devant une banque qui a fermé ses bureaux sans leur rendre leurs économies, et tout l'après-midi ils cognent contre les portes fermées ou sur des casseroles qu'ils apportent avec eux. Ils le font avec le sourire et ils cognent avec d'énormes bâtons, un peu comme des gongs japonais, tout ça avec le large support de la population qui a passablement souffert dans le crash économique.


Ok, voici finalement le dessert. C'est comment le sexe en Argentine? Le premier truc que nous remarquons, c'est qu'il est partout mais rarement pour le meilleur. Plein d'affiches et de pubs sont sexistes (comme la traditionnelle nana à moitié à-poil pour vendre une bagnole), et les kiosques à journaux étalent de longs présentoirs de magazines tous avec des degrés différents de nudité sur la couverture. Si vous voyez un petit cul, c'est un magazine féminin. Si vous voyez une grosse paire de lolos, c'est un magazine masculin (ce qui inclue aussi les magazines de motos et d'ordinateurs). Si vous voyez à la fois un petit cul et une grosse paire de lolos, c'est un magazine cochon. Si vous ne voyez rien, ça doit être un magazine étranger.

L'autre truc que nous remarquons en marchant en ville, c'est l'enthousiasme des jeunes amants dans la rue ou dans les parcs. Quand ils s'embrassent, dudieu, ils y vont comme dans les films! Ça dure et ça dure... hmmmm, schloomph, schloomph, sluurp, ils ont l'air et ils font les mêmes bruits que deux ventouses qui sont restées collées l'une à l'autre. Le côté amusant c'est qu'ils se fichent d'avoir un public. Vous êtes assis sur un banc ou à une terrasse et voici un jeune couple qui vient s'asseoir juste devant ou juste à côté de vous, et qui se met à l'oeuvre comme si un météore était sur le point de s'écraser sur Terre.

Un autre truc rigolo et sexy à Buenos Aires, ce sont les nanas qui s'installent dans les parc pour une session de bronzage quasi-intégral, portant seulement un mini-mini monokini brésilien (appelé ici "filo dental" - fil dentaire). Je sais que c'est chose courante dans les parcs d'Europe du Nord, mais je ne savais pas que c'était venu ici aussi. Quoique si on en juge par les réactions des hommes dans le parc, beaucoup d'Argentins ne le savaient pas non-plus.

Peut-être que j'ai passé trop de temps aux Etats-Unis où l'apparition d'un sein pendant 2 secondes lors de la SuperBowl le mois dernier fut prétexte à des poursuites judiciaires réclamant des millions de dollars de dommages et intérêts. Ou peut-être que ce sont 10 mois en Afrique, la plupart passés dans des pays musulmans et des anciennes colonies judéo-chrétiennes bien pudibondes, qui m'ont fait oublier comment se comporte le reste du monde développé.

Enfin... Avec cet afflux incessant de sexe, de romantisme et de d'attitudes sexy, ce qui doit arriver arrive... Nous n'avons jamais vu où que ce soit autant de femmes enceintes qu'en Argentine! Et ce que nous adorons par-dessus tout c'est qu'elles portent des petits T-shirts sexy et affichent fièrement leur ventre nu avec le nombril prêt à sauter. Je ne me souviens pas avoir vu une seule femme enceinte portant ces ridicules robes de "Fatmah" que nous avons aux US ou en Europe. C'est une autre chose que je ne comprends pas vraiment venant de certaines personnes qui se disent "religieuses". Il n'y a pas si longtemps que ça - peut-être une ou deux générations - le ventre d'une femme enceinte était considéré comme presque obscène et elle devait le cacher en s'habillant comme une Fatmah. La rigolade! Les grenouilles de bénitier hurlaient que ce qu'elle avait dans le bidon ne lui appartenait pas - elle ne pouvait pas s'en débarrasser si elle n'en voulait pas parce que c'était le "Miracle Magnifique et Sacré de la Vie Donnée par Dieu Tout-Puissant". Mais en même temps, elle n'était pas autorisée à afficher fièrement son "Don de Dieu" parce que c'était pour eux une preuve un peu trop tangible qu'elle avait connu... euh... le sexe. Ridicule. Je suis sûr qu'il y a encore plein de gens qui pensent comme ça. Je souhaite que toutes les filles enceintes commencent à exhiber leurs superbes ventres comme en Argentine, juste pour les faire chier.

To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici