Friday - October 15, 2004

So, any recommendations?

What are the coolest places you've been to?
Alors, des recommandations? - Quels sont les endroits les plus cools que vous avez vus?




In Africa, as we were driving down to Cape Town, people frequently asked us "So, what it is like to cross Africa? How do you feel?". But not so much here in South America. Unlike in Africa where traveling to most countries is out of the question for many tourists, almost the entire South American continent is open and welcoming to travelers. It is a vast land of adventure but with good transportation and no visa hassles. The typical visitor is young - Americans on sabbatical, troops of Israelis taking a break after the military, European trust-fund babies - and is indeed looking for some kind of "edge", you know, "really cool stuff" and "great fun" because that's primarily what you're coming for, right?, but also seeking some "really hard stuff" and some "fuckin' weird" too, to tell the buddies back home.

Playing with kids: cool
No wonder, then, that the question we hear the most is: "So, where have you been? Any recommendations?", because their entire trip is just a quest for adventure. In Africa, you never have to look for it very far: just sit under a baobab tree and the adventure will come to you - and although you can never tell wether it's going to be "hard stuff" or "great fun", you are guaranteed some "fuckin' weird" at every corner!

As a result, the traveling crowd in South America (and in many places, we can indeed talk about a crowd) is "cool". Really "cool". In fact, they try so hard to be "cool" that they end up too cool to speak to you! You look at them into the eyes, and they turn their head. You say "Hi" and they reply "Yeah". They get drunk and they give a hard time to the staff. And especially, they are entitled to everything just because they're so damn cool.

Tourist disconnect: not cool
Within this contest of "Have you done this? Haven't you seen that?", Merritt and I are always the losers, simply because we try to avoid the people and places that are too cool for us. So who are the really nice people? And where are the nice places? As usual, the nice people are easy to spot and the nice places are getting harder to find. Nice people are everywhere - there are faces we won't forget and memories that will mark us forever. They can be travelers or locals, living in cities or in the country, it doesn't matter, you quickly know when you have a connection and I'm not going to give you any advice on this, except to continue to rely on (or maybe start giving up upon) the same instincts that have lead you so far in life.

As for the nice places, they are indeed harder to find - and that's because the continent is developing rapidly. In fact, the entire planet is changing. Asphalt and cable TV bring to all reaches of the world the goods you know and the culture you loath. And what is the best solution for that? Take your motorcycle and get out of the way! And I don't mean it just because there is a truck coming straight at you on that mountain road, no, I mean: really get out of the way, out of the beaten path. So, dearest motorcyclist friends, here are a few advices for you that I feel very obliged to provide, because all of you whom we met on the road were really, genuinely, nice people and we hope our little recommendations below will encourage more of you at home to finally hit the road and enjoy some of the best riding and some of the kindest people in the world.


En Afrique, alors que nous conduisions vers Cape Town, les gens nous demandaient souvent "Alors, ça fait quoi d'avoir traversé l'Afrique? Comment vous vous sentez?". Mais pas trop ici en Amérique du Sud. A la différence de l'Afrique où il est hors de question pour la majorité des touristes de voyager dans la plupart des pays, le continent Sud Américain est dans sa quasi-totalité accueillant et ouvert aux voyageurs. C'est un vaste terrain d'aventures mais avec des transports corrects et sans problèmes de visas. Le visiteur typique est jeune - Américain en congé sabbatique, troupe d'Israéliens récupérant après l'armée, gosse de riche Européen - et recherche en fait une sorte de différentiation, tu vois, des "trucs 'achement cools" et de la "méga-fun" parce que c'est d'abord ce pourquoi t'es venu, pas vrai?, mais aussi des "trucs 'achement galère" et un peu de "zarbi putain" pour raconter aux potes à la maison.

Jouer avec les gosses: cool
Pas étonnant donc que la question que nous entendons le plus, c'est: "Alors, où est-ce que vous avez été? Des recommandations?", parce que tout leur voyage n'est qu'une quête d'aventure. En Afrique, tu n'as jamais besoin de la chercher très loin, l'aventure: il suffit de t'asseoir sous un baobab et elle vient toute seule à toi - et même si tu ne sais jamais à l'avance si ce sera du "'achement galère" ou du "méga-fun", tu es garanti d'avoir du "zarbi putain" à tous les tournants!

Donc en fin de compte, la foule des voyageurs en Amérique du Sud (et dans bon nombre d'endroits, nous pouvons vraiment parler de foule) est "cool". Vraiment "cool". En fait, ils essaient tellement fort d'être "cool" qu'ils finissent par être trop cools pour te parler! Tu les regardes dans les yeux, et ils détournent la tête. Tu dis "Salut" et ils répondent "Ouais". Ils se saoulent la gueule et ennuient le personnel. Et surtout, ils se sentent tout permis juste parce qu'ils sont tellement cools.

Touriste déconnecté: pas cool
Donc dans ce concours de "T'as fais ceci? T'as pas vu ça?", Merritt et moi sommes toujours les perdants, simplement parce que nous essayons d'éviter les gens et les endroits qui sont trop cools pour nous. Mais où sont donc les gens vraiment sympas? Et où sont les chouettes endroits? Comme d'habitude, les gens sympas sont faciles à repérer, et les chouettes endroits deviennent de plus en plus durs à débusquer. Les gens sympas sont partout - il y a des visages que nous n'oublierons pas et des souvenirs qui nous marqueront pour toujours. Ce sont indifféremment des voyageurs ou des gens du coin, ce n'est pas important, tu sais vite si tu as une bonne connexion et je ne vais pas vous donner quelque conseil là-dessus, sauf de continuer à faire confiance (ou peut-être de commencer à vous débarrasser) des mêmes instincts qui vous ont amené où vous en êtes dans la vie.

Quant aux chouettes endroits, ils sont effectivement plus dur à trouver - et ce parce que le continent se développe rapidement. En fait, toute la planète est en train de changer. L'asphalte et la télé par câble amènent aux quatre coins du monde les marchandises que vous connaissez et la culture que vous détestez. Et quelle est la meilleure solution contre ça? Prends ta moto et sors du chemin! Et je ne dis pas ça juste parce qu'il y a un camion qui te vient droit dessus à la sortie du virage, non, je veux dire: sors vraiment du chemin, hors des sentiers battus. Donc, très chers amis motocyclistes, voici quelques conseils que je me sens bien honoré de vous apporter, parce que tous ceux d'entre vous que nous avons rencontrés sur la route étaient vraiment, sincèrement, des gens sympas et nous espérons que nos petites recommandations ci-dessous encourageront quelques vocations supplémentaires chez ceux qui sont à la maison pour finalement prendre la route et apprécier ce qui compte parmi les meilleures virées en moto qui soient, et certains des peuples les plus aimables de la planète.


First and foremost, maybe even before you buy a pair of TKC80 tyres for your motorcycle, you should learn Spanish. This is the single one most important advice anybody should follow before going to South America. That's when the real fun begins. There are excellent schools in Buenos Aires and Cusco in South America, and in Guanajuato and San Miguel de Allende in Mexico. These are beautiful cities too, so don't hesitate on spending 6 weeks here at the beginning of your trip. Or, if you are short on time, you can follow our own little custom phrasebook.
Tout d'abord et en premier lieu, peut-être même avant d'acheter une paire de pneus TKC80 pour votre moto, vous devez apprendre l'espagnol. C'est le conseil le plus important que quiconque puisse prendre avant d'aller en Amérique du Sud. C'est là que la vraie rigolade commence. Il y a d'excellentes écoles à Buenos Aires et à Cusco en Amérique du Sud, et à Guanajuato et San Miguel de Allende au Mexique. En plus ce sont des villes superbes, donc n'hésitez pas à y passer 6 semaines au début du voyage. Ou, si vous êtes coincés par le temps, suivez notre propre petit lexique de conversation.



One of the greatest memories we have is to ride almost the entire length of the Carretera Austral, completely in the south of Chile. This really is what our bikes have been built for. Hurry up before they extend the asphalt, and don't forget to withdraw enough cash before going to Cochrane and further south.
Un des tout meilleurs souvenirs que nous avons, c'est de remonter la Carretera Austral sur quasiment toute sa longueur au sud du Chili. C'est vraiment ce pourquoi nos bécanes ont été conçues. Dépêchez-vous avant qu'ils n'allongent l'asphalte, et n'oubliez pas de tirer suffisamment d'argent avant d'aller à Cochrane ou plus loin au sud.



The vegetation is incredible here. It rains 7 meters a year (more than 20 feet!) so take excellent rain gear, for on the bike and off the bike, or you will feel like a wet cat!
La végétation est incroyable ici. Il tombe jusqu'à 7 mètres d'eau par an (!) donc prenez un excellent équipement imperméable, que ce soit pour la moto ou hors de la moto, sinon vous vous sentirez comme un chat mouillé!



Close behind come two contenders. One is the Lake District across Argentina and Chile, with incredibly deep blue lakes, smoking volcanos and the crazy foliage colors you will see if you are lucky to be here in fall (March/April). And if you go to El Bolson, please don't tell anybody how great it is here.
Juste derrière suivent deux concurrents. L'un est la Région des Lacs à cheval entre l'Argentine et le Chili, avec des lacs d'un bleu incroyablement profond, des volcans qui fument et le feuillage de couleurs de folie si vous avez la chance d'y être en automne (mars/avril). Et si vous allez à El Bolson, s'il vous plaît ne dîtes à personne comme c'est chouette ici.



The second place is the amazing Salar de Uyuni, a place unlike anywhere else in the Universe, where you can do really foolish things on a motorcycle (like riding 2 minutes with your eyes closed) or off the motorcycle (like detonating over-the-counter dynamite). Make sure to take a good sleeping-bag and rinse off your bike thoroughly after riding on the salt pans.
Le deuxième endroit, c'est le Salar de Uyuni, un endroit comme nulle part ailleurs dans l'Univers, où vous pouvez faire de vraies conneries en moto (comme conduire pendant 2 minutes les yeux fermés) ou bien hors de la moto (comme faire sauter de la dynamite en vente libre). Faites attention de prendre un bon sac de couchage et de rincer soigneusement votre moto après avoir conduit sur le lac salé.



As for the people, we loved arriving on the South American continent through Argentina. It was quite a relief after Africa to start with what is probably the most European country in South America, with its kind, educated and modern people. A local joke says: "Where are the Mexicans coming from? - From the Mayas. Where are the Peruvians coming from? - From the Incas. Where are the Argentineans coming from? - From the boat!"
Quant aux gens, nous avons vraiment apprécié entrer sur le continent Sud Américain par l'Argentine. C'était un bon soulagement après l'Afrique de débuter par ce qui est probablement le pays le plus Européen d'Amérique du Sud, où les gens sont aimables, éduqués et modernes. Une blague locale raconte: "D'où viennent les Mexicains? - Ils viennent des Mayas. D'où viennent les Péruviens? - Ils viennent des Incas. D'où viennent les Argentins? Ils viennent du bateau!"



One thing that travelers can't forget in Argentina, it's the BEEF! Arguably the best in the world, and probably the cheapest too. The economy crashed 3 years ago, mostly the result of global speculation. Life here is a real bargain for the traveler now, but we felt sorry for the people. Maybe that's why they smoke so much...
Une des choses que les voyageurs ne peuvent pas oublier en Argentine, c'est le BOEUF! Vraisemblablement le meilleur au monde, et probablement le moins cher aussi. L'économie s'est effondrée il y a 3 ans, résultat surtout d'une spéculation mondiale. La vie ici est une véritable occase pour le voyageur, mais nous étions désolés pour les habitants. C'est peut-être pour ça qu'ils fument tellement...



While talking about food, the one thing not be missed is, of course, the famous Peruvian ceviche! The whole fishnet in your plate: a big pile of raw fish, clams, shrimps, mussels, scallops and even some seaweed for a mere $3! If you stop by Lima, go for lunch at the small green restaurant, up the street from the Hostal de los Artes: you won't regret it! And don't forget: Peruvians only eat ceviche for lunch - never at night, because it's no longer fresh enough...
Parlant de bouffe, l'autre chose à ne pas manquer, c'est bien sûr le fameux céviché péruvien! Tout le filet de pêche dans l'assiette: un gros tas de poisson cru, des clams, crevettes, moules, coquilles St Jacques et même des algues pour à peine 3 dollars. Si vous vous arrêtez à Lima, aller déjeuner au petit restaurant vert au bout de la rue de l'Hostal de los Artes: vous ne le regretterez pas! Et n'oubliez pas: les Péruviens ne mangent du céviché qu'à midi - jamais le soir, parce qu'il n'est plus assez frais...



Another highlight of Peru are the brightly colored clothes the women wear at the markets. A real festival of colors, maybe only matched by those in Bolivia (and Guatemala for those of you crossing Central America).
Un autre sommet du Pérou, ce sont les habits brillamment colorés que portent les femmes dans les marchés. Un vrai festival de couleurs, égalé seulement par les marchés boliviens (et guatémaltèques pour ceux d'entre vous qui traversent l'Amérique Centrale).



The palm for the kindest people goes without contest to the Bolivians from the altiplano - except maybe the one on the picture who was having a bad day - the "most authentic people", say the brochures. Don't miss the Sunday market in Tarabuco, and a daunting visit to the mines of Potosi. While in Tarabuco, please buy a few bracelets from the four old women there. At 10 cents a piece, it's their only income. They seem to be everywhere but there are only the four of them, so please do a good deed and buy a handful, ok?
La palme des gens les plus sympas va sans conteste aux Boliviens de l'altiplano - sauf peut-être celui de la photo qui s'est levé du mauvais pied - "le peuple le plus authentique" disent les brochures. Ne manquez pas le dimanche le marché de Tarabuco, ainsi qu'une visite ébouriffante aux mines de Potosi. Si vous êtes à Tarabuco, s'il vous plaît achetez quelques bracelets aux quatre vieilles femmes qui sont là. A 10 centimes la pièce, c'est leur seul revenu. Elles semblent être partout à la fois, mais en fait elles ne sont que quatre, donc s'il vous plaît faites une bonne action et achetez en leur une poignée, ok?





Finally, here is our favorite place, the one that we still feel a bit sad for not being able to stay and buy a ranch. We spent 2 weeks in El Chalten, camping along the river, hiking to the glaciers, and splurging on the lemon tart at a chalet-looking restaurant at the entrance of the town. When leaving on the trip, we could have sang the song "I left my heart in San Francisco". When we come back, we know that a piece of it will still be in El Chalten.

Finalement, voici notre endroit préféré, celui pour lequel nous nous sentons toujours un peu tristes de n'avoir pas pu y rester et acheter un ranch. Nous avons passé 2 semaines à El Chalten, à camper au bord de la rivière, randonner aux glaciers, et nous goinfrer de tarte au citron au chalet-restaurant à l'entrée de la ville. Quand nous sommes partis en voyage, nous aurions pu chanter la chanson américaine "J'ai laissé mon coeur à San Francisco". Quand nous reviendrons, nous savons qu'un petit bout y sera toujours à El Chalten.


To send your private comments by email: click here
Pour envoyer vos commentaires privés par email: cliquez ici